2° exposé Eric Cheynis « Entrer dans la carrière ? »_241111

La précarité mène à tout… à condition d’en sortir

Merci d’abord de m’avoir donné la possibilité de dire quelques mots sur le sujet du jour. Je vais simplement essayer d’apporter un témoignage à partir de ma propre expérience mais aussi à partir d’autres exemples que j’ai pu côtoyer de près pour rendre compte de ce qu’est devenue l’entrée dans la carrière d’enseignant chercheur. Je vais présenter mon parcours brièvement. J’ai soutenu une thèse en sociologie il y a maintenant quasiment trois ans. Cela veut dire que j’ai fait trois campagnes de recrutement au cours de cette période. Et puis j’ai eu la chance tout récemment d’être recruté en tant que maître de conférences. J’ai commencé en septembre dernier et entre-temps, pendant ces trois ans, j’ai eu la chance d’enchaîner trois contrats : un premier contrat de recherche pendant un an qui était financé par la région via l’université, puis un second contrat d’enseignant pendant 11 mois ou j’avais un service de maître de conférences voire davantage, puisqu’il y avait des heures complémentaires, à la suite de quoi, avec des périodes de chômage entre ces contrats, j’ai été finalement recruté.

Tout d’abord, il y a un certain paradoxe à ce que ce soit moi qui en parle puisque aujourd’hui je suis en poste et que ma période de précarité de trois ans, lorsqu’on regarde ce qui se passe autour, c’est relativement court et que pour moi les conditions dans lesquelles cela s’est passé ont été plutôt correctes, c’est-à-dire que les contrats se sont bien enchaînés. Il s’agissait de contrats d’un an, c’est-à-dire une période relativement confortable même si, par comparaison, les contrats de trois ans dont on entend parler avec l’ANR semblent plus appropriés quant à leur durée tout au moins. Et puis je dois aussi signaler que les relations avec les responsables de ces contrats se sont également bien passées. En revanche, je comprends qu’il soit difficile de témoigner sur ces situations-là quand on est encore dedans et que l’on n’a pas été recruté.

Tu l’as dit Sophie, c’est l’offre de postes dans l’enseignement supérieur et la recherche qui se réduit énormément et du coup c’est la période de temps précaire dans la carrière qui s’allonge. C’est la période intermédiaire entre la soutenance de la thèse et le recrutement sur poste statutaire qui s’effectue dans une période de précarité sous la forme de contrats et comme tu le dis aussi, l’appellation « post-doc », tous les candidats la mettent sur leur CV parce que cela fait bien, cela a une valeur symbolique, mais c’est aussi un cache-misère. En effet un post-doc, c’est aussi un contrat de recherche précaire pour quelqu’un qui a un doctorat. Ce n’est pas autre chose que de la précarité.

Justifier la précarité dans l’enseignement supérieur et la recherche ?

Premier point, qu’est-ce qui pourrait justifier finalement cette période intermédiaire, ce sas entre la soutenance de thèse et le poste de titulaire, est-ce qu’il y a des choses qui pourraient le justifier ? La première justification c’est que l’on a encore peu d’expérience, que l’on est en quelque sorte « en période de rodage ». Cela pourrait justifier que l’on soit encore dans des statuts particuliers. Et en même temps, lorsqu’on regarde les tâches qu’accomplissent des gens qui sont dans ce type de contrat, on s’aperçoit que ces personnes font exactement les mêmes tâches que les chercheurs et enseignants-chercheurs. En effet, ils effectuent véritablement les mêmes tâches. L’an dernier j’étais sur un contrat d’enseignant et je faisais exactement la même chose que ce que je fais aujourd’hui en qualité de maître de conférences, et puis lorsqu’on a un contrat de recherche, on fait aussi de la recherche au même titre qu’un chercheur statutaire. Lorsque j’ai candidaté sur un post-doc pour lequel je n’ai pas été retenu, j’ai même entendu les personnes chargées du recrutement dire qu’elles voulaient quelqu’un qui soit autonome parce qu’elles n’avaient pas le temps de s’investir au quotidien dans la recherche et qu’elles voulaient donc recruter des chercheurs accomplis qui fassent le travail, mais sur des contrats précaires.

La deuxième justification possible serait de se dire que c’est finalement un phénomène transitoire. Le problème est lié au fait que la transition s’allonge de plus en plus et qu’elle devient la norme. Et puis parler de transition, c’est oublier qu’il y a un certain nombre de personnes qui n’obtiendront jamais de postes de titulaires, qui sortent du circuit, qui sont découragées et pourtant qui, pendant un certain temps, ont participé aussi à la production de la recherche, ont participé à l’enseignement. Il y a certains départements universitaires dans lesquels les contractuels assurent l’essentiel des travaux dirigés. Donc cela devient plutôt la norme parce qu’il faut faire un lien entre le développement de la recherche sur contrat et la montée de la précarisation. Je pense qu’il y a un décalage entre deux logiques : la logique du responsable du contrat qui doit mener à bien la recherche qui lui a été confiée et, d’un autre côté, la logique de la personne qui occupe ce type de contrat et qui est dans une stratégie de recrutement et doit pouvoir décrocher un poste stable à la fin. Ce n’est pas évident d’accorder ces deux logiques là. Quand on a de la chance on enchaîne les contrats : un an, c’est bien. Souvent, les contrats ont une durée de six mois, voire neuf mois. Pour ma part, j’ai postulé pour des contrats de recherche de 3-4 mois. Dans ce cas, on est obligé de zapper d’un sujet à un autre. Ce qui veut dire que je ne sais pas comment il est possible de mener une recherche sur un nouveau terrain, de publier dans ce laps de temps, de valoriser la recherche en ne disposant que d’une seule année pour le faire. Et puis au-delà, on passe aussi son temps à rechercher de nouveaux financements parce que l’on sait que notre contrat va s’arrêter dans les trois mois ou les six mois à venir et que l’on doit en parallèle consacrer du temps à préparer des candidatures. De plus en plus, du fait de la concurrence grandissante, les recruteurs demandent que l’on fasse des mini projets de recherche pour décrocher un contrat de neuf mois. Auparavant, on demandait cinq à six pages, ce n’est pas énorme pour un contrat de post-doc de neuf mois, parce qu’il y avait de la concurrence. Maintenant de plus en plus on fait passer des auditions pour ce type de contrat. À côté de ça, il faut aussi valoriser ses recherches précédentes, valoriser sa recherche doctorale, publier, étoffer son expérience d’enseignement, etc. Et puis aussi, pour candidater au CNRS, il faut également faire un projet CNRS, ce qui prend un peu de temps. Et donc ça veut dire que pendant tout ce temps-là, on n’est pas à fond, on n’est pas en plein sur la recherche pour laquelle on a été recruté, sur le contrat pour lequel on est rémunéré. Cela pose des problèmes, d’une part cela avive un sentiment de culpabilité chez la personne qui est en poste, de l’autre côté il faut faire face à la pression aux résultats qu’exerce la responsable du contrat, parce que dans la majorité des cas ces responsables ont un budget limité. Ils doivent fournir des rendus, des rapports intermédiaires. Bien souvent les personnes en précarité sont les seules à être à temps plein sur les contrats. On s’aperçoit que ce sont ces personnes qui font la recherche et qui font tourner un contrat au quotidien, alors qu’elles ne sont pas forcément disponibles à temps plein. Il y a des exemples où, en pleine période de recrutement et d’audition de maîtres de conférences et au CNRS, une réunion collective est organisée où l’on demande au post-doc d’être présent alors qu’on sait pertinemment qu’il a une audition pour un poste de maître de conférence et l’on « s’étonne » qu’il ne soit pas là et on lui met la pression. Cela semble un peu étonnant, mais ce sont des choses qui se sont produites et qui continuent de se produire.

Et puis il y a la question de la propriété des recherches. Cela se pose peut-être différemment pour les sciences sociales par rapport aux autres disciplines. On a beaucoup moins de tradition de publications collectives dans notre secteur et la question se pose de la propriété des données qui ont été collectées et construites pendant la recherche que le précaire cherche à valoriser pour son propre dossier mais qui appartiennent aussi au projet collectif.

Améliorer le statut des précaires au sein des équipes de recherche

Il ne s’agit pas d’opposer titulaires et précaires. Je me rends compte que, en ayant basculé de l’autre côté, ce n’est pas évident. Je n’ai pas non plus envie de devenir un chef d’entreprise. Il n’empêche que l’on se trouve assez vite poussé dans ce genre de position et de situation parce qu’il y a aussi des gens qui sont à la recherche de financement, que l’on se dit que l’on peut peut-être les aider à joindre les deux bouts et attendre éventuellement un poste. Je pense qu’il y a plusieurs niveaux d’action : action politique et action syndicale. Et, au quotidien, que peut-on faire ? Si un jour je devenais ce chef d’entreprise, ce manager de la recherche finalement qui gère la précarité au quotidien, qu’est-ce qu’on peut faire pour rendre les choses un peu moins pénibles pour tout le monde ? Je crois que ce que Pascal Burési a dit est que la personne est individuellement responsable du ou des précaires qu’elle finance sur contrat. Je crois qu’il faudrait arriver à modifier cela, c’est-à-dire qu’il y ait une sorte de responsabilité collective assumée par les laboratoires et qu’il n’y ait pas un face-à-face entre le précaire et le responsable du contrat, parce que ces relations interindividuelles ne sont pas toujours faciles. S’il y avait une gestion collective de ces contrats ce serait peut-être une piste vers une solution et ce serait peut-être également plus simple. Et puis cela reviendrait à établir un certain nombre de règles collectives pour éviter de faire n’importe quoi. On s’aperçoit de plus en plus que l’on recrute des gens surqualifiés et sous-rémunérés car l’on veut maximiser un budget. On recrute un docteur sur un statut d’ingénieur de recherche, ce sont des choses qui se produisent. Les annonces qui sont publiées sont aussi souvent fantaisistes. Quand on parle à des amis qui travaillent dans le privé, quand on leur explique les choses, ils ont du mal à le croire, et demandent comment cela est possible. On publie des annonces de contrats sans mettre la durée du contrat, sans indiquer la rémunération. Puis on découvre les choses. On annonce quelque chose au début, une rémunération pour un an, et puis lorsqu’on va signer le contrat on s’aperçoit que le budget est finalement plus réduit par rapport à l’enveloppe que le responsable espérait avoir et donc du coup on propose une rémunération moindre ou une durée moindre du contrat. Cela fait partie des choses qui se produisent sur lesquelles il faut être vigilant parce que, au final, on gère des gens. Tout ceci mériterait de faire l’objet d’une réflexion collective. Et puis souvent aussi, et cela est davantage vrai pour les contrats d’enseignants, en ce qui me concerne j’ai été recruté l’an dernier sur un poste de maître de conférences, une semaine avant la rentrée, et je devais monter trois cours d’amphi pour la semaine d’après. Il conviendrait là aussi d’anticiper les choses pour éviter ce genre de situation. C’est le cas aussi je pense pour la recherche où l’on recrute des gens en catastrophe pour pouvoir achever un projet qui approche de son échéance. Voilà un peu des pistes pour participer en quelque sorte à ce cercle vicieux tout en essayant de résister le plus possible au système pervers qu’il développe.