2-Claude Calame_PDS4_130111

Les Universités européennes et la logique de concurrence quantitative

On se souvient sans doute de la déclaration tranchante faite par Nicolas Sarkozy à l’intention des lectrices et des lecteurs de 20 Minutes en date du 4 avril 2007 : « Vous avez le droit de faire de la littérature ancienne, mais le contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne si au bout il y a mille étudiants pour deux places ». Il n’est pas besoin d’une subtile analyse des discours pour démonter les arguments baisés d’une rhétorique dont on connaît désormais la vacuité.

Sans confondre le Président de la République avec une quelconque Muse inspiratrice, voici la suite de sa déclaration à 20 Minutes : « Les Universités auront davantage d’argent pour créer des filières dans l’informatique, dans les mathématiques, dans les sciences économiques. Le plaisir de la connaissance est formidable, mais l’État doit se préoccuper d’abord de la réussite professionnelle des jeunes ». Étonnamment, pas de je affirmé pour une promesse qui devrait susciter l’enthousiasme des universitaires. C’est que, dans ce plaidoyer pour le développement jubilatoire de la connaissance, la sélection parmi les savoirs universitaires est sévère. Dans ces conditions, il est sans doute plus prudent de laisser à l’État la responsabilité du privilège accordé à l’informatique et à l’économie pour les subordonner à une politique de l’emploi, c’est-à-dire en définitive le soumettre au marché.

Or, quant au développement des connaissances universitaires, cette déclaration présidentielle, dans sa suffisance et avec ses contradictions, s’avère n’être que la version abrégée et populiste de ce que l’on dénomme à Bruxelles la « stratégie de Lisbonne ».

Qu’on laisse à l’historien de métier le soin de faire un peu d’histoire, un peu d’histoire universitaire.

Le 25 mai 1998, à l’occasion d’un colloque organisé à la Sorbonne pour célébrer le 800e anniversaire de l’Université de Paris, se réunissaient les quatre Ministres de l’enseignement supérieur d’Allemagne, d’Italie, de la Grande-Bretagne et de la France. D’un commun accord, les quatre responsables politiques décidaient :

– de favoriser les échanges interuniversitaires,

– de faire converger les systèmes universitaires concernés,

– de définir par conséquent des niveaux de référence communs.

À la suite de cette première intention ministérielle, une conférence réunit en juin 1999 à Bologne les ministres de l’éducation supérieure de 29 pays européens. La rencontre conduit à l’adoption de la « Déclaration de Bologne » engageant ce qui est devenu le « processus de Bologne ». Le système de convergence et d’échanges interuniversitaires prévu à la rencontre de la Sorbonne est envisagé en termes fondamentalement quantitatifs :

– architecture universitaire en trois grades : bachelor – master – doctorat (on appréciera les dénominations anglo-saxonnes ; on a de justesse échappé au  PhD) ; assortis de chiffres contraignants : 3 + 2 + 3 ans ;

– mise en place d’un système de « crédits » (ECTS) [1];

– organisation des études en semestres et en unités d’enseignement.

Ainsi, « l’ECTS garantit la reconnaissance académique des études à l’étranger ; il permet de capitaliser des crédits (et de les transférer (…) ; le système entraîne aussi plus de souplesse et de flexibilité ». Le système de Bologne s’inscrit donc dans une logique purement quantitative, dans une logique d’accumulation d’unités interchangeables ; rien n’est dit quant à l’évaluation de la qualité du travail correspondant de ces unités, dans un système destiné à favoriser la sacro-sainte flexibilité. Pas besoin d’être un marxiste dogmatique pour constater qu’à la valeur d’usage on a définitivement substitué la valeur d’échange.

Ainsi « l’espace européen de l’enseignement supérieur » est soumis à une logique de « capitalisation » d’unités quantifiables. À la création libre des savoirs s’est substitué un marché des connaissances, répondant implicitement à une logique économiste ; ce marché est fondé sur la « culture de l’évaluation » dont les instances universitaires et les institutions de la recherche sont désormais imbues. Nul ne s’étonnera dès lors de voir affirmés, parmi les objectifs d’un tel système universitaire unifié, les buts pratiques suivants :

– faciliter la mobilité internationale ;

– augmenter la compétitivité de l’enseignement supérieur (européen) ;

– accéder au marché de l’emploi international.

On l’aura compris : ce sont désormais les grands principes de l’économie de marché et de la pensée néo-libérale qui doivent modeler le système universitaire européen, par l’accumulation de profits chiffrés et dans cette mesure capitalisables ; par la logique d’un échange mercantile généralisé, par le respect du principe de concurrence (non faussée…) dans la flexibilité, par la promotion de la compétitivité, c’est-à-dire, en définitive, du rendement. On croirait lire le bréviaire de l’OCDE ou le catéchisme qui préside à la « libéralisation des marchés » imposée par l’OMC.

Quant aux contenus, ils ne sont à vrai dire pas épargnés dans un système qui semble se limiter à imposer une architecture unifiée, susceptible de promouvoir la quantification.

En effet, en mars 2000 le Conseil de l’Europe se réunissait en séance extraordinaire à Lisbonne pour élaborer et définir une « Europe de l’innovation et de la connaissance ». De fait, ces propositions quant à la production de savoirs « innovants », à stimuler dans l’Europe du XXIe siècle, donnent à la fois un nouveau contexte idéologique et un contenu à l’harmonisation universitaire engagée par le « processus de Bologne ». Précisé et réorienté en 2005, puis en 2006, ce cadre sémantique donné à l’harmonisation des Universités européennes serait déterminé par le développement et les potentialités offerts par les TIC ; ces technologies de l’information et de la communication représenteraient en effet un « potentiel important pour l’emploi »…

Repris sous le titre « Une société de l’information pour la croissance et l’emploi », ce projet de développement des TIC est donc entièrement soumis à la logique économiste du marché et au productivisme qui lui est attaché : promouvoir l’emploi c’est solliciter une croissance économique fondée sur un profit impliquant l’exploitation sans ménagement ni pour des ressources naturelles non renouvelables ni pour ce qu’on appelle désormais les « ressources humaines » ; il s’agit en  soumettre du même coup les secondes au même régime que les premières. Dans cette « e-Europe », l’accent sera mis autant sur « l’accroissement de la productivité économique » que sur « l’amélioration de la qualité et l’accessibilité des services » (au profit des citoyens de l’Europe). But général de l’opération : faire des Européens (au masculin…) des « acteurs de l’économie de la connaissance », dans la perspective d’un « individualisme concurrentiel » (sic !). Désormais, en relation avec son contenu, la connaissance est subordonnée à l’économie (de marché), et la production des savoirs doit répondre au critère de la compétitivité. On privilégiera donc les savoirs « utiles ».

Orientant le développement des connaissances, cette « stratégie de Lisbonne » n’est pas sans impact sur les institutions appelées à produire ces savoirs nouveaux et compétitifs. On sollicite donc les Universités, d’une part du point de vue de leur structure, d’autre part quant aux contenus à donner aux programmes offerts aux étudiant-es.

Ainsi, quant à l’organisation universitaire, la communication du Conseil de l’Europe du 20 avril 2005 recommande :

– une « réforme » de la « gouvernance » des Universités quant à la gestion du personnel et des ressources, selon des critères allant dans le sens d’une efficacité de fonctionnement accrue ;

– l’assouplissement du « cadre réglementaire » pour permettre aux dirigeants d’Université « d’entreprendre de véritables réformes (resic…) et de prendre des décisions stratégiques ».

Quant aux « nouvelles connaissances, elles sont subordonnées à « leur utilisation par des procédés industriels et des services nouveaux » pour une diffusion par le biais des TIC, cela va sans dire. En une expression, il s’agit, du point de vue structurel et du point de vue des programmes, d’améliorer l’enseignement et les conditions de la recherche « en instaurant un climat favorable à l’esprit d’entreprise » ! Non, vous ne rêvez pas, c’est une citation.

L’université européenne idéale sera donc soumise, du point de vue de son organisation, aux règles du management économique ; ce management entrepreneurial est porté par les slogans de l’efficacité, de la bonne gouvernance, de la compétitivité, de la flexibilité, de l’exploitation des ressources (naturelles et humaines), de la synergie, de la convergence, etc. Et du point de vue du développement des savoirs, elle sera orientée vers les technologies par les moyens de l’informatique, au profit de l’économie. L’Université de W. von Humboldt doit devenir l’Université SARL[2].

La conséquence en France en a été l’introduction en force, à la faveur du régime Sarkozy, de la LRU [3]. Dans une logique de libéralisation économiste, l’introduction de l’autonomie financière signifie la gestion managériale de l’Université. La LRU d’août 2007 tend à faire du Président d’Université un PDG, dans une gestion inspirée du « quality management » et dans une diffusion étendue de l’évaluation. Désormais le Président de toute Université a par exemple le pouvoir de recruter des CDD et des CDI et c’est à lui qu’incombe « la gestion de la masse salariale et du patrimoine immobilier ». Non seulement on s’efforcera d’étendre l’hypothétique collaboration universitaire avec des entreprises privées ; mais surtout on soumet les Universités françaises, en bonne logique entrepreneuriale, aux principes de la « gouvernance » européenne, dans le cadre de « compétences et responsabilités élargies ».

Ainsi, ce ne sont pas que les humanités qui, de fait, sont éliminées d’un monde académique désormais soumis aux exigences du marché, selon le souhait en particulier de Nicolas Sarkozy. Mais ce sont, de manière beaucoup plus générale, les sciences humaines (avec leurs perspectives transversales et critiques) qui sont marginalisées pour être peu à peu écartées, notamment parce qu’elles apparaissent comme fort peu « rentables ».


[1] Crédits dénommés ECTS pour « European credit transfer and accumulation system »

[2] Société à responsabilité limitée

[3] Loi relative aux libertés et aux responsabilités des Universités du 10.8.07