04-PDS3-Christophe Pébarthe : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Des réformes controversées dont la mise en œuvre a suscité une large collaboration
Comme tous mes collègues je parle en mon nom propre. Je suis historien, membre d’un CA. Je le dis parce que c’est aussi bien de savoir d’où on parle. Je suis donc membre d’un conseil d’administration, élu sur la liste du président actuel et, depuis quasiment le lendemain de son élection, premier opposant audit président. C’est une position un peu de grand écart, mais après tout c’est sans doute le grand écart qui est la figure imposée aux universitaires depuis 2007. C’est vrai que l’on a une première tentation qui est de dire le désastre, de dire : « Regardez ce qu’ils ont fait, regardez à quel point nous avons souffert et à quel point nous souffrons des réformes ». Mais à mesure que l’on dit ça on a aussi envie de se dire : « Regardons ce que nous avons fait ». Car ce qui est le plus dramatique, le plus cruel dans la séquence engagée depuis 2007, c’est notre participation active aux réformes que nous dénonçons. Car pas une de ces réformes n’aurait eu lieu si simplement nous avions dit : « On n’applique pas ». Il ne s’agit même pas de lui résister, d’aller manifester, etc., mais simplement de dire : « Nous n’appliquons pas ! ».
Regardez avec quel enthousiasme des collègues ont détruit leurs Masters pour faire rentrer la mastérisation. Et maintenant ils attrapent des rapports pour dire : « Voyez, on vous l’avait bien dit, c’était une mauvaise réforme ! ». Alors même que ces mêmes rapports dénoncent les maquettes de Master que ces mêmes collègues ont élaborées… dans l’intérêt des étudiants, évidemment. C’est l’antienne permanente, car à partir du moment où l’intérêt des étudiants est évoqué, naturellement toute résistance va apparaître comme du corporatisme.
Je dirais donc que nous sommes dans une situation que l’helléniste que je suis pourrait qualifier entre Cassandre et Médée, c’est-à-dire que nous avons pronostiqué de façon déterminée et permanente les catastrophes qui s’annonçaient. Des catastrophes ont eu lieu, personne ne nous a cru en quelque sorte, mais en même temps nous sommes devenus Médée, nous avons nous-mêmes tué l’université à laquelle nous étions attachés, sans doute pour se venger de ce mari volage.

Université et démocratie : la question politique
Alors, pour faire l’universitaire, je dirai qu’en faisant l’université du moins telle que je la conçois, peut-être qu’apparaîtra ce que peut être l’université ou ce qu’elle devrait être. Je crois que la question posée est celle de la démocratie. A cet égard, je dirai que l’université ne doit pas être seulement le lieu de la démocratie faite, mais aussi celui de la démocratie qui se fait. En effet, je crois que faire surgir l’université dans le débat politique cela impose de savoir ce que l’on entend lui faire faire, c’est-à-dire quelles finalités on donne à cette institution au sein des autres institutions, ce qui conduit à sortir du mécano institutionnel qui concerne la détermination du nombre d’élus au conseil d’administration, la question de savoir s’il faut plus ou moins de personnalités extérieures, qui sont des questions importantes mais dont on comprend bien qu’elles renvoient à une forme de technique et que quelques hauts fonctionnaires suffiront largement à savoir in fine combien il faudra de membres dans un CA d’une université.
En revanche, là où la question devient politique, c’est à dire devient alors d’intérêt général, c’est à partir du moment où l’on considère que l’université a pour mission de contribuer au bon fonctionnement de la démocratie en assurant une forme de service après-vente du lycée pour continuer la formation des citoyens. Cette tâche consiste à assumer la mission d’émancipation des individus à travers nos enseignements. Cette question est pour moi centrale, parce qu’elle ne peut du coup pas être évacuée du débat politique, sauf à considérer que le parti socialiste, et ce serait un aveu intéressant, n’a rien à faire, rien à dire sur l’émancipation des individus. Ce qui est tout de même un élément fort du programme du socialisme au moins envisagé d’un point de vue historique. Même avant la Charte d’Amiens, me semble-t-il.
Alors du coup cela pose une autre question, qui est celle de la définition démocratique de l’université. En effet il serait illusoire de proclamer cette démocratie dans ces deux acceptions, celle qui est faite et en même temps celle qui se fait, et puis de la faire ici même, au fond entre nous, c’est à dire entre universitaires et peut-être en faisant venir quelques étudiants. Je crois qu’au fond cela nous amènerait à réfléchir à ce couple que nous avons évacué de notre réflexion qui est celui de l’autonomie et de l’hétéronomie. Car en effet nous devons définir nous-mêmes un certain nombre de missions et de leur réalisation concrète, mais en même temps, parce que nous nous inscrivons dans un environnement social et politique donné, nous avons aussi à faire face à une hétéronomie. Car en effet, s’il y a une loi c’est qu’il y a de l’extérieur par définition, que cette hétéronomie soit incarnée par la LRU ou qu’elle revête peut-être une forme plus favorable. Ce qui pose toujours la question politique. Je crois que si le contexte actuel, avec les élections qui s’annoncent, peut être favorable à une réforme différente de l’université, cela suppose de poser les problèmes de l’enseignement supérieur et de la recherche de façon politique, c’est-à-dire de sortir de la description juste des catastrophes qui nous sont arrivées, qui sont des descriptions souvent techniques, un peu obscures pour ceux qui ne sont pas comme nous impliqués dans la vie quotidienne de l’université, pour les poser de façon politique. C’est-à-dire qu’il faut aussi que nous fassions cet effort de trouver un langage qui soit compréhensible par le plus grand nombre, c’est-à-dire retrouver le langage de l’intérêt général. Il me semble que jusqu’à présent nous le faisons très peu. Nous considérons que l’université c’est un peu notre chose et au fond que ce sont les universitaires qui en parlent le mieux qui la réformeront le mieux. Je crois que si nous voulons une autre université, une université plus démocratique, alors nous devons accepter la démocratie jusqu’au bout. Ce faisant, on retrouve alors presque la définition du socialisme par Jean Jaurès, vous savez : « La République jusqu’au bout ». Je dirai que tel est l’enjeu pour nous, car sinon nous ne serons pas entendus, car notre message ne sera tout simplement pas audible. Je pense que c’est à cette seule condition que nous pouvons espérer, non pas être sauvés, mais contribuer à une refondation non pas, vous l’avez compris de l’université, mais en réalité à une refondation démocratique de nos institutions parce que nous sommes une institution républicaine. En tout cas, c’est ma vision à moi de l’université et donc je pense que c’est à l’aune de l’intérêt général que nous devons poser la question de l’université et non pas croire que ce qui arrive à l’université suffirait à soi seul à dire l’intérêt général.