4° exposé-Maude Le Gall, « Entrer dans la carrière ? »_241111

La situation particulière des post-docs en biologie

En biologie, nous avons toujours été de mauvais élèves sur l’entrée dans les carrières. Dans cette discipline on considère que l’on est « entré dans la carrière » lorsque l’on a un poste de chercheur statutaire. Avant, on est en formation. Les biologistes ont toujours eu un temps de formation extrêmement long et lent. Je pense que les ethnologues dès la première année de thèse se considèrent comme ethnologues. Un biologiste doit attendre d’avoir son poste pour se considérer comme tel. Nous avons toujours eu cette culture d’une thèse plus ou moins longue qui a tendance tout de même avec les réformes à se raccourcir, et je pense que c’est un bien, suivie d’une très longue période post-doctorale avec un passage à l’étranger quasi obligatoire, avant le recrutement.

J’ai eu un parcours dans la norme avec une thèse de 4 ans soutenue en 1999, suivie de 4 ans aux États-Unis et d’un second post-doc de 2 ans en France. J’ai commencé à passer les concours CR depuis les Etats-Unis en 2002, puis depuis la France en 2004 et en 2005. J’ai réussi le concours CR1 en 2005. Avec les réformes et l’ANR, ce que l’on voit se développer énormément pour les biologistes, c’est la généralisation d’un second post-doctorat en France d’une période de plus en plus longue après un premier post-doctorat à l’étranger.

Pendant la période doctorale, nous avons toujours eu des financements plus ou moins officiels. En effet, le travail technique du doctorant au laboratoire prend des journées entières et il est difficile d’avoir une activité de recherche en biologie associée à un travail « étudiant » même à temps partiel. Je n’ai jamais vu un doctorant en biologie travailler chez McDo le soir. Ce n’est vraiment pas possible dans notre discipline, ne serait-ce que pour des questions de temps, les manipulations pouvant durer une partie de la nuit par exemple. C’est pourquoi, en plus des allocations de recherche, les thèses ont été souvent financées sur des libéralités. Ce que les réformes nous ont fait gagner, c’est de mettre fin au financement des thèses de la main à la main par des associations, type association de lutte contre des maladies. Aujourd’hui, les écoles doctorales sont devenues très strictes, les doctorants ne peuvent s’inscrire en thèse que s’ils disposent d’un vrai financement et d’un vrai contrat de travail. Cela a représenté un énorme progrès. En parallèle, il y a eu une réduction du temps de la thèse qui désormais dure 3 à 4 ans. Les thèses de cinq ans sont devenues exceptionnelles. Malheureusement, cela n’a pas changé l’état d’esprit des biologistes pour qui « en trois ans on ne peut pas former un professionnel de la discipline, on ne sait pas ce qu’il vaut, il n’a pas fait ses preuves ». Donc il faut que le jeune docteur s’en aille « faire ses preuves » dans un autre laboratoire, si possible à l’étranger. Mais, souvent, à son retour, « on ne sait toujours pas ce qu’il vaut puisqu’il est plus facile de publier à l’étranger dans de grandes revues cotées ». Donc, il faut qu’il rentre et qu’il fasse de nouveau ses preuves en France avant d’être recruté. Et en plus maintenant, nous avons les fameux contrats de l’ANR pour faciliter le financement de ces « post-post-docs ».

Les réformes du recrutement des chercheurs : le cas de la biologie

Je suis venue ce soir essentiellement pour vous parler en qualité de commissaire, puisque je siège dans les commissions scientifiques spécialisées (CSS), équivalent à l’Inserm des sections du comité national du CNRS et qui sont donc des commissions de recrutement. Je souhaite vous rapporter comment nous voyons les choses dégénérer depuis ce lieu d’observation privilégié. Nous avons donc eu cette réforme sur la fin des libéralités et sur les financements ANR qui permettent aujourd’hui d’avoir de vrais contrats de travail en thèse mais qui ont prolongé la période post-thèse et en particulier la période « post post-doc », qui fait que l’on est « post-doc senior » pendant très longtemps désormais avant d’être recruté. Et en parallèle, une des réformes qui a eu lieu aussi bien au CNRS qu’à l’Inserm, a mis fin à la limite d’âge au recrutement en chargé de recherche de deuxième classe (CR2). Auparavant, on recrutait des gens au niveau CR2 qui avaient moins de 30/31 ans. Il a été décidé de faire sauter cette limite d’âge, parce que c’était discriminatoire, en particulier à l’égard des gens qui commençaient leur thèse tardivement, il y avait plein de bonnes raisons pour cela. Nous l’avions nous-mêmes demandé à l’occasion des états généraux de la recherche de 2004. Mais alors nous avions recommandé pour les CR2 un recrutement dans un laps de temps assez court après la thèse. Concrètement, aujourd’hui dans les commissions de l’Inserm on va recruter CR2 quelqu’un qui est dans les six ans après la thèse. Pour ma part je considère que ce délai de six ans est excessif et que nous ne sommes plus dans un profil de CR2 qui a passé sa thèse dans les deux ou trois ans. Les personnes récemment recrutées CR2 dans ma commission ont toutes cinq ans de post-doc. La moyenne d’âge de ces chercheurs à leur recrutement est de 33 ans. Pour les CR1, il n’y a pas de limites excepté celle du nombre de présentations au concours. Les gens que nous avons recrutés cette année avaient soutenu leurs thèses entre 1993 et 2006. Leur moyenne d’âge était de 38 ans au moment où ils ont été recrutés.

Les conséquences d’un recrutement tardif : le cas de l’Inserm

Une des conséquences de ce mode de recrutement est l’influence qu’il a sur le ratio hommes femmes. En biologie nous sommes beaucoup de femmes. Or, on s’aperçoit qu’au niveau CR2 on recrute essentiellement des hommes parce qu’en fait on recrute des « étoiles filantes », c’est-à-dire des gens qui ont très rapidement publié dans Science ou équivalent lors de leur post-doc aux États-Unis. Ceux-là ont effectivement une chance d’être recrutés « un peu jeune ». La femme qui a essayé de faire un bébé à cette époque-là, parce qu’elle avait quand même 30 ans et qu’il était temps d’y penser, devra attendre encore 5 ans. Au bout de cette période, on la recrutera CR1 parce que finalement c’est une « travailleuse de fond » et que progressivement elle aura réussi à avoir un dossier qui tient la route.

Une autre conséquence est celle qui consiste à se poser la question de savoir ce qui distingue un CR1 d’un DR2. En effet, de plus en plus parmi les candidats CR1, il y a des gens qui ont travaillé comme chef d’équipe pendant 10 ans en Amérique du Nord, qui avaient là bas obtenu leurs propres financements de niveau équivalent à l’ERC. Lorsqu’ils reviennent en France, on leur suggère de se présenter CR1. À côté de cela, on a des jeunes qui ont soutenu leur thèse il y a cinq ans et à qui on dit également de se présenter en CR1. Comment peut-on comparer quelqu’un qui a dirigé une équipe de recherche pendant 10 ans, qui signait dernier auteur et quelqu’un qui a un profil CR1 tel qu’on l’entend habituellement, qui veut s’insérer et travailler au sein d’une équipe de recherche, et non pas en tant que chef d’une équipe avec des doctorants et des post-doctorants sous ses ordres ?

La politique extrêmement élitiste de l’Inserm aujourd’hui va encore plus loin et remet même en cause l’existence du grade CR2. Depuis 5 ans déjà le directeur général de l’Inserm a totalement inversé le ratio CR1 – CR2 : il souhaite recruter plus de 70 % de CR1 et moins de 30 % de CR2. En fait nous sommes actuellement à 60% de CR1 pour 40% de CR2 et tous les ans les élus des commissions se battent pour augmenter le nombre de CR2. Et puis il existe une tendance à la direction de l’Inserm qui pense que les gens ne font pas leurs preuves avant 40 ans, qu’il faut donc leur donner de bonnes conditions pour travailler jusque-là et les recruter ensuite directement en tant que directeurs de recherche (DR). C’est tout l’enjeu des ATIP-Avenir, qui sont également communes au CNRS. En gros, on va donner un salaire important et des conditions de travail privilégiées à quelques personnes sans postes de la fonction publique pendant trois à cinq ans et puis à l’issue de cette période on ne recrutera que les meilleurs (un peu plus de 50% actuellement) sur le modèle américain des tenure tracks.

Donc nous sommes arrivés à un stade où l’on recrute de plus en plus des gens qui sont au niveau de DR2 par des concours externes au lieu que ce grade soit une promotion interne. Avec la situation un peu paradoxale qui est que l’on va recruter un CR1 à 39 ans et pour lequel on trouvera qu’à 45 ans il est un peu trop vieux pour se présenter au concours DR2. Actuellement, on est recruté DR2 entre 40 et 45 ans et on pense qu’après 45 ans ce n’est même plus la peine de candidater. Et donc quand on a été recruté CR1 à 39 ans, espérer passer DR2 dans la foulée n’est absolument pas pensable. Nous sommes donc en train de monter des carrières parallèles où il n’y aura plus de progression possible et avec de plus en plus de gens en fin de carrière qui seront bloqués au grade CR1 parce qu’ils ont fait simplement un travail d’équipe qui est essentiel en biologie où l’on ne travaille jamais tout seul, où l’on a besoin de gens à la paillasse qui forment les autres. Or ces gens-là ne passeront jamais DR. Ceux qui passeront DR sont ceux qui auront tout de suite monté leur équipe sur des financements ANR ou ERC avec uniquement des doctorants et des post-doctorants. Ceux qui seront rentrés CR, CR1 ou CR2, qui se seront intégrés dans une équipe déjà existante, qui auront fait les petites mains dans cette équipe pour la faire marcher au jour le jour, ceux-là n’auront plus aucune perspective de carrière.

Mais nous, élus des commissions, nous sommes dedans et nous essayons de faire changer les choses comme nous le pouvons.