3. Isabelle Clair et Annick Kieffer La précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche PDS7 240211

Les suites de l’Enquête Précarité : un livre pour dénoncer la précarisation des personnels et des savoirs

Isabelle Clair : je vais commencer par une rapide genèse de l’ouvrage que l’on vient de terminer sur la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche pour expliquer d’où vient cette initiative, comment s’est-elle construite et pour quelles raisons ?

Genèse de l’enquête

Au point de départ de cette enquête se trouvent là aussi les mobilisations universitaires du printemps 2009. La coordination nationale des laboratoires en lutte[1] avait fait notamment un appel au comptage des précaires dans les laboratoires pour avoir une idée du nombre qu’ils représentaient, avec le sentiment que cela concernait beaucoup de monde et était en voie d’accroissement important du fait des réformes en cours. Donc, localement, sur un site du Cnrs, qui se trouve rue Pouchet, dans le 17° arrondissement de Paris, qui est un site de SHS rassemblant essentiellement des sociologues et des historiens, on a pris cet appel au sérieux. Et comme on était beaucoup de sociologues, on ne s’est pas contenté de faire du comptage. On a fait un questionnaire en se disant que c’était un moyen de connaître les conditions de vie et surtout de travail réelles des précaires du site. On a été très surpris, pas tant des résultats mais de la proportion de précaires qu’il y avait sur notre site. Pour vous donner une idée, on est à peu près 60 statutaires CNRS (pour environ 20 enseignant-e-s chercheur-e-s) et il y a 60 précaires qui ont répondu à notre enquête. Ce nombre n’est pas représentatif de la proportion de précaires à l’échelle nationale mais ça dit quelque chose de cette population-là. Ça a été une action très importante localement parce que de nombreux précaires ne se retrouvaient pas dans les appels à la mobilisation de 2009. Ils disaient que les thèmes de mobilisation concernaient les maîtres de conférences, les professeurs, les chercheurs, mais rien ne concernait la situation des précaires. Ça a été l’occasion d’inclure de façon plus importante ces personnes qui ne se reconnaissaient pas dans cette mobilisation. Et puis, pour la construction du questionnaire, il a fallu que des gens de générations très différentes, de métiers différents, de statuts ou non-statuts différents, discutent entre eux et découvrent ce qu’est la précarité en 2009. Et finalement, les plus jeunes qui se trouvaient dans cette situation, ont pu découvrir à cette occasion que la précarité n’était pas un phénomène nouveau en écoutant des plus anciens parler des années 80. Cette expérience a été jugée très intéressante et on s’est dit que cela valait peut-être la peine de la reproduire à un niveau national et on a proposé à l’intersyndicale de développer une enquête qui soit plus large et touche l’ensemble du territoire.

C’est ce qui s’est passé. L’enquête a été construite, un petit groupe s’est constitué qui est à peu près celui qui a écrit le livre aujourd’hui. On s’est auto-dénommé le « collectif PECRES », Pour l’Etude des Conditions de travail dans la Recherche et l’Enseignement Supérieur.

Les modalités et visées de l’enquête

On a lancé une enquête par internet. C’était une façon de toucher un maximum de gens qui tenait compte du fait que de nombreux précaires n’avaient pas de lieu de travail fixe.  Et puis parce que l’outil internet est très utilisé dans le milieu de la recherche. Ça a bien fonctionné. Nous avons recueilli 4400 réponses dont 1000 les trente-six premières heures. On a bien senti qu’il y avait une forte attente de ce côté-là. L’enquête visait à obtenir une vision de la situation des chercheurs mais également de tous les métiers de la recherche que l’on oublie souvent et qui sont très oubliés d’une façon générale, y compris parmi les statutaires, qui sont donc très oubliés dans la dénonciation de la précarité p.e. lorsqu’elle est traitée par les médias, sur le thème « ces surdiplômés qui sont précaires, c’est scandaleux ». Des autres, il n’en est pas question. Donc, pour nous il était très important de rétablir l’équilibre. Il était important d’entrer dans les conditions de travail dans la recherche et l’enseignement supérieur par la précarité. Ce qui n’est pas simple parce que du coup ça écrase de nombreuses autres aspérités. On a essayé de montrer l’importance du phénomène en fonction des disciplines et des métiers, mais il importe pour nous d’entrer par la précarité entendue comme condition commune, et non par les particularités dues aux trajectoires personnelles différentes les unes des autres.

Après dépouillement de l’enquête, nous avons rédigé un rapport qui a été rendu public en février 2010, qui décrivait au plus près les résultats de l’enquête. Le questionnaire est axé sur les pratiques, les conditions matérielles des gens avec des commentaires libres à la fin du document. On s’est dit que ça valait la peine de présenter cette enquête autrement, c’est à dire par la voie d’un livre pour lui assurer un autre type de diffusion, en rapport avec les pratiques et la culture du milieu professionnel en question. Et puis nous voulions aussi monter un peu en généralité par rapport à l’enquête elle-même, c’est à dire passer de la simple description des conditions de travail des précaires, donc de la précarité matérielle, que l’on a décrite dans le livre, car c’est le point le plus important, à l’idée de précarisation, non seulement des personnels, mais de la production et de la transmission des savoirs. L’idée du passage au livre a été essentiellement motivée par cela. C’est à la fois donner les résultats bruts, parce que c’est ça qui compte du point de vue des individus, mais montrer également les effets que cela a dans les relations de travail d’une façon générale et finalement les effets induits dans la production et la transmission de la recherche. Ceci pour souligner que tout le monde est concerné et pas seulement les précaires. Ce sont les métiers dans leur ensemble qui se trouvent redéfinis.

Annick Kieffer : Une des premières choses à laquelle nous avons été confrontés, c’est l’estimation des précaires dans la recherche et l’enseignement supérieur.

Le développement  de la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche

Nous savions par les bilans sociaux des organismes de recherche qu’il y avait une forte explosion de la précarité, notamment depuis la création de l’Agence Nationale de la Recherche. Au Cnrs, p.e., l’augmentation entre 2006 et 2008 hors-doctorants, est de 17% pour les personnes physiques qui ont été embauchées au Cnrs et de 33% en équivalent temps plein. C’est un peu plus lorsqu’on prend en compte l’année 2009. Dans le même temps, les effectifs de titulaires au Cnrs diminuent. On a une variation de 1,5% entre 2006 et 2008, qui se poursuit les années suivantes. On est donc bien face à une explosion de la précarité.

On constate le même phénomène à l’Inserm, avec une croissance des précaires qui atteignent maintenant à peu près 40% des personnels salariés de cet organisme. En revanche, nous ne disposons pas de chiffres pour les universités dans la mesure où il n’y a pas de bilans sociaux globaux. Il faudrait consulter les bilans sociaux de chaque université. Parmi les sources, nous avions le rapport de l’OST (Observatoire des Sciences et des Techniques)[2], mais qui ne s’intéressait qu’aux chercheurs et pas à l’ensemble des précaires, qui touchent toutes les catégories de personnels. On est face à une impossibilité d’estimer précisément la précarité dans les universités. On pense qu’elle atteint entre 20 et 25% des personnels de ces établissements. Ce n’est par conséquent pas du tout un épiphénomène et, d’autre part, on assiste à une explosion récente de la précarité dans l’ensemble de la recherche et de l’enseignement supérieur.

Cette forme n’est pas nouvelle. Quand on regarde l’histoire de la recherche et de l’enseignement supérieur, on voit bien qu’il y a eu des phases en accordéon. La recherche s’est développée d’ailleurs par des emplois qu’à l’époque on n’estimait pas précaires, en-dehors des enseignants qui eux étaient titulaires d’une chaire. Dans les années soixante-dix, on a eu une explosion des emplois qu’on appelait « hors-statut » dans les disciplines nouvelles, essentiellement en sociologie et en ethnologie avec chaque fois une lutte des personnels qui a amené des plans d’intégration de « hors-statuts » qui se sont réalisés au début des années quatre-vingt, au moment de l’arrivée de la gauche au pouvoir et de la titularisation parallèle des contractuels du Cnrs et des organismes de recherche. On a eu un plan d’intégration qui a duré plusieurs années. Puis d’autres formes de précarité sont apparues. On  a donc à la fois des mouvements de précarisation puis d’intégration des précaires dans un statut de titulaires et à nouveau un développement de la précarité. La nouveauté apportée par la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) est la volonté de réduire le nombre de fonctionnaires et pour cela de développer la précarité et de mettre en place de nouveaux types de statuts sous forme de CDI. Il ne s’agit pas pour le gouvernement de réduire la précarité mais bien plus de moraliser et d’encadrer des formes d’emplois qui représentent désormais une part très importante de l’emploi dans le secteur.

Précarisation des emplois comme nouvelle norme de l’activité dans l’enseignement supérieur et la recherche

Avec la politique actuelle de déclin des organismes de recherche et de montée en puissance des universités, à en croire la direction du Cnrs (et je crois que c’est la même chose à l’Inserm), on pourrait assister à une régression des CDD. Les directions des organismes ont décidé de ne pas renouveler le nombre de CDD à hauteur dans les organismes. On pourrait s’en réjouir en pensant qu’ils veulent par-là mettre fin à la précarité. En réalité il faut mettre cette mesure en rapport avec le déclin programmé du Cnrs. En effet, à partir du moment où les unités vont être gérées par les universités, il reviendra bien aux universités de recruter les précaires qui, jusqu’à présent, l’étaient par le Cnrs. En fait on va assister à un transfert vers l’université d’une partie de la précarité qui existait au Cnrs. Le discours justifiant la précarisation est assez ancien. Les discours de ce type qui sont apparus dans les années 80 et 90 stigmatisaient les chercheurs recrutés à vie au prétexte que l’on ne serait pas productif tout au long de sa vie professionnelle. Il fallait donc trouver des formes nouvelles. Ce qui passe tout d’abord par un temps d’épreuve plus long. Le temps de la thèse ne suffit plus. Par conséquent, on crée des post-doctorats pour les jeunes chercheurs. Mais cette politique est également en concurrence avec un nouveau mode d’organisation de la recherche par appels d’offres où en fait, ce n’est plus la recherche de long terme qui est valorisée, mais des recherches pour une durée limitée, sur trois ans si possible et avec un recrutement de personnels qui travaillent uniquement sur cette durée.

La précarité, c’est également la variable d’ajustement. Il est facile ainsi de réduire, d’une année sur l’autre, le nombre de précaires. C’est également une possibilité, dans le cadre de l’autonomie des universités, de développer l’emploi sans augmenter le nombre de fonctionnaires et notamment pour assurer une partie des cours. Nous avons été frappés, nous qui sommes Cnrs et connaissons assez mal les universités, par l’importance que revêtait la précarité chez les enseignants-chercheurs dans les disciplines littéraires, en particulier. Cela représente donc également une plus grande flexibilité au niveau économique.

Isabelle Clair : On ne va pas couvrir ici l’ensemble des thèmes abordés dans l’enquête. Ce qu’on voulait dire pour finir, en relation avec le thème du séminaire, consacré à la professionnalisation, c’était de montrer en quoi la précarité était une forme de professionnalisation dans l’exclusion.

La précarité comme forme normale d’activité

Ce qui est très important pour comprendre son impact dans la vie des gens, c’est la discontinuité des revenus, la discontinuité des contrats, la recherche de contrats, les délais, enfin, tout ce qui participe aux conditions de la précarité. Il convient de dire aussi, fortement, que la précarité dans la recherche et l’enseignement supérieur n’est pas uniquement une affaire de post-doc, et ce n’est pas seulement non plus une phase transitoire. Ce sont des « carrières » qui peuvent s’installer dans la durée. C’est devenu une perspective d’emploi. Ce n’est pas juste un moment dans la vie et cela concerne tous les métiers et d’abord, en premier lieu, les catégories d’ouvriers et d’employés, c’est à dire les catégories B et les catégories intermédiaires qui sont les premières en fait à être touchées et le plus massivement par cette précarisation. Celle-ci revêt notamment la forme de l’externalisation de pans entiers d’activités : la restauration, l’entretien, mais aussi la gestion des ressources humaines, l’informatique, enfin beaucoup de fonctions qui sont ainsi sorties du statut.

Les « précaires » : un « non-statut» insoutenable mais cependant durable et…appelé à se développer

Ce qui nous semblait important par rapport à tout ça, à la fois dans le rapport et dans le livre, c’est de dire qu’évidemment cette situation avait des effets marqués au niveau des personnes et des relations de travail, et qu’il y avait là une formation à l’exclusion ; matérielle d’abord, parce que beaucoup de précaires non seulement gagnent mal leur vie mais peuvent avoir des liens très distendus avec leur milieu de travail : ils n’ont pas forcément de bureau, pas de matériel. Cela a des répercussions évidentes même sur leur sociabilité professionnelle, y compris sur leurs perspectives d’éventuelle entrée dans le statut, puisque se constitue un cercle vicieux. Mais l’exclusion se fait aussi en termes de représentation dans les instances électives. D’abord, soit parce que ce n’est pas possible, ce n’est pas pensé. Soit, quelquefois, on a bien pensé qu’on a des précaires qui étaient là depuis un petit moment et que ce ne serait pas mal qu’ils aient voix au chapitre pour certains sujets. Mais en fait on s’aperçoit que pour mettre cela en place concrètement, c’est compliqué. Les gens qui sont là pour six ou huit mois, comment fait-on pour leur construire un mandat ? Ensuite, au nom de quoi ? On ne va pas instaurer une catégorie « précaire » dans la mesure où cette situation regroupe des métiers très différents : en quoi, p.e., un-e chercheur-e précaire pourrait-il parler au nom d’un-e secrétaire précaire ? Il y a aussi une résistance très grande de la part des précaires, et qui se comprend très bien, c’est que la précarité, le « non-statut » précaire, c’est aussi un stigmate. Cela ne se résume pas seulement à être moins bien payé, moins bien loti, etc. Dans un métier où le statut de titulaire est dominant, et donc légitime, ne pas avoir ce statut, c’est ne pas être achevé, c’est être suspecté d’être moins bon. Cela renvoie à beaucoup de choses comme cela en termes de légitimité. Cela s’entend aussi dans le discours des statutaires, qui peuvent être réticents à la mobilisation contre la précarité, en arguant du fait que tout le monde a passé  le concours et que les statutaires ont obtenu leur poste de la sorte. Il y a comme ça un rapport de force qui s’établit et qui se retrouve dans la vie quotidienne des gens et dans les relations de travail. On voit très bien qu’aux hiérarchies qui existent déjà dans le milieu évidemment, s’ajoute une hiérarchie entre précaires et statutaires. Quels que soient les métiers, quelles que soient les places occupées, il y a quelque chose qui fait qu’une dépendance très forte se crée entre les deux et des exclusions qui se créent de la sorte. Le tout présente des effets sur le travail et la diffusion de la recherche qui affectent l’ensemble des métiers. C’est une chose sur laquelle les gens qui ont répondu à l’enquête insistent fortement : impliquer les statutaires dans leur mobilisation, une mobilisation encore faible, mais qui est en train de grossir puisque l’année 2010 a été marquée par plusieurs mobilisations locales difficiles et ils appellent les statutaires à se mobiliser avec eux, sur la base de l’argument selon lequel, au-delà de leur propre condition, c’est l’ensemble des métiers et des statuts qui sont affectés.


[1] http://obspm.flext.net/cnrs-en-lutte/

[2] http://www.obs-ost.fr/