01-Introduction séance Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (1) : Europe Ecologie-Les Verts

Michel Barthélémy : Année électorale oblige, nous inaugurons aujourd’hui une série de séances dans lesquelles nous invitons les formations politiques à venir présenter et débattre de leurs projets concernant l’enseignement supérieur et la recherche principalement.

En effet, le malaise et la défiance que le mouvement universitaire de 2009-2010 a exprimés envers les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche et ceux qui les portaient, tenaient  pour une part à la « mise au pas des universitaires » (M. Gauchet) qu’elles représentent, à la solidarité qui s’est exprimée au sein du monde de l’enseignement contre la réforme aboutissant à priver les nouveaux enseignants du secondaire de leur année de formation pédagogique, aux atteintes à la démocratie qui se manifestent par la mise en place de structures et d’instances de décision peu collégiales et donc peu représentatives de la communauté d’enseignement et de recherche, à la mise en œuvre de structures institutionnelles et financières complexes mettant les universités et les organismes de recherche au service d’intérêts privés, les transformant en sous-traitants de la recherche des entreprises, etc. ; bref une réaction indignée due à toute une série de dérives qu’un certain nombre de collègues voyaient à l’œuvre dans les orientations qui inspiraient ces réformes. Une perspective dans laquelle les mots de « liberté », « responsabilité », « autonomie », pour n’en citer que quelques-uns, sont intentionnellement employés à contre-sens.

Je rappelle ces évidences pour souligner l’importance que revêt pour nous aujourd’hui l’espoir d’une alternance et d’une alternative à la politique conduite depuis 2007 (et en réalité bien avant, par d’autres gouvernements) et l’intérêt que nous portons aux propositions de ceux qui seraient susceptibles de l’incarner. Un intérêt dont nous témoignons les yeux grands ouverts, avec bienveillance mais lucidité envers ceux qu’il est coutume d’appeler les « partis progressistes » et qui ne sont peut-être pas toujours à la hauteur de ce qualificatif.

Nous sommes heureux aujourd’hui d’accueillir deux représentants du parti EE-LV, Laurent Audouin et Marc Lipinski, qui ont une double casquette. Celui d’un engagement affirmé dans ce parti et en même temps le fait d’appartenir à la communauté académique. Cette double compétence leur donne une connaissance précieuse des problèmes et des perspectives du champ de l’enseignement supérieur et de la recherche et de ses métamorphoses, notamment celles envisagées par leur propre parti, dans ce début d’année en vue de l’adapter aux nombreux défis de ce XXI° siècle commençant.
La position de la communauté académique par rapport aux récentes réformes, dont les éléments qui les ont inspirées ne sont le fruit d’aucune concertation ni d’aucune prise en compte sérieuse par les politiques des besoins, idées et principes d’organisation et de régulation de ladite communauté, ne peut se satisfaire d’une pure attitude de rejet ni d’indifférence. A cet égard, la réflexion en matière d’éducation, de formation et de recherche émanant des formations politiques qui aspirent à gouverner peut, à travers les programmes dans lesquels elle s’incarne, rencontrer les préoccupations de la communauté académique.

Parallèlement à une organisation croissante des citoyens en vue d’influer sur les choix technologiques et scientifiques ayant une incidence sur leur cadre de vie local et à l’échelle de la planète, immédiat et à long terme, la multiplication dans l’actualité des scandales et des crises induites par un usage souvent exclusivement tourné vers le profit des sciences et technologies qui ont une incidence sociétale forte, a contribué à faire évoluer la relation que le public entretient envers la science et ses applications. Ce qui s’est traduit ces dernières décennies par la montée en puissance d’une démocratie participative complétant, parfois de manière conflictuelle, la démocratie représentative, en introduisant une revendication de participation à la décision là où régnait la pure et simple délégation. Nous sommes entrés à petits pas dans une nouvelle ère, – un certain nombre d’initiatives, d’expériences, de même que la constitution d’un champ de recherche dédié à la recherche participative en atteste – où il faudra désormais compter sur un nouvel acteur et interlocuteur dans le débat, qui est le citoyen informé et désireux de faire valoir ses droits son expérience et son savoir aux côtés des politiques, des milieux économiques, des scientifiques pour qu’une recherche citoyenne, soutenable et responsable, puisse voir le jour. Les scientifiques peuvent favoriser son développement, comme ils ont naguère contribué à développer l’économie productiviste dont le modèle s’essouffle aujourd’hui en même temps que la planète qu’elle a mise à mal.

Cette question centrale qu’est la refondation de la relation entre science et société sera vraisemblablement à l’arrière-plan du débat que nous allons avoir ce soir. Je précise « à l’arrière-plan » car cette question semble constituer une réelle préoccupation des écologistes, en ce qu’elle sous-tend une vision de la société dans laquelle la recherche participative pourrait servir de levier pour une autre logique d’innovation placée au service de la société et du développement responsable. La diffusion ou l’analyse des modalités de mise en pratique de cette relation intéresse également bon nombre de structures diverses (la fondation sciences citoyennes, le forum social mondial, VIVAGORA, etc.), ainsi que des chercheurs (Loïc Blondiaux, Dominique Bourg, Jean-Michel Fourniau, Dominique Pestre, et j’en passe). Mais « à l’arrière-plan » s’entend également dans un second sens plus circonstanciel, c’est à dire au regard de nos préoccupations de ce soir qui seront plus limitées au secteur de l’enseignement supérieur et la recherche stricto sensu.
Nous débattrons donc avec Laurent Audouin, dont je rappelle qu’il est maître de conférences à l’université Paris Sud, co-responsable de la commission enseignement supérieur et recherche d’EE-LV et Marc Lipinski, qui est directeur de recherche au CNRS, à l’Institut de cancérologie Gustave Roussy. Il est également élu « Vert » au conseil régional d’Île-de-France, ancien vice-président du conseil régional chargé de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation scientifique et technique (2004-2010). Il vient de publier : Les Sciences, un enjeu citoyen. Une politique écologiste de la recherche et de l’innovation, aux éditions Les petits matins, 2011, dans lequel il fait le bilan de son action au conseil régional et en montre le potentiel de diffusion à plus grande échelle des nombreux dispositifs qu’il a contribué à mettre en place au niveau de responsabilité qui était le sien.
Avant de céder la parole à nos invités, je voudrais dire brièvement quelques mots sur le dispositif que nous avons élaboré pour le déroulement de cette discussion. C’est une séance qui va s’organiser autour de cinq thèmes principaux, chacun introduit par une question posée par l’un des co-animateurs de cette séance.

Après avoir demandé à nos invités de préciser à quel titre ils s’expriment, c’est à dire en qualité de représentants de leur formation politique ayant pris part à la conception du projet « enseignement supérieur et la recherche » de EE-LV ou pas, je passerai  tout d’abord la parole à Robert Descimon, qui posera la question du diagnostic que EE-LV fait des réformes qui ont concerné l’enseignement supérieur et la recherche au cours de ces dernières années.

Nous aborderons ensuite les thèmes suivants :

– Elie Haddad s’intéressera à la notion d’autonomie et à ses acceptions divergentes,
– Sophie Desrosiers traitera de la politique d’excellence,
– Isabelle Backouche reviendra sur la question spécifique de la place des SHS dans la recherche et la société,
– Christian Topalov abordera la notion d’évaluation,
– Enfin, Sophie Pochic questionnera la situation de l’emploi scientifique et de la précarité galopante qui le caractérise particulièrement depuis qu’il est placé sous les auspices de l’ANR.

Je commence donc par ma question introductive et un brin solennelle : Laurent Audouin et Marc Lipinski, d’où parlez-vous ?

Laurent Audouin : Nous parlons en tant que cofondateurs de la commission recherche et enseignement supérieur de ce qui est aujourd’hui Europe Ecologie-les Verts (EELV) et, pour ma part, en tant que responsable enseignement supérieur et recherche dans la « ruche » auprès d’Eva Joly et puis nous parlons surtout, tous les deux, en qualité de contributeurs très significatifs au programme qui a été adopté fin décembre par notre mouvement et qui servira de socle aux propositions que présentera Eva Joly dans le courant du mois de février. On parle aussi en tant que représentants d’un parti dont la relation à la science a parfois été et complexe et assez singulière et parfois relativement mal perçue. Par conséquent, je vais profiter de l’occasion pour rappeler en un mot que le rapport entre l’écologie politique et la science est beaucoup plus profond et beaucoup plus constructif et positif que ce qui a pu souvent en être dit, fût-ce au café du commerce ; je sais qu’ici, dans ce séminaire, on est entre personnes un peu plus positives.

L’écologie politique est peut-être aujourd’hui la doctrine dans le champ politique qui s’est la plus nourrie de science au sens le plus large du terme et même si l’écologie questionne très fortement les notions habituelles de progrès, même si elle met en question l’idée de technoscience et les dégâts qu’ont pu causer les applications technologiques dans la société, elle s’appuie sur un constat scientifique de l’État du monde et elle revendique un besoin de science et un besoin d’innovation pour réussir la transition écologique que nous estimons indispensable. Dans un monde qui est complexe, dans un monde qui s’apprête à connaître des mutations importantes et dans un monde où les citoyens seront confrontés à des défis importants, on ne peut pas imaginer que la dissémination des savoirs ne soit pas la plus large possible. Il faut des citoyens éclairés pour que nous ayons tout simplement un avenir commun.

Marc Lipinski : J’ajouterai juste que je parle fort d’une expérience exécutive dans la mesure où ayant été pendant six ans en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au conseil régional d’Île-de-France, je crois que je me suis affronté avec la réalité et que cette expérience est vraiment porteuse de fruits qu’il faut partager ou dont il faut au moins débattre. De ce point de vue là, je pense que l’on fait un assez bon duo.