05- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts-L’évaluation

Christian Topalov : Comme j’ai déjà eu la réponse à ma question sur l’évaluation, le thème que je devais introduire, je vais être extrêmement bref : merci de nous dire que vous allez fermer l’AERES. Vous l’avez dit tout à l’heure et c’est très bien car, évidemment, cette agence n’est pas réformable. Je pense qu’il est inutile de représenter l’argumentaire ici. Il l’a été lors de la séance précédente. Une décision politique comme celle que vous vous apprêtez à promouvoir au sein d’un gouvernement de gauche, est absolument fondamentale pour nous encourager à penser qu’un vrai changement va suivre l’alternance politique. Et cette mesure ne coûte rien, car si fermer les Idex va être compliqué, en revanche fermer l’AERES va être d’une facilité biblique… puisque nous n’en avons pas besoin ! Et puis cela a un effet politique. Car n’oublions pas que les machines sarkozystes sont peuplées de gens. Ces gens ont des pouvoirs qui s’expriment dans et à travers des institutions. Faire baisser le niveau d’arrogance des gens qui ont été mis en place par le système sarkozyste est très important pour créer un rapport de force dont nous aurons besoin au lendemain de la victoire de la gauche. Donc merci de fermer très vite l’AERES.

Laurent Audouin : Effectivement on a besoin d’évaluation et on a besoin de faire attention à ce que tout soit évalué, que tout soit pris en compte dans l’évaluation. C’est un des seuls points positifs du concept. Mais évidemment, cela ne peut pas se passer comme cela se passe avec l’AERES. Il faudra réfléchir aux rôles que d’autres organismes peuvent endosser : est-ce que, p.e., le CNESER peut prendre en charge une partie d’évaluation des politiques? C’est un débat qui mérite d’être ouvert. L’idée qu’il y a une composante qui dépasse la dimension des organismes dans l’évaluation reste une idée intéressante. Encore une fois je le dis avec prudence. C’est une chose dont il faut débattre. Néanmoins, le gros soulagement de la dernière semaine, ça a été l’annonce de la suppression des notes par l’AERES . Cela a constitué une véritable respiration, mais évidemment il faudra aller au terme de cette évolution.

Marc Lipinski : Ce n’est pas tout à fait une suppression de la notation par l’AERES, c’est une multiplication d’une note unique en plusieurs notes.

Laurent Audouin : Cela change quand même beaucoup de choses.
Marc Lipinski : Oui.