03-PDS3-Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

La position des syndicats de l’enseignement supérieur et de la recherche par rapport aux partis politiques et de leurs projets pour ce secteur
Les organisations syndicales et d’autres organisations ont la pratique bien connue du rapport introductif. Nous avons demandé à ce qu’il n’y ait pas de rapport introductif pour cette séance de PDS. Je ferai donc en sorte qu’il n’y ait pas de rapport introductif. Mais cependant, si nous voulons avoir une interprétation un tant soit peu rigoureuse de la Charte d’Amiens, nous ne la résumerons qu’à une seule chose, c’est que nous ne souhaitons pas influer sur les programmes des partis et ceci pour une seule raison : c’est que nous avons nos propres propositions. Ce disant, nous disons deux choses : oui, nous sommes un syndicalisme qui est force de proposition et en cela nous ne distinguons pas dans nos conceptions du syndicalisme, nous incarnons une définition du syndicalisme, c’est-à-dire des propositions de transformation sociale que nous pouvons porter tout seuls, et en ceci nous n’avons pas besoin de nous mesurer avec les programmes des partis politiques. Par conséquent, la seule chose qui peut nous intéresser est de montrer notre programme à des organisations politiques en leur demandant de prendre position par rapport à ce programmes L’inverse n’étant pas vrai, c’est-à-dire que nous ne prenons pas position par rapport aux programmes des partis.

L’enseignement supérieur et la recherche comme programme ou comme jeu ?
Après ce rappel de rigoureuse doctrine syndicale, je voudrais quand même dire autre chose. Je crois que c’est une des vertus du séminaire PDS que de permettre de réfléchir, par exemple aujourd’hui, à la fonction des programmes politiques, à ce que sont devenus les programmes sous condition de sarkozysme pour ainsi dire. Que veut dire un programme politique depuis 2007 ? On peut appliquer immédiatement cette question à nos affaires d’enseignement supérieur et de recherche. Je verrais deux séquences : il y a une première séquence depuis la campagne présidentielle de 2007, donc disons depuis l’automne 2006 et jusqu’à un peu après le grand mouvement de l’enseignement supérieur et de la recherche, disons printemps 2010, où le gouvernement n’avançait pas masqué. Nous savions alors ce qu’il voulait faire et nous pouvions nous reporter à des mots d’ordre extrêmement clairs rédigés par exemple par les conseillers du Président de la République. Par exemple : transformation du CNRS en agence de moyens. Un autre exemple également est celui de la dramatisation extrême de la LRU comme mère de toutes les réformes. Là c’est du verbatim, je ne fais que citer. Et par conséquent, le gouvernement n’avançait pas masqué. À cela ont correspondu plusieurs épisodes : la très forte communication autour de la LRU en 2007 et 2008, puis la très forte communication une fois que le mouvement de 2009-10 est retombé, la très forte communication autour de la transformation du CNRS en agence de moyens, la mise en relation de deux fonctions : opérateur de recherche et agence de moyens, qui étaient devenues des quasi mantras dans les organismes de recherche et les EPST (Établissements Publics à caractère Scientifique et Technologique). Souvenez-vous au CNRS de l’épisode proche de la pantalonnade de la direction Laurioux (2009-10). À partir du printemps 2010, il s’est passé autre chose. Désormais, on ne peut même plus dire que le gouvernement avance masqué puisque en lieu et place d’un programme nous avons un jeu, le jeu qui s’appelle Idex (Initiative d’excellence), le jeu qui s’appelle Grand emprunt ou investissement d’avenir. Je ne veux pas du tout dire que la chose est superficielle, au contraire on aura un travail à faire ici même aujourd’hui pour expliciter les principes qui président au grand emprunt. Mais enfin tout ce que nous disons est sous condition d’anticipation : qui va l’avoir ? Qui va gagner et qui va perdre ? Donc nous sommes dans le jeu. Et à l’heure qu’il est je vois une vraie différence entre le jeu et le programme et je vois une vraie différence dans les prises de position que nous pouvons avoir par rapport à un programme et par rapport à un jeu.