1° exposé Pascal Burési « Entrer dans la carrière ? »_241111

Je vous remercie de l’occasion que votre invitation me donne d’apporter un témoignage sur le thème de la séance d’aujourd’hui. Je vais donner l’impression de scier la branche sur laquelle je suis assis, puisque je vais dire tout le mal que je pense d’un système auquel je participe activement, système que les autorités du CNRS valorisent et système qui m’a valu en grande partie mon passage comme directeur de recherche au CNRS cette année : l’obtention de deux financements successifs, l’un national de l’ANR de 150 000 € sur quatre ans, et l’autre européen de 1,3 millions d’euros sur cinq ans. Pour rappel, je suis historien du Moyen Âge spécialiste du monde musulman médiéval et plus particulièrement du Maghreb au Moyen Âge. Je suis entré au CNRS en 2001 comme chargé de recherche deuxième classe, je suis passé Chargé de recherche première classe en 2005 et puis je suis devenu directeur de recherche en 2011.

Mes remarques vont particulièrement porter sur la partie financement européen évidemment; mais je voudrais dire auparavant qu’avant d’entrer au CNRS, j’ai eu un parcours qui rétrospectivement paraît sans faute mais que je n’ai pas vécu comme tel, puisque j’ai alterné des allocations de monitorat pendant trois ans, deux ans en Espagne à la Casa Vélasquez et puis deux années d’ATER, dont un demi ATER à Poitiers. À l’époque j’avais  vécu cela comme une précarité assez grande puisque j’avais dû retourner habiter chez mes parents du fait de la faiblesse de la rémunération qui m’était octroyée. Rétrospectivement, et quand on considère comment cela se passe aujourd’hui, mon parcours a été assez linéaire. Il faut dire que j’étais fonctionnaire, donc certain d’avoir un travail (en collège ou lycée) si je ne trouvais pas de poste.

S’agissant des financements, je n’ai guère tiré profit à titre personnel des projets de l’ANR. En revanche, le collègue marocain qui travaillait sur des thèmes voisins des miens, a obtenu, grâce à ce financement ANR, un post-doc de trois ans. En réalité, j’ai monté le projet ANR en grande partie en vue de financer sa recherche post-doctorale, parce que c’est un chercheur de grande qualité mais qui n’avait aucune possibilité de se faire recruter ni au CNRS ni dans une université en France. Ensuite, à partir du moment où a commencé à courir ce projet ANR qui était prévu pour quatre ans, mais qui en fait n’a financé son poste que sur une durée de trois ans, s’est posée la question de la suite à lui donner. Je me suis alors tourné vers les projets européens dont j’avais entendu parler par des collègues travaillant à l’IRHT : je pense notamment à Christian Müller, à Petra Sijpesteijn ainsi qu’à John Tolan, à Nantes. Il est intéressant de noter que les premiers en France à s’être tournés vers ce genre de financements ne soient pas issus du système universitaire français, mais des systèmes anglo-saxons ou européens. À la différence de l’ANR, le CNRS a décidé d’intéresser financièrement le porteur de projet dans le contexte récent d’individualisation des carrières et pour encourager les chercheurs à se tourner vers les financements européens, et cela, sans qu’il y ait d’uniformisation à l’échelle française. En effet j’ai rencontré de nombreux « lauréats » de projets européens, de champs disciplinaires variés,  dont la prime était très variable. Le CNRS accorde une prime qui s’élève à 800 € par mois, ce qui est conséquent. Hisham El Aallaoui, le chercheur que j’avais recruté à l’ANR, bénéficie donc dans ce nouveau projet d’un post-doc de cinq ans, ou plutôt d’un CDD chercheur de 3 ans, qui sera renouvelé pour deux ans. D’autres CDD  chercheurs ou ingénieurs d’étude travaillent dans le cadre de ce projet. Donc le projet européen est statutairement et financièrement une aubaine pour le chercheur qui l’obtient, mais au détriment des structures collectives de la recherche.

Malgré cet aspect individuel, et qui m’a valu des invitations à présenter ce parcours, je suis très critique pour un certain nombre de raisons que je vais développer très rapidement à partir de mon exemple et à la suite de discussions avec d’autres chercheurs qui sont dans le même cas.

Dans les appels à projet, l’originalité ne paye pas

Premier point : pour entrer au CNRS, j’ai présenté un programme de recherche qui m’a valu d’être recruté. Or c’est sur ce même programme que j’ai obtenu mon financement ANR et c’est sur ce même programme encore que j’ai obtenu mon financement européen. Certes le programme que j’ai présenté initialement au CNRS était démesuré par rapport aux capacités d’un chercheur isolé, ce qui justifiait que je puisse présenter un projet et des demandes de financement. Le seul programme que j’ai monté qui était original par rapport à mon programme individuel de recherche s’est soldé par un échec. J’avais candidaté à une ACI (action concertée incitative). À la suite de cet échec, je me suis dit qu’il valait mieux retourner au cœur de ma spécialité, plutôt que d’essayer de présenter des thèmes originaux.  C’est donc en répétant dans des formulaires, tous très différents les uns des autres, le même programme, en le déconstruisant et le recomposant pour les besoins spécifiques des programmes que j’ai visés, que j’ai obtenu mes financements. Un mois de préparation pour rentrer au CNRS,  et puis à chaque fois un ou deux mois pour les projets ACI, ANR et ERC, c’est presque une année sur les dix passées au CNRS pour préparer des projets. En amont quelque six mois (seulement pourrait-on dire !), mais lorsqu’on y rajoute les rapports normaux, annuels, biannuels et quadriennaux du CNRS,  qui sont statutaires, les rapports de bilan de mi-parcours pour l’ANR, puis les rapports de bilan pour l’ANR, sans compter les feuilles d’activité à remplir tous les mois pour chacun des membres du projet européen, on passe rapidement à plus de 10 % du temps de recherche consacré à ces différents projets. Telle est la situation de qui obtient son financement, mais pour 90% des candidats, il y a échec, donc du temps perdu complètement et du retard.

À cela s’ajoute l’aspect très désagréable d’avoir tout à justifier avec un contrôle omniprésent, et on peut le comprendre car le projet européen, représente l’équivalent de 15 à 20 années de contrats doctoraux et post-doctoraux à dépenser sur cinq ans. C’est dire quand même le pouvoir que donnent ces financements à un individu. Donc un grand pouvoir décisionnel et financier, qui justifie d’une certaine manière les contrôles, et en même temps qui génère une paperasserie et une bureaucratie énormes.

Ces tâches supplémentaires retombent partiellement sur les gestionnaires de laboratoire, ou sur du personnel ad hoc le temps du projet. Pour les porteurs qui font ce travail là par eux-mêmes, cela représente une tâche lourde et désagréable. Le directeur des SHS au CNRS m’a fait la remarque tout à fait justifiée, lors de la journée des nouveaux entrants, que c’était très bien, que j’avais changé de métier, que j’étais devenu un entrepreneur ou un chef d’entreprise. On peut s’interroger évidemment sur la hiérarchie des métiers— est-ce une réelle promotion de passer de la fonction de chercheur à plein temps à celle de chef d’entreprise !? —, mais indépendamment de cela, ce n’est pas le métier que j’ai choisi : le problème, c’est que ce système me contraint moi-même à adopter des rythmes et à faire des tâches qui m’éloignent de la recherche et qui ressemblent beaucoup plus aux leurs. Gérer les intermittences de contrat, expliquer à un ami-chercheur avec qui on travaille depuis plusieurs années que c’est normal qu’entre deux contrats post-doctoraux, il ait quatre mois de chômage, avec tout ce que cela implique de temps perdu auprès de Pôle Emploi pour obtenir après deux mois le paiement des premières indemnités, tout cela est aberrant.

Des mille et un usages des contrats de recherche européens

Je passe à la partie consacrée à la raison pour laquelle j’incite les chercheurs à demander des financements européens et à l’évocation de la manière dont je résiste à titre personnel. D’abord, je ne recrute que des personnes précaires mais cela va sans dire, il y en a de plus en plus et c’est facile d’en trouver. Mais j’essaie de prendre les précaires parmi les précaires, c’est-à-dire les non normaliens, les non agrégés. Il se trouve que dans mon domaine : l’islam médiéval, il y a beaucoup de chercheurs originaires du Maghreb, dont les possibilités d’obtention de postes de titulaires à l’Université ou au CNRS sont encore plus limitées que pour les autres.

Ensuite, j’incite les chercheurs recrutés à développer leur propre projet de recherche, soit la publication de leur thèse, soit la rédaction d’articles liés à leurs thèses et projets de recherche. La participation à mon projet se fait sur la base du volontariat.

Dans tous les cas, les productions du projet, c’est à dire les publications, sont signées collectivement. La tâche que je m’assigne à moi-même est d’arriver à valoriser ce qui va être fait en cinq ans pour permettre un renouvellement des financements pour tous ceux qui n’ont pas été casés entre-temps.

Des emplois précaires pour lutter contre la précarité

Enfin même si ce système des financements sur projet de court terme (3-5 ans), ne permet pas de développer les bonnes conditions d’une recherche sereine, je crois que tous les chercheurs titulaires devraient consacrer du temps à solliciter ces financements (en particulier européens) pour aider les précaires, même si c’est probablement un cercle vicieux.

                                                                                                                                                            *0*

Sophie Pochic : Merci Pascal. Je pense que cette situation se développe dans les équipes en tout cas en sciences sociales, il y a beaucoup de gens qui répondent à des contrats aussi avant tout pour trouver des emplois pour leurs collègues en situation précaire.

Pascal Burési : Je sais que les fonctionnements ne sont pas identiques partout. D’autres porteurs de projet gèrent les recrutements de manière très différente : ils font des annonces pour des postes contractuels, ils reçoivent des propositions, ils recrutent ceux qui les intéressent, en leur demandant parfois de changer de lieu de résidence (y compris pour des post-doc de 9 mois, ou 6 mois), de venir tous les jours au bureau. Donc dans ce cas, pour des chercheurs qui ont leurs propres projets de recherche, ce n’est plus du tout possible pour eux de développer leurs thèmes de recherche pendant la durée de leur contrat avec cette équipe. Pour ma part, je conçois ces collaborations très différemment.

Sophie Pochic : Je pense que suivant les situations on va voir des pratiques d’encadrement par celui qui gère le contrat qui vont être très différentes, avec des publications d’offres d’emploi, un travail très dirigé ou un travail beaucoup plus souple et une association à la valorisation en termes de publications très différentes.

Éric Cheynis a participé à un contrat de recherche collective, peut-être avec un fonctionnement un peu différent ?