Annonce septième séance séminaire Politiques des Sciences 240211

École des Hautes Études en Sciences Sociales

Séminaire « Politiques des sciences » 2010-2011

Septième séance: Recherche et société
« De l’inégalité des moyens accordés aux premiers cycles de
l’enseignement supérieur au développement de la précarité dans
l’enseignement supérieur et la recherche »

Jeudi 24 février de 17h à 19 h*, salle M. et D. Lombard, 96 boulevard
Raspail, Paris 6

Intervenants:

Pierre Dubois  (Sociologue, chercheur au CNRS de 1969 à 1980,
professeur de 1980 à 2008 dans 3 universités (Lille 3, Paris 10
Nanterre, Marne-la-Vallée). En retraite depuis novembre 2008, tient le
blog « Histoires d’universités » http://blog.educpros.fr/pierredubois/)
: « Sortir le cycle Licence de l’université et créer des Instituts
d’enseignement supérieur »

Isabelle Clair (chargée de recherche en sociologie au CNRS,
laboratoire CRESPPA-GTM (UMR 7217), Paris.)

et Annick Kieffer (ingénieure de recherche en sociologie au CNRS, laboratoire CMH (UMR
8097), Paris) : « Les suites de l’Enquête Précarité : un livre pour
dénoncer la précarisation des personnels et des savoirs »

Modérateur : Michel Barthélémy

Deux axes principaux pour cette séance : Pierre Dubois présente une
approche globale de l’enseignement supérieur tant du point de vue des
études, organisées en deux niveaux : le cycle de licence, rassemblant
l’ensemble des formations actuelles de niveau bac+3 : CPG, STS, DUT,
licences générales, en-dehors de l’université, et celui des masters et
doctorats, effectués au sein de l’université, que de celui des
enseignants : non titulaires d’un doctorat au niveau licence, et
docteurs au niveau supérieur, le seul directement concerné par
l’association active de la recherche à la formation même.L’unité entre
ces deux niveaux principaux étant assurée par un corps professoral
recruté parmi les titulaires d’une agrégation. De leur côté, à partir
d’une enquête sur la précarité dans l’enseignement supérieur et la
recherche, Isabelle Clair et Annick Kieffer analysent le phénomène de la
précarité de plus en plus perçu comme un mode normal de la structure de
l’emploi scientifique. Elles soulèvent plusieurs aspects liés à ce thème
et à sa valorisation et justification dans le discours public.

Comptes-rendus et fichiers audio des séances de l’année 2009-2010 et des
séances précédentes de l’année en cours sont disponibles sur
http://pds.hypotheses.org

Et après ?

Huitième séance, 10 mars

Nouvelle production du savoir et formation des communautés
scientifiques dans les rapports Nord/Sud

Intervenants:

Rigas Arvanitis, sociologue (Institut de Recherche pour le
Développement),
Dominique Vinck, sociologue (PACTE, Université de Grenoble),
Patrice Yengo, socio-anthropologue (CEAf/EHESS), IEA-Nantes

Modérateur : Michel Agier
En dehors des pays puissants scientifiquement, des pays riches en
histoire scientifique et dominant les flux scientifiques au niveau
mondial, les pays non-hégémoniques ont connu à la fois un processus
d’institutionnalisation de la recherche, et son insertion dans les
réseaux internationaux. Plus qu’ailleurs, ces pays subissent la mise
en place de nouvelles normes de compétition et d’évaluation de la
recherche, où un modèle du financement de projets sur appel d’offre
prend le relais de la fragile constitution des institutions où se
déroule la recherche. La « nouvelle production du savoir » dans les
pays non-hégémoniques semble ainsi paradoxalement plus sensible à la
mise en place d’un paradigme du marché, avec un poids grandissant des
acteurs privés et des organismes financeurs étrangers.

Rigas Arvanitis, directeur de recherches à l’IRD, sociologue (UMR 201
« Développement et Société », IRD-Paris I), rédacteur en chef de la
Revue d’Anthropologie des Connaissances. Il étudie les communautés
scientifiques dans les pays en développement et l’apprentissage
technologique des entreprises, notamment au Venezuela, au Mexique et
en Chine.

Dominique VINCK est Professeur des Universités en sociologie à
l’Université de Grenoble (Université Pierre Mendès France et Grenoble
Institute of Technology). Il est membre du laboratoire PACTE Politique
— Organisations (CNRS / Université de Grenoble) dont il co-dirige
l’axe « Sciences — société ». Ses recherches portent sur la
sociologie des sciences et de l’innovation, en particulier dans le
domaine des micro et nanotechnologies. Il a publié notamment :
Ingénieurs au quotidien. Ethnographie de l’activité de conception et
d’innovation
(PUG, Grenoble, 1999) (édition américaine, MIT Press,
2003), Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique
(A.Colin, Paris, 2007), et Les nanotechnologies (Le Cavalier Bleu,
2009).

Patrice YENGO, (Université Marien Ngouabi de Brazzaville) est
chercheur associé au CEAf/EHESS et actuellement en résidence à
l’Institut des Etudes avancées (I.E.A.) de Nantes où il prépare un
livre sur « Mutations de l’entreprise sorcière et pouvoir politique
dans le bassin du Congo ». Directeur de la série Mutations et défis
en Afrique centrale
, aux éditions Karthala, il est l’auteur de La
guerre civile du Congo Brazzaville, 1992-2002
. Chacun aura sa part
(Karthala, Paris 2006), Le venin dans l’encrier : les conflits du
Congo-Brazzaville au miroir de l’écrit
, (éditions Paari, Paris, 2009)