5- Jérôme Valluy : « 2009-2012 : la défense des libertés universitaires, de la CNU (coordination nationale des universités) au CNU (conseil national des universités) » 10° séance 280411

Je signale d’abord une double difficulté pour moi à retracer la genèse de la coordination nationale des universités (CNU) de 2009[1] : 1) ce fut une configuration fluide et complexe, plus difficile à retracer à mon avis que la création d’une organisation associative ou syndicale ; 2) surtout, je n’ai jamais fait de recherche sociologique sur la politique universitaire ni sur le monde universitaire ; je n’ai pas non plus pris le temps d’étudier sociologiquement le processus de mobilisation de 2009 comme on pourrait le faire à partir des archives numériques, médiatiques, documentaires et par des entretiens avec les acteurs… C’est la raison pour laquelle j’ai plusieurs fois refusé, en 2010, de faire des conférences publiques sur ce sujet. Je fais exception ce soir pour des raisons militantes qui sont à liées à la parfaite continuité que je vois entre les raisons de nos mobilisations en 2009 et les raisons de se remobiliser en 2011 dans la préparation des élections de renouvellement du conseil national des universités (CNU) qui auront lieu à l’automne.

Je vais donc tenter de passer d’une réflexion rétrospective – basée sur ma seule mémoire des faits et de quelques trop rares et trop rapides contrôles de dates et de faits dans les archives numériques -, en répondant aux questions posées par Michel Barthélémy pour orienter la séance[2], et tenter d’associer dans ces réponses une réflexion politiquement orientée sur les suites de cette mobilisation dans les prochains mois tant pour les prochaines élections du Conseil national des universités (CNU) que, en son sein, pour la mise en œuvre du décret modifiant le statut des enseignants-chercheurs et combattu par eux en 2009. De ce fait, mon propos ne portera pas sur l’ensemble des motifs de mobilisation des enseignants-chercheurs contre la LRU (compétition, privatisation, restrictions budgétaires, élitisme, précarisation…) mais uniquement sur l’enjeu du statut des enseignants-chercheurs.

MB : Quels ont été les éléments déclencheurs qui ont favorisé la constitution de ces modes d’organisation de l’action collective situés en dehors des syndicats ?

Je ne peux parler du déclenchement qu’à Paris 1, faute d’avoir suivi d’assez près la situation ailleurs, dans les autres universités. S’agissant de Paris 1, les « éléments déclencheurs » sont à trouver d’abord dans les mobilisations (minoritaires) de l’automne 2007 contre la LRU et au besoin éprouvé alors de se faire entendre plus fortement, notamment à travers l’Internet. La création le 3 décembre 2007 de la première « liste de discussion » ouverte et en « opt-out »[3] [Diffparis1][4] (abonnement et désabonnement libre, liste non modérée), avec 2500 adresses d’enseignants, chercheurs et biatoss pour l’essentiel est pour beaucoup dans la genèse fin 2008 du futur mouvement à Paris 1. Ce type de liste, au statut juridique complexe[5], satisfait une majorité de personnes : sur les 2500 initialement abonnés avec possibilité immédiate de sortie, 2000 y sont restés jusqu’à aujourd’hui, après plus de trois ans d’activité intense. Ce type de liste a permis de surmonter la faible audience des listes en « opt-in », formées sur une base militante, qui ne dépassaient pas alors quelques centaines d’abonnés dans cette université. Comme le montrent les archives de [Diffparis1], la liste a servi à informer les collègues de l’université durant toute l’année 2008 sur les enjeux professionnels, locaux et nationaux, et, à l’automne, de les informer des premières mobilisations, syndicales notamment, apparues dans d’autres universités en octobre et novembre 2008 et, par suite, à mettre en évidence fin novembre, un « retard » de mobilisation à Paris 1.

Neuf enseignants-chercheurs – dont moi-même – ont lancé l’Appel du 12 décembre 2008[6] et appelé « la communauté universitaire à se rassembler dans les plus brefs délais ». Ils étaient tous de Paris 1 (MCF, sciences humaines, pas très vieux…), et visaient à réduire ce retard local de mobilisation plutôt qu’à enclencher – à cette date et dans leur esprit – ce qui deviendra plus tard un mouvement national… mais qui n’était alors pas prévisible ; bien sûr, ils caressaient aussi l’espoir que cet appel contribuerait à la mobilisation au-delà de leur université. Cependant, si l’affichage des signatures[7] a mis en avant les signataires de Paris 1, ce n’était pas par égocentrisme mais parce que notre finalité première était de peser sur le débat interne de notre université et de pousser les collègues et syndicats locaux à bouger.

Il suffit de relire l’Appel du 12 décembre 2008 et la motion de la première coordination pour vérifier que, du côté des réformes, les deux éléments déclencheurs ont été : 1) la réforme du statut des enseignants-chercheurs des universités ; 2) la réforme du recrutement des enseignants du secondaire (mastérisation). Dans les deux cas, notre analyse de ces réformes nous amenait à y voir des dispositifs de contrôle intellectuel et politique du secteur pédagogique, c’est-à-dire des contenus enseignés, sous couvert de gestion budgétaire ou de management public tendant de surcroît à des restrictions budgétaires.

Parmi les raisons du succès de l’Appel du 12 décembre 2008, au-delà de Paris 1, il en est une relativement technique mais qui n’est pas anecdotique. Il se trouve que j’ai utilisé, pour diffuser cet appel, la base de données d’une liste de diffusion, en « opt-out », [TERRA-Infos][8], réunissant 81692 adresses email (un peu moins à l’époque) soigneusement collectées depuis 2003, notamment sur les sites universitaires, et couvrant ainsi l’ensemble des universités françaises pour un tiers environ des adresses ainsi que le monde des journalistes et divers segments de réseaux professionnels militants pour le reste. Le moyen était, d’une certaine façon, très largement dimensionné par rapport à l’objectif local de notre appel, mais il ne l’était pas sans raison : il s’agissait d’inciter les collègues locaux à bouger en s’adressant non seulement à eux mais aussi à leurs environnements socio-professionnels respectifs, disciplinaires et réticulaires, qui, eux, ne sont pas locaux mais nationaux. Cette démarche a contribué à notre succès tant local que national puisque la poussée exceptionnelle produite par l’appel du 12 décembre a facilité sur Paris 1 l’organisation d’une première assemblée générale, le 8 janvier, qui lança à son tour l’appel à la tenue d’une première coordination nationale des universités[9], qui eut lieu à Paris 1 le 22 janvier 2009, et qui lança alors réellement le mouvement national de 2009[10].

J’expose cela pour montrer qu’il n’y pas eu d’opposition entre cette démarche de coordination nationale et l’action syndicale : ni de ma part (qui ai pris ma première carte syndicale et payé ma première cotisation syndicale, à la Fercsup-CGT, en janvier 2009), ni à ma connaissance des autres collègues initiateurs de l’appel du 12 décembre, ni de l’assemblée générale de Paris 1, ni de la coordination interne à Paris 1 mise en place à ce moment là et qui coïncidait largement avec l’intersyndicale locale tout en s’ouvrant à d’autres collègues élus par l’assemblée générale. Dans notre cas, à Paris 1, l’action syndicale d’octobre et novembre 2008 observable sur d’autres universités, nous a précédés et inspirés dans le lancement de l’appel du 12 décembre et du processus de coordination nationale.

En outre, dès la première CNU et durant toutes les suivantes, les syndicats y trouvèrent place et y jouèrent un rôle majeur, variable de l’un à l’autre bien sûr et d’une CNU à l’autre, mais sans subir de rejets ou d’ostracisme anti-syndical comme on a pu l’observer en d’autres mouvements sociaux pilotés par des coordinations nationales (je pense, par exemple, à celui des étudiants contre le projet Devaquet en 1986). Certes, on a pu entendre, ici ou là, quelques propos anti-syndicaux ou critiques des syndicats… mais je n’ai jamais observé dans ces coordinations de tendance lourde de nature anti-syndicale. La coordination ne s’est pas faite en dehors des syndicats : ils y étaient présents, de manière visible (avec logos, autocollants, tracts, etc.), et l’intersyndicale nationale elle-même y était présente ; elle s’est même parfois tenue dans les couloirs ou salles mitoyennes de la coordination nationale pour préparer des communiqués, dans l’urgence, qui tenaient compte des débats en cours.

MB : A quelles attentes particulières ces collectifs ont-ils voulu répondre que les organisations de défense traditionnelles des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche n’abordaient pas ?

Je ne crois pas que l’opposition contenue dans la question soit adéquate : j’ai l’impression qu’il y a, chez les enseignants-chercheurs, plus un phénomène de faible syndicalisation (guère plus que dans d’autres professions… mais très faible néanmoins : de l’ordre de quelques pourcents) – que d’anti-syndicalisme. Et il y a, en outre, à partir des années 2007 un déphasage nouveau entre ce faible taux de syndicalisation et le taux de participation numérique des enseignants-chercheurs aux discussions de type syndical… déphasage accentué en 2009 en raison de l’ampleur exceptionnelle du consensus dans la profession. D’un côté, des organisations syndicales qui ne regroupent guère plus de quelques milliers d’adhérents et de l’autre des formes nouvelles de communication par Internet qui permettent d’associer en quelques jours des dizaines de milliers de personnes. Ce déphasage prédispose au « débordement » des périmètres syndicaux habituels. En outre, ce cadre de mobilisation « coordination nationale »  se présente comme une évidence en raison de son usage social devenu banal, depuis plusieurs décennies, dans le répertoire d’action collective des mouvements sociaux, en France, un peu comme la pétition ou la manifestation.

Ce qui induit peut être en erreur sur le sens et la portée de la coordination nationale c’est l’ampleur du mouvement universitaire de 2009 qui fut sans précédent historique, chez les enseignants-chercheurs. Il dépasse de loin celui de mai 1968 en ce qui concerne le niveau de consensus chez les enseignants-chercheurs, puisque participaient de ce consensus des universitaires de droite et d’autres travaillant dans des disciplines ou des universités traditionnellement conservatrices (ce qui était moins le cas en 1968). Ce consensus fut très large mais paradoxal et plein de contradictions. Les universitaires furent presque tous opposés à cette réforme de leur statut professionnel mais pour des raisons parfois fort différentes voire diamétralement opposées : on peut défendre la libre maîtrise de son temps de travail comme condition de liberté intellectuelle ou comme opportunité de travailler ailleurs… Mais le consensus fut indéniablement exceptionnel, ce qui explique l’ampleur de la mobilisation et donne cette impression de dépassement du périmètre habituel d’action syndicale.

Pour résumer, il y a trois variables à considérer : 1) un taux de syndicalisation très bas ; 2) un consensus exceptionnellement large dans la profession ; 3) une communication numérique qui met en relation des dizaines de milliers de personnes très rapidement. Par suite, l’ampleur de la vague et sa vitesse d’accélération dépassaient de très loin le cadre d’action routinier de l’intersyndicale nationale et imposait comme une évidence, même aux yeux des responsables syndicaux, la forme « coordination nationale ». Les deux instances, intersyndicale et coordination, avancèrent souvent de paire, soit parce que les membres de l’intersyndicale participaient à la coordination et pesaient sur ces débats, soit parce l’intersyndicale complétait la coordination entre deux réunions, par des communiqués.

En outre, parmi les responsables syndicaux nationaux, aucun en décembre 2008 n’était disposé à prendre la responsabilité de lancer un appel à mobilisation nationale dont le succès et l’audience parmi les enseignants-chercheurs étaient très loin d’être assurés. La forme « coordination nationale » permet ainsi aux syndicats de tester le terrain, de sentir « la base », en s’engageant dans un mouvement sans assumer le risque de l’échec éventuel.

Quelques réticences de la part des responsables syndicaux s’exprimèrent durant la première coordination nationale… par crainte notamment de la voir se transformer en organisation pérenne, associative (de type SLR ou SLU), venant concurrencer les organisations syndicales tout en entretenant la faible syndicalisation, voire des formes d’anti-syndicalisme et en dispersant éventuellement les faibles forces militantes dans le secteur. Cependant ces réticences disparurent dès lors que la première coordination nationale rejeta l’idée d’élire des représentants ou un bureau. Cela rassura les syndicats mais affaiblit les possibilités de pilotage du mouvement… (mais cette faiblesse n’était pas perceptible alors et ne put l’être que beaucoup plus tard, en mars et avril). Les réticences syndicales disparurent en outre fin janvier / début février quand l’ampleur nationale de la vague fut clairement perceptible.

MB : Quelle place ces instances largement informelles au départ ont-elles pu trouver dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche et dans l’espace de l’action collective?

La « coordination nationale des universités » de 2009 fut une instance logiquement conjoncturelle et logiquement éphémère… « Logiquement » au sens où il n’y a pas lieu, à mon avis, de lui en faire le reproche ni de s’en plaindre. Elle apparaît en janvier 2009 et perd de son influence sur la profession à partir d’avril-mai, au moment de la reprise des cours… Elle a donc eu une durée d’existence et d’influence d’environ trois à quatre mois. Il y a certes des réunions après l’été 2009 mais elles ressemblent à ces poches d’eau que laisse la mer lorsqu’elle se retire, à marée basse. Quelques réunions et actions sporadiques et résiduelles que l’on observe dans le sillage de n’importe quel mouvement social d’importance, même en cas de victoire et plus encore lorsque la défaite est trop nette pour être facile à digérer.

On peut confirmer cela en examinant les archives du site web sous WordPress « Universités & universitaires en lutte », créé par Olivier Ertzscheid. Ce site collaboratif très ouvert et qui concentra durant cette période le plus gros flux de publications et rediffusions d’informations et documentations relatives au mouvement, fonctionne du 26 janvier 2009 jusqu’au 15 juillet 2009[11]. On peut dire  qu’il constitua le site web le plus important et le plus central du mouvement. Or l’activité de publication cesse presque complètement à partir de l’été 2009 alors que les nombreuses personnes disposant des codes d’accès auraient pu continuer à y poster des informations, extraits de presse, réunions, communiqués, etc.

La liste de discussion [Prep.Coord.Nat][12] que j’ai créée le 29 janvier 2009 pour préparer la seconde coordination nationale du 2 février 2009… est devenue très vite un espace de discussion « parallèle ». C’est une liste ouverte en « opt-in » (abonnements libres, liste non modérée) et où se retrouvent probablement les plus mobilisés des enseignants-chercheurs mais dont les échanges ont une influence aléatoire et, à mon avis, faible sur les configurations en salle de la coordination nationale : la rotation des délégués d’une coordination à l’autre ne s’est pas accompagnée d’un abonnement des nouveaux délégués sur la liste [Prep.Coord.Nat]. Par suite, les deux ensembles de personnes, celles réunies sur la liste et celles présentes en salle, se sont différenciés d’une coordination à l’autre avec certes toujours une intersection des deux ensembles mais aussi une dissociation croissante. Cela apparaissait nettement en suivant les débats numériques en amont et les débats en salle de la troisième coordination (11.02.2009) et des suivantes, jusqu’à une dissociation complète à la sixième (16.03.2009). Cette liste de discussion perdure certes, au-delà de l’été 2009. Elle fusionne en novembre de la même année avec [COORD-U] créé par Joël Pothier en 2007 dans le cadre de la mobilisation contre la LRU. Elle demeure active jusqu’à aujourd’hui, mais comme un simple espace d’information et de discussion de 792 abonnés, qui n’est pas articulé à une organisation ou un système de décision. Il me semble que cette liste de discussion aujourd’hui forme comme une sorte de carrefour entre de nombreux non-syndiqués (dont beaucoup n’arrivent pas à franchir le pas symbolique et financier de la syndicalisation) d’une part et de nombreux syndiqués proches des quatre syndicats « résistants » au décret du 23 avril 2009 (Cgt, Fo, Fsu, Solidaires ; si l’on considère les votes au Conseil Supérieur de la Fonction Publique du 9 avril 2009[13]) et de quelques autres (Unsa, Cfdt…).

La coordination nationale des universités n’a donc pas perduré dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche. En revanche ce qui perdure jusqu’à aujourd’hui ce sont les motifs initiaux de la mobilisation. Malgré un mouvement de plusieurs mois et un niveau historiquement sans précédent de consensus et de mobilisation des universitaires, le gouvernement a choisi de passer en force, en ignorant les raisons exprimées par les universitaires et en manipulant allègrement l’espace médiatique et l’opinion publique. Ce choix stratégique du gouvernement, qui parut efficace sur le moment au vu de son résultat, à mon avis ne l’est pas, parce ce qu’il est de très courte vue : les universitaires ont choisi, parfois il y a dix ou vingt ans, voire plus, un projet de vie correspondant à un certain équilibre associant un temps de formation initiale extrêmement long et donc très coûteux (de dix à quinze années d’études supérieures), un niveau de rémunération très bas au regard de ce temps de formation initial… et en contrepartie une liberté intellectuelle très grande. On ne peut pas venir leur dire, une fois ce contrat tacitement formé : vous n’aurez plus la liberté intellectuelle… et on ne vous remboursera ni vos investissements de formation initiale, ni le manque à gagner des années passées. Cela, cette espèce d’escroquerie collective par rupture unilatérale de contrat tacite, Sarkozy, Fillon et Pécresse en ont sans doute rêvé… mais ce sont là leurs illusions : dans la réalité cela ne passera pas, parce que cette équipée gouvernementale ne durera pas et parce que, à mon avis,  la culture politique de nos démocraties ne prédispose pas la population à accepter qu’une poignée de dirigeants s’attaque aux libertés universitaires à des fins de mise au pas et d’enrôlement idéologique.

Et c’est là l’essentiel de ce qu’il reste aujourd’hui de la coordination nationale des universités dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche : la possibilité que l’on a de pouvoir la réactiver en décembre 2011 pour les mêmes raisons – exactement les mêmes ! – qu’en décembre 2008 et avec les mêmes moyens mais dans une conjoncture politique qui sera alors, durant l’hiver 2011-2012 infiniment plus défavorable au gouvernement actuel et plus favorable aux enseignants-chercheurs. En effet, le déclenchement d’un nouveau mouvement de grève et de mobilisation des universitaires en pleine campagne des présidentielles ne pourra pas être traité avec les mêmes sarcasmes et manipulations gouvernementales de 2009. Un tel mouvement, dans ce calendrier électoral, aura des effets dévastateurs pour le gouvernement sortant et cela il ne pourra pas l’ignorer.

Or la phase d’application du décret du 23 avril 2009, c’est-à-dire de mise en œuvre du système de contrôle centralisé des enseignants-chercheurs par le Conseil National des Universités (CNU) dont le renouvellement électoral aura lieu le 25 octobre 2011 et en novembre pour la fraction nommée de ce conseil, s’amorcera précisément à partir du mois de décembre 2011. C’est donc à ce moment là que l’on pourra vérifier que, bien loin de vouloir généraliser une évaluation scientifique des travaux, c’est à dire une évaluation qualitative que les scientifiques connaissent, approuvent et pratiquent depuis longtemps (soutenances, habilitations, qualifications, recrutements, promotions, etc…), ce gouvernement cherche à instaurer pas à pas un système de notation mécanique dont le seul but est de produire des chiffres fictifs destinés à servir d’index. Ceci étant réalisé dans l’intention de  réduire les budgets et d’augmenter les charges des enseignants-chercheurs tout en renforçant les pouvoirs hiérarchiques des technocraties ministérielles et des présidences d’université au détriment de la liberté intellectuelle. Or cette dernière est une condition sine qua non de notre métier, dans tous les domaines de la recherche et de l’enseignement mais plus particulièrement dans les domaines des sciences humaines. En effet, celles-ci ont besoin non seulement d’une liberté d’agenda, comme toutes les autres sciences, mais en plus d’une très grande liberté de choix paradigmatique et interprétatif.

MB : Sur le plan des raisons d’agir, comment passe-t-on d’un statut d’analyste du monde social à celui d’observateur engagé qui s’efforce de peser sur le traitement public de questions importantes concernant la profession, son activité et sa mission dans la société ?

Si je rapporte la question à mon sujet – « de la CNU de 2009 au CNU de 2012 » – donc à l’ensemble des enseignants-chercheurs participant à la mobilisation de 2009 ou concernés par ce qui se passera au CNU en 2012… je crois qu’il faut surtout se débarrasser d’une certaine illusion (qui fut la mienne au début du mouvement de 2009), quant à la compétence analytique et pratique des enseignants-chercheurs dans la défense des libertés universitaires : très peu d’enseignants-chercheurs sont des « analystes du monde social ». Et la très grande majorité des enseignants-chercheurs se caractérise par une large incompétence qui n’a été comblée ni par une formation en sciences sociales ni par un apprentissage dans l’expérience militante ou professionnelle.

  • · Sur les 60 000 enseignants-chercheurs statutaires (PU et MCF, tous chiffres et ordres de grandeur élaborés à partir de sources ministérielles[14]), environ 20 000 sont en sciences humaines et sociales dont 5000 en lettres, 3000 en droit, 2000 en gestion… ce qui en laisse environ 10 000 en sciences sociales dont une large part n’étudie pas spécifiquement le monde social et encore moins le monde social actuel. On peut donc considérer qu’il n’y a pas plus de quelques milliers – probablement moins d’un dixième des enseignants-chercheurs – qui ont une compétence spécifique d’« analystes du monde social » actuel et qui peuvent la convertir en savoir pratique pour agir au sein d’un mobilisation sociale, peser sur l’espace public, défendre une cause, mener efficacement une action collective militante…

  • · Si l’on considère l’autre modalité d’apprentissage liée à la syndicalisation : elle ne concerne que quelques pourcents de la profession dont une large part recoupe l’ensemble précédent. Encore faut-il noter qu’une simple adhésion syndicale n’est guère formatrice et qu’il faut un engagement soutenu et durable pour que celui-ci favorise un apprentissage des systèmes institutionnels, dynamiques sociales et vie politique. Je ne dispose pas d’informations sur les autres engagements (partisans, associatifs…), en tendance, des enseignants-chercheurs… mais je les crois assez bas.

Par suite, la très grande majorité des enseignants-chercheurs n’a qu’un très bas niveau de compétence lorsqu’il s’agit d’analyser une conjoncture politique ou une configuration sociale, de savoir comme fonctionnent les institutions, de comprendre des relations élémentaires entre les acteurs politiques, d’associer les connaissances juridiques, sociologiques et économiques nécessaires à une analyse de situation. Et naturellement la capacité à projeter et mettre en oeuvre une stratégie d’action collective ne peut être qu’égale ou inférieure à cette capacité déjà faible de diagnostic.

On pourrait croire que le haut niveau d’étude tendanciel de cette population change la donne : mais les formations initiales reçues ou l’apprentissage continu par la recherche, lorsqu’ils ne portent par sur la société, ne préparent pas spécifiquement à la compréhension de la société et du système politique ni à la mise en œuvre d’une stratégie efficace. En outre, l’habitude prise d’une position d’autorité intellectuelle, dans leurs domaines respectifs de compétence, réduit l’aptitude des enseignants-chercheurs (par comparaison aux acteurs d’autres domaines comme ceux de la protection de l’environnement ou de la défense des sans-papiers, pour ce que je connais) à reconnaître leurs propres incompétences, surtout sur des sujets – ceux de la Cité –  qui semblent toujours aux citoyens de nos cultures démocratiques un lieu commun où toutes les participations politiques se valent… ce qui est vrai en droit ou en principe… mais se dément sociologiquement lorsque ces participations nécessitent des compétences, comme c’est le cas pour piloter un mouvement social ; or ces compétences sont inégalement réparties.

Et même si le domaine des sciences humaines (au sens le plus large) était clairement surreprésenté au sein de la coordination nationale des universités, dans la communication numérique, dans les mass-médias et peut être aussi dans les manifestations de rue… je n’ai personnellement pas vu plus de compétence collective au sein de cette mobilisation de 2009 qu’au sein d’autres configurations de mobilisations sociales que j’ai pu observer ou étudier depuis vingt cinq ans (mobilisations étudiantes, mobilisations environnementales, mobilisations anti-xénophobes…). Il m’a même semblé y voir une plus grande incapacité à déléguer le pouvoir à des acteurs plus compétents : la décision initiale de ne pas élire un bureau de la coordination nationale – contrairement à ce qui est observable dans bien d’autres secteurs – ne concerne pas seulement la relation coordination / syndicats mais aussi cette difficulté à déléguer le pouvoir tant à des élus d’un bureau permanent de la coordination nationale qu’aux représentants des syndicats participant à l’intersyndicale nationale.

Faute de telles délégations de pouvoir aucune stratégie collective n’était concevable en dehors de celle que l’on pourrait appeler la «  stratégie du gorille » : celle du grossissement des troupes, du grossissement des revendications et du grossissement des actions. Dans cette perspective, initialement nécessaire, notamment en janvier et février 2009, l’action des quatre premières coordinations fut très efficace – sans doute beaucoup plus que ce qu’auraient pu faire l’intersyndicale – pour lancer et faire grossir le mouvement. Mais cette action de propulsion et d’expansion n’avait plus aucune utilité lorsque la vague arrivait à son apogée et menaçait de s’effondrer sur les récifs des vacances de Pâques où le gouvernement nous conduisait. Or cette stratégie gouvernementale était détectable et fut effectivement détectée, dès le début du mois de mars, par des acteurs minoritaires mais plus compétents (chercheurs spécialisés et responsables syndicaux) réduits au silence par l’incapacité ou le refus du plus grand nombre à voir que ce qu’il y avait de plus exceptionnel à ce moment-là n’était pas l’ampleur du mouvement mais la résistance du gouvernement et sa détermination à attendre l’issue prévisible au passage des vacances de Pâques. Il aurait fallu, dans la première quinzaine de mars, savoir laisser piloter le mouvement à un bureau de la coordination nationale ou à l’intersyndicale nationale pour qu’au lieu de quelques négociations latérales et clandestines de syndicats minoritaires, comme il y a eu, les acteurs les plus centraux du mouvement aient eu la possibilité de négocier avec son appui et sous son contrôle[15]. Et même si le gouvernement n’aurait peut être pas accepté d’aller vers une négociation publique, la responsabilité du refus, aux yeux de l’opinion publique, lui en aurait incombé… et, à court terme, un prolongement ou une reprise du mouvement aurait été plus facile à justifier … et, à long terme, la préparation de nos propositions (re)constructives en vue d’une éventuelle alternance politique aurait été largement supérieure.

Cependant, dès la cinquième coordination (06.03.09), l’incapacité collective à construire une stratégie était évidente : les « débats » en salle, pour ne pas dire les empoignades et les cris inarticulés, faisaient ressembler la coordination à un Titanic lancé à pleine vitesse… mais dont personne ne pouvait orienter la trajectoire pour tenir compte des obstacles et des contraintes du calendrier de fin d’année universitaire ainsi que de la stratégie de l’adversaire gouvernemental.

De fait, les universitaires ont été mis en échec au printemps 2009 et ils ont perdu une bataille… ce qui ne veut pas dire qu’ils aient perdu la guerre des libertés universitaires. Leurs raisons d’agir en 2011-2012 sont les mêmes qu’en 2009 : elles sont indissociablement professionnelles et sociétales. Professionnelles au sens du contrat tacite qui relie leurs conditions matérielles de travail (lourd investissement initial et faible salaire) et leurs libertés intellectuelles (absence de « patron »). Sociétale parce que la défense des libertés universitaires – au même titre que la défense de l’indépendance et des moyens des juges ou de la liberté d’investigation et d’expression des journalistes – est une défense de la liberté de pensée dans la société démocratique, donc une défense de la démocratie elle-même.

Mais pour répondre de manière plus personnelle à la question posée, je dirai que ce qui me rend optimiste pour l’avenir, ce sont précisément les connaissances d’« analyste du monde social » et d’analyste des politiques publiques : depuis quarante ans, toutes les études dans mon domaine de spécialité, depuis le fameux « Implementation » de Pressman & Wildavsky (1973) en passant par le « Vollzugdefizit » de Mayntz (1983) nous montrent que des politiques publiques peuvent être très fortement réorientées – c’est un euphémisme – dans leur phase de mise en œuvre par rapport à ce qu’étaient les intentions initiales affichées par les décideurs… surtout si ces intentions étaient irréalistes et/ou illégitimes.

Les enseignants-chercheurs se trouvent aujourd’hui, à l’occasion de la prochaine élection du Conseil National des Universités chargé de mettre en œuvre le décret contesté du 23 avril 2009, dans cette situation où ils peuvent effectivement reprendre la main et rouvrir la bataille de 2009 mais, en 2011-2012, sur un terrain autre que celui des grèves, des coordinations, des manifestations, des pétitions et des tribunes d’opinion : sur celui de la mise en œuvre du décret, en entrant dans les rouages de l’appareil administratif d’Etat. Il est possible en effet de neutraliser le dispositif de contrôle social des enseignants-chercheurs en le rendant inopérant.

Pour cela, il faut affirmer haut et fort qu’aucune « évaluation » ne vaut si elle ne procède pas d’une connaissance des contenus : aucune recherche ne peut être évaluée sans avoir été lue, aucun enseignement oral sans avoir été entendu, aucune responsabilité administrative sans avoir été appréciée. Sinon, il ne s’agit pas d’évaluation mais de mise au pas et contre celle-ci il faut refuser toute notation, toute informatisation des rapports d’activité, tout cadre uniforme d’élaboration de ces rapports et toute cotation des supports de publication (livres / revues, classées / non classées…)… Face à cette machine kafkaïenne de laminage des enseignants-chercheurs, il faut enrayer la machine avec des grains de sable aussi faciles à poser qu’une « évaluation » identique et positive pour tous.

Encore faut-il pour cela que les nombreux enseignants-chercheurs autrefois plus intéressés par l’enseignement et la recherche que par les jeux de pouvoir, la course aux honneurs et les augmentations de revenus, et qui se tenaient à l’écart du CNU en participant peu aux élections et en restant indifférents à ce qui s’y passait… changent de comportement et comprennent que, sinon, les fonctions du prochain CNU risquent d’être radicalement différentes de ce qu’elles ont été par le passé. Encore faut-il que, face à l’autoritarisme technocratique généralisé qu’instaure cette réforme gouvernementale, le débat électoral, l’élection elle-même et l’activité des élus au CNU, particulièrement en 2011 et 2012, oeuvrent à relancer la bataille de 2009 sur cette nouvelle scène d’action qu’est le CNU. Encore faut-il pour cela élire des collègues déterminés à se battre pour neutraliser le dispositif… et qui n’en deviennent pas progressivement, à travers la somme de petits arrangements successifs, les principaux collaborateurs.

M.B. : Par ailleurs, en ce qui concerne l’engagement dans ce type d’action, où s’arrête l’expression de la position informée d’un praticien du domaine évoqué et où commence celle du militant d’une cause ?

Le sens de la question peut varier suivant ce que l’on entend par « position informée d’un praticien du domaine évoqué » : si le domaine est celui des sciences sociales, comme évoqué à la question précédente, alors il s’agit d’une vaste problématique qui concerne à la fois la différenciation entre science et militance, donc le rapport aux valeurs dans la recherche en sciences sociales, mais aussi celui de la spécialisation dans la recherche et des choix d’agenda scientifique… le tout dans un contexte historique particulier qui oblige les enseignants-chercheurs, particulièrement dans ce domaine, à défendre les libertés scientifiques et pédagogiques contre une forme d’anti-intellectualisme gouvernemental qui va de paire avec un autoritarisme grandissant et un démantèlement budgétaire du service public.

Je ne peux pas traiter dans ce cadre restreint de si vastes questions mais seulement esquisser une position intellectuelle :

Je ne crois pas du tout que la validité des énoncés scientifiques doive être indexée sur une prétendue « neutralité axiologique », apparue comme référentiel de la recherche dans les sciences sociales professionnalisées à la fin du 20ème siècle. En termes actuels, Marx était un gauchiste, Durkheim un centriste et Weber un conservateur… l’évidence de leurs orientations normatives et politiques, de leurs valeurs et de leurs préférences, n’enlève rien à l’intérêt scientifique de leurs travaux respectifs. Au contraire, la visibilité de ces orientations réduit les illusions et permet de repérer plus facilement les limites de leurs apports  respectifs.

En revanche, ce référentiel de la neutralité s’impose de manière impérative – pour des raisons éthiques et déontologiques et non pas méthodologiques – dans la position de « surpuissance » associant le monopole de la parole, de la compétence et de la sanction notamment vis-à-vis des étudiants mais, indirectement, vis-à-vis de collègues qui seraient dépendants ou subordonnés d’une façon ou d’une autre. La contrepartie de cette position des professeurs et dirigeants administratifs d’unités de formation est d’imposer des efforts et des contraintes spécifiques de neutralisation, au moins apparente, de leurs préférences normatives, ceci par simple respect des subordonnés, qu’ils soient étudiants ou salariés, dans leur diversité politique, philosophique, religieuse, etc.

Weber ne voyait pas de contradiction (et il avait raison) à prôner la neutralité professorale, celle du « savant » d’un côté, tout en assumant la subjectivité normative de son propre discours public (cf. ses « Ecrits politiques ») ou plus généralement du « politique », d’un autre côté. L’enseignant-chercheur, tel que nous le connaissons aujourd’hui, n’existait pas à son époque. Et c’est peut-être l’un des effets pervers de l’institutionnalisation de ce statut professionnel d’enseignant-chercheur, dans un contexte historique de réduction du pluralisme intellectuel, que d’avoir diffusé cette confusion aujourd’hui fréquente en sciences sociales entre les contraintes du métier pédagogique et celle du métier scientifique, du point de vue du rapport aux valeurs, confusion qui consiste à transférer stupidement l’injonction de neutralité professorale sur les publications scientifiques.

Les sciences sociales ne sont jamais neutres ni celles des « gauchistes », ni celles des « droitistes »… ni celle des « centristes », même si ces derniers, de centre-droit ou de centre-gauche, en sont le moins conscients, pour ce qui concerne leurs propres visions du monde. Et cette inconscience, à cet égard, s’accentue de beaucoup lorsqu’ils sont en position dominante, voire hégémonique, comme c’est le cas aujourd’hui dans beaucoup de segments du monde universitaire. On le voit chez les jeunes sociologues dont les plus « gauchistes » subissent, plus que les autres, les contraintes et sanctions de ce milieu professionnel et, de ce fait, réfléchissent davantage à leurs propres subjectivités normatives.

Aucun discours de sciences humaines et sociales n’est neutre mais, pourtant, un compte-rendu de recherche, si la recherche est bien faite, ne se confond pas avec un discours militant. La différence ne tient pas aux valeurs, pas même à l’intensité de leur expression ou de leur euphémisation, elle tient à la quantité de travail incorporée dans l’analyse : à la quantité du travail de recherche et d’analyse de données nouvelles ; à la quantité de connaissances incorporées, issues de travaux de recherche antérieurs ; à la quantité du travail de correction, de « relecture critique », qui est facilité par l’expérience personnellement accumulée dans la recherche et par la discussion entre spécialistes d’un domaine et d’un sujet de recherche.

Je peux dire que mon propos d’aujourd’hui n’est pas un compte-rendu de recherche mais un simple témoignage d’acteur, non pas en raison d’une variation de ce que seraient ou devraient être mes valeurs ou leurs degrés d’exposition, d’un discours à l’autre… mais simplement parce ce que je n’ai pas fait le travail de recherche sociologique, sur la coordination nationale, que je pourrai faire si je décidais de consacrer un temps de recherche suffisant à ce sujet là plutôt qu’à un autre. Rien que pour analyser cette configuration et son évolution durant le premier semestre 2009, cela nécessiterait au moins une année de travail pour relire et traiter les archives numériques et médiatiques, réaliser des entretiens avec une série d’acteurs correctement choisis, lire les analyses et interprétations déjà produites par d’autres, construire un objet et une démonstration, soumettre tout cela, par esquisses successives à l’esprit critique d’autres chercheurs ou d’acteurs compétents, ainsi qu’à la diversité des points de vue interprétatifs… C’est cela, si j’en avais pris le temps, qui aurait pu faire de mon discours autre chose qu’un simple témoignage d’acteur, militant d’une cause, même si il y a lieu de différencier les acteurs du point de vue de vue de leurs compétences analytiques.

S’ouvre alors une réflexion sur l’agenda scientifique : faut-il choisir de consacrer du temps de recherche à ce sujet là plutôt qu’à un autre ? Je crois que les chercheurs devraient se poser plus souvent cette question essentielle et oser – contre la culture neutraliste de l’égalitarisme des sujets (« tous les sujets sont bons ») – en débattre tous ensemble…

Du point de vue de leurs conséquences sur la société globale et son évolution future, les transformations qui affectent l’enseignement supérieur et la recherche me semblent demeurer, aujourd’hui encore, moins importantes que d’autres transformations comme, par exemple, la remontée des nationalismes xénophobes dans les sociétés et systèmes politiques européens dont les conséquences peuvent être aussi dévastatrices dans le 21ème siècle que dans les 19ème et 20ème siècles. Avec le même point de vue sur les conséquences globales, la transformation réglementaire du statut d’enseignant-chercheur introduite par le décret du 23 avril 2009 me semble moins importante que la transformation sociale de ce métier face à l’émergence des nouvelles technologies de communication et d’écriture numérique liée à l’Internet. Mes choix personnels d’agenda scientifique découlent de cela. Et j’observe par ailleurs que très peu de collègues sociologues ont choisi de travailler, en recherche, sur les mutations les plus récentes de leur métier notamment celles liées aux réformes en France des dernières années.

Cependant, il y a deux raisons qui devraient tous nous amener à consacrer une partie au moins de notre temps disponible à ces sujets :

1) des raisons militantes : le fait de rappeler l’existence d’une ligne de démarcation entre un compte-rendu de recherche et un simple discours militant, comme je l’ai fait précédemment, n’interdit à aucun acteur de la franchir. Par suite, les enseignants-chercheurs aussi, comme d’autres acteurs, peuvent militer, et à mon avis doivent militer, pour diverses causes dont celle de la défense des libertés universitaires comme dimension, parmi d’autres, des libertés démocratiques. La seule contrainte spécifique qui s’impose à eux en tant que militants est de ne pas induire en erreur leurs publics sur le statut de leur propre discours, de ne pas faire passer un discours militant pour un discours sociologique, lorsque le travail de recherche n’a pas été réalisé. Et dans l’espace médiatique, en particulier, où les étiquettes professionnelles nous précèdent, cela est parfois bien difficile ; ce pourquoi je n’interviens normalement dans la presse ou dans des conférences publiques que sur mes domaines de spécialité scientifique.

2) des raisons scientifiques : les sciences humaines et sociales nous apprennent la valeur de l’analyse réflexive sur les conditions sociales de production de la pensée. Par suite, l’étude des transformations de nos conditions de travail, devrait former une petite partie au moins de tous les agendas scientifiques individuels dans ce domaine. En ce qui me concerne, c’est la raison pour laquelle j’ai choisi d’imputer une partie de mon temps de travail scientifique, dans les prochaines années, tout en poursuivant mes travaux sur le secteur essentiel des nationalismes xénophobes, à un sujet de type réflexif, portant sur le développement des technologies, supports et écritures numériques dans les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche.

M.B. : Plus fondamentalement, à quelles conditions une action collective pourrait-elle sortir des cadres de description formatés du discours publico-médiatique pour apparaître pour ce qu’elle est, c’est à dire l’émergence d’une problématique suscitée par l’examen d’une situation jusqu’ici non prise en compte pour elle-même ?

Ces conditions sont sans doute très nombreuses, liées aux évolutions historiques, culturelles, politiques, technologiques…

J’en évoquerai seulement une qui m’a semblé importante au cours du mouvement de 2009 et plus encore ultérieurement en réfléchissant à ce qui s’est passé durant ce premier semestre 2009. Ce faisant, je terminerai par là où j’ai commencé : celui du rapport complexe entre l’Internet et l’espace public.

Les nouvelles technologies de communication liées à l’Internet (emails individuels et collectifs, listes de diffusion et discussion, blogs personnels et collectifs, flux de communication, réseaux sociaux, automates de recherche ou d’alerte…) ont, sans aucun doute, joué un rôle majeur dans le déclenchement et dans le processus de la mobilisation universitaire de 2009 comme dans beaucoup de configurations et de conjonctures sociales depuis une demi décennie environ. Les possibilités qu’elles offrent de collaborations à distance entre un grand nombre d’individus, la possibilité de diffuser des messages à des centaines de milliers de destinataires avec des moyens accessibles aux acteurs ordinaires décuplent les capacités de mobilisation. Mais cette surpuissance aide au déclenchement du mouvement social… elle n’augmente pas son audience dans la société.

La communication numérique a ceci de paradoxal qu’elle peut affaiblir l’audience d’un mouvement social si les acteurs de celui-ci substituent involontairement et inconsciemment cette communication numérique à d’autres formes de communication passant par les mass médias classiques. Avec l’Internet, les enseignants-chercheurs ont eu une facilité extrême et nouvelle pour communiquer entre eux directement, sans médiation de la presse, de la radio et de la télévision. Nous avons pu discuter « entre nous »…à travers des réseaux de milliers et même de dizaines de milliers d’universitaires. Ceci a été fort utile pour déclencher le mouvement, convoquer des coordinations nationales, diffuser des motions, des mots d’ordre… c’est-à-dire faire grossir la marée et son tumulte à l’intérieur du monde universitaire mais cela n’a pas aidé à faire entendre nos raisons à l’extérieur de ce monde là.

Si l’on compare cela avec la période antérieure à l’Internet, cette action d’impulsion et de propulsion de la mobilisation, n’aurait pu passer que par les mass médias classiques : presse, radio et télévision. Pour susciter une mobilisation de dizaines de milliers de personnes dans plusieurs dizaines d’universités réparties sur tout le pays… il aurait fallu de la part des initiateurs et moteurs du mouvement un effort considérable de production de tribunes d’opinion dans la presse, d’interviews  à la radio, de reportages télévisuels… aux seules fins d’alerter et de mobiliser les autres enseignants-chercheurs. Pour parler « entre nous », nous serions passés par des médias à l’audience beaucoup large et nos discours, bien que destinés d’abord à « nous-mêmes », auraient généré un flux de communication plus intense en direction des publics plus vastes de ces médias classiques dans lesquels notre présence aurait été plus importante. Notre audience dans la société aurait été supérieure à ce qu’elle a été. Notre capacité à faire comprendre les enjeux, pour la société toute entière, de cette mobilisation aurait été aussi très supérieure.

Ce n’est évidemment pas la seule condition pour peser sur le discours publico-médiatique mais cela en est une : il faut articuler, mieux que nous l’avons fait, la communication en réseau et la communication de masse. La première est certes utile pour le déclenchement initial d’une mobilisation mais l’audience de celle-ci dans la société impose ensuite de repasser très vite dans des circuits de communication qui soient ouverts à un plus large public c’est-à-dire par la presse, la radio et la télévision. Les phénomènes de convergence en cours entre les médias classiques et les médias Internet devraient favoriser cette articulation, en cas de besoin, en 2012.


[1] Le texte a été partiellement écrit avant l’intervention et réécrit très largement ensuite en tenant compte des discussions qui ont eu lieu durant la séance du séminaire.

[2] http://pds.hypotheses.org/1261

[3] http://fr.wikipedia.org/wiki/Opt_out

[4] http://listes.cines.fr/info/diffparis1

[5] http://www.atelier.net/articles/cnil-autorise-prospection-publicitaire-professionnelle-email

[6] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?rubrique2

[7] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?rubrique2

[8] https://listes.univ-paris1.fr/wws/info/terra-infos

[9] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?article16

[10] http://www.shesp.lautre.net/spip.php?rubrique8

[11] http://universitesenlutte.wordpress.com/

[12] https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/listinfo/prepa.coordination.nationale

[13] http://www.ferc-sup.cgt.fr/site/IMG/pdf/Conseil_superieur_de_la_fonction_publique_de_l.pdf

[14] http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/07/9/demog10fniv2_172079.pdf

[15] Tel fut l’objet de la proposition que je fis entre la 5ème (06.03.09) vue de la 6ème coordination (16.03.09) : http://blogs.mediapart.fr/edition/observatoire-des-reformes-des-systemes-de-formation-enseignement-et-recherche/article-52 (la proposition, bien que signée par plus de deux cents collègues ne fut pas examinée).