04- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (2) : le Front de Gauche-La précarité dans l’ESR

Michel Barthélémy : On évalue le nombre de précaires dans la recherche et l’enseignement supérieur entre 30 000 et 40 000 personnes. Ce qui rend la chose encore plus compliquée, c’est qu’ils sont sur des statuts éclatés, divers. Par voie de conséquence, ils sont très loin du modèle du précaire titularisable tel que l’avait pensé la loi sur la résorption de l’emploi précaire dans la fonction publique. Ma question sera donc directe : qu’est-ce que le Front de Gauche envisage comme plan de résorption de l’emploi précaire ? Comment améliorer les débuts dans la carrière scientifique ? Et j’ajouterai : que pensez-vous faire du doctorat ? Comptez-vous faire en sorte qu’il lui soit accordé une reconnaissance dans les conventions collectives et également dans la grille de la fonction publique ?

Marine Roussillon : Je peux dire deux mots sur le doctorat. La question : « que comptez-vous faire du doctorat ? », rejoint celle des qualifications en général et le fait que les années d’études soient prises en compte dans les conventions collectives et donc plaide pour une reconnaissance du doctorat qui permette d’aligner la France sur un certain nombre d’autres pays européens et donc que le doctorat devienne un diplôme reconnu dans les conventions collectives et par conséquent je pense que cela aurait un effet assez rapide sur l’insertion professionnelle des docteurs. La deuxième chose c’est que nous sommes pour une embauche à l’université avant le doctorat. Ce n’est qu’un tout petit volet de la main-d’œuvre précaire mais en tout cas résorbé celui-là par la mise en place de postes à l’université avant la soutenance de la thèse. Ce qui permettrait aussi de sortir du débat un petit peu stérile sur la durée de la thèse : est-ce qu’il faut qu’elle soit plus courte pour être plus démocratisée parce que plus finançable ? Ou est-ce qu’il faut qu’elle soit plus longue parce que la qualité scientifique des thèses courtes, notamment dans un certain nombre de disciplines, n’est pas tenable ? Voilà, si l’on a besoin de temps et de financement pour la thèse, alors créons des postes pour les doctorants dans l’université, des postes statutaires permanents.

Pierre Chantelot : Effectivement le premier pas c’est la reconnaissance dans les conventions collectives du grade de docteur, mais ça ça ne fait pas tout. C’est le minimum, c’est la base, beaucoup de monde, de gauche à droite, propose cela. Mais ça ne fait pas tout car lorsque vous postulez pour un emploi dans une entreprise et que vous rencontrez un directeur des ressources humaines, vu que celui-ci a fait généralement une grande école et que l’on a un système qui aime reproduire ses élites, le patron industriel va demander au DRH de recruter quelqu’un, le DRH vient d’une grande école comme le patron la plupart du temps, donc il va recruter un candidat issu d’une grande école.

On est dans un pays particulier où il y a des grandes écoles et l’université. Donc pour le recrutement, les docteurs se retrouvent en concurrence avec des ingénieurs, avec des masters et ils le vivent très mal. C’est-à-dire qu’il y a un problème pour l’embauche. Il faut arriver à discuter là-dessus et ça passe par la construction de lieux où les gens peuvent apprendre à se connaître. Je travaille dans un master pro, mon directeur est professeur à l’ONERA. On a des doctorants qui participent et on fait des projets industriels. Donc dans un même endroit on met des doctorants, des professeurs d’université, des masters M2 professionnels, des industriels et tout ce petit monde apprend à se connaître. Et du coup toutes les réserves ainsi que les présupposés commencent à disparaître. Cela permet surtout aux industriels de se rendre compte que les futures forces vives du pays, ceux qui vont vraiment permettre l’innovation du point de vue technologique, se trouvent vraiment chez les chercheurs. C’est-à-dire que le chercheur est vraiment un atout pour l’industrie. Or ce n’est pas évident pour un industriel de se rendre compte de ça. Il a du mal à comprendre qu’un docteur vienne vers lui et lui dise qu’il a bac+8 et qu’il souhaite tel salaire. L’industriel aurait tendance à lui rétorquer que s’il prend un ingénieur à bac+5 il va lui faire le travail que l’industriel attend de lui et qu’il le paiera moins qu’un docteur et que l’ingénieur sera peut-être aussi compétent que ce dernier. Il faut parvenir à mettre ce genre de présupposés à plat. Donc reconnaître le diplôme de docteur dans les conventions collectives, c’est un premier pas mais il faut aller plus loin.

Après il faut bien voir que dans la fonction publique il n’y a pas de convention collective. C’est-à-dire que pour résorber les précaires quand on signe un CDD on part d’une feuille vierge, il n’y a rien. Donc en fait c’est un rapport de force qui s’établit. Donc le recrutement d’emplois précaires sur des contrats de CDD ou CDI ce n’est pas forcément la solution que l’on prône, on prône plutôt le statut de fonctionnaire.

Olivier Gebuhrer : Evidemment ce serait très facile de vous dire que le Front de Gauche est pour la résorption totale du précariat en une législature. Et ce devrait être l’objectif d’un gouvernement de gauche. À la fin d’une législature, l’emploi précaire doit avoir disparu. Après il faut savoir comment on fait. Dans votre question il y a deux parties, il y a la partie de l’emploi scientifique et il y a la question de l’emploi précaire plus généralement. Pour l’emploi scientifique il y a la question des docteurs. Pierre en a dit un mot, je veux ajouter quelque chose. Là aussi il me semble que si on sort de la démarche démocratique on échouera quelle que soit la solution que l’on prendra. Et la démarche démocratique consiste à faire une conférence du parcours doctoral, dès le début. Une conférence qui réunisse tous les acteurs : les associations de doctorants, les organisations syndicales, les directeurs de laboratoire, etc., à la fois pour faire en sorte qu’on en finisse avec l’existant, pour faire un bilan de l’existant parce que beaucoup de choses sont sous-estimées, beaucoup de choses sont méconnues, donc il faut faire un bilan de l’existant, et d’autre part parce qu’une fois que l’on a pris les mesures pour faire en sorte que cela cesse, en particulier on peut tomber d’accord sur : un an après la thèse, pas un an après la thèse ? Mais ce sont les composantes de ceux qui sont vitalement intéressés à ce que ça marche qui ont à définir la solution ; elle ne sortira pas du chapeau de je ne sais qui. Deuxièmement, une fois que c’est fait, cette conférence du parcours doctoral aura à faire le suivi des évolutions de ce que suppose le doctorat. Et puisque Pierre a donné un exemple du comportement du Medef, du comportement du patronat, moi je voudrais vous dire, et ce sera mon dernier mot, car il faut avoir ça en tête, que j’ai été membre du conseil supérieur de la recherche et de la technologie où siège le Medef et que cette question est venue sur le tapis. La réponse du Medef a été : « Vos thèses ne nous intéressent pas ». Comme ça ! Eh bien cet état d’esprit il faut le changer. On ne peut pas rester avec cette situation et cela nous amène une fois de plus à quelque chose que j’ai souligné dès le début de mes interventions, à savoir que nous n’aurons pas d’essor de l’enseignement supérieur à la hauteur de ce que l’on peut envisager si l’on ne discute pas sérieusement de l’enseignement supérieur et de la recherche dans la cité. Qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’est-ce que ça implique ? Donc ce ne sont pas des petites mesures, ce n’est pas quelque chose qui règle la question de manière ponctuelle, c’est quelque chose qui fait partie d’un projet de société, c’est comme ça qu’il faut le voir.

Robert Descimon : Et qu’en est-il de l’emploi précaire technicien et administratif ?

Bertrand Geay : Oui absolument il faut en parler aussi je trouve. Une fois que l’on a traité la question du doctorat, techniquement plus complexe, il faut prendre les solutions plus classiques et à grande échelle de résorption de la précarité. Les CDI ont permis une chose, ils ont permis de stabiliser un certain nombre de CDD qui étaient dans des systèmes complètement fous de reconduction de contrats précaires année après année, parfois sur des contrats de 11 mois, parfois sur des contrats de 10 mois, etc. Mais il faut créer l’emploi public permettant par l’ouverture de concours spécifiques de résorber les postes de CDI et quand il le faut d’inventer les métiers qui parfois font défaut. C’est le cas du français langue étrangère, il y a le cas de certaines fonctions d’orientation etc., il y a un certain nombre de postes qui sont actuellement pourvus sur des CDD parce qu’il n’y a pas les postes correspondants et qu’il faut les inventer. Bien sûr, cela ne va pas sans la création d’un certain nombre d’emplois publics et de modalités d’accès adaptées. Cela peut se créer dans le cadre d’un plan pluriannuel de résorption de la précarité. Je pense que là on a des expériences historiques qui sont tout à fait valables pour résorber la précarité du côté des Biatoss. A ce propos, je partage tout à fait l’idée qui a été exprimée tout à l’heure par un intervenant- cela a été un point assez sensible pendant le mouvement de 2009 – selon laquelle il faut aussi que dans la manière dont on va faire vivre ces débats dans les universités et dans les laboratoires, on fasse en sorte que l’ensemble des personnels soit associé. Sous l’angle institutionnel, cette question est également très importante : par exemple, les PRES ont des réalités très différentes d’un point de vue démocratique. Il y a parfois des réalités locales qui font que les PRES ont plutôt rendu des services en termes de rapprochement d’un certain nombre de filières etc. Mais il faut veiller à ce que la voie suivie soit d’emblée démocratique. On peut avoir une initiative nationale pour que l’ensemble des dispositifs, lorsqu’on est obligé de les conserver comme des dispositifs transitoires, puissent être immédiatement alignés sur un plan démocratique pour assurer que la gestion des crédits qui sont stabilisés de cette façon-là ou que les mutualisations en cours mais qui n’ont pas donné lieu encore à des réalisations concrètes permettent au moins de vraiment associer ceux qui doivent l’être et en particulier les Biatoss. Je pense que, et sur le plan de la représentation et sur le plan des créations de postes, il faut également leur faire une place et une place non négligeable parce qu’un des éléments qui minent la vie quotidienne dans les universités c’est le sous-encadrement administratif. La transformation du métier d’enseignant-chercheur est aussi très largement liée à ce qui s’est passé dans les services administratifs.