1-La novlangue managériale à l’université_Sophie Desrosiers_PDS5_270111

Sophie Desrosiers : Aujourd’hui, notre séance va être probablement assez mouvementée. Elle porte sur la notion et les usages de la « novlangue ». Pour en parler, Christian Topalov avait invité Pierre Encrevé, de l’EHESS, et Anne Both, qui travaille à l’Idemec, université d’Aix-Marseille, et qui a sortir un livre de sa thèse, intitulé : « Les managers et leur discours »[1] . Cela m’intéressait de savoir comment ces mots, qui nous embêtent et nous froissent dans le milieu de la recherche, étaient reçus, puisque c’est l’ouvrage même du livre d’Anne Both, dans l’environnement même où ce lexique est a priori le plus à sa place, c’est à dire dans une agence de com.

Je vais d’abord donner la parole à Pierre Encrevé et ensuite à Anne Both. Je précise qu’il avait été conclu un accord préalable entre Christian Topalov et Pierre Encrevé, qui consistait dans le fait que je lui fournissais un certain nombre de documents dans lequel on trouvait ces termes

Pierre Encrevé : Christian m’a roulé, m’a roulé dans la farine

Sophie Desrosiers : qui nous indisposait. J’ai essayé d’envoyer des documents, en commençant par les plus récents, parce que je me disais que c’était plus à jour, plus actualisé. Pierre n’a trouvé aucun terme dans ces documents récents

Pierre Encrevé : Ah non, peu

Sophie Desrosiers : très très peu. J’ai donc cherché des documents plus anciens, les limites de mes archives et de ce que je trouvais sur internet –  parce que je n’arrivais pas à remonter avant 2009. Probablement, je n’ai pas su faire – m’ont beaucoup limité dans la constitution du corpus. Pierre se jette à l’eau

Pierre Encrevé : Oh non, je travaille sur tes documents. Je tiens compte du fait qu’il n’y a rien.

Sophie Desrosiers : Ecoutez, je leur laisse la parole, je crois que ce sera plus simple.


[1] Anne Both, Les managers et leurs discours : Ethnologie de la rhétorique managériale, Presses universitaires de Bordeaux, 2008