3° exposé Ingrid Hall « Entrer dans la carrière ? »_241111

Quel statut après le doctorat ?

En fait je me rends compte que je vais être à ma place comme ethnologue pour donner ma vision de l’intérieur de ce qui se passe lorsqu’on est post-doc puisque finalement c’est beaucoup sur cette face  de l’entrée dans la carrière, si entrée il y a, que vous souhaitez que l’on focalise un peu les choses. Tout à l’heure vous parliez de mon statut en vous étonnant et en disant : « post-doc non statutaire ». Après réflexion, j’ai pensé que, en fait, le statut de post-doc je l’ai, c’est-à-dire que j’ai fait ma thèse au laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative à Nanterre, enfin dans l’école doctorale correspondante, etc. etc. Dans ce laboratoire, ils ont pris une décision : les jeunes docteurs restent affiliés au laboratoire pendant une certaine durée de temps. Jusqu’à il y a deux ans, c’était un an et maintenant, c’est trois ans. Donc en gros par défaut on a un filet de sécurité si tant est qu’on veuille l’utiliser, c’est-à-dire que l’on reste rattaché au laboratoire. Nanterre est une grosse université qui comprend beaucoup de doctorants, ce qui fait que lorsqu’on devient post-doc, on n’a plus accès au financement du laboratoire auquel on a pu avoir accès en tant que doctorant, mais on est quand même statutairement post-doctorant. Le statut exact serait donc plutôt celui de post-doctorant non contractuel. Cela veut dire quand même que c’est quelque chose d’important d’avoir un rattachement institutionnel puisque finalement c’est de cela qu’il s’agit. Et, dans cette phase qui est une phase intermédiaire, le risque c’est d’être un peu noyé, d’être un peu tout seul et finalement non seulement de ne pas avoir de rentrées d’argent, mais en plus d’être lâché dans la nature, ce qui peut être un peu compliqué à vivre. Il se trouve que non seulement j’ai fait mon cursus là-bas à Nanterre mais en plus que j’ai enseigné dans le département d’ethnologie et de sociologie. J’ai eu une allocation de recherche plus un monitorat. Après j’ai obtenu un poste d’ATER et puis maintenant j’ai une expérience d’enseignement qui est assez longue à Nanterre, d’autant plus que même sans statut je continue d’intervenir ponctuellement par-ci par-là. Je continue donc de participer aux activités d’enseignement, à l’encadrement de certains étudiants, de participer à certaines équipes en l’absence d’un contrat post-doctoral en bonne et due forme, de maintenir des liens avec les différents départements concernés, sociologie et ethnologie, et en même temps bien sûr d’enrichir mon CV. Sinon, officiellement, je suis chômeuse. Parce que, avec le poste d’ATER, j’ai droit au chômage. Du moins, à Nanterre ils l’acceptent.

Les post-docs et la valorisation problématique d’un parcours de recherche

Pour vous donner des éléments de parcours, je suis ingénieur agronome. Ensuite, j’ai fait des études d’ethnologie que j’ai commencées en maîtrise. Ce qui veut dire que, alors qu’on emploie souvent le terme de « jeune chercheur » pour désigner une personne qui vient de terminer une thèse, ce n’est pas mon cas. Sur les recherches de contrats de post-doc, j’ai éliminé, parce que dans ma vie personnelle je suis devenue maman, un certain nombre d’offres de post-doc qu’il ne me semblait pas possible d’accepter, soit parce qu’il y avait une délocalisation, soit parce qu’il y avait une délocalisation avec des contraintes spécifiques, car quand on explique que ma candidature intéresse mais que mon salaire serait de 1200 dollars, parce que c’était pour partir aux États-Unis, et qu’un loyer ne me coûterait que 600 $ et que je réponds que nous sommes trois à partir, et que je demande s’ils croient que cela va être suffisant pour vivre, et qu’en retour on m’explique que je suis une jeune chercheuse, et que je ne dois par conséquent pas être trop exigeante sur le plan de la rémunération. Dans un tel cas de figure évidemment la réponse est déjà toute faite : ce n’est tout simplement pas faisable.

Dans les post-docs pour lesquels j’ai candidaté, un problème auquel je me suis confrontée, c’est d’une part que l’on nous demande, comme c’est souvent le cas, d’aller très loin sur les sujets sur lesquels on travaille, on nous demande en outre des choses qui ne sont pas de l’ordre du travail de recherche. Je pense notamment à un post-doc où tout le travail de terrain d’enquête ayant déjà été fait, il fallait analyser ce matériau. Pour faire quoi ? Pour faire des recommandations et établir un livret de recommandations à destination de municipalités. Pour un post-doc, c’est quand même une perspective de recherche très réduite et si on accepte tout de même de s’écarter des problématiques sur lesquelles on travaille et de réaliser un travail comme celui-ci, comment faire pour le valoriser ensuite ? C’est quand même compliqué. Après, les autres difficultés, sont d’ordre administratif et statutaire. J’avais trouvé un projet sur financements de la région Île-de-France qui collait bien. Mais après il fallait trouver un porteur de projet statutaire. C’est souvent le cas pour avoir un financement sur un type de poste post-doc, il faut finalement avoir quelqu’un de statutaire qui signe en tant que porteur de projet pour ensuite éventuellement être recruté en tant que post-doc. Alors on se retrouve à rédiger complètement un projet parce que c’est notre propre projet de recherche, à chercher un porteur de projet qui éventuellement accepte. Il faut non seulement que ce soit quelqu’un qui soit intéressé, avec lequel on s’entende, mais en plus qui remplisse les conditions, ce qui n’est pas toujours évident. Et ensuite quand le projet est accepté, je me suis retrouvée dans la situation ubuesque de faire ce projet, il faut savoir en plus qui doit signer tel formulaire, etc. Et, en l’occurrence, j’ai trouvé un porteur de projet qui a effectivement accepté. C’est lui qui recevait tous les mails relatifs au projet. Je ne recevais rien. Donc j’envoyais un mail de temps en temps au porteur de projet en demandant des informations sur le projet, ou bien je contactais la personne du conseil régional à qui j’avais envoyé le dossier pour avoir une réponse, qui finalement n’a pas été positive. En post-doc, on passe de 70 à 80 % de son temps à faire des projets en cinq pages en dix pages ou en quinze pages, en cherchant des mots-clés qui sont un peu sexy. Cela devient assez rapidement difficile. Pour le moment je continue à percevoir un peu d’argent même si ce n’est pas un salaire, je continue à être dans un laboratoire et un cadre de travail puisque je continue à m’y rendre tous les jours ou quasiment et grâce auxquels je ne suis absolument pas désocialisée, au contraire. J’ai conscience d’être bien insérée dans ce cadre là, ce qui est loin d’être le sort de tout le monde. Je m’en rends bien compte. Mais c’est vrai que cela fait des conditions très étranges dans lesquelles on a l’impression d’être dans une espèce de réalité parallèle. On croise des gens dans les couloirs, on fait la même chose, on a le même type d’activité sauf que la différence est que l’on se pose la question de savoir qui va payer le billet de train pour aller au colloque ? Qui va payer la mission ? On essaie de se débrouiller pour le faire soi-même et c’est très étrange. En même temps, il y a de la sollicitude en retour et c’est très étrange de se trouver dans cette situation et encore plus étrange de l’expliquer à des gens qui ne sont absolument pas dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche qui trouvent que tout cela est tout bonnement inconcevable. Pour eux, on est un peu « dingue ».

Précarité et préservation de la cohérence de l’objet de recherche

Un point qui me semble important et qui pose de vraies questions par rapport à ces histoires de contrats et de recherche sur contrat est qu’il y a deux positions : il y a une position que j’entends très fréquemment étudier qu’il faut sauter sur n’importe quelle opportunité parce que c’est ça qui fera une expérience et qu’il faut avoir pour le dossier post-doc et, par ailleurs, il y a une deuxième position qui nous dit qu’il faut travailler la cohérence du dossier. Ce qui permettra d’être recruté dans les différentes commissions. Pour avoir échangé avec des personnes qui étaient dans des commissions, j’ai appris qu’il fallait travailler la cohérence du dossier. D’accord, mais comment faire quand on travaille sur des sujets variés et que l’on passe ainsi du coq à l’âne ? Il faut montrer que l’on a une question de recherche qui est vraiment argumentée, qui évolue et que les travaux que l’on mène se situent toujours dans la continuité de ce questionnement, si l’on veut qu’il y ait une espèce d’évidence sur la légitimité de la question qui est posée et du projet. Mais comment fait-on pour maintenir une espèce de cohérence ? Autour de moi il y a des gens qui me donnent des conseils en me disant de faire attention à mes choix. Je travaille en ce moment sur la biodiversité. On me dit que le post-doc sur lequel j’ai de grandes chances d’être prise concerne le milieu urbain et que finalement la cohérence avec ce que j’ai fait précédemment n’est pas si évidente que ça et qu’il vaudrait mieux s’abstenir de travailler sur un tel projet. Et puis il y a d’autres personnes qui me disent qu’il faut sauter sur l’occasion. C’est vraiment compliqué finalement de s’orienter là-dedans entre le temps que l’on passe à lire toutes les offres qui peuvent nous arriver, décrypter les offres en question, à voir si l’on rentre dans les critères, si l’on trouve un porteur de projet qui correspondrait éventuellement aux critères qui sont énoncés dans le projet pour pouvoir ensuite essayer de répondre, remplir le dossier, renvoyer le dossier et évidemment attendre la réponse. C’est un investissement absolument hallucinant pour ensuite devoir se poser cette question de la cohérence du parcours scientifique. Je trouve cela extrêmement déstabilisant parce que la question se pose à chaque fois : est-ce que j’ai raison de répondre à telle offre ou pas ? Et se pose ensuite tout un tas d’interrogations tout à fait pragmatiques : est-ce que je suis prêt(e) à aller m’installer à Nancy ou à Rennes ? Et toutes ces questions qui vont avec l’organisation du travail au quotidien.

La recherche sur projet et ses effets sur l’orientation des thèmes de recherche du laboratoire

Je voudrais ajouter un dernier point sur ce qui a été dit tout à l’heure. Je connais une équipe dans le département de sociologie. Il y a quelqu’un qui est extrêmement dynamique et qui trouve beaucoup de financements pour ses étudiants en M1, M2, doctorat, post-doc. Il se trouve que cela oriente les thématiques du laboratoire. Celui-ci dispose d’un séminaire dans lequel les gens viennent parler des recherches qui sont financées par ces appels d’offres. Cela engage aussi une espèce de dynamique de l’équipe d’enseignants dans laquelle il est inséré. Ça, c’est une réelle dynamique pour les 10 étudiants qui disposent d’un financement. Ce qui est très positif mais en même temps détermine une orientation des sujets de recherche en fonction de ses thématiques de recherche, alors que l’équipe d’enseignement est a priori ouverte à l’ensemble des thèmes sociologiques, la spécificité serait plutôt de faire une sociologie à forte option qualitative. Après, il y a des étudiants qui travaillent sur différents thèmes. Mais en même temps on voit que la réflexion est évidemment fortement infléchie aussi par ces ressources qui arrivent, qui sont extrêmement bienvenues. Je ne suis pas là pour décrier, je constate qu’il y a du positif mais également du négatif dans ce fonctionnement, car du coup on ne se retrouve pas dans un certain nombre de thèmes qui sont abordés.