4- Jean-Louis Fournel « Des universitaires contre la loi LRU : la naissance imprévue de SLU »_10° séance 280411

Tenter un questionnement sur les raisons de la création d’une association comme SLU comme un des prismes possibles d’une interrogation plus large sur les formes que peut prendre l’engagement des enseignants-chercheurs et des chercheurs dans la contestation des politiques des pouvoirs en place ne va pas de soi. En l’occurrence, il ne s’agit pas évidemment de s’engager dans une défense et illustration déplacée de tel ou tel acteur d’un mouvement social qui eut une certaine ampleur, encore moins dans un ridicule discours auto-satisfait d’« ancien combattant », fût-il agrémenté d’une déploration sur les défaites subies. Cela suppose aussi et surtout de se méfier de toute téléologie. Il serait bien hasardeux notamment de tenter de comprendre fin 2007, soit la date de la création de SLU, uniquement à la lumière de ce qui s’est passé au premier semestre 2009. À chaque fois la conjoncture spécifique rend la quête des causalités plus complexe et doit nous inciter à ne pas nous prêter trop aisément à des reconstitutions de longue durée où l’enchaînement des événements, ainsi que des pratiques individuelles et des formes de constructions collectives s’encastreraient merveilleusement comme dans un puzzle parfait où la conscience – toujours éveillée et aiguë bien entendu – d’intellectuels organiques néo gramsciens se mettrait au service d’un mouvement collectif de lutte contre une injustice identifiée parfaitement par les uns et les autres en inventant de nouvelles formes d’engagement ou en intégrant celles qui sont à sa disposition.

L’action politique inédite et imprévue (pas celle qui relève de la quotidienneté de la vie politique institutionnelle, qui a sa dignité et sa valeur mais qui s’inscrit dans d’autres logiques) se développe toujours au croisement – souvent improbable –  d’initiatives individuelles, de réactions collectives et d’une situation touchant les uns et les autres (Machiavel appelait cela le riscontro). Et une association, un parti, un collectif, ne peuvent vraiment voir le jour que si – grâce à une alchimie dont les secrets se trouvent rarement écrits dans les livres de théorie politique – ces actions individuelles à un moment donné cessent d’être individuelles, renoncent à être individuelles, et se donnent une forme ponctuelle dans laquelle l’individualité se fond dans quelque chose d’autre. La chose en question est sans doute plus difficile à inventer quand on a affaire à des universitaires et à des chercheurs en SHS (sciences humaines et sociales) dont les tropismes individuels, par goûts, par pratiques et par coutumes sont indéniables… Mais en même temps si cela marche, même un peu seulement, cela peut donner lieu – même si ce n’est que par moments et de façon souvent paradoxale ou contradictoire – à la création de ce que j’appellerai un intellectuel collectif.

Dès lors, une fois identifié comme tel, celui-ci peut avoir un rôle, nourrir des attentes… et entraîner des déceptions sans commune mesure avec sa force militante réelle. C’est un peu ce qui s’est passé avec SLU et c’est un peu cette petite histoire que je voudrais reprendre rapidement ici d’abord en passant par un rappel des effets de la conjoncture politique dans laquelle cela est advenu, ensuite par une narration précise dont les choses se sont déroulées, enfin par une analyse succincte des éléments dominants du processus engagé alors (et – fort heureusement – qui a connu des transformations et qui n’a pas encore vu sa fin aujourd’hui). Dernière précaution, qui n’est pas purement oratoire, ce que je peux dire aujourd’hui devant vous n’engage que moi et ne représente pas la position de l’association que j’ai présidée et dont je suis encore membre actif. C’est la première fois que je me prête de façon un peu construite à cet exercice de reconstruction, nécessairement partiel et partial, et les quelques mots qui suivent ne prétendent à rien d’autre qu’à apporter un éclairage possible aux questions posées par les organisateurs du séminaire à l’occasion de la présente séance.

I/ Conjoncture : le sarkozysme et la loi LRU

SLU est né on le sait à l’automne 2007. SLU ne serait à mon avis peut-être jamais né sans un certain mode de gouvernement qui s’est installé en France à partir de mai-juin 2007 et que l’on peut désigner en renvoyant au nom de l’actuel président de la République. Non que SLU se soit défini comme une association anti-sarkozyste. Mais je reste frappé par le fait que les universitaires – ou tout au moins les universitaires en SHS – n’avaient pas eu de réaction très forte, quelle que soit leur participation dans un second temps au processus des États Généraux de Grenoble en 2004, face à ce qui avait suscité par exemple la création de SLR. En revanche, les choses ont été (un peu, n’exagérons rien !) différentes à partir de 2007. S’il en est allé ainsi c’est peut-être parce que quelque chose de nouveau s’était alors mis en place.

L’instauration de la loi LRU en effet fut marquée par quelques caractéristiques propres à ce que nous pourrions appeler faute de mieux le « sarkozysme », phénomène marqué par un rapport quasiment mystique à la notion de rupture et à celle de réforme, caractéristiques que l’on pourrait énumérer ainsi :

–       absence de négociation et même absence de concertation sinon avec des interlocuteurs susceptibles d’être d’accord avec le gouvernement (notamment la CPU qui acquiert alors un rôle nouveau) ;

–       rapidité de la mise en place des réformes quitte à passer en force en jouant sur les périodes de vacances universitaires ;

–       certitude que tout adversaire est un allié potentiel ou du moins que l’on peut acheter sa neutralité par quelques avantages individuels (quitte à dissimuler cela sous les oripeaux de la politique d’excellence), puisque les positions, voire les postures, l’emportent toujours sur les convictions ;

–       revendication d’un changement de paradigme universitaire au nom d’une vieille politique d’une fraction de la droite française (celle que l’on peut qualifier schématiquement de bonapartiste) : se débarrasser des soucis budgétaires sur des corps intermédiaires et priver ces mêmes corps intermédiaires de toute influence dans le pilotage stratégique de la recherche (qui a un équivalent économique approximatif dans la logique consistant à privatiser les profits et à socialiser les pertes) ;

–       annonce tonitruante d’une volonté d’échanger un effort budgétaire ponctuel et largement en trompe l’œil contre une soumission à de nouvelles règles du jeu imposées sans concertation ni négociation.

La « communauté universitaire », cette notion dont on ne sait pas trop ce qu’elle recouvre mais qui en tout cas faisait office de liant au sein de l’université française n’avait pas vraiment l’habitude d’être malmenée ainsi. La loi Savary avait quant à elle vu le jour au terme d’une longue gestation et son texte comportait une série de concessions croisées prenant le risque de la contradiction mais permettant d’agréger un minimum de consensus autour des institutions. Surtout, les institutions en place depuis la loi Savary de 1984 n’étaient pas largement perçues comme des institutions particulièrement permissives interdisant tout gouvernement efficace de l’université. La présidentialisation notamment était déjà au cœur de celle-ci et il était bien difficile de faire démissionner par exemple un président trahissant la confiance de ses administrés. Les universitaires dans leur immense majorité ne ressentaient donc pas probablement ce besoin inextinguible de concentration du pouvoir entre les mains d’un nombre de plus en plus restreint de personnes. Structure par excellence collégiale (ou du moins se proclamant telle) depuis toujours et, symétriquement, constituée d’individus souvent très jaloux de leur indépendance, l’université s’est développée dans l’intégration de cet équilibre paradoxal. Affaiblir ou supprimer la collégialité c’est donner le libre cours à l’hybris de quelques personnes au seul service de ce qu’ils imaginent être leur destin personnel… et du pouvoir central. C’est là sans doute une des explications de cette étrange alchimie évoquée dans notre cas : des personnes qui se réunissent dans un collectif pour défendre la collégialité universitaire en tant qu’universitaires et en tant qu’individus mais qui n’aspirent pas à prendre la place des syndicats même s’il existait un constat partagé sur le caractère malheureusement inaudible, pour beaucoup, de la parole syndicale.

Les statuts que nous nous sommes donnés assez rapidement le montrent clairement : l’article 2[1] a été à cet égard mûrement pesé et je voudrais en reprendre rapidement la structure essentielle. Dire ce qu’était SLU c’était d’abord dire

a/ que l’association était née de la lutte contre la loi LRU et contre ses logiques ;

b/ qu’il existait à cet égard un devoir d’analyse et de réflexion de notre part, parce que nous devions aussi mobiliser nos compétences professionnelles au service de ce combat ;

c/ que des actions pouvaient être envisagées ;

d/ que le site était un des éléments essentiels de notre action.

II/  Récit : la création imprévue de SLU

J’ai voulu rappeler cela avant de revenir à une rapide narration du processus de création de SLU pour permettre de mesurer quelle différence il y a entre le point de départ de ce processus et son point d’arrivée, deux mois plus tard, lors de la rédaction collective des statuts entre la fin décembre 2007 et le début du mois de janvier 2008.

Si l’on me permet cette  boutade facile, nous pourrions dire qu’au départ, comme d’ordinaire, il y a le verbe, en tout cas la volonté de certains universitaires de rétablir l’existence d’une parole qui leur serait propre et dans laquelle ils se reconnaîtraient. Ou en tout cas de souligner qu’ils n’allaient pas de soi pour eux de se reconnaître dans la parole des présidents d’université, c’est-à-dire de ceux qui, après tout, étaient censés les représenter dans la mesure où ils avaient été élus sinon par eux, du moins par leurs représentants. C’est cette défiance qui est  à l’origine de la tribune préparée au début du mois de novembre 2007 par quelques enseignants-chercheurs de Paris 8 à destination du Monde et publiée dans ce journal assez vite, trois ou quatre jours seulement après qu’elle avait été proposée. Cette tribune était de fait intitulée « Les Présidents d’université ne parlent pas en notre nom » [2] et était fondée sur une idée simple : l’avis de la communauté universitaire ne saurait être représenté dans un parcours de réforme radical tel que celui qui était engagé depuis juin 2007 par la seule voix des présidents d’université. En effet, il était patent que les quelques tentatives de réaction critiques estivales (la pétition « pas à la sauvette »[3] par exemple) n’avaient reçu aucun écho public et que le débat semblait se concentrer entre la parole du ministère, celle des étudiants, mobilisés contre la loi LRU bien avant leurs enseignants (même s’ils l’étaient de façon « différenciée » pour user d’un euphémisme, selon les lieux et les organisations), et celle d’une instance qui prenait de plus en plus de place, la conférence des présidents d’université. De cette CPU, nous ne savions pas grand chose à ce moment-là, mais nous constations qu’elle semblait être passée du statut de « club informel pour échanges de bonnes pratiques » -selon le lexique à la mode des administrateurs – à celui d’acteur majeur du débat tout à la fois à l’origine de la réforme (puisqu’une bonne partie de la réforme avait été conçue dans ces discussions en cercles très fermés durant les années précédentes), destinataire de cette réforme (puisque son application leur était confiée au premier chef) et, pour ce qui était des présidents, principal bénéficiaire de la redistribution des cartes au sein des instances universitaires. Le sentiment des rédacteurs de cette tribune tendait ainsi à regretter à la fois une situation classique et une situation nouvelle :

a/ d’un côté la répétition d’une situation classique (on l’avait vu peu de temps auparavant lors de la mobilisation contre le LMD et surtout lors de celle contre le CPE) dans laquelle les enseignants-chercheurs étaient à la remorque des mouvements étudiants sans parole politique audible qui leur soit propre ;

b/ d’un autre côté, la situation, nouvelle celle-ci, dans laquelle on considérait que les présidents d’université pouvaient à eux seuls porter  la voix des enseignants-chercheurs.

La tribune proposée au Monde faisait donc le choix de ne pas s’attarder sur les  nombreux risques que faisait courir aux universités la nouvelle loi (paupérisation de certaines universités par l’introduction du budget global, désengagement financier de l’État, remise en cause des statuts de certains personnels par l’extension du domaine de la contractualisation, remise en question à terme du cadre des diplômes nationaux, développement d’une concurrence sauvage entre les universités et entre les disciplines, etc.) pour se concentrer sur le principal d’entre eux – et qui était alors le moins commenté – à savoir le renforcement des prérogatives présidentielles. Ce choix n’allait pas de soi et se voulait consciemment partiel. Il visait à une sorte de « coup de gueule » portant sur un seul des aspects parce que nous considérions non seulement que celui-ci était une des clés des nouvelles logiques promues par la loi mais qu’il était le plus « proche » des acteurs de l’université, de leurs pratiques quotidiennes. Au-delà, il s’agissait au travers de cette analyse de mettre en évidence un élément d’analyse qui reste encore essentiel pour moi aujourd’hui : le caractère hybride d’une loi voulant instaurer une autonomie des acteurs en renforçant les logiques potentiellement autoritaires à chacun des niveaux de l’ESR. La tribune libre se terminait par un appel à la communauté universitaire pour qu’elle se fasse entendre. Toutefois, pour les auteurs de ce texte, dont j’étais, il n’était alors absolument pas question au moment de sa rédaction de prendre l’initiative d’une quelconque organisation de l’accueil de cet appel, et encore moins, au début, d’en faire une pétition nationale. Les choses cependant allèrent à cet égard plus vite qu’on ne l’avait pensé car l’accueil réservé à ce texte dépassa ce que nous attendions et une partie minoritaire mais active de la communauté décida de s’emparer de ce texte pour en faire un point visible de rassemblement. Quelques jours après sa parution, sur la simple base du bouche à oreille entre amis et proches, une trentaine de personnes se réunirent pour en parler. Là fut prise la décision d’appeler à signature de cette tribune libre, bref de la transformer en pétition en lui ajoutant le sous-titre qui nous projetait déjà dans une action politique à moins court terme « pour une université collégiale ». L’idée était que si nous réunissions rapidement à rassembler quelques milliers de signatures l’action prenait un sens différent. Mais personne à ce stade ne parlait encore de site ni même de créer SLU en l’occurrence et il fut proposé tout simplement à nos amis de SLR de placer sur leur site ladite pétition/appel. C’est uniquement parce que cela s’avérait impossible que fut prise la décision de créer un site internet dédié, donnant vie de ce fait à ce qui à mon sens est aujourd’hui le fleuron de SLU, son instrument le plus efficace et qui permet à l’association de maintenir une présence même dans les périodes de reflux, comme aujourd’hui, grâce au travail des quelques amis qui s’occupent de faire vivre ce site tous les jours. Et c’est parce que nous créions un site dédié pour cette pétition qu’il fallut lui trouver un nom et que fut inventé de façon collective le nom de « Sauvons l’université ! » qui pouvait être entendu à la fois ou tour à tour comme une vraie reconnaissance à l’égard de SLR, comme un signe de proximité mais aussi comme un clin d’œil ou comme la revendication d’une attention spécifique à l’université (et sans doute, sans le dire, aux LSHS), que certains d’entre nous pouvaient à tort penser être insuffisamment représentés au sein de SLR. Encore à ce moment-là nous étions pris par l’enthousiasme de la création de quelque chose mais nous ne nous inscrivions pas encore dans la durée, durant les premières semaines au moins, nous avancions au coup par coup, chaque initiative devant nous prouver à nous-mêmes que cela valait la peine de continuer. [Je m’aperçois que je suis passé massivement dans ma façon de dire les choses ici du « je » au « nous » de façon un peu arbitraire ; je ne sais pas si ce nous est justifié et si nous pensions tous la même chose alors, en tout cas c’est ce dont pour ma part j’avais le sentiment et que nous avons exprimé à plusieurs reprises entre nous]. Au bout de deux mois, à la fin janvier, nous étions passés du collectif à l’association loi de 1901, plus vite donc que nos amis de SLR, nous dotant donc d’un bureau et de porte-paroles. Malgré les avertissements de certains amis de SLR notamment qui nous mettaient en garde contre les risques que présentait le passage du collectif à l’association, nous avions en effet décidé de prendre le risque de cette – très relative …- institutionnalisation pour donner un cadre légal notamment au site internet. C’est à ce moment-là que furent discutés nos statuts et à ce moment-là que nous perçûmes clairement (en tout cas c’est la reconstruction que j’en fais), et que nous perçûmes finalement assez vite, deux points clés : d’une part, la place centrale du site internet dans la construction de SLU et,  d’autre part, le fait que l’association devrait trouver une place originale dans les formes de son action et de sa réflexion (les deux pour nous devant être intimement liées) indépendantes des syndicats mais sans jamais se poser dans une logique de concurrence et de rivalité par rapport à ces derniers (d’où la décision très claire et inscrite dans les statuts, non sans débats animés, de ne pas présenter de liste SLU dans les élections universitaires – même si des entorses ont pu exister ici et là à cette règle). Ces deux points sont demeurés et sont parvenus – sans que cela, j’insiste sur ce point, n’ait jamais été théorisé et programmé vraiment – à apporter une réponse partielle au premier problème que nous avions posé : comment faire entendre une parole audible pour ceux qui considèrent que la CPU ne parle pas en leur nom. Sur ce point en tout cas cet engagement aux formes imprévues n’a pas été un échec.

D’autres points, d’autres choix, d’autre réalités qui existaient comme espoirs ou comme hypothèses ont été soumis à des fortunes diverses : SLU est resté largement une organisation « parisienne » même si nombre de ces membres enseignent dans des universités de province ; SLU est resté implanté d’abord –  voire seulement – dans les LSHS et dans les universités et il n’a pas toujours été aisé pour nous de prendre en compte le combat spécifique des organismes de recherche publique et les disciplines dites des « sciences dures ». Plus largement, nous n’avons pas réussi sans doute à mobiliser durablement un nombre important de collègues ; mais sans pour autant disparaître jamais du paysage, entre autres choses parce que la fréquentation du site de SLU (en gros 1500  personnes quotidiennement en période de basses eaux, je crois) assurait une visibilité à notre parole ; jusqu’à d’ailleurs, effet pervers non négligeable mais peut-être classique, à faire de notre activisme minoritaire le substitut de l’action d’une majorité, dans une sorte de lutte prolongée par procuration (LPP)…

De même, à notre premier front principal (le gouvernement des universités), s’en sont ajoutés assez vite d’autre, notamment la question de la formation des enseignants sur laquelle, au nom de tropismes et de traditions disciplinaires évidents, nous avons accordé une grande attention et sur laquelle je crois qu’il n’est pas abusif de dire que nos analyses ont eu un certain poids et une certaine précocité.

Mais je crois que ce n’est pas de cela que j’étais venu parler aujourd’hui et donc je vais m’en tenir là.

_____________________

ANNEXE

En référence à mon propos je republie ci-dessous l’appel à la communauté universitaire et l’article 2 des statuts de SLU

1/ Appel à la communauté universitaire

Les présidents d’université ne parlent pas en notre nom
Pour une université collégiale

Depuis le début du mouvement étudiant contre la loi réformant les universités, dite « loi Pécresse », il est frappant de constater à quel point est massivement présente, dans les témoignages recueillis par les journalistes, la parole des présidents d’université. Étant admis qu’une communauté universitaire comprend pour l’essentiel trois composantes (étudiants, enseignants-chercheurs et personnels administratifs et techniques), tout se passe comme si, pour connaître l’avis des deux dernières catégories, le seul avis des présidents d’université suffisait. Certes, ceux-ci sont élus parmi leurs pairs enseignants, mais la légitimité de l’élection n’en fait pas pour autant sur tous les sujets et à tout moment les uniques représentants des centaines d’enseignants et de membres du personnel de chaque université. Et ce d’autant moins que la loi en question est un curieux hybride d’idéologie néo-libérale et d’aspirations dominantes au sein de la CPU (Conférence des présidents d’université), qui ne datent pas de l’élection de Nicolas Sarkozy – aspirations partagées par des présidents de bords politiques différents, la fonction tendant à transformer la personne. La CPU semble ainsi s’arroger un nouveau rôle en transformant une instance autrefois quasiment informelle en un véritable lobby aspirant à jouer le rôle de premier interlocuteur des ministères successifs. En montant en première ligne pour défendre la loi Pécresse, la CPU se présente comme principale garante des intérêts et de la liberté de la communauté universitaire alors qu’elle défend en réalité la seule autonomie des présidents d’établissements. En effet, si les risques que fait courir aux universités la nouvelle loi sont nombreux (paupérisation de certaines universités par l’introduction du budget global, désengagement financier de l’État, remise en cause des statuts de certains personnels par l’extension du domaine de la contractualisation, remise en question à terme du cadre des diplômes nationaux, développement d’une concurrence sauvage entre les universités et entre les disciplines, etc.), le principal d’entre eux – et le moins commenté – réside sans doute dans le renforcement des prérogatives présidentielles.

Pour comprendre les enjeux de cette affaire, il vaudrait mieux éviter de postuler un conflit caricatural opposant les modernes et dynamiques partisans de la réforme aux opposants archaïques, empêtrés dans l’immobilisme. Il convient en effet de rappeler que la nouvelle loi ne se justifie en rien par la nécessité de dépasser un régime d’assemblée anarchique, qui interdirait les décisions claires. Avant même son vote, les institutions des universités françaises étaient déjà affectées par un fort tropisme « présidentialiste ». Les seules limites à ce pouvoir tenaient à ce qu’il allait de soi qu’un certain nombre de domaines ne relevaient pas du champ d’action du président, notamment pour le recrutement des enseignants, et que la responsabilité de la politique scientifique de l’établissement était largement partagée avec le Conseil Scientifique.
Ces fragiles garde-fous disparaissent avec la nouvelle loi et le champ des prérogatives des présidents s’accroît considérablement (y compris pour les recrutements d’enseignants). L’hyperprésidence constituerait-elle un nouveau modèle pour toutes les hiérarchies sociales et pour toutes les formes de gouvernance ? Quoi qu’il en soit, la loi LRU rend possible – tout dépendra de la personne appelée à occuper ces fonctions – une forme de despotisme présidentiel dont on peut craindre qu’il ne soit pas toujours éclairé. Ce faisant, se développeront symétriquement, à des degrés inconnus jusqu’alors, une concentration de tous les pouvoirs entre les mains d’un nombre de personnes extrêmement limité et, partant, d’inévitables pratiques de clientélisme. La politique scientifique des établissements risque d’en être profondément affectée car nous aurons alors affaire à une nouvelle université où la possibilité d’un développement de tous les types de recherches sera soumise aux décisions des mêmes individus, pour le plus grand malheur de la pensée critique. La collégialité dans la vie et le gouvernement de l’université constitue, et a toujours constitué, le socle de l’institution universitaire : la préserver n’est pas une option mais la garantie d’un enseignement et d’une recherche libres, comme cela est le cas dans les meilleures universités du monde.

Les universitaires affirment que ce combat contre la loi votée en août dernier dans la précipitation est aussi le leur. Il est urgent que les organes de direction prennent clairement position contre elle. Il serait bon que les – rares, semble-t-il – présidents qui ne veulent pas de ce surcroît de prérogatives et en mesurent les dangers le disent clairement. Il faut enfin que les enseignants et les membres du personnel s’organisent pour faire entendre leur voix et pour dire que les déclarations des présidents d’université ne traduisent pas ce que beaucoup d’entre nous pensent de cette loi. Bref, il faut faire savoir que certains ne parlent pas en notre nom, et dire que l’indispensable réforme des universités requiert une implication de tous les acteurs de la communauté universitaire, non le pouvoir sans partage d’une seule instance.

Cet appel trouve son origine dans une tribune publiée par le journal Le Monde le 20 novembre 2007 et signée par une dizaine d’enseignants de l’Université Paris 8

Il fut signé par plus de 6000 membres de l’ESR en quelques mois à partir de décembre 2007

_______________

2/ Extrait des statuts de SLU

Article 2 : Objet de l’association

L’association « Sauvons l’Université ! », constituée dans le cadre de la lutte contre la loi LRU et contre les logiques qu’elle met en œuvre, a pour objet de défendre les intérêts matériels et moraux de l’enseignement supérieur et de recherche publics ainsi que ceux de leurs membres, personnels et étudiants.

Pour la réalisation de cet objet, l’association :

– analyse la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche, y compris son cadre légal et réglementaire, et en fait connaître les enjeux et les implications notamment sur les structures, sur les personnels et sur les étudiants ;

– favorise une réflexion pour une réforme de l’Université collégiale et démocratique ;

– propose des débats et des actions ;

– crée et gère un site Internet permettant notamment l’échange et la diffusion d’informations et d’analyses sur la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche ou sur les actions à promouvoir en ce domaine ;

– coopère avec les organisations de défense de l’enseignement supérieur et de la recherche publics (associations, syndicats, collectifs, …) ;

– peut engager toute action en justice selon les procédures prévues par l’article 10 des présents statuts.


[1] Reproduit en annexe.

[2] Le texte figure en annexe.

[3] Voir : http://lahuppe.blog.lemonde.fr/2007/06/04/premiere-petition-contre-la-reforme-fillon-pecresse/