02-PDS3-Etienne Boisserie: “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Un constat : le découragement apparent
Il y a à mon sens deux manières d’envisager la question qui nous est posée dans cette séance : est-ce que l’on évoque ce que l’on souhaiterait que redeviennent l’enseignement supérieur et la recherche, ou est-ce que l’on développe une approche que l’on va dire « réaliste » et que l’on essaie de voir si un certain nombre de dossiers peuvent être arrêtés ou bien annulés ? Dans cette deuxième hypothèse, la grande difficulté est de mesurer la totale vacuité de la réflexion de la principale formation politique qui pourrait être porteuse d’une hypothétique alternance sur le sujet. Lors d’une réunion hier à l’université Paris VII j’ai entendu à quel point des collègues, même de très bonne volonté et qui ont des responsabilités politiques, n’ont de cesse d’expliquer que tout cela est bien compliqué, que selon eux le mieux ce serait de ne rien faire, d’autant que les collègues sont fatigués des réformes déjà engagées et que, tant qu’à faire, on ferait mieux de ne pas les fatiguer davantage avec de nouvelles réformes !
Mais des raisons d’espérer
En même temps, je suis assez optimiste. C’est peut-être dû à une conjonction particulière, imputable à une grosse fatigue ou à un agacement devant un empilement récent d’éléments. En effet, qu’il s’agisse des Idex, qu’il s’agisse des évaluations, j’ai quand même le sentiment qu’il y a un petit mouvement, un petit frémissement, un petit quelque chose qui se fait sentir. J’entends bien que les motions votées par les différents conseils d’administration (CA) depuis quelques jours sont aussi des motions préélectorales, comme peut l’être une petite interview d’un responsable de l’un des partis d’opposition. Cependant, il est quand même assez significatif que des choses puissent être dites et écrites, votées à l’unanimité, y compris par des CA qui ne sont pas réputés être de grands guerriers, en tout cas dans leur majorité. Il y a donc quelque chose qui se passe qui permet de pointer et de mettre en évidence les principales difficultés que posent ces réformes, soit sur des dispositifs techniques, soit sur leur conception même. C’est-à-dire que l’on rentre peut-être dans une phase qui, si on la rate, ne nous laissera guère de chance ultérieure de pouvoir peser sur les événements et faire entendre notre voix. C’est une phase au cours de laquelle il faut faire en sorte de s’exprimer, pour qu’on ne puisse pas nous opposer plus tard d’avoir gardé le silence à un moment où il était crucial de se faire entendre.

Les prochaines échéances électorales : une fenêtre pour l’enseignement supérieur et la recherche
Si par le plus grand des hasards le parti socialiste fait en sorte de ne pas perdre les élections qu’il donne l’impression de s’efforcer de perdre en permanence, si l’on a une vraie mobilisation, avec de vraies prises de position, avec des éléments indiquant une forte résistance des collègues individuellement, dans le cadre syndical, dans le cadre des conseils centraux des universités, produisant une espèce de grippage de la machine et pointant les difficultés vécues sur le terrain, on peut espérer qu’il se produira quelque chose. Et, de toute façon, si on ne le fait pas, il ne se produira rien ! La seule chose dont les promoteurs des « réformes » ont envie, c’est que nous considérions que c’est fini. Il ne faut pas leur donner la possibilité de le penser. La vraie question qui se pose à nous, à SLU notamment, même si je ne parle pas en son nom ce soir, comme elle se pose aux syndicats j’imagine, est de savoir ce qu’il faut dire ou ce qu’il ne faut pas dire de ce qu’il faut défaire, jusqu’où on va ? Comment doit se traduire plus précisément notre refus d’un certain nombre de dispositifs ? Est-ce que ce refus doit se traduire par des propositions ? C’est une question que l’on a tranchée pour le moment plutôt par la négative mais il est vrai que, quand on réaffirme un certain nombre de principes, quand on pose une alternative au moins sur des bases sémantiques ou organisationnelles, institutionnelles différentes, on répond de fait à certaines questions.