Annonce 9° séance séminaire Politiques des Sciences « Résistances. Comment les citoyens peuvent-ils faire entendre leur désaccord sur la manière dont ils sont gouvernés ? » 240311

École des Hautes Études en Sciences Sociales Séminaire « Politiques des sciences » 2010-2011
Neuvième séance, 24 mars/ »Résistances. Comment les citoyens peuvent-ils faire entendre leur
désaccord sur la manière dont ils sont gouvernés ? Deux illustrations :
L’appel au droit contre la loi ; le recours à l’éthique commune contre
l’application d’instructions portant atteinte aux principes de la
démocratie
 »

Etienne Boisserie(SLU), « Contre les réformes de l’enseignement
supérieur: l’arme du droit »
Albert Ogien (CEMS-IMM/EHESS), «Le sens politique de la désobéissance

Modérateur : Michel Barthélémy

A côté des formes de manifestation publiques du refus des réformes
touchant l’enseignement supérieur et la recherche est apparue une forme
de résistance à caractère juridique : la question prioritaire de
constitutionnalité. Un certain nombre d’associations et de syndicats de
l’enseignement supérieur et la recherche s’en sont saisi pour contester
la pertinence de certaines mesures affectant le statut des
enseignants-chercheurs et les conditions dans lesquelles ils remplissent
leur mission de service public. Quelles analyses de la situation ont
conduit ces organisations à déclencher ces procédures contentieuses ?
Dans quelles perspectives et avec quels résultats ? Quel devenir peut
connaître cette forme d’actions collectives et comment peut-elle
s’intégrer aux autres formes de mobilisation ? Ce sont quelques-unes des
questions qu’Etienne Boisserie, président de Sauvons L’Université,
examinera au cours de cette séance. C’est cette résistance qu’Albert
Ogien interrogera à son tour sous l’angle de la « désobéissance » à
travers notamment l’évocation de cette variété d’actes de refus
pratiques de la part de fonctionnaires notamment, et de membres de
l’Education nationale ou de l’enseignement supérieur et la recherche en
particulier, d’obéir à des ordres ou d’appliquer des instructions jugés
inacceptables pour une raison précise qu’ils rendent publique. La
question qui se pose alors est celle des conditions sous lesquelles une
telle action est susceptible de pouvoir être reconnue comme soulevant un
problème d’intérêt général, par opposition à un contentieux local ou à
une « réaction corporatiste », méritant l’attention de tous.

Une difficulté de cette quête de reconnaissance tient à la manière dont
les mesures contestées sont présentées officiellement, leurs visées
clairement établies sous forme d’objectifs mesurables, leurs solutions
décrites sous forme de dispositions techniques qui rendent floue et
équivoque l’appréhension par les citoyens du fait que lesdites mesures
peuvent porter atteinte à des principes démocratiques sur lesquels
reposent le fonctionnement de l’Etat et du service public. C’est à
l’examen des effets de la quantification ou « numérisation du
politique » sur les transformations du rapport entre les citoyens et
l’Etat qu’Albert Ogien consacrera son intervention.