Retour sur la 5° séance : Avant-propos verbatim 6° séance_La parole est aux élus des conseils de l’EHESS_100211

Robert Descimon : Avant de commencer la séance, il y a un problème dont Michel voulait vous parler, car je crois qu’il faut faire une mise au point là-dessus.

Michel Barthélémy : Oui, ceux qui ont eu la curiosité d’aller sur le site depuis le séminaire précédent, consacré à la novlangue managériale dans l’enseignement supérieur et la recherche, ont pu voir que pratiquement tout avait été retiré. A la place des transcriptions figurait une mise au point de Pierre Encrevé, l’un de des invités de cette séance., qui m’a , depuis, demandé de la retirer.
Je pense de mon côté que ce déplorable incident est la conjonction de deux orientations également problématiques.  Il s’agit, de ma part, d’une faute  imputable à  une certaine négligence et  à un peu de routine. Disons, pour commencer par le dernier point, que j’ai tendance à penser – comme c’est la troisième année de ce séminaire -, que tout le monde est au courant et sait qu’on enregistre les séances du séminaire parce qu’on a créé un site précisément pour pouvoir diffuser le contenu de nos séances à une plus vaste audience. C’est donc un présupposé. Mais ce présupposé va un peu trop loin. Et c’est là qu’apparaît la négligence. C’est à dire que, lors de la séance précédente, cela a été jusqu’à  faire quelque chose qui n’est pas légal, qui consiste à transcrire les propos d’un intervenant et les mettre en ligne sans  s’être assuré de son accord au préalable. En faisant ça, de manière irréfléchie et évidemment sans intention de nuire, je me suis néanmoins mis en faute. Car d’habitude, je prends le temps d’informer les intervenants de l’existence du site et de la diffusion de la séance. Certains ont un texte, qu’ils m’adressent après l’avoir révisé. A d’autres, j’adresse la transcription que j’ai faite de leurs propos et qu’ils révisent comme ils le souhaitent. Là, je ne l’ai pas fait. Ce qui ne se reproduira pas. Je précise que j’ai présenté mes excuses aux deux  personnes concernées, qui les ont acceptées.  Désormais, au lieu de mettre en ligne très rapidement la version audio, j’en réaliserai d’abord la transcription que je soumettrai aux intéressés, y compris aux personnes prenant part au débat, en leur demandant  leur accord pour la diffusion. La version audio sera diffusée après avoir obtenu cet accord, parallèlement à la transcription. Ce sera plus lourd, ce sera plus long pour la mise en ligne, mais au moins ce sera plus correct pour tout un chacun.

Robert Descimon : Oui

Mary Picone : C’est Wikileaks !

Michel Barthélémy : Oui, mais se faire des wikileaks entre collègues, c’est peut-être un peu gênant

Mary Picone : Non, mais je le disais dans ton sens

Michel Barthélémy : Oui, oui

Robert Descimon : Oui, eh bien, écoutez, c’est évidemment un incident fâcheux. Je pense que de toute façon il faudra contribuer à réfléchir sur notre organisation et l’organisation de ce séminaire. Le site est toujours très fréquenté, j’imagine.

Michel Barthélémy : Oui

(le reste de la transcription sera diffusé dans les prochains jours, après validation par les intéressés)