01- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts-Diagnostic sur la situation de l’ESR

Robert Descimon : Les réformes de l’ESR (enseignement supérieur et recherche) depuis une quinzaine d’années, de façon accélérée sous la présidence de M. Nicolas Sarkozy, n’ont pas seulement produit une crise sociale, une dévalorisation des métiers, une extrême difficulté à entrer dans la profession, une incertitude sur l’avenir de l’institution qui se trouve fragilisée, elles entravent également la production scientifique en général, sa qualité intrinsèque, sa capacité à faire avancer les connaissances aussi bien dans leurs finalités intellectuelles que dans leurs applications pratiques. Une hétéronomie tend à se mettre en place qui soumet les savants à des critères qui sont ceux de la gestion et de l’expertise niant de fait les finalités publiques des professions d’enseignants et de chercheurs. La crise n’est donc pas conjoncturelle, elle traduit un malaise de la civilisation scientifique. Ce malaise s’est exprimé avec force dans le mouvement universitaire de 2009 qui a montré un refus déterminé de la violence qui nous était faite et une disponibilité pour de vraies réformes. Mais aujourd’hui le découragement est grand. S’il veut s’appuyer sur ses forces vives toujours disponibles un gouvernement de gauche devra d’abord ouvrir la perspective d’un nouveau cours des choses pour la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche. Quelle perspective proposez-vous ? Et pour commencer quelle est votre évaluation des réformes sarkozystes de l’ESR ?

Marc Lipinski : Il se trouve qu’en préparant l’ouvrage qui vient d’être publié sous l’intitulé les sciences, un enjeu citoyen , je me suis reporté avec grand intérêt à la période 1981 parce que j’y ai trouvé un certain nombre de similitudes avec la situation actuelle. Les plus jeunes d’entre vous soit n’étaient pas nés soit ne s’en souviennent pas mais on peut se reporter à la presse de l’époque. C’est assez intéressant parce qu’on s’aperçoit d’abord que le sujet de la science telle qu’on le pose aujourd’hui, nous les écologistes, était déjà extrêmement présent dans la presse à l’époque, à savoir la question du rapport entre la science et le progrès par exemple, la question de savoir de quelles sciences nous avons besoin ? Je vous renvoie par exemple à des articles en première page du Monde écrit par un relativement jeune sociologue qui s’appelait Edgar Morin, qui est toujours relativement jeune et qui est toujours actif et qui pose finalement toujours les mêmes questions, qui demande comment faire pour avoir de la pluridisciplinarité ? Comment faire pour savoir ce que l’on met dans la marmite une fois que l’on a augmenté le budget de la science ? Et je pense que pour répondre directement à la question, ce qui s’est passé en 1981 où la situation était qu’il y avait énormément de précaires dans les laboratoires -on les appelait à l’époque « les hors-statuts »-, ce qui a été fait tout de suite lorsque Mitterrand a été élu, ça a été de donner un signal très fort via une augmentation du budget colossale : plus 30 % d’augmentation dans le premier budget qui a été préparé. Mais évidemment il faut se rappeler aussi que l’inflation atteignait  un niveau de 13 ou 14 % à l’époque. Donc en mettant un peu les choses en regard et en voyant également comment la situation économique du pays s’est dégradée assez vite ensuite, on ne peut pas faire un parallèle immédiat entre l’effort budgétaire consenti alors pour la recherche et la faiblesse de l’investissement actuel dans ce même secteur.
Je pense que s’il n’y a pas dès l’été 2012, dans l’hypothèse où l’on a un changement réel de gouvernement, des signaux très positifs à la fois sur la précarité dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche et sur les questions budgétaires ainsi que sur toutes les questions que l’on va aborder, j’imagine, tout à l’heure sur : que faut-il faire des nouvelles structures qui ont été mises en place dans le sillage de la LRU, etc. ? S’il n’y a pas des signaux très positifs tout de suite et l’indication qu’un grand débat peut et doit s’ouvrir dans la société sur ces questions-là, je crois que le découragement persistera et, à ce moment-là, il n’y aura pas beaucoup d’espoir à avoir. Donc j’espère qu’il y aura ces signaux et en tout cas nous nous nous battrons pour qu’il y ait ces signaux.

Laurent Audouin : Je partage totalement l’analyse très critique qui a été faite de ces années de réformes qui ont été menées de la façon la moins démocratique que l’on puisse imaginer : c’est à la fois une impulsion par le haut, une absence totale d’écoute, de mise en débat et également une incapacité à en tirer les leçons et apporter a posteriori un regard sincère sur les conséquences que nous éprouvons pratiquement au quotidien.
Pour notre part, si l’on devait tracer les perspectives, j’en verrais deux : d’abord affirmer avec force que les savoirs sont des biens communs de l’humanité et de la société. Ce n’est pas seulement une belle formule : cela a des conséquences concrètes, car cela veut dire que l’on doit veiller à ce que les savoirs soient accessibles à tous. Cela signifie que l’enseignement et la formation sont véritablement des missions de la collectivité, quel que soit le niveau auquel on se réfère. De ce point de vue, l’enseignement supérieur reste de manière pleine et entière un service public avec pour horizon la gratuité et un accès optimal. L’autre perspective, c’est que la démocratie, la collégialité, l’évaluation par les pairs sont une force du système et non pas une faiblesse ou une lourdeur, comme on a tendance à vouloir nous le faire croire et à le rabâcher dans les médias. Donc il est important à la fois de réaffirmer ces valeurs et, comme Marc l’a dit, de proposer à la communauté mais plus largement à l’ensemble de la société de véritablement débattre des modes d’organisation du supérieur et des modes de fonctionnement de la recherche qu’elle souhaite. Donc nous proposons, d’une manière claire, que l’été 2012 corresponde au lancement d’états généraux de l’enseignement supérieur et de la recherche qui disposeraient d’un temps suffisant, au moins six mois a priori et probablement un an, pour véritablement impliquer l’ensemble de la communauté et je le répète l’ensemble de la société. Néanmoins, dès l’été 2012, certaines réformes, notamment des réorientations budgétaires significatives, devront être réalisées. Mais peut-être que l’on viendra à la question des moyens un petit peu plus tard dans la discussion.