2- Alain Trautmann « SLR (Sauvons la Recherche), du collectif à l’association (2004-5) » 10° séance 280411

Éléments du contexte d’émergence de Sauvons La Recherche !

Je souhaite donner quelques éléments d’analyse de la trajectoire de SLR (Sauvons La Recherche !), mouvement qui a commencé en 2003. Aujourd’hui, huit ans plus tard, on voit bien où a pris racine le conflit entre les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) et le pouvoir politique, conflit qui a abouti à la création de SLR. Cette origine se trouve dans l’évolution de l’organisation de l’ESR vers le début des années 2000, avec en particulier le processus de Bologne en 1999, et le traité de Lisbonne en 2000, eux-mêmes dépendant de la transformation profonde du capitalisme industriel en capitalisme financier, en marche depuis les années 70.

Si l’on peut dire cela aujourd’hui, très peu de ceux qui étaient à l’origine de SLR l’auraient formulé en ces termes en 2003, et SLR n’a certainement pas été créée par des spécialistes de l’analyse sociale qui auraient cherché à mettre en pratique les conséquences de leurs analyses.

Le récit de la genèse de SLR en mots-clés

Je vais tenter de dégager quelques mots-clés qui me paraissent importants dans la genèse de SLR. J’essaierai ensuite de voir quelles ont été les évolutions dans les premières années de fonctionnement de ce collectif devenu association.

Les fautes du gouvernement

Un premier élément fondamental, ce sont des fautes du gouvernement. La première faute, en 2003, a été la réduction très brutale du budget des EPST (Établissement Public à caractère Scientifique et Technologique). Pour prendre un exemple, il était alors question d’une réduction de l’ordre de 35% du budget du CNRS. Cette baisse des crédits s’inscrivait dans une logique, exprimait une volonté gouvernementale affirmée. Mais c’était une faute dans la mesure où ce n’était pas tenable de demander à des acteurs de la recherche, tout d’un coup, de continuer à fonctionner avec une réduction de moyens aussi brutale. Cette année là, en juin 2003, il a suffi que la directrice générale du CNRS, Geneviève Berger, déclare qu’elle ne voyait pas comment il était possible de continuer de travailler dans ces conditions, pour qu’elle soit  immédiatement démise de ses fonctions.

La deuxième faute, c’était l’annonce en novembre 2003 d’une forte réduction du nombre de postes mis au concours en 2004. Pour la première fois depuis la Libération il y aurait une baisse du nombre total de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et d’ingénieurs dans l’ESR. Cette décision s’inscrivait pleinement dans la logique gouvernementale, qui se poursuit aujourd’hui, de réduction d’effectifs dans la fonction publique. Le gouvernement a voulu sabrer dans un secteur qu’il estimait ne pas devoir bouger, une catégorie professionnelle qui, quoi qu’on lui fasse, se laisserait tondre. Il y est donc allé franchement. Erreur d’estimation.

La troisième faute fut celle de Jacques Chirac qui, au moment des vœux de janvier 2004, ayant peut-être senti que les chercheurs n’étaient pas très contents, a eu le culot d’affirmer que la recherche était une des grandes priorités du gouvernement. Pour les acteurs de l’ESR, ce mensonge était tellement grossier qu’il confinait à l’humiliation. Or, c’est une faute politique de penser qu’on peut se permettre d’humilier une catégorie sociale, surtout lorsqu’elle est susceptible de s’organiser.

Internet (et SLR)

Le deuxième mot clé, c’est internet. L’expression « Sauvons la Recherche ! » est apparue en mars 2003, associée au site web créé par Bertrand Monthubert et moi-même. L’idée de départ m’était venue lors du conflit de 1998 entre les chercheurs et Claude Allègre, alors ministre de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche. En 1998, une mathématicienne lyonnaise, Michelle Schatzman, qui  est décédée en 2010 -et dont je salue la mémoire-,  avait monté, de façon très artisanale un site web, qui avait fortement aidé à la mobilisation contre Allègre. Cette mobilisation avait abouti notamment à une auto-saisine et une réunion plénière du Comité National du CNRS en décembre 1998, ce qui avait contribué à calmer Allègre. Devant la belle initiative de Michelle Schatzman, je m’étais alors dit que si à l’avenir on devait avoir un gros problème, il fallait absolument que les chercheurs mobilisés aient un site web. Faute de compétences, j’étais incapable de le réaliser moi-même. Après en avoir parlé autour de moi, j’ai contacté Bertrand Monthubert, que je ne connaissais pas. Il a donc créé le site en mars 2003 et pendant plusieurs mois nous avons travaillé ensemble sans même nous rencontrer. Il n’y avait alors ni mouvement, ni collectif. Une action isolée a été, le 10 avril 2003, une manif-spectacle qui avait pour thème l’enterrement de la recherche au Panthéon. Elle a réuni  un millier de personnes surtout des biologistes, avec un noyau de personnels de l’Institut Cochin où je travaillais déjà. A défaut du nombre, il y avait une mise en scène qui a donné de la visibilité à cette action, répercutée sur le web et reprise par les médias. Cette action isolée n’a pas débouché immédiatement sur une mobilisation plus importante. Mais ce site web était prêt à l’emploi. Au moment où les choses ont éclaté, en janvier 2004, il a pu servir tout de suite.

Colère

Le troisième terme qui me paraît important, c’est le mot « colère », qui fait écho au premier mot-clé, la faute du gouvernement, l’humiliation qui engendre la colère. La première colère que j’ai éprouvée, en décembre 2003, était tournée non seulement contre le gouvernement, mais aussi contre mes collègues, qui se laissaient tondre. J’avais envoyé à un certain nombre de collègues un texte intitulé « le silence des agneaux » où je leur disais : « mais comment pouvez-vous vous laisser faire, en particulier sur la question des postes ? Si vous ne dites rien, si vous ne faites rien, cela veut dire que vous êtes complices, que vous approuvez cela ». On a alors commencé à discuter de la possibilité d’une action collective, ce qui a débouché sur la création du collectif, l’appel du 7 janvier 2004[1], une pétition assortie d’une véritable menace (la démission des fonctions administratives des responsables d’unité), à la mesure de cette colère.

Discours critique

Un autre élément important, c’est l’existence d’un discours critique audible et non syndical. La critique que nous faisions de la politique gouvernementale en matière d’ESR n’était pas particulièrement originale, et reprenait des analyses existantes. Ce discours était devenu audible, d’une part, parce qu’il y avait l’outil du site web, et parce que ce discours était simple, une simplicité qui pose d’ailleurs problème, j’y reviendrai à la fin. En tout cas, l’argumentaire que nous développions a été repris par les médias. La raison de cet écho reste un mystère : pourquoi est-ce que les médias à un moment donné s’intéressent-ils à un sujet et pas à un autre ? La composante spectaculaire doit avoir sa part, mais pour le reste, je ne sais pas.

Il s’agissait d’un mouvement « non syndical », dans la mesure où la plupart des acteurs de SLR au départ ne faisaient pas partie d’un syndicat. Sauf quelques-uns, comme Henri Audier, qui étaient des militants syndicaux connus, et qui dès le début ont apporté leurs compétences, leurs analyses et leur expérience au mouvement. Mais, globalement, ce n’était pas un mouvement syndical. Non syndical, ça veut dire aussi que dans SLR il y avait des gens qui étaient carrément antisyndicaux. IL était d’ailleurs parfois très délicat de faire travailler ensemble des gens qui pour certains étaient proches des syndicats, syndiqués ou syndicalistes, comme Henri, et d’autres qui leur étaient franchement hostiles. Cela a été problématique dès le début, mais progressivement il y a eu un rapprochement avec les syndicats. Les gens qui étaient très antisyndicaux ont fini par quitter le collectif, et puis maintenant on (i.e. SLR et les syndicats) continue à travailler ensemble. Annick Kieffer (une autre militante syndicale avec laquelle nous nous sommes très bien entendus dès le début) reviendra sans doute sur ce point dans son intervention.

Spectacle

Un autre élément important, c’est l’utilisation de formes d’action spectaculaires. Pendant la première année d’existence de SLR et au-delà, il y a eu la recherche, dans ou en-dehors des manifestations, de formes d’actions qui aient une dimension de spectacle. Il y a donc eu l’enterrement de la recherche au Panthéon en 2003, et après dans SLR, Georges Debregeas a montré une grande inventivité dans ce domaine, et à plusieurs reprises a proposé l’utilisation d’éléments spectaculaires, toujours chargés de sens politique. Par exemple, lors de la manifestation du 19 mars 2004, qui a été la plus grosse manifestation de chercheurs qui ait eu lieu en France, étaient brandis des grands portraits, des photos, d’anciens – Marie Curie, Einstein -, côte à côte avec des portraits de post-doctorants qui étaient quelque part à travers le monde et qui tentaient d’avoir un poste un jour. Cette association  de visages représentant un passé glorieux et des futurs qui adviendraient, ou non, dégageait une signification forte, et même une émotion. Il y a eu plus tard l’Academic Pride, l’occupation du siège de l’ANR, ou celui du CNRS, toutes formes d’action collective qui changeaient des manifestations classiques.

Perspective

« Perspective », voilà un autre mot qui me paraît important. Début 2004, nous nous étions donné, outre une deadline pour la menace de démission (le 9 mars 2004), deux perspectives précises : la récupération les postes qui avaient été supprimés par le gouvernement, et l’organisation des États-Généraux de la Recherche. Nous savions que le gouvernement voulait une nouvelle loi sur la recherche. Pour tenir compte de ce fait et démontrer que nous ne nous cantonnions pas dans une attitude d’opposition, nous avons décidé de préparer des éléments qui pourraient être pris en compte dans cette loi. Ces perspectives étaient-elles réalistes ? En janvier 2004 elles ne l’étaient certainement pas. Face à un gouvernement qui vient de décider de supprimer 500 postes, dire que l’on espère les récupérer et en rajouter 3000, ce n’était pas réaliste. Mais il se trouve que cela a été obtenu. Un élément fondamental a été de se donner ces perspectives et de s’être lancés avec détermination et une certaine naïveté.

Unité

Un autre élément qui a joué dans la genèse du mouvement de 2004 a été la volonté et l’apparence d’unité des acteurs de la communauté scientifique. Volonté : celle de chercher à rassembler les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les ITA, qu’ils soient statutaires ou hors-statuts. Ces différentes catégories ont paru agir ensemble vers un but commun. En réalité, les intérêts des uns et des autres ne sont pas identiques et ne pouvaient donc pas être exactement convergents. Certains se battaient pour la défense d’une recherche « pure », d’autres pour une recherche en lien avec l’enseignement supérieur, et à cause de ce lien. D’autres – notamment parmi mes collègues biologistes nombreux à l’origine du mouvement – se battaient pour avoir plus de moyens pour leurs laboratoires. Pour ceux-là, la question des moyens était la priorité, et quand une nouvelle source d’argent est apparue, avec l’ANR, fût-ce au prix du tarissement d’autres sources, ils ont été moins motivés pour continuer le mouvement. Si certains avaient un état d’esprit de patrons, d’autres étaient davantage concernés par la défense des personnels, statutaires ou non. Ces différents sens donnés à l’expression « Sauvons la recherche », a fini par poser problème. Il n’empêche qu’il y a eu une volonté d’unité, et une apparence d’unité qui ont été déterminantes.

Popularité du mouvement

Un dernier point clé, c’est l’écho populaire, le fait que ce mouvement ait grossi très vite avec une dimension spectaculaire et un écho médiatique. Le contraste entre cette popularité et l’obstination du gouvernement à s’y opposer a  pesé sur l’issue des élections régionales. C’est juste après l’échec aux régionales des candidats favorables au gouvernement, fin mars 2004, que Chirac a soudainement cédé aux demandes du mouvement de l’ESR en colère.

Voilà des éléments qui m’ont paru déterminants dans la genèse de Sauvons La Recherche.

Les évolutions ultérieures de SLR

Le bilan de l’action de 2004

Passons maintenant aux évolutions du mouvement, depuis le site web créé en 2003, mais dont l’importance n’est apparue qu’en 2004. Ce site a alors permis de bien articuler un discours critique, plus ou moins théorique, et la pratique, que ce soit dans la rue (manifestations, actions, occupations),  ou lors de nombreuses réunions au cours desquelles les acteurs de la recherche se rencontraient et élaboraient collectivement et sans filtre informatique analyses et  stratégie. Toute la préparation des États Généraux  de la Recherche a constitué, quoi que l’on puisse penser de ce que sont devenus ces Etats Généraux,  un moment d’effervescence intellectuelle collective où beaucoup d’échanges ont eu lieu, et où théorie et pratique étaient vraiment exceptionnellement liées. Après les États Généraux, il s’est produit un reflux net et inévitable. D’abord il n’y avait plus de perspective. Les deux premières perspectives avaient été atteintes, et l’absence de perspective nouvelle ne peut que compromettre l’élan d’un mouvement. Le découragement s’est accru lorsqu’il est apparu clairement pour tous (les Cassandre le savaient depuis longtemps) que le gouvernement n’avait  aucunement l’intention de prendre en compte en quoi que ce soit des conclusions des États Généraux. Il se contenterait d’en reprendre certains mots et d’en détourner complètement la signification, au point que des esprits chagrins ont essayé  ensuite de faire porter à SLR et aux Etats Généraux la responsabilité des choix gouvernementaux ultérieurs les plus catastrophiques pour l’ESR.

SLR et les enseignants-chercheurs

Les acteurs de SLR ne sont pas restés les mêmes au fil des ans. Le mouvement est parti d’un petit groupe de chercheurs en biologie. Mais très rapidement nous avons affirmé qu’il ne s’agissait pas d’un mouvement de chercheurs en biologie et que tous ceux qui travaillaient dans la recherche, quel que soit leur champ disciplinaire, et qu’ils soient chercheurs, enseignants-chercheurs ou ITA, avaient leur place à SLR. Pour autant, ces portes ouvertes n’ont pas toujours bien fonctionné. J’ai beaucoup entendu dire que SLR était un mouvement de chercheurs, qui n’était pas tourné vers les enseignants-chercheurs. Je trouve cela injuste. Rappelons qu’en avril 2004, 3000 postes supplémentaires d’enseignants-chercheurs ont été obtenus, et c’est SLR appuyé par certains syndicats qui les a arrachés au gouvernement, malgré la coupable passivité de la CPU (Conférence des Présidents d’Université). Dans les négociations avec François Fillon, alors en charge du ministère de l’ESR, la plupart des présidents d’université ont été lamentables en refusant de se battre pour ces postes d’enseignants-chercheurs. Ces postes n’auraient pas été obtenus sans l’action de SLR, et l’aide de Nicole Le Querler, la seule présidente d’université qui ait été à nos côtés lors de la négociation avec Fillon. Ainsi, le sort de l’enseignement supérieur n’était pas du tout indifférent à SLR. Mais il est vrai que les mots ont un sens, que le collectif s’appelait Sauvons La Recherche, et qu’on parlait tout le temps du mouvement des chercheurs. Pour moi et bien d’autres, le mot de chercheur était une façon de désigner le tout (l’ensemble des acteurs de l’ESR) par l’une de ses parties, et c’était plus simple de dire les chercheurs, que de dire les chercheurs, les enseignants-chercheurs, les ingénieurs, etc. Même si l’usage de ce raccourci est compréhensible, ceux qui n’étaient pas explicitement nommés se sentaient oubliés. Il y a eu là un vrai problème. Ce défaut de prise en compte des enseignants-chercheurs explique en bonne partie l’apparition fin 2007 de SLU (Sauvons L’Université !). Il y a eu alors des réactions divergentes au sein de SLR. Certains ont estimé que cette création signifiait que nous n’avions pas suffisamment couvert le terrain, qu’il était utile que d’autres s’intéressent plus spécifiquement à l’Université, et qu’on allait bien travailler avec eux. D’autres ont eu un réflexe d’hostilité et souhaitaient exclure de SLR les gens qui adhéreraient à SLU !

Le passage du collectif à l’association

Une évolution de SLR  qui a eu des conséquences, bien qu’elle soit peut-être passée inaperçue pour beaucoup, c’est qu’en 2004 SLR était un collectif, et qu’en 2005 il y avait à la fois une association et un collectif du même nom. Cette coexistence ne pouvait perdurer. Depuis 2006, ne demeure que l’association. Au moment de la coexistence entre collectif et association, le collectif n’avait pas de chef ; j’étais son porte-parole. Et puis l’association avait une présidente, Catherine Dargemont, qui a tenté, en vain, de prendre le contrôle de l’ensemble du processus. Ayant échoué, elle a alors claqué la porte de l’association et tourné le dos au mouvement. Ainsi, la naissance de l’association ne s’est pas faite sans heurts. Après, il y a eu une présidente par intérim, Isabelle Sommier, et puis l’association a eu trois vrais présidents, Bertrand Monthubert, Isabelle This Saint Jean, puis Emmanuel Saint James, qui ont fait aussi fonction de porte-parole.

SLR, un acteur parmi d’autres

Dans les autres évolutions dont il faut parler, rappelons qu’au printemps 2009 SLR a été à nouveau fortement présent dans une lutte qui a beaucoup mobilisé les universitaires. SLR n’était alors plus l’acteur majeur, mais un acteur parmi plusieurs autres. Outre les syndicats, mobilisés comme en 2004, il y avait SLU, qui était très actif, plus toute une série de collectifs qui se sont formés à ce moment là. Dans la défense de l’ESR en France, il y a maintenant un nombre important d’acteurs, plus ou moins importants et pérennes. Il n’en est pas moins vrai que SLR, avec son réseau, son site web, demeure, avec SLU un lieu d’ancrage important de la lutte pour la défense de l’ESR. C’est difficile d’estimer quelle est son importance. Je discutai récemment avec des collègues de Lyon en leur demandant si à Lyon, SLR pesait encore un peu. Et j’ai compris dans cet échange qu’à Lyon, il y avait surtout deux militants expérimentés, très actifs dans les différentes luttes. Ainsi, numériquement, SLR est faible à Lyon, mais qualitativement, politiquement, il continue à peser fortement. C’est probablement vrai ailleurs.

L’évolution de la vision par SLR de la recherche dans la société

J’aimerais terminer en me moquant de moi-même et faire mesurer l’évolution politique de SLR depuis ses débuts. Par curiosité et parce que j’étais invité aujourd’hui, j’ai relu l’appel de 2004. Je suis tombé de haut ! Je vais vous lire les premières lignes de cet appel. Je tiens à préciser qu’il avait été très difficile de nous mettre d’accord sur ce texte. Je suis plus en accord, aujourd’hui, avec le texte que j’avais rédigé au départ, « le silence des agneaux ». L’appel de 2004 n’est pas de ma plume, mais je l’ai défendu, donc j’en assume la responsabilité, mais il est certain que jamais je n’écrirai cela aujourd’hui. Ecoutez ces quelques lignes :

« A l’aube du XXI° siècle, la France a besoin d’une recherche vigoureuse. Cette activité est indispensable aux innovations de demain, au développement  économique de notre pays ainsi qu’à son rayonnement culturel. Dans la conjoncture actuelle, les pays qui ne maintiendront pas un outil de recherche d’excellence seront incapables de suivre l’accélération de l’évolution économique associée à la production de connaissances. Plus grave encore, ils deviendront rapidement incapables de former les jeunes générations de manière compétitive. Ils entreront donc dans une dépendance économique difficilement réversible ».

Cela se passe de commentaire. A SLR, nous avons évolué, notre pensée politique s’est affinée et clarifiée depuis 2004. Il est tout de même troublant de constater que c’est ce texte qui a été rassembleur. Nous ne souhaitions pas aller dans le sens du vent ou flatter une attente populaire, nous cherchions quelque chose qui fonctionne. Aujourd’hui, je ne laisserais pas passer une telle prose, j’aurais un discours beaucoup plus exigeant, défendant la gratuité de la recherche face à une logique économique. Mais on peut se demander si un discours plus exigeant, plus radical, aurait été autant mobilisateur. Je laisse cela à votre réflexion. Une évolution en tout cas est intéressante : SLR a été lancé par des personnes qui, tout en se rebellant, restaient marquées par la pensée dominante, et puis progressivement, ceux du moins qui sont restés actifs et rebelles, se sont dégagés de cette pensée dominante. Cette domination peut donc cesser, et tout n’est pas désespéré.



[1] Voir le texte de l’appel : http://ancmsp.com/SAUVONS-LA-RECHERCHE-Lettre