02- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (2) : le Front de Gauche-L’autonomie

Elie Haddad : Pour éviter les discours qui tournent un peu en boucle, je ne vais pas m’étendre sur l’autonomie ni sur le diagnostic, je crois qu’on le partage. S’agissant d’autonomie, personne n’en conteste le principe, à en croire Laurent Wauquiez… sauf vous et quelques autres. Mais l’autonomie financière dont il est question quand on parle d’autonomie du management n’a pas que des opposants et certains parmi les collègues s’en sont saisis, au premier chef un certain nombre de présidents d’université. Cette autonomie pousse l’université et les grands établissements à trouver d’autres financeurs que l’État, financeurs qui peuvent tout aussi bien être privés que publics, je pense aux régions, financeurs qui entendent bien en contrepartie avoir un droit de regard sur la recherche et l’enseignement qui s’y font. On a quelques exemples récents.

La question ne va pas être directement centrée sur l’autonomie, puisque vous en avez déjà un peu parlé, mais plutôt sur la politique que vous envisageriez en ce qui concerne de manière plus spécifique le rapport entre l’État et les universités, les grands établissements, politique alternative donc à celle de l’autonomie qui a été mise en place par la loi LRU.

Pierre Chantelot : Il y a deux façons d’aborder l’autonomie : dans la construction des diplômes, par exemple des diplômes que l’on appelle « Veolia », du fait que c’est Veolia qui vient financer la formation et participe à la construction du référentiel lors de la construction de l’habilitation avec les collègues. Comme c’est Veolia qui paye, il y a un rapport de force qui s’établit. On voit bien en fait que l’autonomie c’est un rapport de force entre des gens qui vont payer et ceux qui construisent le diplôme. Donc cela pose un problème surtout lors de l’évaluation et lors de la délivrance du Master. On se retrouve dans le jury avec des gens de Veolia qui disent : « cette personne là je l’ai embauchée, elle fait l’affaire, alors je ne comprends pas pourquoi vous ne lui donnez pas le M2 ». On lui répond alors que ce diplôme correspond à un certain type de compétence, un certain type de savoir-faire et de savoir être. Donc il y a un rapport de force qui s’établit. Ce sont eux qui signent le chèque. Je ne dis pas que les industriels sont tous forcément méchants, je dis qu’il faut donner un cadre légal pour faire en sorte que le service public d’enseignement travaille de façon pérenne dans une logique de service public. C’est la première chose.

Après, pour trouver des financements, il y a la taxe d’apprentissage. J’ai la chance d’être dans des formations industrielles, donc je discute avec les industriels pour qu’ils me versent de la taxe d’apprentissage. C’est une Logique complètement schizophrène, mais dans les sciences humaines et sociales je pense que c’est peut-être un peu plus compliqué pour trouver de la taxe d’apprentissage. Cette taxe d’apprentissage peut être versée directement par un industriel à un diplôme, une formation peut se voir verser jusqu’à 20 000 € sur une année et sans qu’elle soit mutualisée. Il faudrait songer à une mutualisation, c’est à dire à avoir un organisme collecteur qui puisse assurer la séparation entre l’industriel et les formations ; ce peut être une idée.

Olivier Gebuhrer : Je trouve que c’est un cadeau inadmissible fait à la droite que de considérer que la loi LRU est une loi d’autonomie – ce pour quoi elle s’est mise elle-même à se considérer dans les derniers temps parce que ça fait bien. Ils ne l’ont pas appelée comme ça, ils l’ont appelée loi sur les libertés et responsabilités des universités. Ce n’est pas une loi d’autonomie. L’autonomie n’est pas un sujet de consensus en France, elle est âprement discutée depuis 1968 où elle s’est hissée sur le devant de la scène. Ne faisons pas comme s’il n’y avait pas des champs de force idéologiques et politiques qui ne s’affrontaient pas sur le sens à lui donner. Il n’y a pas un sens univoque à donner à l’autonomie. Donc évidemment il y a des conceptions différentes et sans aucun doute si l’idée apparaît consensuelle, c’est parce que la plupart de nos collègues considèrent à juste titre qu’il ne peut pas y avoir d’enseignement supérieur qui soit complètement formaté au point que, comme cela est montré dans un film connu, tous les matins à la même heure tous les élèves d’un même pays ouvrent leurs livres à la même page. Il y a donc une idée de non formatage qui renvoie à un autre aspect qui est le refus catégorique de l’étatisme, ce qui est tout autre chose que le rejet du rôle de l’État dans la définition de la mission des universités. Mais on ne peut pas ouvrir cette question sans aller au fond des choses.

Aujourd’hui la question prioritaire, ce n’est pas du tout l’autonomie, c’est un thème que l’on brasse comme dans une grande marmite qui est un enjeu au travail pour voir si l’on peut articuler l’enseignement supérieur sur les régions européennes, lesquelles sont elles-mêmes construites sur des flux financiers, et ça malheureusement le parti socialiste, qui apparemment n’est pas très riche en idées à bien des égards mais y compris sur cette question, considère que le rôle national de l’enseignement supérieur a fait son temps. C’est la raison pour laquelle il l’articule maintenant sur des aspects purement régionaux. Ça n’est pas du tout notre conception, je tiens à le dire. Ce que nous voulons, évidemment, c’est revenir à une conception nationale du service public de l’enseignement supérieur, mais tout en s’étoffant, s’enrichissant en s’appuyant sur des composantes régionales qui y participent de façon active. C’est aux antipodes de la construction actuelle. Et, pour terminer, je pense qu’il y a un grand absent dans cette discussion, et c’est l’avenir. Car, en effet, on pourra bien parler des moyens nécessaires pour sortir de la situation présente, mais si l’on ne discute pas des contraintes qui sont aujourd’hui mises par toute une série de textes fondateurs de la construction européenne telle qu’elle existe, ce sera sans effet. Si l’on n’a pas cette mise en cause, on peut faire toutes les proclamations qu’on voudra sur le fait que le gouvernement de gauche aura les moyens de sa politique pour l’enseignement supérieur. Mais en réalité le pacte de stabilité, qui vient encore d’être renforcé aujourd’hui par le mécanisme européen de stabilité, sera complètement antagonique avec toute recette publique nouvelle. On ne peut donc pas laisser ça de côté dans la discussion.

Marine Roussillon : Je crois qu’on a été clair sur le fait que la LRU, on reviendra dessus et que l’on est dans une logique de service public national de l’enseignement supérieur et de la recherche. C’est l’occasion de préciser comment on répond aux questions posées par cette loi, notamment la question du lien entre enseignement supérieur, recherche et entreprise puisque la LRU vise, par le biais des financements privés, d’une part à répondre à cette question-là, d’autre part à répondre au problème du financement de l’enseignement supérieur et de la recherche, et enfin à répondre à la question de l’organisation territoriale de l’enseignement supérieur et de la recherche en France.

Comment est-ce qu’on répond à la question du lien avec les entreprises ? Pour nous c’est une question qui doit passer par une organisation nationale, donc par l’État. Il est normal que les entreprises participent au financement de la formation et de la recherche dont elles profitent, mais par le biais d’une fiscalité redistribuée nationalement et sur des critères nationaux. On propose aussi le développement de pôles publics industriels qui permettraient de développer des liens entre industrie et recherche en dehors d’intérêts qui sont purement des intérêts de rentabilité et de court terme. Il y a une série de façons de penser ce lien là entre recherche, innovation, entreprise, besoins d’emploi et formation autrement qu’en passant par l’imposition des intérêts à court terme du patronat local sur les institutions d’enseignement supérieur et de recherche. Deuxième problème, celui du financement, Olivier l’a dit, si on revient sur la LRU cela a pour conséquence  que l’État finance la recherche et l’enseignement supérieur, donc ça veut dire que l’on arrête la politique d’austérité, cela veut dire que l’on rompt avec le « pacte euro plus »[1], etc. Cela a des implications importantes en termes de budget de l’État de revenir à une politique de dépenses pour l’enseignement supérieur et la recherche.

Dernier point, celui de l’organisation territoriale. On a raison d’affirmer que la LRU n’est pas une loi d’autonomie, ce n’est pas le sens que l’on met derrière le mot autonomie, mais ce terme m’intéresse parce que c’est là-dessous qu’ils nous vendent également l’autonomie dans les établissements dans le primaire, l’autonomie soi-disant pédagogique au lycée, donc cela permet de donner à voir la cohérence d’une organisation territoriale de l’enseignement à tous les degrés. C’est là qu’on oppose à cette idée d’un territoire fragmenté et inégalement doté, l’idée au contraire d’un front continu des connaissances et d’un accès égal à la culture sur l’ensemble du territoire. Ce qui explique que l’on s’oppose notamment à l’importance croissante des collectivités locales dans le financement de l’enseignement. On a évoqué tout à l’heure les régions et l’université, mais combien de municipalités socialistes payent aujourd’hui les animateurs sportifs du mercredi après-midi ou le cours d’anglais du mercredi après-midi pour les écoles primaires ? Dans les lycées on entend de plus en plus parler de professeurs d’options financés par les régions, etc. Donc on va faire une dénationalisation de l’ensemble de l’éducation et de la recherche et aller vers des responsabilités croissantes pour les collectivités locales. On comprend aisément que, dans un contexte de pouvoir national détenu par la droite, l’opposition se soit dit : « formidable, c’est l’occasion de freiner, c’est l’occasion de faire mieux, plus, etc. ». C’est une erreur à long terme : les collectivités territoriales n’auront jamais les moyens de ce que peut faire l’État et cela conduit de toute façon à un accroissement des inégalités. Avec la meilleure volonté du monde, une collectivité territoriale de gauche ne peut pas assurer l’accès égal aux savoirs sur l’ensemble du territoire. S’il y a un regret à avoir c’est que dans un pays où les régions sont très majoritairement de gauche, cela ne nous ait pas permis de résister à la politique d’enseignement supérieur et de recherche mise en place par la droite, je pense notamment aux Idex : si tous les présidents de conseils régionaux de gauche avaient refusé la mise en place des initiatives d’excellence, on ne serait pas là où l’on est aujourd’hui.

Christophe Pébarthe : Je voudrais d’abord partir d’un point d’observation, c’est que je crois que quand on fait des sciences humaines on est toujours surpris ou inquiet, enfin on s’interroge sur ce qui va de soi. Je trouve que quand on dit : « le bilan, on est tous d’accord », je n’en suis pas si sûr. D’abord parce que je ne suis pas sûr que nous soyons tous d’accord sur la chronologie des événements. En effet il nous faut savoir si 2007 est une rupture ou non, si ça remonte à avant, etc. Est-ce que 2007 est une accélération ? Est-ce une rupture ? Sur ce point, je suis sûr que nous ne serions pas nécessairement tous d’accord. Or de cette simple question de chronologie évidemment on en déduit une interrogation sur la nature d’une riposte ou d’une construction différente à gauche si l’on pense que c’est à telle date ou à telle autre date que la rupture ou le changement profond ont commencé. C’est ma première observation. Donc je ne crois pas que nous soyons d’accord et, au-delà des effets de la ritournelle des malheureux à l’université – ce qui est une évidence, nous souffrons au travail, mais après tout nous souffrons au travail comme de très nombreux autres salariés -, je pense que nous gagnerions peut-être à regarder cette souffrance au travail comme salariés et pas simplement comme universitaires, comme si nous étions les seuls dans ce cas. Je rappelle que les Biatoss souffrent également et qu’ils ont eux aussi quelque chose à dire sur la réforme de l’université.

Deuxième point, je crois que la question de l’autonomie vue par la gauche dispose d’un concept qui doit permettre de fédérer cette partie là de la gauche qui est la république. Or aucun d’entre vous n’a prononcé le mot. Peut-être qu’ici les gens ne seront pas d’accord mais il me semble que le candidat du Front de Gauche aujourd’hui ne cache pas ses accointances avec la république et le socialisme républicain, eh bien il me semble que dans le concept de république tel qu’il peut être développé, il y a quelque chose qui permet de mettre du sens républicain et de gauche dans l’autonomie : c’est l’émancipation de la personne.

Et arrive le troisième problème qui est : que fait-on de l’insertion professionnelle ? J’en termine là. En effet ici c’est un peu mélangé, on dit que l’on va faire un peu d’insertion professionnelle et un peu de participation des personnes. Malheureusement le problème c’est bien souvent la hiérarchie. Nous devons dire ce que nous mettons en premier. Parce qu’il arrive malheureusement que les choses soient en conflit et qu’on ne peut pas toujours faire et l’émancipation de la personne et la professionnalisation. On doit choisir ce qui est le plus important. Et je pense que si l’on mettait au premier rang de nos priorités l’émancipation de la personne, alors le débat cesserait d’être un débat entre universitaires et deviendrait un véritable débat de société parce qu’il serait un débat républicain et un débat politique.

Marc Lipinski : Je partage beaucoup de ce qui a été dit. Là où à mon avis on aura plus de débats, c’est sur le rôle des collectivités territoriales parce que je siège au conseil régional d’Île-de-France depuis huit ans et je n’ai jamais vu que les membres de ce qui est aujourd’hui le Front de Gauche se soient opposés à l’intervention croissante du conseil régional d’Île-de-France dans le soutien apporté aux projets d’enseignement supérieur et de recherche. Et je crois que ce qui est vrai en Île-de-France est largement dépassé dans d’autres régions, si l’on pense à Rhône-Alpes ou à l’Aquitaine, j’ai l’impression que ces régions sont encore plus « allantes » pour porter des politiques. Je suis donc un peu surpris par le décalage entre ce que je constate dans la vraie vie au conseil régional d’Île-de-France et le discours que vous portez là, qui me paraît extrêmement décalé par rapport au constat que j’ai pu faire. Donc je pose la question là-dessus. Je pense que le plus intéressant c’est le débat qu’il peut y avoir entre nous sur des points qui sont effectivement des points difficiles. Sur la critique du parti socialiste et son programme timoré, je partage 100 % de ce que vous dites.

Bertrand Geay : Je réponds sur la république, cela me permettra de dire une partie des choses que je n’ai pas dites sur l’autonomie. Je suis d’accord avec le discours sur l’émancipation. Bien sûr il y a une attaque sur la vocation humaniste, on ne peut pas le dire autrement, de l’enseignement supérieur. Cela étant, il faut être prudent quand on s’avance sur ce terrain-là pour ne pas simplement snober ou récuser les formations professionnelles. Ce serait une grande erreur selon moi. Le problème, c’est la rhétorique de la professionnalisation, c’est effectivement la manière d’imposer des priorités et c’est aussi la manière dont les filières professionnelles sont mises en place. Mais ça n’empêche, car justement dans la manière il y a la question de savoir de quelle formation professionnelle émancipatrice on parle. Quel contenu réflexif dans les masters professionnels ? Vraiment, il faut y regarder de plus près et ne pas se laisser piéger par des oppositions comme celle qui existerait entre des humanités distinguées et des enseignements appliqués. Il s’agirait d’avoir une vision assez fine de ce que peut être un bon master pro. Je serais assez favorable à ce qu’il y ait une carte nationale des masters pro. Je pense que ce serait très utile pour la qualité des masters pro, pour leur clarté pour les étudiants et pour la valorisation de nos disciplines parce que moi cela m’importe, comme sociologue, que les gens qui vont faire des études sociales, disons, sociologiques peut-être, pour les collectivités locales etc., mobilisent vraiment les vrais savoirs et savoir-faire de la sociologie et non pas fassent n’importe quoi. Il y a donc un vrai enjeu de la formation professionnelle à l’université, mais je suis comme tous les collègues le plus souvent vent debout contre ce que l’on peut appeler la « politique de professionnalisation ».

Deuxième remarque : je suis entièrement d’accord sur la république et son caractère fondamental pour penser les finalités. Là où j’attire votre attention c’est sur le fait que, à mon sens, il ne s’agit pas pour nous de revenir à l’université d’avant 1968, ni du point de vue du mandarinat et de l’autoritarisme, de l’absence de place pour les étudiants, pour les Biatoss, en grande partie aussi pour les maîtres de conférences, etc., ni du point de vue de l’éclatement de l’université en féodalités disciplinaires, etc. Je pense que ce n’est pas une mauvaise chose qu’il y ait des établissements, je pense même que de grands établissements pluridisciplinaires, à condition qu’ils soient gérés démocratiquement, sont un atout pour l’enseignement supérieur. Il y a donc au niveau de l’établissement la nécessité d’une forme de coopération plus grande. On a avancé sur ce terrain-là par rapport à ce qui pouvait exister il y a 40 ans. Il ne faudrait pas, à travers ces oppositions, en revenir à l’université d’autrefois. Ce n’était pas le but de votre intervention mais c’est simplement que le problème est que, si l’on traite cette question d’un point de vue strictement idéologique, on risque de s’aventurer sur de fausses pistes.

Pour être un petit peu plus concret sur la notion d’autonomie : il s’agit d’articuler notre défense d’une autonomie collective à différents niveaux de l’enseignement supérieur et de la recherche., Cette autonomie collective est forcément en grande partie nationale, de mon point de vue, d’une part, à travers la place des disciplines, qui doivent avoir un rôle important de régulation au niveau national, d’autre part, par la possibilité de produire un regard collectif sur l’ensemble de l’enseignement supérieur : notamment par la réhabilitation du CNESER (Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche) et de sa place par rapport au pilotage du système. Et puis, à l’inverse, le niveau des équipes, des départements et des laboratoires a aussi toute son importance. Qu’avons-nous besoin de tous ces logiciels et de toute cette paperasse qu’il faut faire en permanence ? Pour nous empêcher de faire des sessions d’examens quand on veut en faire ? Pour formater nos diplômes de telle façon qu’il y ait tant d’ECTS (European Credits Transfer System)[2] ou de je ne sais quoi, tout ça pour la prétendue mobilité alors qu’on sait très bien que ce qui permet la mobilité ce sont des bourses Erasmus ? Tout cela est absurde ! Par conséquent je plaide pour ce qu’à une époque on appelait le principe de subsidiarité : tout ce qui peut être fait au niveau le plus local dans les départements, les laboratoires, etc., doit être fait au niveau le plus local. Je ne vois aucune raison d’accepter l’expansion toujours plus importante du pouvoir bureaucratique des présidences d’université.

À mon avis, c’est à ces différentes échelles qu’il faut se situer : penser la complémentarité des formations, promouvoir, peut-être, des formations pluridisciplinaires quand c’est nécessaire. Dans le même temps, les laboratoires, les formations doivent conserver une autonomie pédagogique et scientifique et, au niveau national, la profession, dans toutes ses composantes, doit exercer son autonomie collective dans des structures adaptées à cette mission. C’était simplement pour le préciser mais je pense que vous n’êtes pas forcément contre ça. J’ajouterai juste un mot de complément sur l’autonomie scientifique : il y a quand même un gros enjeu. Par exemple, je participe à une grande enquête, soutenue par les pouvoirs publics et les grands organismes depuis des années, mais où l’on essaye de nous imposer un financement direct par des industriels. Vous voyez ce que cela peut représenter. Donc à un moment donné, l’autonomie de la recherche c’est quelque chose de très précis, c’est un état d’esprit, ce sont des pairs qui se contrôlent entre eux, etc. Mais c’est aussi l’argent que l’on donne de façon identifiée, claire, pendant un certain temps et avec les crédits suffisants pour mener à terme un projet. On passe un temps croissant non seulement à aller chercher des crédits à l’ANR et ailleurs, mais à jongler entre différentes institutions pour arriver à mener à bien des projets. La question des crédits récurrents est aussi une condition fondamentale de notre autonomie intellectuelle.

Pierre Chantelot : La communauté est en train de devenir complètement schizophrène au sujet de la course aux budgets. D’un côté on dit que l’on ne peut pas le faire car du point de vue de nos valeurs on ne peut pas s’engager dans une telle course. Mais quand on voit les petits copains qui s’agitent pour avoir l’argent, on se dit que si l’on n’y prend pas part, on n’aura rien. En bref, c’est la course à l’échalote. C’est pour ça que la LRU a marché, c’est pour ça que ça va marcher dans les lycées : c’est le fait que chacun pense qu’il va s’en tirer tout seul. On pense toujours qu’on est plus malin que son voisin. Et au final tout le monde va se faire avoir. Et c’est pourquoi on doit arriver à démonter ça.

Pour répondre plus précisément à la question sur les conseils régionaux, c’est la même chose, c’est-à-dire que chaque région veut faire quelque chose de son côté. Isabelle This Saint-Jean a fait les DIM (Domaines d’Intérêt Majeur)[3] en Ile-de-France. Le conseil régional n’a pas de prérogatives qui concernent l’enseignement supérieur, simplement il peut financer les bâtiments, les routes, les infrastructures. Mais tout le monde veut faire quelque chose parce que soit on y va, soit on n’y va pas et on est mort. C’est ce que pensent les gens. C’est pour ça que c’est complètement schizophrène et les gens sont déchirés, on le voit dans les universités. Il faut arrêter de vivre sous cette contradiction en mettant un terme aux réformes pendant un petit bout de temps. On va discuter avec la communauté pour en faire d’autres bien sûr mais au moins en arrêtant cette logique nuisible à tous.

Olivier Gebuhrer : La question de Marc Lipinski est extrêmement importante et je n’ai pas l’intention de faire de la langue de bois. Je n’ai pas envie de cacher ce qui dans le Front de Gauche, et essentiellement dans notre composante c’est-à-dire le parti communiste, est une faiblesse et un retard. Nous avons un parti et le lien avec les élus que nous avons souffre d’un certain retard. Chez nous ce ne sont pas les élus qui décident de la politique du parti. Mais évidemment on ne peut pas dire aux élus : «fais ça, parce que ce sont les ordres ». Personne n’imagine ça. Quand tu donnes l’exemple de la région Rhône-Alpes, je me permets de te reprendre car je suis allé en Rhône-Alpes précisément pour qu’on ait un séminaire qui traite de ces questions. Je ne veux pas entrer trop dans les détails mais je dis simplement ceci : premièrement, il y a sous-estimation globalement dans toute représentation politique de gauche de ce qu’a été l’offensive du pouvoir sur la chair, la substance de l’enseignement supérieur. Tous ceux qui sont intervenus avant moi l’on dit de façon plus éloquente que moi. Donc je n’insiste pas sur ce point. Mais il y a une sous-estimation et elle persiste pour des raisons qui relèvent en partie de la responsabilité des universitaires. Car en effet, de mon point de vue, on n’est pas particulièrement pédagogues pour leur expliquer ce qui se passe. Entre des sigles qui pour nous mettent un certain temps à être décortiqués (p.e. : Idex, Labex, AERES,…) et pour que ça passe dans l’opinion avec l’idée qu’ils charrient une réalité carrément insupportable, il se passe un peu de temps. On a cet effort à faire et en général on ne le fait pas, et j’espère qu’on aura l’occasion d’en parler à un autre moment dans la discussion parce que le lien entre la collectivité universitaire, la collectivité académique et la cité est une question fondamentale aujourd’hui de notre point de vue. Je pense  avoir répondu en détail

Marc Lipinski : Honnêtement non. Il y a Pierre-Laurent qui est secrétaire national du parti communiste français ; il siège au conseil régional d’Île-de-France, je ne l’ai jamais entendu dire que le conseil régional ne devrait plus financer l’enseignement supérieur, la recherche

Marine Roussillon : Tu cherches à caricaturer un petit peu ce qu’on a dit. Ce n’est pas du tout la position que l’on défend. On est dans un contexte de pénurie et de désengagement de l’État voilà. Dans ce contexte-là la question qui s’est posée aux collectivités locales est celle de savoir comment compenser le désengagement de l’État si ce n’est en prenant le risque de l’inégalité territoriale, ou bien alors on ne fait rien et on va à la catastrophe. On est d’accord ? Donc ils se sont retrouvés coincés. Ce qu’on dit c’est qu’ils sont coincés sauf que toutes les régions de France, à de rares exceptions près, sont présidées par le parti socialiste. À ce moment-là, l’association des présidents de région de France, qui est capable de prendre des décisions quand il s’agit de demander la régionalisation de la formation professionnelle, aurait pu être capable de prendre des décisions quand il s’agit de dire que même lorsqu’elles investissent au niveau de la région, ce que veulent les régions c’est une politique nationale. Ce qui veut dire que les régions se regroupent et proposent une carte nationale des formations universitaires, mettent l’État face à ses responsabilités, etc. Je ne dis pas que c’était facile et je maintiens que le problème qui s’est posé aux élus régionaux est une impasse, il se pose au niveau des collectivités locales de manière insoluble. Mais je dis aussi que, à partir du moment où les régions sont toutes du même côté de l’échiquier politique, on aurait pu trouver d’autres moyens de résister et de mettre la pression à l’État.

Marc Lipinski : Mais là on est à la veille d’élections nationales. Donc la question que je vous pose c’est, dans le contexte d’un programme à mettre en place au mois de juin, qu’est-ce que doit être la position de la gauche rassemblée dans toutes ses composantes, dans toute sa complexité, par rapport à ça ? C’est-à-dire demain, à commencer par le budget 2013, est-ce qu’il faut qu’on pousse une option qui est de dire : l’université et la recherche ne doivent être financées qu’au niveau national ou bien est-ce que les régions ont une place là-dedans ? C’est à mon avis le débat qui s’impose si on veut être dans du concret pour les élections et le quinquennat qui va venir. Je pense que c’est l’objet.

Olivier Gebuhrer : C’est une dichotomie que je récuse parce que la logique doit être différente et je l’ai dit tout à l’heure. Nous ne voulons pas retourner à un système étatiste. Nous voulons un système national appuyé, vivifié par les composantes régionales. Donc notre démarche pour la construction d’une nouvelle loi, parce que c’est bien de ça qu’il s’agit, passe par un certain nombre d’étapes et j’aimerais qu’on en discute si on en a l’occasion, parce que si on croit qu’en abrogeant la LRU on a tout réglé, je pense qu’on se fait de graves illusions. La question fondamentale, c’est le processus qui conduit à l’élaboration collective d’une nouvelle loi et de cela il faudra bien parler dans la suite de la discussion.


[3] Initiés par Marc Lipinski, voir Les sciences, un enjeu citoyen : Une politique écologiste de la recherche et de l’innovation, Les Petits Matins, 2012