10-PDS3-Philippe Büttgen : “Comment refonder une démocratie dans l’enseignement supérieur et la recherche ?”_151211

Les victoires de la communauté universitaire contre le système qui se met en place
Philippe Büttgen : Vous me croirez si vous voulez mais j’ai l’impression que ces deux derniers mois nous avons remporté deux victoires symboliques assez majeures que je résume par deux termes. Le premier c’est notation, le second c’est Claude Guéant.
Notation : le trajet 2006-2012, c’est le trajet qui va pour nous de l’AERES à Standard & Poor’s. Ça commence à se voir. Je veux dire que ça commence à se voir que l’AERES est une agence de notation. Et faites-nous confiance, sur ce point on n’est pas fatigués, on ne cessera pas de le marteler. On ne cessera pas de le marteler car on voit d’ores et déjà que cela produit des effets si on se reporte par exemple aux minutes des débats qui ont lieu à l’intérieur du conseil de l’AERES. À l’intérieur même de cette agence qui est une agence entièrement composée de membres nommés, qui n’est donc pas une agence de rebelles, on a un vrai débat sur la question de savoir si l’AERES va continuer ou non de noter . Et on a une présidence de l’AERES qui est désormais sur la défensive face aux membres de son propre conseil. La chose n’est pas tout à fait négligeable et j’abonde dans le sens de mes deux camarades en disant qu’il vaut mieux effectivement pour nous et pendant un moment réfléchir en termes de missions, et l’évaluation nous en donne un exemple. La question n’est pas tellement de savoir qui va évaluer, et si c’est l’AERES, ce qu’on va rendre alors au comité national, ce qu’on va rendre au CNU ? Si l’on s’engage là-dedans, on se dispute avec tout le monde et on se noie dans la discussion. Par contre, un bon point d’appui, c’est de dire : évaluer ce n’est pas noter, c’est réclamer une évaluation qui ne s’achève pas dans une note. On l’a fait avant, pourquoi ne le referions-nous pas ? On avait une notation qui disait : favorable, très favorable et où on ne voyait pas ces spectacles d’infantilisme invraisemblable ou des directeurs de laboratoire se battent pour un petit « plus » à côté de leur A, parce qu’un A+ c’est le seul A possible.
La deuxième victoire symbolique c’est Claude Guéant. Ce qui s’est passé dans les évolutions récentes de l’université et de la recherche, c’est qu’en vérité l’autonomie qu’on nous a vendue s’est en permanence déployée sous condition d’hétéronomie. L’hétéronomie ici s’appelait : compétition internationale, ouverture, attraction des classes moyennes chinoises dans les universités européennes, elle s’appelait Bologne, elle s’appelait Lisbonne, elle s’appelait 50 % d’une classe d’âge à la licence. C’est pour ça que l’on a fait l’autonomie, c’est-à-dire en vertu de ces injonctions extérieures. Voilà qu’un malheureux ministre de l’intérieur fait tout tomber, c’est-à-dire qu’il montre que ces injonctions peuvent être battues en brèche par un gouvernement qui lui-même court après sa droite en permanence. Et je crois que cet argument des doctorants que l’on reconduit à la frontière est dévastateur, il est beaucoup plus dévastateur que celui des universités actuellement en faillite parce que, automatiquement, quand on dit ça le ministre monte au créneau en disant qu’il n’y en a pas 8 sur 83 mais 5 sur 150,  il compte autrement. En revanche il suffit d’une doctorante canadienne que l’on reconduit à la frontière pour qu’on ne puisse pas la compter autrement. On ne peut pas dire que c’est une sur tant comme on le fait pour les universités en faillite. On montre ce qu’il en est de la politique suivie.