3- Annick Kieffer « Syndicats et collectifs: une collaboration possible » 10° séance 280411

Ce que dit Alain Trautmann souligne la capacité du politique à se réapproprier nos mots et à les détourner de leur sens. Je pense notamment que le mot « excellence » à ce moment là, dans ce texte, n’avait pas le sens que le Pouvoir politique lui donne aujourd’hui.

Les trois points relatifs à la contribution du syndicat au mouvement de 2004

J’interviendrai sur trois aspects. Le SNTRS-CGT n’est pas le seul syndicat à s’être battu aux côtés de SLR. Le SNCS tient une place au moins aussi grande et le SGEN-CFDT s’est également engagé dans le mouvement de 2004. Mais j’aurais voulu traiter la place des syndicats dans ce mouvement sous deux angles : le problème spécifique que posait SLR comme collectif et les rapports qu’on peut dire difficiles entre syndicats et collectifs. Le second aspect à signaler est que le SNTRS-CGT est avant tout un syndicat d’ITA. Par conséquent il avait un regard spécifique dont on parle peu, d’ailleurs. Le troisième aspect est qu’en tant que syndicat CGT, nous sommes confédérés, nous avons des liens avec la recherche privée. Je pense que notre participation au mouvement a été l’occasion d’un apport original dans la mesure où elle a permis d’élargir la réflexion sur la recherche aux relations entre la recherche publique et la recherche privée, avec la participation de syndicalistes de la recherche privée.

Les relations entre syndicats et collectifs

Tout d’abord, il faut préciser que les syndicats ont une expérience ancienne des collectifs. Vous vous rappelez sans doute des collectifs des hors-statuts, à la fin des années 70 et au début des années 80. Ensuite, après la titularisation, le collectif des mi-temps. Il y a eu des collectifs d’infirmières du CNRS, il y a eu, plus récemment, les associations de doctorants ; tous avaient en commun le fait qu’il s’agissait de regroupements de personnels autour de la défense de leurs intérêts spécifiques. Les collectifs posaient, dans chaque cas, un problème important pour les syndicats dans la mesure où ils révélaient leur carence dans la prise en compte des revendications de ces catégories spécifiques (par exemple les syndiqués statutaires, à l’époque rappelons-le des contractuels sous statut dit « CNRS », avaient du mal à envisager une procédure collective spécifique d’intégration des « hors-statuts » qu’ils percevaient comme risque d’affaiblissement de leur statut). En même temps, les mouvements qui étaient portés par des collectifs en général développaient des revendications qui étaient déjà intégrées par les syndicats (fin des hors-statuts, intégration des mi-temps dans le statut de titulaire après la titularisation). Ils révélaient également notre déficit d’organisation. L’émergence des collectifs est liée étroitement à la chute continue de la syndicalisation dans les années 1980 et 1990. Les syndicats ne disposaient plus du même maillage des laboratoires et des services dans cette période. Enfin, les collectifs exprimaient une certaine méfiance à l’égard des syndicats dont ils tenaient à être indépendants. Nos rapports étaient donc difficiles avec les collectifs pour toutes ces raisons. Pourtant, bien souvent, une partie de nos militants en étaient partie prenante et, de ce fait, nous avons toujours essayé de travailler avec eux. Mais je dois dire que l’on n’a jamais travaillé aussi étroitement qu’avec le mouvement de SLR.

Un positionnement complémentaire plus que concurrent

La spécificité de SLR, c’est qu’il ne portait pas sur une revendication catégorielle, mais qu’il posait d’emblée le problème de l’avenir de la recherche. Et je crois que cela facilitait les relations entre un syndicat et un collectif. Au-delà de revendications traditionnelles, notamment de la défense des postes de chercheurs et d’enseignants-chercheurs, il a posé la question de la relation entre la recherche et les citoyens. Et sur ces questions-là, les syndicats sont beaucoup moins bien armés que ne l’a été le collectif SLR. Je crois que cela a beaucoup contribué à notre engagement auprès de SLR. Cela dit, ça ne s’est pas passé du tout facilement et les débats ont été importants dans le syndicat. Je dois dire que ça a été un coup de force dans le syndicat. Il faut comprendre qu’un syndicat est d’abord une organisation dite démocratique, donc avec une conception de la démocratie où des instances se réunissent, élues à différents échelons, et où chaque instance est contrôlée. Pour ce qui concerne la CGT, le bureau national est par exemple l’émanation de la commission exécutive qui le contrôle et  à laquelle il doit rendre compte régulièrement de son activité et de ses décisions.

Un engagement syndical qui s’apparente à un coup de force contre ses propres habitudes et procédures

Quand le mouvement de SLR est né, on a vite compris qu’il fallait que l’on s’engage dans ce mouvement et que l’on devait tout faire, au moins pour la restitution des postes supprimés par le gouvernement et pour le succès de la pétition. On n’avait pas le temps de lancer un grand débat dans tout le syndicat pour savoir si on avait raison ou non de nous engager. Cela a donc été un coup de force d’un certain nombre d’individus, je dirais une dizaine, qui se sont engagés, que ce soit au niveau national ou au niveau local, et qui ont malgré tout imposé un engagement fort du syndicat auprès de SLR. Dans un premier temps, nous nous sommes engagés à soutenir la pétition et à assurer la réussite de toutes les actions qui avaient été décidées par SLR. Ce n’est pas évident pour un syndicat de dire qu’il va tout faire pour qu’une action décidée par d’autres réussisse. Pourquoi avons-nous décidé d’agir ainsi ? Comme l’a rappelé Alain Trautmann, SLR portait une colère à l’égard de la politique du gouvernement que partageait l’ensemble des personnels de la recherche, et par conséquent les syndiqués. Notre engagement était donc une nécessité. Il fallait par conséquent que l’on assure la réussite des actions. Je dois dire que localement aussi bien que nationalement un grand nombre de camarades ont apporté leur soutien, leur savoir-faire, leur capacité d’organiser des manifestations, leur capacité à mobiliser (à Bordeaux, Toulouse, Marseille, Nice, Lyon, Montpellier, Rennes, etc.).

Cependant, cela a occasionné des résistances dans le syndicat qui sont très claires. Les débats ont porté sur plusieurs points. Le premier point est le fait que cette action était portée par des chercheurs. Elle cherchait à mobiliser avant tout les directeurs d’unité. Quelle est la place des ITA dans ce mouvement ? Il faut reconnaître que les ITA ne s’y retrouvaient pas du tout. Le mouvement n’a pas donné lieu à une réflexion sur l’organisation du travail, sur la place des ITA dans la recherche, à un moment où justement les doctorants et des post-docs prenaient de plus en plus de place dans les laboratoires, ce qui était ressenti par les ITA comme une dépossession d’une partie de leur travail et un transfert vers les doctorants et post-doctorants. Il y avait un malaise chez les ITA qui n’était pas traité par le mouvement. D’un autre côté, les syndiqués voyaient bien que les directeurs d’unité étant sur le devant de la scène, les ITA participaient au mouvement et notamment des ITA qu’on n’avait jamais vus dans aucun mouvement, parce que c’était tout le laboratoire qui participait et qu’ils devaient participer à ce mouvement avec le laboratoire. De là, le malaise ressenti par des gens qui se battaient depuis des années et des années souvent seuls dans un laboratoire et qui voient tout d’un coup leurs collègues devenir les fers de lance de la lutte alors qu’ils n’avaient pas réagi avant. Il y avait donc un malaise important. L’autre problème évidemment, est le fait qu’un collectif est quelque chose d’informe, dont les gens font partie à un moment donné, mais quand le collectif n’existera plus, plus personne ne se sentira responsable des accords qui auront été signés. Or on voit bien que quand se met en place un mouvement comme celui-là, il débouche sur des engagements et des responsabilités des organisations pour que ce qui a été obtenu soit transcrit dans les faits, soit appliqué, et ce sont les syndicats, en tant qu’organisations pérennes, qui assurent cela.

Il faut rappeler également que Claudie Haigneré, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, avait lancé des assises de la recherche qu’elle pensait organiser avec des experts qu’elle aurait nommés. SLR et les syndicats, à cette époque, ont dit : « non, nous allons faire des États-généraux de la recherche, mais ce seront les chercheurs qui prendront en main la réflexion sur l’avenir de la recherche en essayant aussi de nous ouvrir au-delà de la recherche ». Pour comprendre notre position à cet égard, il faut rappeler que le SNTRS est organisé au sein de l’union générale des ingénieurs, cadres et techniciens (UGICT) qui regroupe l’ensemble des fédérations et syndicats de cadres et dans laquelle on retrouve les chercheurs de la recherche privée. L’UGICT est responsable dans la CGT de la réflexion sur la recherche (le pôle recherche confédéral). La CGT avait constitué depuis longtemps ce pôle recherche auquel nous participions, mais qui vivotait essentiellement avec des chercheurs du CEA, d’EDF et du SNTRS. La préparation des États généraux a été l’occasion de redonner vie au pôle recherche de la CGT et on a essayé d’avoir une réflexion propre de la CGT sur les liens entre la recherche publique et la recherche privée. Des camarades comme Thierry Bodin de la CGT-Aventis, d’EDF, de Thalès, de Total, de GDF, du centre de recherche de Renault, se sont fortement impliqués. Ils ont apporté un point de vue que je pense être tout à fait original à ce mouvement. Ça a été, je pense, une contribution tout à fait importante de notre syndicat.

Le conflit d’appréciation entre syndicats de la recherche et de l’enseignement supérieur

Alain Trautmann a posé également la question des relations avec les enseignants du supérieur. Je ne sais pas ce qu’il en est au sein de la FSU. Mais, pour la CGT, les relations entre les syndicats des EPST, d’une part, et les syndicats de l’enseignement supérieur, de l’autre, ont toujours été extrêmement tendus. La Ferc-Sup CGT notamment, le syndicat de l’enseignement supérieur, a refusé de s’impliquer dans ce mouvement. Ce syndicat a même tout fait pour nous freiner. Ils ont fortement soutenu les critiques à l’intérieur du syndicat. On a été heureusement très soutenus par les syndicats de la recherche privée. Pour tenter d’apporter une explication à cette attitude, je pense que cela est dû à une structure socio-professionnelle très différente des ITA des EPST et des Biatoss de l’enseignement supérieur. Au CNRS, ce sont essentiellement des catégories A, des techniciens supérieurs, et des ingénieurs qui sont syndiqués au SNTRS. Dans  les autres syndicats, ce sont des catégories B et C, plutôt ouvriers et employés. On s’est heurté à ce que certains appellent un « ouvriérisme » – je ne suis pas certaine que ce soit la bonne formule. Mais en fait notre adhésion à ce mouvement de la recherche et la manière dont nous y avons participé, ont donné à voir le mouvement comme défendant finalement un point de vue d’ingénieurs et n’a pas été compris par les catégories ouvriers et employés des universités. De plus les relations de travail entre les chercheurs et ingénieurs dans les laboratoires de recherche, sont peu hiérarchiques, et davantage fondées sur la coopération, la collaboration sur la base de compétences professionnelles complémentaires que dans les services universitaires. Les relations ne se sont pas vraiment améliorées depuis. Elles sont restées tendues.

Les relations à l’intérieur des syndicats sont donc parfois plus difficiles que les relations avec les collectifs. Ces dernières, avec SLR en tout cas, se sont traduites par un engagement personnel de beaucoup de militants et dirigeants de notre syndicat dans SLR. Pas du tout comme simple courroie de transmission. C’est une adhésion de personnes qui pensent que les syndicats ne peuvent pas avoir une réflexion aussi large qu’un mouvement comme SLR. Les syndicats n’ont pas non plus la même souplesse, la même capacité d’adaptation qu’un mouvement, une association ou un collectif. Nous pouvons apporter notre spécificité de syndicalistes. Nous avons vu cela comme une complémentarité. Ce n’est pas un engagement forcément du syndicat en tant que tel, mais c’est un engagement fort de dirigeants de notre syndicat dans ce mouvement.