01-PDS3-Liora Israël-introduction 3° séance : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La séance d’aujourd’hui constitue presque un tournant dans l’histoire de PDS. En effet, après avoir beaucoup discuté de l’université et réfléchi aux réformes en cours en s’interrogeant sur leurs effets et les conditions de leur mise en œuvre, on passe à une seconde phase en quelque sorte, c’est celle de la préparation d’une refondation désormais envisageable. Elle se situe à l’intersection de deux moments ou de deux choses : d’une part, un texte de Christian Topalov, intitulé « Reconstruire l’enseignement supérieur et la recherche », que nous avons tous lus , qui était en forme de bilan et adressé notamment aux membres du parti socialiste pour faire un point et obtenir d’eux qu’ils réfléchissent plus sérieusement à ce que le PS pourrait proposer en la matière et à ce qu’il convient d’envisager dans la perspective éventuelle d’un changement de majorité politique ; et je crois, en second lieu, que c’est aussi une question qu’il nous revient d’assumer et de prendre en charge pour savoir justement de quelle manière nous nous positionnons. Il y a eu des états-généraux en 2004, mais l’évolution rapide et grave des réformes qui nous ont touchées fait que l’on est obligé de repartir à nouveaux frais, de nous poser de nouveau les questions d’un renouvellement de nos institutions et aussi du sort que l’on peut réserver à toutes ces réformes que nous avons critiquées et qui ne sont pas si faciles à détricoter maintenant qu’elles sont plus ou moins mises en place.
Pour répondre à ces grandes questions, et avant d’autres séances qui interrogeront plus directement les acteurs politiques -la prochaine séance sera consacrée à Europe Ecologie-Les Verts-, il a été convenu de donner la parole lors de cette séance à des membres de Sauvons L’Université, du SNCS, du SNESUP, afin de voir comment on envisageait la possible reformulation de nos contextes et de nos institutions de recherche.
Je passe donc la parole à Étienne Boisserie qui est historien à l’INALCO et membre de Sauvons L’Université. Je précise que chacun de nos interlocuteurs, lors de cette séance, s’exprime en son nom propre et non pas à celui de l’organisation à laquelle il appartient par ailleurs.