Annonce huitième séance séminaire politiques des sciences 100311

*École des Hautes Études en Sciences Sociales*

Séminaire « Politiques des sciences » 2010-2011

Huitième séance: Recherche et société

« Nouvelle production du savoir et formation des communautés

scientifiques dans les rapports Nord/Sud »

Jeudi 10 mars de 17h à 19 h, salle M. et D. Lombard, 96 boulevard

Raspail, Paris 6

*Intervenants:

* Rigas Arvanitis, sociologue (Institut de Recherche pour le

Développement),

*Dominique Vinck, sociologue (PACTE, Université de Grenoble),

*Patrice Yengo, socio-anthropologue (CEAf/EHESS), IEA-Nantes

*Modérateur : Michel Agier

En dehors des pays puissants scientifiquement, des pays riches en

histoire scientifique et dominant les flux scientifiques au niveau

mondial, les pays non-hégémoniques ont connu à la fois un processus

d’institutionnalisation de la recherche, et son insertion dans les

réseaux internationaux. Plus qu’ailleurs, ces pays subissent la mise en

place de nouvelles normes de compétition et d’évaluation de la

recherche, où un modèle du financement de projets sur appel d’offre

prend le relais de la fragile constitution des institutions où se

déroule la recherche. La « nouvelle production du savoir » dans les pays

non-hégémoniques semble ainsi paradoxalement plus sensible à la mise en

place d’un paradigme du marché, avec un poids grandissant des acteurs

privés et des organismes financeurs étrangers.

Rigas arvanitis, directeur de recherches à l’IRD, sociologue (UMR 201

« Développement et Société », IRD-Paris I), rédacteur en chef de la

Revue d’/Anthropologie des Connaissances/. Il étudie les communautés

scientifiques dans les pays en développement et l’apprentissage

technologique des entreprises, notamment au Venezuela, au Mexique et en

Chine.

Dominique VINCKest Professeur des Universités en sociologie à

l’Université de Grenoble (Université Pierre Mendès France et Grenoble

Institute of Technology). Il est membre du laboratoire PACTE Politique

— Organisations (CNRS / Université de Grenoble) dont il co-dirige

l’axe « Sciences — société». Ses recherches portent sur la sociologie

des sciences et de l’innovation, en particulier dans le domaine des micro

et nanotechnologies. Il a publié notamment : /Ingénieurs au quotidien.

Ethnographie de l’activité de conception et d’innovation//Sciences et

sociétés. Sociologie du travail scientifique/ (A.Colin, Paris, 2007), et

/Les nanotechnologies/ (Le Cavalier Bleu, 2009).

Patrice YENGO, (Université Marien Ngouabi de Brazzaville) est chercheur

associé au CEAf/EHESS et actuellement en résidence à l’Institut des

Etudes avancées (I.E.A.) de Nantes où il prépare un livre sur «

Mutations de l’entreprise sorcière et pouvoir politique dans le bassin

du Congo ». Directeur de la série Mutations et défis en Afrique centrale

aux éditions Karthala, il est l’auteur de /La guerre civile du Congo

Brazzaville, 1992-2002. Chacun aura sa part./ (Karthala, Paris 2006),

/Le venin dans l’encrier : les conflits du Congo-B au miroir de

l’écrit/, (éditions Paari, Paris, 2009) (PUG, Grenoble, 1999) (édition

américaine, MIT Press, 2003),

Comptes-rendus et fichiers audio des séances de l’année 2009-2010 et des

séances précédentes de l’année en cours sont disponibles sur

http://pds.hypotheses.org

*Et après ?*

Neuvième séance, 24 mars

« Résistances. Comment les citoyens peuvent-ils faire entendre leur

désaccord sur la manière dont ils sont gouvernés ? Deux illustrations :

L’appel au droit contre la loi ; le recours à l’éthique commune contre

l’application d’instructions portant atteinte aux principes de la

démocratie »

Etienne Boisserie(SLU), « Contre les réformes de l’enseignement

supérieur: l’arme du droit »

Albert Ogien (CEMS-IMM/EHESS), «Le sens politique de la désobéissance

Modérateur : Michel Barthélémy

A côté des formes de manifestation publiques du refus des réformes

touchant l’enseignement supérieur et la recherche est apparue une forme

de résistance à caractère juridique : la question prioritaire de

constitutionnalité. Un certain nombre d’associations et de syndicats de

l’enseignement supérieur et la recherche s’en sont saisi pour contester

la pertinence de certaines mesures affectant le statut des

enseignants-chercheurs et les conditions dans lesquelles ils remplissent

leur mission de service public. Quelles analyses de la situation ont

conduit ces organisations à déclencher ces procédures contentieuses ?

Dans quelles perspectives et avec quels résultats ? Quel devenir peut

connaître cette forme d’actions collectives et comment peut-elle

s’intégrer aux autres formes de mobilisation ? Ce sont quelques-unes des

questions qu’Etienne Boisserie, président de Sauvons L’Université,

examinera au cours de cette séance. C’est cette résistance qu’Albert

Ogien interrogera à son tour sous l’angle de la « désobéissance » à

travers notamment l’évocation de cette variété d’actes de refus

pratiques de la part de fonctionnaires notamment, et de membres de

l’Education nationale ou de l’enseignement supérieur et la recherche en

particulier, d’obéir à des ordres ou d’appliquer des instructions jugés

inacceptables pour une raison précise qu’ils rendent publique. La

question qui se pose alors est celle des conditions sous lesquelles une

telle action est susceptible de pouvoir être reconnue comme soulevant un

problème d’intérêt général, par opposition à un contentieux local ou à

une « réaction corporatiste », méritant l’attention de tous.

Une difficulté de cette quête de reconnaissance tient à la manière dont

les mesures contestées sont présentées officiellement, leurs visées

clairement établies sous forme d’objectifs mesurables, leurs solutions

décrites sous forme de dispositions techniques qui rendent floue et

équivoque l’appréhension par les citoyens du fait que lesdites mesures

peuvent porter atteinte à des principes démocratiques sur lesquels

reposent le fonctionnement de l’Etat et du service public. C’est à

l’examen des effets de la quantification ou « numérisation du

politique » sur les transformations du rapport entre les citoyens et

l’Etat qu’Albert Ogien consacrera son intervention.