Sophie Pochic Introduction 2° séance « Entrer dans la carrière ? »_241111

Sophie Pochic : La deuxième séance du séminaire Politiques des sciences va porter sur l’évolution des conditions d’entrée dans les carrières académiques. La question de l’entrée dans les métiers de la recherche, c’est-à-dire dans quelles conditions forme-t-on et accueille-t-on nos futurs collègues, est une question récurrente. C’est une question sur laquelle il y a eu des mobilisations ces dernières années. Souvent un constat sur lequel on s’accorde, c’est qu’il y a une montée de la précarité marquée par un allongement de la durée entre la date de soutenance de la thèse et la date de recrutement sur statut stable. Cette période se prolonge pour les postes de chercheurs et d’enseignants chercheurs et parfois cette instabilité se prolonge même très tardivement pour les fonctions d’ingénieurs et de techniciens. Cette instabilité concerne beaucoup de trentenaires voire de quadragénaires qui peuvent continuer de travailler au sein de nos laboratoires, de nos universités, sur des statuts hybrides de contractuels. Comme vous le savez, une enquête a permis de clarifier cette multiplicité des statuts sur la précarité en 2009, une enquête qui a déjà été présentée dans ce séminaire l’année dernière et qui a fait l’objet d’un ouvrage coordonné par Isabelle clair, Annick Kieffer et d’autres auteurs[1].

Si l’on fait un petit retour en arrière, c’est sur cette question spécifique de l’entrée dans les métiers de la recherche que les chercheurs se sont mobilisés. Une mobilisation qui a été à l’origine de la création du mouvement de 2004 et de Sauvons La Recherche, puisque c’était l’annonce de la réduction de postes stables qui avait suscité un mouvement de réaction très fort. Ce sont ensuite les possibles effets pervers de la création de l’Agence nationale de la recherche (ANR), qui a promu la recherche sur projet, et par là même la création potentielle de postes de chercheurs et d’ingénieurs sur contrats précaires, que l’on regroupe sous le terme fourre-tout de « post-docs », qui va prendre des tonalités et des configurations très différentes suivant les disciplines. Ce possible effet pervers a été signalé à maintes reprises. C’est une question qui en outre est d’actualité en termes de négociations sociales puisque vous savez que l’intégration des hors-statuts est en ce moment débattue par les organisations syndicales et les associations qui essayent de mobiliser les hors-statuts autour du projet de loi de titularisation dans la fonction publique qui se réalisera en 2012. Si vous avez commencé à regarder ce protocole qui porte le nom du ministre Tron[2], vous aurez constaté que les conditions de titularisation ne correspondent pas du tout aux métiers de la recherche puisqu’il faut plutôt être resté très longtemps sur la même fonction alors que nous, nous avons beaucoup plus d’instabilité en termes de contrats et de métiers.

Par conséquent, pour débattre de cette évolution, nous avons demandé à des collègues de plusieurs disciplines et à différents stades de leur carrière : des anciens post-docs, des actuels post-docs ou jeunes chercheurs, de venir nous présenter leur expérience et surtout leur analyse des marchés de travail académique en France. Y a-t-il vraiment une convergence entre les disciplines ? Ou bien y a-t-il des traditions d’usage des post-docs et des contrats différentes en ethnologie, histoire, sociologie et biologie ?

Pour cela on a invité Pascal Burési, qui est directeur de recherche au CNRS, historien spécialiste du Maghreb, qui a eu l’expérience de diriger un projet ANR et actuellement un projet ERC (European Research Council), donc un projet européen, ce qui représente dans les deux cas des montants assez importants avec souvent de grosses équipes. Il nous dira ce que ce type de financement produit du côté de sa discipline : l’histoire. Ensuite on demandera à Éric Cheynis qui est sociologue et maître de conférences à l’université de Mulhouse, spécialiste des associations et de l’engagement, de venir nous parler de son expérience un peu plus récente de participation à une équipe de recherches fonctionnant sur contrat. Ingrid Hall, qui est ethnologue et qui est post-doctorante non statutaire et non financée, c’est-à-dire « bénévole », dans un laboratoire d’ethnologie, spécialiste du Pérou. Et puis, pour ne pas rester uniquement dans les sciences humaines et sociales, puisque je pense que c’est très important de pouvoir discuter de manière interdisciplinaire, on a demandé à Maude Le Gall, qui est biologiste, chargée de recherche à l’Inserm, au Centre de Recherche des Cordeliers, de venir nous parler à partir de son expérience de recrutement au sein des commissions spécialisées de section de l’Inserm, de l’évolution des conditions d’entrée dans les carrières en biologie. C’est d’autant plus heureux que Maude soit là qu’elle a beaucoup participé, au moment des états généraux de la recherche en 2004, aux réflexions sur cette question et dans les petites mains peu visibles qui ont participé à écrire le texte des états généraux de la recherche, elle a beaucoup donné de son temps à un moment où elle était elle-même post-doc rentrant des États-Unis et un peu désespérée de la situation en France.

Christian voulait donner une information sur le séminaire.

Christian Topalov : Je voulais faire une courte annonce au sujet de la prochaine séance. Cette séance qui aura lieu le jeudi 15 décembre inaugure une série qui est un peu une expérience. La petite équipe qui organise le séminaire a constaté que cette année était marquée par le fait qu’il y aura des élections présidentielles suivies d’élections législatives dans notre pays et qu’il n’est pas totalement exclu que de ces élections sorte un changement politique. On se demandait comment réfléchir à partir des problèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche à cette nouvelle conjoncture. On va donc inaugurer une série de séances que nous avons intitulées : «  Questions aux acteurs du mouvement ». En d’autres termes, nous invitons des collègues très divers qui depuis 2009 travaillent à résister aux prétendues réformes à nous répondre sur ce qu’ils veulent. Ce sont donc des séances sans exposé liminaire où la salle posera des questions et la prochaine fois celles-ci porteront sur le thème de la restauration de la démocratie savante et universitaire au sein des institutions. Nous entendrons donc sur ce sujet un membre de SLU (Sauvons L’Université), Étienne Boisserie, pour le FSU Christophe Pébarthe et pour le SNCS Philippe Büttgen. Je précise que c’est en tant que personnes individuelles que nous les avons invités. Il y aura donc une série de séances de ce type au cours de l’année. Il y aura une deuxième série de séances qui sera inaugurée en janvier 2012, qui seront cette fois des questions aux partis politiques. Et nous leur demanderons : « que comptez-vous faire ? ». Nous recevrons en janvier Europe Ecologie-Les Verts qui sera suivi en février du Front de Gauche, parti communiste français et parti de gauche, et enfin, le parti socialiste le mois suivant. Ce type de séances n’épuisera pas les séances du séminaire ; on continuera à travailler comme on le fait aujourd’hui aussi.


[1] Collectif P.E.C.R.E.S., Recherche précarisée, recherche atomisée :Production et transmission des savoirs à l’heure de la précarisation, Raisons d’agir, 2011