Verbatim de la première séance du séminaire

Avant-propos :

Outre la version intégrale, déjà disponible, et afin de rendre la lecture plus aisée, le verbatim de la première séance du séminaire Politiques des Sciences, consacrée aux « Enjeux et futur du mouvement universitaire », est également présenté en trois parties, qui sont les suivantes :

1] Présentation (Robert Descimon) ; Jean-Louis Fournel (SLU) ; Pauline Delage (doctorante, SUD) ;

2] Luc Boltanski (EHESS) ;

3] Isabelle This Saint-Jean (SLR) ; Marcel Gauchet (EHESS) ; Discussion générale

I) Présentation du séminaire et de la séance[1] du 041109 : Enjeux et futur du mouvement universitaire[2], Robert Descimon (EHESS)

Ce séminaire se fixe pour objectif d’être une continuation, sous une forme intellectuelle, du mouvement d’opposition aux réformes engagées dans les années précédentes et qui introduisent des perturbations fondamentales dans le fonctionnement de la recherche et de l’enseignement supérieur, aussi bien des universités que des grands organismes de recherche (Cnrs, Inserm, etc.).

Je dois dire deux choses très brièvement pour commencer. La première est que ce séminaire est un séminaire alternatif qui se place clairement dans une perspective contestatrice. Mais il est aussi un séminaire de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il ouvre la possibilité de validation et de travaux d’étudiants. Ce séminaire est placé sous la responsabilité de trois organisateurs principaux : Michel Agier, anthropologue, Robert Descimon, historien, et Christian Topalov, sociologue.

Nous ne récusons nullement cette perspective, qui est une perspective d’action et de réflexion sur ce qui s’est passé.

Alors, mon expérience personnelle est que nous avons beaucoup de mal à théoriser notre propre expérience dans des termes qui soient simplement acceptables sur le plan scientifique. Cette dimension de compréhension est essentielle et suppose un point de vue d’objectivité. C’est pourquoi ce séminaire compte entendre les divers acteurs et, d’une façon particulièrement précieuse, ceux qui sont des partisans, des acteurs de ces réformes ou s’en accommodent. Donc, s’il y a une visée d’action, dans notre démarche, il n’y a, en revanche, pas de visée partisane.

Nous recevons cinq orateurs. Je propose que Jean Louis Fournel, professeur à Paris-8, parle le premier. Tout d’abord, parce qu’il était l’un des porte-parole de SLU (Sauvons L’Université)[1] l’an dernier et qu’il était donc à la pointe du mouvement. Et d’autre part, parce qu’il est universitaire et que l’université est au centre de ce qui se passe à l’heure actuelle, ainsi qu’au centre de l’activité de recherche et d’enseignement. Et puis ensuite, nous donnerons la parole à Pauline Delage, qui est étudiante, et le rôle des étudiants a été évidemment capital dans ce mouvement. Il y a plusieurs raisons pour donner la parole aux étudiants en priorité, ne seraient-ce que les perspectives d’avenir et les perspectives d’action. Ensuite, je comptais donner la parole à Luc Boltanski. Suivra Isabelle This Saint Jean (SLR- Sauvons La Recherche)[2] et, pour terminer, Marcel Gauchet.

II) Interventions

* Jean-Louis Fournel, SLU

Si je devais donner un titre à mon intervention aujourd’hui ce serait « lancer un appel à la bataille des mots », à laquelle on a renoncé depuis trop longtemps. Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est le mot « débat ». Dans une tribune cosignée par les quatre porte-parole de SLU l’an dernier, au tout début du mouvement, on appelait à un débat national. Ça a été très compliqué d’obtenir cette tribune dans Le Monde[3]. D’abord parce que c’était une tribune collective, ensuite parce que c’était une tribune qui ne plaisait pas au Monde dans son propos. Mais finalement on a pu l’obtenir. Et ce mot de débat national, qui a pu susciter parfois des railleries ou des quolibets, qui a été repris à d’autres moments par les ministres concernés, Pécresse ou Darcos, en s’exclamant à un moment donné : « mais un débat qu’est-ce qu’ils veulent ? De la parlote encore pendant deux ans pour rien faire[4] ». C’est un petit peu ce qui est en jeu aujourd’hui parmi nous. Et un débat qui devrait être fondé sur un certain nombre de questions auxquelles les réponses ne sont pas données ou ne doivent pas être données, car ce sont des questions qui restent en suspens et qui expliquent probablement pourquoi il s’est passé historiquement ce qui s’est passé dans les six derniers mois. Alors, parmi ces questions possibles, j’en retiendrai trois pour mon exposé.

Ces trois questions sont les suivantes :

1/ Pourquoi ce débat contradictoire sur un enjeu d’intérêt national suit l’action politique, suit la réforme et ne l’a pas précédée ?

2/ Pourquoi le mouvement qui a réuni un certain nombre de personnes de janvier à juin a-t-il échoué ? Ou, plus exactement, pourquoi ce mouvement a-t-il l’apparence de l’échec ? Je dis l’apparence d’un échec car il s’agit d’un échec tactique. En revanche, il a peut-être esquissé une situation dans laquelle le débat que l’on attend va devoir se tenir ;

3/ le troisième questionnement est de savoir s’il existe un avenir, à court ou moyen terme, qui ne soit pas purement épistémologique, cognitif, à ce débat ? C’est la chose qui m’intéresse le plus. Il y a des mots, une bataille, la bataille des mots ça suppose de traduire les mots et de remettre la théorie dans la rue. Bref, comment traduire politiquement ce que nous avons essayé collectivement d’appeler la repolitisation du débat dans le texte de l’analyse du mouvement qui a été conduite par SLU en juillet dernier[5] et qui a été édité récemment dans le volume de Claire Brisset, L’université et la recherche en colère[6], aux côtés, comme dans ce séminaire, d’interventions toutes différentes, avec des positions très différentes. Et je trouve que c’est une initiative extrêmement heureuse de mettre en place un débat écrit entre des positions de personnes qui s’intéressent tous à la même question mais à partir de focalisations et de conclusions qui parfois ne sont pas les mêmes.

Alors, premier point, pourquoi ce débat contradictoire n’a-t-il pas eu lieu plus tôt ? Cette absence de débat depuis vingt ans, vingt-cinq ans, sur ce que cela peut être l’enseignement supérieur et la recherche, donc une absence de débat dont les responsabilités sont multiples et ne sont pas concentrées uniquement dans le gouvernement actuel. Pourquoi cette absence de débat, pourquoi notamment le camp dit progressiste, pourquoi la gauche, en gros, n’a-t-elle pas su mener la bataille sur ce point ? Pourquoi s’est-on contenté de penser aussi bien dans le plan Universités 2000[7] que dans le plan du Troisième millénaire[8] que si on donnait des sous et des mètres carrés aux universitaires on avait réglé la question des universités françaises ? Pourquoi les enjeux politiques n’ont-ils plus été débattus entre la communauté universitaire, la société, et les gouvernants : la nation, pourquoi ça ne s’est pas débattu avec la nation mais ça s’est débattu ailleurs ? Pourquoi un certain nombre de choses qui sont de l’ordre du rédhibitoire, de l’inexorable ont-elles été décidées dans d’autres lieux, à partir d’autres points de focalisation que celui du futur de l’Université ? Je pense notamment à un certain nombre de choses que nous avons laissées passer comme des évidences, comme des points techniques, comme des points relevant du bon sens, parce que justement nous avions oublié que certains mots pesaient du plomb. Pourquoi, en quelque sorte, s’est instaurée une forme de doxa où nous-mêmes nous employons des mots qui ne vont pas de soi, où nous-mêmes nous acceptons de parler aussi bien le langage de l’adversaire que notre propre langage revisité par l’adversaire – ce qui est encore pire ?

J’aimerais finir mon intervention par deux listes de mots : la liste des mots dont on doit se réemparer et la liste des mots que l’on doit combattre. Je crois que cela fait partie de notre feuille de route pour les mois à venir.

Je crois qu’il y a une responsabilité écrasante de la gauche française à propos du fait que ce débat n’ait pas eu lieu, une responsabilité écrasante de la gauche qui a cessé de penser l’université et plus généralement le système éducatif et le lien entre le système éducatif et la recherche universitaire et non universitaire comme quelque chose qui était le socle d’une communauté, de notre communauté républicaine. Je crois que c’est un vrai problème et que cela explique la pauvreté insigne des interventions sur ce plan là de la part des gens qui sont nos élus dans les camps de la gauche. Et ça ne veut pas dire qu’ils sont moins intelligents qu’avant. Le fond du problème c’est qu’on a délaissé un champ, un lieu de la réflexion et que c’est ce champ qu’il faut réoccuper et que s’il y a un intérêt à ce mouvement, c’est qu’il peut éventuellement pousser ceux qui devraient être les représentants d’une bonne partie d’entre nous à reprendre sérieusement en main cette affaire.

Bref, il faut refaire de la politique. Alors c’est devenu grossier, c’est devenu inconvenant. On associe cela à un mot encore plus grossier, l’idéologie. Je crois qu’il faut refaire de l’idéologie, refaire de la politique, parce que ceux d’en face, ils en font. Tout simplement.

C’est pourquoi cette première question, c’est pour moi la chronique d’une défaite annoncée, justifiée par une démission annoncée ; la démission de celles et de ceux qui auraient dû porter ce débat là. La défaite, dans une certaine mesure, c’est aussi la nôtre ; nous avons accepté par exemple que la référence à la professionnalisation, dans le domaine universitaire, aille de soi, nous avons accepté que cela devienne le centre de la réorganisation de l’espace universitaire, jusqu’à changer la dénomination de la direction générale de l’enseignement supérieur. Nous avons accepté, mais par peur, tout simplement, parce que nous avons peur de dire que cela ne va pas de soi, qu’il ne va pas de soi que toute l’université soit entièrement tendue vers la professionnalisation. Nous avons accepté, par exemple, d’abandonner le mot autonomie à nos adversaires. Or l’autonomie est un mot que nous devons reconquérir, justement. Mais l’autonomie, ce n’est pas celle que, eux, veulent. Ce n’est pas celle qu’ils mettent en place ; ce n’est pas celle financière et de gestion. C’est autre chose l’autonomie, pour qu’elle soit productive.

Nous avons aussi accepté de ne pas nous interroger sur un certain nombre de propositions qui avaient des effets à moyen et à long terme importants dans le processus de Bologne. Et c’est un Européen convaincu qui le dit. Je n’ai jamais été « noniste », mais il est clair que je me reproche à moi-même de n’avoir pas vu percer dans ce processus là un certain nombre de choses qui posaient problème et qui ont été après, traduites et théorisées par les réformes en cours.

Nous avons aussi accepté l’idée – qui ne va absolument pas de soi – que ça soit bien de faire des classements, que ça soit bien d’évaluer, de façon à comparer, tel établissement avec tel autre, que ça fait partie en quelque sorte de l’amélioration du système universitaire. Il y a même des gens qui parlent de la catégorie de « benchmarking », de la catégorie de « tuning » – évidemment, en anglais, ça fait mieux parce que ça fait sérieux, ça fait plus chic et que cela permet de s’interroger un peu moins sur l’origine des mots –, qui considèrent que cela va de soi. Et bien non, cela ne va pas de soi et tout d’abord parce que cela appartient à d’autres champs. On devrait s’interroger sur ce que cela devrait dire d’emprunter ces catégories au champ du marketing ? Qu’est-ce que ça veut dire de parler de compétences et de ne plus parler de savoir et de connaissance ? Tout cela fait partie des batailles à reprendre.

Deuxième point, pourquoi avons-nous échoué en partie l’an dernier ? Pourquoi a-t-on échoué sur le plan tactique ? Parce que nous avons conjugué plusieurs incapacités :

– une incapacité à imposer un autre rapport de forces et à trouver des relais politiques au mouvement. Car chaque fois qu’on essayait d’en trouver, on avait en face de nous des gens qui pensaient la même chose que ceux qu’on combattait. Mais ça a changé un petit peu, petit à petit ;

– une incapacité à maintenir la créativité du mouvement à un niveau élevé de renouvellement plus mouvement. Aucun d’entre nous n’a pensé le 20 janvier ni encore moins le 2 février, jour du vote de l’arrêt de l’université, que cela allait durer jusqu’au mois de juin. Et on a à cet égard totalement sous-estimé la capacité de nos adversaires, leur détermination, et ce, pour une raison très simple, c’est qu’ils n’avaient absolument rien à faire de ceux qui constituaient l’épine dorsale du mouvement. Ça n’était pas un enjeu pour eux, tout simplement. Ça c’est quelque chose qui intellectuellement est un aspect intéressant à questionner aujourd’hui : pourquoi ça n’était pas un enjeu pour eux ?

Deux autres incapacités encore :

– L’avant-dernière ; je crois qu’on a un problème avec ce qu’on appelle techniquement le répertoire d’action. Quand on réfléchissait là-dessus lors de la traversée du désert avant le déclenchement du mouvement, on se disait, il faut absolument qu’on sorte du binôme : manif/blocage. Or ce mouvement s’est caractérisé par un très petit nombre de blocages. Et lorsqu’ils ont existé, c’était pour permettre une action (ex : blocage le jour d’une manifestation nationale). Mais en même temps on n’a pas réussi à trouver de substitut à ce dont nous avions constaté que ce n’était plus opératoire. On a fait de nombreuses manifestations. Avec une présence seulement marginale et locale des étudiants. C’est aussi ce qui fait l’intérêt et la nouveauté de ce mouvement. C’est la première fois qu’il y a eu un mouvement d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de cette importance là, aussi long, aussi déterminé. Ça aussi, je pense, c’est à réfléchir.

– Dernière incapacité sur laquelle je voudrais m’attarder : l’incapacité à faire comprendre une chose fondamentale, qui est la question que des personnes extérieures au milieu universitaire ne cessent de poser, en premier lieu. On nous dit : « comment comptez-vous répondre à la demande sociale ? » Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de la demande sociale ? Qui est-ce qui la détermine ? L’université n’a pas à répondre à la demande sociale, en tout cas n’a pas seulement à répondre à la demande sociale, et pas à une demande sociale formulée à un moment t et qui sera nécessairement radicalement différente de ce qui va se passer au moment t+n.

Dernière chose, faute de pouvoir exposer la troisième partie, j’avancerai qu’on ne s’en sortira pas par la dissociation du mouvement et de la réflexion, par la dissociation de la sphère universitaire et de la sphère publique, bref par la vieille dissociation entre la vie active et la vie contemplative.

* Pauline Delage, doctorante EHESS, SUD

Le discours que je vais adopter est un discours syndical et étudiant, dans la mesure où j’interviens ici, non pas en tant qu’étudiante, mais en qualité de militante qui a participé au mouvement de l’an passé. Donc, pour parler des enjeux et du futur du mouvement universitaire, je vais revenir sur l’histoire de ce qu’on a appelé « le Printemps des universités », c’est à dire la mobilisation de l’an passé. J’essaierai ensuite de dresser une espèce de bilan de ce mouvement pour justement esquisser les enjeux qui se posent à nouveau à l’occasion de cette rentrée universitaire.

Les étapes, thèmes et formes de la mobilisation de 2007 à 2009

Tout d’abord, je voudrais rappeler que le mouvement de la LRU n’a pas débuté en 2009, mais en octobre 2007 puisque les étudiants s’étaient mobilisés à la suite de la promulgation de la LRU, donc la loi sur les Libertés et Responsabilités des Universités, qu’on appelle aussi la loi d’autonomie des universités. Ce mouvement s’était constitué autour de revendications étudiantes et les étudiants dénonçaient alors le fait que, sous la question de l’autonomie on pouvait déjà lire une sorte de mise en concurrence des savoirs et la subordination de la sphère universitaire à une logique marchande, aussi bien au niveau national qu’international[9].

L’an dernier, ce qui a mobilisé la sphère universitaire, ce sont les décrets d’application, en particulier le décret sur le statut des enseignants-chercheurs. A partir de 2009 des assemblées générales se sont constituées dans différents établissements universitaires. Ces universités se sont coordonnées au sein de la coordination nationale universitaire et étudiante à partir de janvier. Le 22 janvier 2009, c’est vraisemblablement le discours de Nicolas Sarkozy, qui était censé apporter une réponse à cette mobilisation, qui a impulsé une mobilisation plus forte étant donné que ce discours a manifesté un fort mépris à l’égard de la communauté universitaire, parlant d’un immobilisme des universités du fait que c’était une institution archaïque. A la suite du discours de Nicolas Sarkozy, la Coordination Nationale des Universités a appelé à rejoindre la manifestation du 29 janvier et a appelé à impulser un mouvement de grève illimitée.

Cette mobilisation a pris diverses formes, tout simplement parce qu’elle était constituée de divers protagonistes, que ce soient les étudiants, de différents niveaux, aussi bien les licences que les doctorants, mais aussi les enseignants-chercheurs et les personnels BIATOSS. Et ces différents protagonistes pouvaient avoir une approche du politique différente. Notamment, du côté des enseignants-chercheurs, le mouvement pouvait se constituer sur une base politique relativement large avec des revendications ciblées pour s’opposer à la promulgation des nouveaux statuts, du système de l’évaluation et de la bibliométrie. Cette politique là a pu mobiliser des universitaires qui sont relativement peu politisés, et je pense là notamment à l’université de Paris-Dauphine, et a permis aussi de s’attirer le soutien de certains présidents d’universités. Mais cette approche du politique a pu poser problème pour radicaliser le mouvement et notamment pour ceux qui voulaient avoir une approche plus globale des réformes et notamment ancrer la LRU dans une logique plus globale des réformes gouvernementales.

L’une des particularités de ce mouvement est que certaines collaborations des professeurs et des enseignants-chercheurs et des étudiants ont pu voir le jour et notamment dans certaines facs comme à Toulouse ou ailleurs. Mais dans d’autres sites universitaires ces collaborations n’ont pas pu se faire et cela a même pu constituer un obstacle à la mobilisation. C’est une mobilisation qui a pris des formes variées et dans les modes d’action également. On a pu voir surgir un discours sur la volonté de faire autrement, c’est à dire de trouver une alternative au mouvement prétendument classique, et notamment au mouvement de grève. Si certaines universités ont impulsé des mouvements de grève où aucun cours ne se tenait, d’autres universités ont eu un discours sur une grève active.  Ce discours sur la grève active a permis de s’inscrire dans d’autres actions comme « l’université hors les murs » ou les séminaires alternatifs. Dans ce répertoire d’actions, il y avait d’autres actions comme les occupations et notamment je pense aux occupations du Cnrs. On a vu aussi des actions symboliques comme notamment la « ronde des obstinés » qui a duré plusieurs semaines et la parodie de la soutenance de thèse de Valérie Pécresse ou les funérailles pour célébrer la mort des universités. On a vu aussi des actes de désobéissance et notamment certaines UFR ont refusé de remonter leurs maquettes de masters.

Peu à peu la CNU et les coordinations nationales étudiantes ont poussé les sites universitaires à avoir une approche plus globale des réformes pour avoir des convergences avec d’autres mobilisations. Ces tentatives de convergence ont eu lieu au sein de l’Education nationale et notamment je pense à la manifestation du 11 mars où le mot d’ordre était  » De la maternelle à l’université » et l’une des revendications était de s’opposer à la mastérisation, étant donné que cela fait le lien entre les attaques gouvernementales qui touchent le primaire mais aussi l’enseignement secondaire, donc tout le secteur de l’Education. Ces tentatives de convergence ont également eu lieu avec les hôpitaux et les services publics en général, étant donné que des parallèles intéressants pouvaient être faits entre la LRU et la loi Bachelot. Enfin, ces tentatives de convergence sortaient du cadre national et allaient même jusqu’à l’échelle européenne ; le pense au contre-sommet de Louvain[10] où justement la LRU était pensée comme s’inscrivant dans le processus de Bologne et la stratégie de Lisbonne et donc il s’agissait de tisser des alliances avec d’autres groupes européens.

Quoi qu’il en soit, à la fin de l’année, c’est probablement le problème des examens et des validations qui a affaibli le mouvement et, a fortiori, sa récupération par les médias et le gouvernement qui se sont emparés de la question des examens pour délégitimer la mobilisation. Mais la CNU a appelé à suspendre la grève, c’est à dire que même si elle a été suspendue lors des vacances scolaires, elle doit reprendre cette année.

Quel bilan peut-on tirer de cette mobilisation ?

D’abord, je vais essayer de voir quelles réponses le gouvernement a apportées. Il semble que le gouvernement a tenté de dépolitiser cette mobilisation en adoptant un discours sur une incompréhension des universitaires. Le gouvernement a essayé de faire croire que cette mobilisation n’était pas de l’ordre du politique ni de l’idéologie, mais qu’il s’agissait d’une crise de confiance de la part des universités. Ce discours on l’a entendu en particulier quand Valérie Pécresse a voulu créer un Haut Conseil en Sciences Humaines et Sociales  [11] et elle a dit qu’il s’agissait de débunkériser les sciences sociales et sciences humaines pour mettre un terme à l’incompréhension et à la méfiance. Donc on voit bien ce discours sur la méfiance et la crise de confiance.

S’agissant des réponses plus concrètes aux revendications, là on peut voir qu’aucune des revendications de l’an dernier n’a été satisfaite et à, part des mesurettes, comme le report de la mastérisation d’un an, en 2010, les revendications n’ont pas obtenu satisfaction.

Maintenant, s’agissant des mobilisations elles-mêmes. Tout d’abord, c’est un mouvement sans précédent. Les enseignants-chercheurs se sont mobilisés largement et c’est une mobilisation qui a duré très longtemps, quatre moins. L’intérêt de cette mobilisation, c’est bien que des universitaires qui sont peu mobilisés ou qui s’étaient peu mobilisés les années précédentes, se soient cette année politisés et qu’ils aient adopté une approche plus globale des réformes.

Les nouvelles formes de mobilisation, et notamment les actions symboliques, ont permis de créer une forme d’unité, en exploitant de nouveaux registres, comme la ronde des obstinés. Mais l’un des biais de cette nouvelle forme de mobilisation, c’est que cela a donné lieu à une lutte fragmentée. On peut se demander jusqu’à quel point la lutte a été inclusive. Il semble que l’un des problèmes de l’an passé, ce soit justement les séminaires alternatifs. Il me semble qu’ils sont devenus une fin en soi, c’est à dire que tout le monde a organisé des séminaires pour participer au mouvement – ce qui est une bonne chose -, mais que ça sortait du cadre collectif de mobilisation. Cela a empêché de coordonner la mobilisation pour créer un réel rapport de force face au gouvernement. Il nous semble donc que ces formes de mobilisation étaient intéressantes, puisque cela a permis d’impliquer les personnes peu mobilisées, mais on peut penser que la grève reste la première condition pour rendre la mobilisation visible et efficace.

Maintenant, voyons quels sont les enjeux pour cette rentrée universitaire

Deux coordinations nationales ont eu lieu depuis la rentrée universitaire : l’une le 30 septembre et l’autre le 27 octobre. Elles suivent l’appel de la coordination nationale au sujet de la formation des enseignants et appellent à deux journées de mobilisation : le 17 novembre et le 24 novembre et elles posent au cœur des débats de cette rentrée le problème de la mastérisation. Pourquoi cela ? Parce que cela tient d’une part au cœur de la conception de l’éducation et la reformulation de l’éducation mais aussi cela touche au démantèlement de l’Education nationale et des services publics.

Au-delà de la question de la mastérisation, l’un des problèmes qui se pose à l’heure actuelle, c’est celui de la professionnalisation. Il semble que cette question soit essentielle dans un contexte de chômage économique puisqu’elle est censée répondre à un besoin de la part des étudiants. On voit bien que le gouvernement s’est emparé de la question de la paupérisation des jeunes et des étudiants et notamment lorsque Nicolas Sarkozy a fait un discours pour agir pour la jeunesse où il a notamment annoncé qu’il étendrait le RSA pour les jeunes de moins de vingt-cinq ans. Mais il semble surtout que cette question de la professionnalisation réponde à un besoin économique en main-d’œuvre et ça touche là à la reformulation des universités et des savoirs ainsi qu’à la place accordée à l’université dans la société puisque l’université serait alors vouée à produire une main d’œuvre. Cette question de la professionnalisation était au cœur de la conception de la LRU puisque l’insertion professionnelle était censée être l’une des quatre missions de l’université et ensuite elle s’est retrouvée dans la création des contrats doctoraux uniques et d’autres réformes. Il semble que cette question touche au statut et aux transformations du statut des universités, mais cela permet de penser aussi aux attaques plus globales de la part du gouvernement et de l’articuler aux attaques contre le service public en général.

Pour conclure, il me semble que l’un des enjeux de cette année est qu’il ne faut pas isoler la question du savoir des autres questions et des autres attaques gouvernementales. Aussi bien, il ne faut pas isoler la question des universités des autres attaques et notamment des attaques contre le service public. Quant aux modes d’action, il semble que les séminaires alternatifs soient une très bonne manière de travailler mais il faut veiller à ce que les analyses qui peuvent être faites dans ce cadre soient diffusées hors de la sphère universitaire et il faut également élargir les cadres d’analyse et se pencher justement sur les autres attaques gouvernementales. Pour répondre au gouvernement, il semble qu’il faille s’organiser globalement et dès maintenant et pour conclure j’appellerai juste à rejoindre la mobilisation du 17/11 et l’appel à la grève du 24/11.

* Luc Boltanski, EHESS

Je voulais vous lire un texte écrit pour les circonstances et intitulé « La justification des sciences sociales ».

Par rapport aux sciences de la nature, les sciences sociales ont pour spécificité de se donner pour objet les êtres humains saisis, non pas dans leur dimension biologique, mais en tant qu’ils sont capables de réflexivité. Les êtres humains considérés sous ce rapport ne se contentent pas d’agir ou de réagir aux actions des autres, ils reviennent sur leurs propres actions et sur celles des autres pour porter sur elles un jugement souvent indexé à la question du bien et du mal, les jugements moraux. Ils réagissent également aux interprétations que l’on donne de leurs propriétés ou de leurs actions, y compris lorsque ces dernières émanent de disciplines qui, comme c’est le cas de la sociologie, ont à cœur de ne pas rompre le lien qui, dès leur origine, les a placées dans l’orbite des sciences. Mais l’une des conséquences que la nature réflexive de leur objet fait peser sur les sciences sociales a été de rendre la séparation entre donneurs d’ordre, chercheurs et usagers de la recherche beaucoup plus difficile à maintenir que dans le cadre des sciences de la nature. En effet, les recherches sociologiques pourraient être très facilement utilisées par des acteurs occupant des positions de pouvoir pour améliorer leur connaissance de ceux sur qui ils ont autorité et, par là, de mieux les diriger.

Mais les résultats des sciences sociales, à mesure qu’ils se diffusent, notamment par l’intermédiaire des médias, peuvent également être réappropriés par ceux-là mêmes qui ont constitué les objets de la recherche, les êtres humains réflexifs, comme vous et moi. Ces derniers ne reçoivent pas passivement l’information, mais, comme on le voit p.e. dans le cas des sondages, sont enclins à modifier leurs opinions et leurs comportements en fonction de la représentation qui en est donnée. Plus précisément, chacun tend à réagir à la représentation que les enquêtes donnent des autres, soit pour les imiter, soit pour s’en distinguer, processus désormais bien documenté par la sociologie politique. Enfin, les sciences sociales peuvent être instrumentées par les dirigeants de façon plus sophistiquée, comme c’est souvent actuellement le cas. C’est à dire non pas pour intervenir, par l’intermédiaire de mesures décrétées d’en haut, pour les diriger, mais en tirant partie des effets de la réflexivité associés à la diffusion des résultats de la recherche. C’est ainsi que ce que l’on appelle aujourd’hui le benchmarking, technique venue du management, consiste à rendre public le résultat de travaux portant sur l’évaluation d’organisations les plus diverses, p.e. le résultat d’une enquête auprès des usagers. L’effet visé consiste à inciter les responsables de ces organisations à modifier dans le sens voulu leur structure interne et leur output dans une logique qui est celle de la maximisation de l’indicateur.

Le développement des sciences sociales

Dans notre pays mais aussi dans d’autres pays européens, les années qui ont suivi la seconde Guerre mondiale, surtout les années 1950-1970, ont été particulièrement favorables au développement des sciences sociales. Ce développement a surtout été pris en charge par des interventions émanant de l’Etat. Mais le coût des sciences sociales augmentant, ces dernières ont eu besoin à leur tour de forger un arsenal de justifications sociales. Ces justifications ont mis surtout l’accent sur la participation des sciences sociales à l’entreprise de modernisation c’est à dire d’industrialisation, pour l’essentiel, du pays. Sans doute les raisons officiellement proclamées tablaient également sur la contribution que les sciences sociales pourraient apporter à la formation d’un groupe important et influent d’intellectuels ayant rompu avec les tentations politiques extrémistes, le nationalisme et le communisme, au profit d’une approche dite « rationnelle » des problèmes sociaux qui date de la fin du XIX° siècle. Mais ces objectifs n’ont pas eu alors pour résultat un embrigadement des chercheurs qu’il aurait été difficile d’instaurer pour différentes raisons que l’on pourra évoquer dans le cadre de la discussion. Il en est résulté une situation privilégiée dans laquelle les chercheurs étaient salariés, modestement mais régulièrement, tout en étant laissés libres du choix de leurs objets, de l’organisation de leur temps et de leurs procédures d’évaluation. Le mode de financement favorisait cette indépendance parce que les dotations affectées à des grands organismes autonomes avaient un caractère global. Or cette situation s’est progressivement modifiée au cours des vingt ou trente dernières années quand une part toujours croissante des budgets de recherche s’est trouvée finalisée et associée à des projets ou opérations ayant un caractère ponctuel et portant sur des objectifs prédéfinis par des appels d’offres.

La domination du monde économique

Les changements intervenus sous ce rapport depuis vingt ans et surtout au cours des années récentes peuvent être en partie mis sur le compte de l’importance accrue du management et cela de deux façons. D’une part, les spécialistes des disciplines de la gestion, eux-mêmes plus au fait des sciences sociales que ne l’avaient été leurs prédécesseurs, qui étaient formés surtout dans les sciences pour l’ingénieur, ont compris que les sciences sociales, y compris les plus philosophiques ou même les plus critiques d’entre elles, pouvaient apporter à la mise en place des techniques de contrôle et de gestion du personnel. On assiste d’autre part, durant cette période, à un changement profond de l’Etat, de ses modes de fonctionnement, de ses idéaux, et de ses objectifs qui, amorcé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, au milieu des années 1970, a en quelque sorte explosé sous la présidence actuelle de Nicolas Sarkozy. Ce changement est, pour le dire vite, le suivant. Il a consisté à substituer à l’ancien idéal de l’Etat républicain, dont la légitimité était fondée sur le suffrage populaire, puis à celui de l’Etat social, dont la légitimité était fondée sur la capacité de l’Etat à renforcer le bien-être matériel et la sécurité, surtout au travail, de la population des nationaux vivant sur son territoire, un nouvel idéal : celui de l’Etat-entreprise. La guerre économique, supposant une association des plus étroites entre l’Etat et le capitalisme, a progressivement constitué l’une des principales justifications de la souveraineté étatique. Le changement, dont je viens de donner un résumé pour le moins cavalier, est resté associé à de profondes modifications dans les modes de sélection, de contrôle et d’évaluation. Aux anciennes sciences de l’administration ont été substituées de nouvelles sciences de la gestion, c’est à dire le management, transférées des grandes firmes où elles s’étaient développées et profondément enracinées dans les années quatre-vingt-dix jusque dans les instances où s’exerce la puissance publique.

Parler des grandes entreprises veut dire deux choses. Au plus près cela veut dire que l’Etat gère les salariés de l’Etat, les fonctionnaires, comme une firme gère ses personnels. Au plus loin, cela veut dire que l’Etat gère l’ensemble de la population répartie sur le territoire comme une firme gère ses facteurs de production. Une firme a pour principal objectif, tout à fait légitime dans son cas, de dégager des profits. Elle doit associer les facteurs de production, améliorer ses produits face à la concurrence, coordonner les activités de différentes catégories de travailleurs et utiliser à cet effet essentiellement des indicateurs quantitatifs : le tableau de bord de l’entreprise. Une firme doit particulièrement rester maîtresse de ses input et de ses output et notamment de ses entrées et de ses sorties en personnel. On peut d’ailleurs voir dans l’importance politique mise actuellement dans la question des immigrés, avec l’intention de mettre en place une « immigration choisie », et par celle des exclus, ceux qui sont considérés comme inaptes à la production, un signe que l’Etat a intégré à ses objectifs de gestion les normes de production de la firme. Mais ces normes entrent dangereusement en contradiction avec d’autres missions, plus traditionnelles, que l’Etat ne peut pas complètement abandonner sans se déjuger.

Les justifications des sciences sociales dans un « Etat gestionnaire »

Quelles peuvent être les justifications de l’Etat dans un « Etat gestionnaire » (Albert Ogien)[12] ? Il faut, pour esquisser une réponse à cette question, revenir sur les genres de justifications sociales auxquelles les sciences sociales peuvent avoir recours. Je prendrai seulement en considération la situation de la sociologie que je connais un peu. Il serait à mon sens utile qu’une démarche similaire soit engagée pour ce qui est des autres sciences sociales. La sociologie est d’abord une discipline descriptive qui, pour revendiquer le statut de science, doit soumettre ses descriptions à des exigences et des contraintes, celles du laboratoire dont la visée est de faire obstacle au désir, conscient ou inconscient, de celui qui réalise la description. Il s’agit donc d’une exigence de neutralité dont je ne vois pas comment cette discipline pourrait s’affranchir sans se perdre. Et qui pourrait s’intéresser, hormis ceux qui la font, à la description pour la description, comme on dit l’Art pour l’Art ? Pour se donner des justifications sociales, la sociologie doit par conséquent opérer une certaine forme de « collage » entre, d’un côté, les opérations de description visant à la neutralité et, de l’autre, les opérations de jugement, qui ont nécessairement un caractère normatif. Cette association, ce collage, entre description neutre et normativité ne peut jamais être accomplie de façon absolument cohérente ou sans tension ; ce qui constitue un problème qui a accompagné toute l’histoire de la sociologie. J’en parle un petit peu dans le livre que je viens de publier[13] où j’examine quelques-uns des points d’appui normatifs auxquels la sociologie a eu recours. Je n’ai pas le temps de développer ce point, mais, d’un côté, les points d’appui normatifs doivent se distinguer des positions morales ou religieuses, qui sous-tendent les jugements des acteurs sociaux, parce que ces positions sont trop partiales et par là difficilement universalisables, ce qui les rend peu compatibles avec les exigences de neutralité. Qui croirait à une sociologie se réclamant explicitement d’une morale catholique, islamique ou même républicaine ? Mais d’un autre côté les points normatifs de la sociologie doit pouvoir coïncider peu ou prou avec les attentes des acteurs sociaux, ou d’une partie d’entre eux, au moins si cette discipline veut éviter d’être taxée d’irréalisme ou d’ésotérisme, et entend maintenir une interface avec des intérêts externes qui sont aussi ceux des responsables en position de pouvoir, dont elle dépend pour sa survie, ou même à l’inverse d’ailleurs, ceux d’instances légales.

Sciences sociales critiques et sciences sociales d’expertise

On peut dégager finalement deux grandes orientations associant description sociologique et prise de position normative : celles qui vont dans le sens de l’expertise et celles qui vont dans celui de la critique. Il faut, pour clarifier la différence entre ces deux orientations, poser d’une part la question du genre de cadrage que se donne la description sociologique, et d’autre part, celle de la façon dont la normativité est prise en charge. Ce qui caractérise la sociologie de l’expertise, à laquelle on peut rattacher aujourd’hui une grande partie de la production se réclamant de cette discipline, c’est qu’elle accepte de se placer dans un cadre qui n’est pas interrogé en tant que tel. La sociologie de l’expertise se donne pour objectif d’étudier les causes de dysfonctionnements locales d’ordre systémique. On posera à un sociologue-expert p.e. la question de la relation entre les taux de natalité et la proportion de femmes dans l’emploi salarié ou encore entre le chômage, l’alcoolisme ou le divorce, ou tout ce que vous voulez. Ce faisant, le sociologue-expert accepte comme allant de soi le cadre au sein duquel se situent les phénomènes qu’il est censé étudier. Ce cadre constitutif de ce qu’on appelle la réalité est formé par un assemblage de catégories à usage statistique, de droits et de règlements, de formes comptables, etc. Et par la même opération le sociologue accepte aussi de se poser les questions qu’il aborde, de poser la problématique de sa recherche dans la forme même où elle se pose aux gestionnaires qui ont fait appel à lui, qu’il s’agisse de managers de firmes, de hauts fonctionnaires ou d’hommes politiques, cette catégorie étant de plus en plus difficile à distinguer.

Les responsables se présentent habituellement, à juste titre, comme des gens réalistes, pour la simple raison qu’ils opèrent dans le cadre construit de la réalité, au sens suggéré plus haut, cadre qu’ils contribuent d’ailleurs largement à établir et à maintenir. Du même coup, le sociologue assume aussi, parfois à son insu, les positions normatives qu’enferment ces questions et, plus généralement, qui sont sous-jacentes au cadre par rapport auquel elles sont formulées. La réalité, telle qu’elle est et telle qu’elle ne peut être autrement, s’impose d’elle-même.

Adopter une orientation critique, pour la sociologie, c’est se distinguer de l’expertise. Non seulement par le caractère substantiel des positions normatives adoptées, mais surtout pour deux autres raisons qui ont un caractère plus structural. D’une part, une sociologie critique, au moins si elle est consciente des contraintes et des exigences qui s’imposent à elle – ce qui est loin d’être toujours le cas, il faut bien le dire -, doit prendre en charge explicitement et chercher à clarifier ses propres positions normatives. L’adoption d’une posture critique va conduire à s’interroger sur la compatibilité toujours problématique entre description et normativité. D’autre part, une sociologie critique diffère de l’expertise au niveau même de la description. En effet, une sociologie critique prend un parti descriptif particulier qui consiste à se donner pour objet le cadre lui-même ou, si l’on veut, la réalité considérée comme une totalité. Or, cette opération suppose l’adoption d’une posture d’extériorité par rapport à ce cadre. Le fait de prendre un point de vue depuis une position d’extériorité, facilité dans l’anthropologie par la distance géographique et, dans celui de l’histoire, par la distance temporelle, est particulièrement difficile dans le cadre de la sociologie parce que le sociologue participe nécessairement de la société sur laquelle porte sa description et dont il est membre. Il ne peut s’agir en quelque sorte que d’une expérience de pensée. Mais cette expérience de pensée amorce déjà un déplacement critique au niveau même de la description. Car considérer une réalité sociale de l’extérieur, c’est faire comme si elle pouvait être autre qu’elle n’est. C’est donc par là, la relativiser et même mettre en doute l’argument de la réalité qui est aujourd’hui l’un des principaux adjuvants dont se réclament ceux qui exercent le pouvoir. Ne répètent-ils pas sans cesse qu’ils agissent comme ils le font parce qu’ils sont réalistes et qu’ils ne peuvent prendre à rebrousse-poil les tendances sociales profondes et les grandes évolutions, qui sont présentées comme s’il s’agissait d’une loi impérieuse et nécessaire à laquelle il faut absolument se plier. Or pour justifier l’existence de ces nécessités imparables, les responsables invoquent les données que leur ont fournies les experts : économistes, sociologues, psychologues.

Indignation et velléités de révolte dans l’Université

Le changement dans l’environnement des sciences sociales auquel nous assistons actuellement a donc une double dimension. Il s’agit, d’une part, de transformer le plus grand nombre possible de chercheurs en sciences sociales en experts. C’est à dire, d’une façon ou d’une autre, de faire des sciences sociales, une annexe du management. Et il s’agit d’autre part, d’orienter les chercheurs en sciences sociales vers cet objectif en leur appliquant les techniques du management et en les habituant, autant que faire se peut, à considérer ces modes de gestion comme allant de soi. Les velléités de révolte qui se sont manifestées l’hiver dernier dans l’université, mais aussi dans d’autres secteurs plus, ou moins dépendants de l’Etat : médecine, culture, justice, services sociaux, etc., bien mises en lumière par « l’Appel des appels »[14], en février dernier, peuvent être envisagées comme le résultat d’une indignation sourde contre la prééminence donnée au management et, au-delà, contre l’Etat-entreprise. C’est aussi sans doute la raison pour laquelle ces réseaux ont pu mobiliser des acteurs venus d’horizons assez différents, soit, p.e, d’un côté, des acteurs plutôt jeunes, surdiplômés mais plus ou moins précarisés ou menacés par la précarisation, et souvent attirés par l’extrême-gauche, et, de l’autre, par ceux qu’on appelait dans ma jeunesse soixante-huitarde, des mandarins. Ces derniers ont vu dans ce nouveau modèle d’Etat et dans les outils de gestion prenant uniquement appui sur des indicateurs comptables un déni de leur morale professionnelle et aussi un outrage à ce qu’ils respectent et à ce qui fait qu’ils se respectent eux-mêmes. Ils ont intuitivement compris que les changements en cours auraient pour résultat d’affaiblir ce qu’on appelait la bourgeoisie, sans mettre dans ce terme une connotation défavorable. Ils ont pressenti que les transformations actuelles risquaient de les pousser vers le « prolétariat », au moins si on définit le prolétaire dans les termes de Guy Debord, comme étant celui « n’a aucun pouvoir sur l’emploi de sa vie et qui le sait ».

Remarquons toutefois, pour finir, que les révoltes actuelles dans l’université et ailleurs, n’ont pas entraîné de larges mobilisations. C’est bien pour cela qu’il convient de parler de velléités de révolte. Elles n’ont pas été relayées par les grands syndicats et par les partis de la gauche institutionnelle, c’est à dire essentiellement aujourd’hui par le parti socialiste. L’une des raisons en est peut-être que ces partis, dans une moindre mesure ces syndicats, sont eux-mêmes réalistes, c’est à dire acquis à la cause managériale. Ils n’ont pas la moindre idée de ce à quoi pourrait ressembler une réalité aux contours différents.

* Isabelle This Saint-Jean, Paris 1, SLR

Je voudrais revenir sur le bilan du mouvement et apporter un jugement un peu plus nuancé que celui qui a été présenté tout à l’heure. Dans cette mobilisation, dont le caractère historique a été souligné, il y a quand même eu un certain nombre de points dont, en tant qu’acteurs du mouvement, nous pouvons être fiers. Je pense en particulier à la question de l’emploi scientifique et à l’avenir des jeunes de notre profession. Je me souviens de discussions avec des gens de SLR où on disait, alors que le mouvement en était encore à ses prémices, que si on arrivait à revenir sur les suppressions de postes programmées, ce serait déjà une grande victoire. Et ça on l’a quand même obtenu, au moins dans les promesses. Il va falloir être vigilants sur leur réalisation. Mais ne serait-ce qu’avoir réussi à arracher à ce gouvernement dont l’une des lignes majeures est la réduction de l’emploi dans les services publics, je crois que c’est très positif.

Je crois qu’on peut également se réjouir également, même si plus modestement, du fait d’avoir provisoirement ralenti un certain nombre de choses qui sont encore en suspens. Je pense en particulier à ce qui se passe du côté des organismes de recherche, sujet épineux et qui nous a beaucoup déchirés, mais je crois malgré tout que les choses auraient été beaucoup plus vite en l’absence de ce mouvement – et qu’il ne faut pas situer, à mon avis, simplement au début de l’année 2009, mais qu’il faut faire remonter à plusieurs mois voire années antérieurement. Sans ce mouvement, le Cnrs n’existerait plus, les grands organismes n’existeraient plus, on serait déjà dans un tout autre paysage institutionnel. Ça n’est pas le cas. Ça ne veut pas dire que ce ne sera pas le cas. Et on a effectivement toutes les raisons d’être extrêmement inquiets. Pour l’instant ça n’est pas encore le cas et ça aussi, je crois que c’est à mettre à l’acquis du mouvement.

La troisième chose qu’il me paraît nécessaire de mentionner, et qui peut modérer notre pessimisme, c’est la prise de conscience assez large qu’il y a eu dans notre communauté de propositions que nous étions très seuls à porter précédemment. Beaucoup de nos collègues ont compris qu’il y avait un véritable massacre institutionnel, qu’il reposait sur des purs a priori idéologiques, qui sont – et je crois que ça fait à peu près l’unanimité – première chose, un utilitarisme extrêmement étroit de nos gouvernants, pour qui la recherche n’a de sens que pour l’innovation qu’elle produit, l’enseignement supérieur n’a de sens que pour la formation professionnalisante qu’elle offre. Ça, je crois, que les gens ont entendu ça. Lorsqu’on disait ça précédemment, nous passions pour de doux dingues, de dangereux idéologues, qui étaient incapables de prendre en compte la modernité et des considérations pragmatiques. Ensuite, une grande partie de nos collègues ont également compris qu’il y avait, plus que jamais et de manière assez paradoxale de la part d’un gouvernement très libéral, une volonté de mainmise et de pilotage tout à fait inédit. On n’est plus dans la définition des grands programmes, on est dans tout à fait autre chose, d’un pilotage extrêmement serré de nos activités tant d’enseignement que de recherche à destination des objectifs précédemment définis dans la conception utilitariste. Troisième conviction qui est désormais assez largement partagée, nous avons face à nous un gouvernement qui est en train de saccager absolument tous les services publics et en particulier les services publics de l’enseignement et de la recherche. Avec, notamment, une remise en cause de nos statuts, d’où le caractère tout à fait exemplaire de cette problématique dans le mouvement. A cette remise en cause de nos statuts s’ajoute une montée de la précarité des personnels. Dernière chose qui, là encore, fait maintenant l’unanimité, et qui a trait à l’aveuglement de nos dirigeants pour qui l’efficacité de nos institutions passe par une condition nécessaire et suffisante qui est la mise en concurrence systématique de tous contre tous, de tous les individus les uns contre les autres, mais également des équipes, des laboratoires, des organismes et des universités. Ça encore était un discours qui n’était que très peu porté et je crois qu’aujourd’hui beaucoup de gens en sont très profondément convaincus et commencent à voir que c’est le cas, non seulement dans notre secteur institutionnel, mais même bien au-delà, dans la, plupart des services publics et effectivement « l’Appel des appels » a joué en cela un rôle assez important. Je pense en particulier à la première matinée de réunion de l’Appel des appels où vous avez eu les différents acteurs des différents secteurs qui ont fait exactement le même bilan des réformes, la même analyse des réformes qui en gros est celle que je viens de retracer rapidement et la même analyse de la mise en place de ces réformes. Donc on a compris que, non seulement c’était ce qui se passait dans notre secteur particulier, mais qu’en plus, c’était ce qui se passait dans tous les secteurs et dans tous les services publics. Et ça c’est extrêmement important. Cela veut dire qu’il y aura l’après de la mobilisation, si la mobilisation s’est arrêtée, ce qu’on ne sait pas encore, on est dans un moment de suspens. Nous sommes dans un paysage radicalement nouveau parce que ce qui est dans l’esprit de nos collègues n’est plus du tout analogue à ce qu’ils pouvaient penser initialement et donc l’avenir ne sera nécessairement pas le même.

Ça c’est pour l’aspect un peu optimiste des choses. Maintenant, venons sur l’aspect un peu plus pessimiste : l’analyse du relatif échec. Parce qu’il est vrai qu’il y a aussi un relatif échec du mouvement dans la mesure où, oui, la LRU se met en place, université après université, elles passent aux compétences élargies. De toute façon, elles y sont contraintes par la loi. Avec des négociations avec le ministère dans lesquelles, éventuellement, des moyens sont mis sur la table à coup de suggestions, menaces, ça va plus vite aussi. En tout état de cause la LRU avance et du côté de la recherche, les choses ont déjà été faites depuis un moment, même si il reste un certain nombre de choses à faire, à savoir : le découpage définitif des organismes de recherche, la mise en place pour l’université des frais d’inscription, et la mise en place de la sélection à l’entrée des universités. Ce sont les deux gros dossiers qui nous attendent prochainement dans ce secteur.

Mais l’essentiel des réformes sont encore là. L’essentiel de ce que nous contestions, l’essentiel de ce nouveau paysage institutionnel est encore là et malgré la puissance de ce mouvement nous n’avons pas réussi à remettre en cause ce nouveau paysage institutionnel. Alors pourquoi ?

D’abord parce que notre communauté s’est réveillée trop tard, parce que nous aurions dû bouger au moment où l’ANR et l’AERES ont été créées, nous aurions dû nous bouger au moment où les premiers signes extrêmement inquiétants sur les organismes de recherche apparaissaient, nous aurions dû nous bouger au moment où la précarité dans notre milieu montait en flèche, nous aurions dû nous bouger au moment de la LRU. Qu’avons-nous eu ? Nous avons eu, hormis l’épisode 2004 et l’organisation des Etats-Généraux, une communauté qui est restée très hésitante dans sa mobilisation. Et effectivement les étudiants sur la LRU se sont mobilisés. Nous étions trop peu nombreux dans les amphithéâtres que la LRU ne résoudrait pas les problèmes que rencontrait l’Université mais qu’elle allait en créer d’autres. Et nos collègues ont compris ce que nous disions une fois que le paysage institutionnel nouveau était déjà en place. Donc, nous avons bougé trop tard.

Deuxième raison. Nous n’avons pas réussi complètement parce que personne n’y arrive en ce moment. Personne n’y arrive, dans aucun secteur le mouvement social n’aboutit complètement. Les raisons de cet échec commun et partagé sont multiples. Je crois qu’il y a des raisons conjoncturelles qui sont liées à l’efficacité politique de ce gouvernement. Nous avons un gouvernement extrêmement intelligent politiquement. Jusqu’à présent. Un gouvernement que nous avions complètement sous-estimé, qui préparait son coup depuis très longtemps : la réforme des statuts, c’est le rapport Belloc[15]. Ça fait longtemps que c’était dans les tuyaux et on avait ce rapport en nous comme un cauchemar et on se disait que jamais ça ne marchera que l’on ne pourra pas la mettre en place. Et l’on a, en ce sens là, complètement sous-estimé nos adversaires. Eux, ils avaient une détermination farouche, un programme complètement préparé et on n’a pas cru que cela allait être possible.

La deuxième chose, dans les tactiques du gouvernement, c’est cette tactique de « saucissonnage » et « enfumage ». C’est à dire cette façon de multiplier, de couper les réformes. On fait passer des réformes, je reprends leurs termes, « cohérentes et globales », et ils ont parfaitement raison : c’est cohérent idéologiquement, incohérent autrement, et globales, ça on est d’accord, sous la forme de micro-réformes. Et donc on fait passer les trucs, les uns après les autres. Ce qui a un double avantage que les gens comprennent trop tard, et puis ça isole dans tous les coins. Donc vous attaquez un coup les ITA sur un truc, un autre coup les chercheurs Cnrs et puis, un troisième coup, les étudiants, et puis, voilà, chacun se bat chacun de son côté. Alors on a réussi à faire la fusion mais on a mis longtemps avant de la faire et je me souviens d’un texte d’Alain Trautmann qui disait : « nous ne pourrons réussir que si les chercheurs se battent pour les ITA, les ITA pour les étudiants, les étudiants pour les ITA, c’est à dire que si on avance tous ensemble ».

Il n’en reste pas moins que longtemps on a été dans la pure réaction à cette stratégie complètement déstabilisante. Enfumage, c’est quoi ? C’est cet art magistral qu’a le gouvernement de faire semblant de nous demander notre avis, de faire semblant de consulter la communauté ; alors ça il y a deux ressorts principaux qui sont l’utilisation des grandes personnalités scientifiques à coup de commissions, et le deuxième ressort, c’est l’utilisation de certaines organisations syndicales qui ont parfaitement joué le rôle qu’on attendait qu’ils jouent.

Donc ça, c’est la deuxième raison de notre échec, une très grande habileté, fondée sur un art de la communication et de l’utilisation des médias, absolument extraordinaire et dont il faudrait faire l’analyse. Je sais qu’il y avait eu une séance en ces lieux sur cette question là, mais je crois que c’est tout à fait central à faire. Les campagnes promotionnelles de Valérie Pécresse, qu’est-ce que vous voulez qu’on fasse face à ça ?! On ne peut rien faire. Alors on a bien un journaliste ou deux qui nous ont beaucoup aidé et que je tiens à remercier publiquement parce qu’ils ont fait tout simplement correctement leur travail. Mais l’essentiel du dispositif médiatique jouait complètement contre nous. Et nous avions beau faire preuve de toute l’inventivité que nous pouvions imaginer, face au dispositif médiatique, eh bien, nous n’y arrivions pas. Nous n’avons pas pu également y arriver parce que, et ça Jean-Louis l’a dit également, et c’est un point très important, parce que nous sommes dans un moment où non seulement il y a une utilisation des médias qui est tout à fait particulière et incroyable, mais également parce que la possibilité d’un discours est rendue impossible par le fait qu’on nous vole nos propres mots et qu’on nous vole notre propre discours et nos propres analyses. C’est à dire que tous les mots qui portent nos valeurs, pour lesquelles nous nous sommes battues dans ce mouvement, sont systématiquement récupérés par le gouvernement, qui se bat pour l’égalité, qui se bat pour la liberté, qui se bat pour l’autonomie – effectivement, l’autonomie on la revendique, mais pas tout à fait celle de Valérie Pécresse -, qui se bat pour la justice sociale, qui se bat pour… Et nous sommes impuissants face à une telle récupération sémantique. Récupération sémantique qui va même plus loin, c’est à dire que ce sont nos propres argumentaires que l’on retrouve dans la bouche de Valérie Pécresse. Vous écrivez un communiqué et, la semaine suivante, vous retrouvez dans le communiqué de l’adversaire vos propres termes. Je ne citerai qu’un exemple, c’est Nicolas Sarkozy, récemment, lors de la remise du rapport Stiglitz, expliquant qu’il fallait mettre fin à la dictature du chiffre. Comment réagir face à des gens qui utilisent nos propres termes, qui reprennent nos valeurs, pour les dévoyer complètement ? Ça je crois que c’est une question que nous n’avons pas résolue et que je ne vois pas comment nous pouvons résoudre autrement que par la sincérité dont on peut essayer d’attester au maximum. C’est à dire qu’il faut convaincre les gens que nous sommes totalement sincères dans notre engagement. En-dehors de ça, je n’ai pas de recette et je crois que c’est un des problèmes majeurs que nous rencontrons.

La dernière raison que je voudrais mentionner dans l’analyse de ce relatif échec, c’est l’incapacité d’embrayer au niveau politique, le manque de relais politique. Je voudrais nuancer un peu ce qui a été dit. Les choses ne sont pas aussi simples. Ça n’est pas simplement la trahison du parti socialiste. Parce qu’au parti socialiste, mon prédécesseur à SLR est maintenant responsable de la recherche et de l’enseignement supérieur au parti socialiste et qu’il a passé un certain nombre de communiqués qu’honnêtement je crois qu’on aurait pus signer et dans lesquels on aurait pu se retrouver. J’irai même plus loin, il y a même eu une lettre de Martine Aubry. Il y en a eu une. Elle s’est peu vue, elle s’est peu vue ; j’imaginais bien que cela allait se passer. Elle s’est peu vue, elle a été peu relayée, mais il y a même eu ça. La secrétaire nationale a fait ce geste là. Ceci étant, est-ce qu’on a beaucoup plus entendu les Verts ? Est-ce qu’on a beaucoup plus entendu le parti communiste ? Est-ce qu’on a beaucoup plus entendu Mélenchon ? Et pourtant, tous se sont exprimés. Tous nous ont soutenus. Mais personne ne l’a su, personne ne l’a entendu. On avait ouvert sur notre site une rubrique qui s’appelait : ils nous soutiennent et qui recensait tous ces soutiens politiques et pourtant ça n’a pas été entendu, ça n’a pas été porté. Probablement en raison du système médiatique dont on parlait précédemment, probablement aussi pour une raison plus profonde, et qui devrait nous interroger tous collectivement, qui est que notre personnel politique ne connaît plus nos universités et notre recherche, parce que notre communauté n’a pas franchi la ligne de la politisation – et ça je crois que ça doit réellement nous interroger – et parce que, également, Jean-Louis a tout à fait raison, nous n’avons pas assez politisé cette question là, la question de l’université et de la recherche, et nous ne l’avons pas assez porté au niveau politique, probablement parce que l’essentiel de l’analyse à faire était une analyse idéologique et je me souviens d’une très grande hésitation quant à la possibilité d’une analyse de ce type a être entendue. Est-ce qu’on peut dénoncer ces réformes comme étant des réformes idéologiques, ou bien est-ce que dès lors qu’on dit ça, on ne va pas immédiatement être renvoyé dans les rangs comme étant des idéologues et auquel cas notre discours ne portera pas ? Et ça je crois qu’on a été probablement trop timoré, qu’on n’a pas osé, assez vite, assez fort, dire tout ça.

Donc voilà, selon moi, les raisons de ce relatif échec.

Alors maintenant essayons d’être un petit peu prospectif et examiner ce qui nous reste à faire aujourd’hui ? Je pense qu’il y a trois choses essentiellement qu’il faut qu’on fasse. Peut-être quatre.

La première chose, ce sont des résistances locales. Il faut que, dans tous les laboratoires, dans toutes les universités, dans toutes les équipes pédagogiques, on essaye autant que faire se peut de résister à ce qui est en train de se mettre en place au maximum[16]. De résister et d’essayer de limiter les dégâts. La loi s’imposera à nous, mais on peut essayer, au maximum, de limiter les choses[17].

Deuxième chose. Je crois qu’il est extrêmement important qu’on fasse collectivement une espèce de livre noir des réformes. C’est à dire que l’on centralise toutes les remontées que l’on pourra avoir des dysfonctionnements générés par les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la LRU, de sa mise en place ainsi que du pacte pour la recherche et de sa mise en place. Qu’on centralise tout ça et qu’on redémontre ce que nous n’avons eu de cesse de démontrer jusqu’à présent, et dont nous avons déjà les preuves tangibles. Il va falloir gonfler le dossier pour expliquer et pour convaincre que ces réformes ne sont pas les bonnes et qu’elles causent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

Troisième chose. Je crois qu’il va falloir qu’on aille vers du propositionnel à nouveau et nous on avait essayé un petit peu de le faire, ce qui avait crispé certains, on avait essayé de le faire au cours de la mobilisation, parce qu’on sentait bien que c’était un des arguments utilisés par le gouvernement de dire : mais de toute façon, ces gens là ne savent que protester, c’est des conservateurs, ils sont arc-boutés sur des institutions vieillissantes, etc. Et donc il fallait essayer de montrer que ce n’est pas le cas, que nous avons des propositions à faire et je crois qu’en plus ça ne sera pas très compliqué, car il me semble que le projet qui peut se dessiner pour l’université et pour la recherche est relativement partagé par tous à, à mon avis, deux bémols près : un premier bémol, c’est la question des frais d’inscription ; j’ai vraiment peur qu’un certain nombre de nos collègues puissent se laisser embarquer dans un discours pseudo réformiste au sujet de l’ injustice sociale du dispositif actuel. Ça je crois que c’est la première chose sur laquelle il va falloir lutter. Et deuxième élément, et beaucoup plus grave : la question de la sélection à l’entrée des universités, où là, je crois, que les choses ne sont pas si simples. Mais sinon, sur le reste, j’ai pas l’impression que ça va être très compliqué. Et en plus il y a déjà un certain nombre de billes avec, pour ce qui concerne la recherche, le travail des Etats-Généraux. Et là je voudrais tordre le cou à une idée répandue, notamment par Valérie Pécresse, qui consiste à dire que les réformes en place, ce sont les enfants des Etats-Généraux et que Valérie Pécresse ne fait que mettre en place les recommandations de Sauvons La Recherche. La seule fois où j’ai été dans ma vie au ministère, Valérie Pécresse, parlant de l’AERES, s’est tournée vers moi et m’a dit : « n’est-ce pas Mme This que c’était dans les recommandations des Etats-Généraux ? » et j’étais totalement estomaquée. Ce n’est pas vrai parce que, dans les Etats-Généraux il y avait l’indépendance de cette institution, qui n’est absolument pas assurée par le dispositif de l’AERES. Donc non ça n’est pas vrai et je vous renvoie à un article coécrit par Alain Trautmann, Georges Debregeas et Didier Chatenay dans lequel ils démontrent que,  non, les réformes actuelles  ne sont pas le fruit des Etats-Généraux [18].

Dernière chose qu’il reste à faire, c’est une repolitisation de toutes les questions. C’est à dire qu’il va falloir que notre débat, nos revendications soient portées par le personnel politique. Ça n’est pas possible, et nous avons bien vu que cela a été une des raisons de notre échec, il va falloir que nous trouvions un moyen pur que les personnels politiques s’emparent de ces questions. Sinon, il n’y aura pas de lutte sectorielle qui débouchera, et ce sera la même chose dans toutes les luttes sectorielles. Aussi longtemps qu’il n’y aura pas une opposition en état de marche, susceptible de s’emparer des luttes sectorielles, nous n’y arriverons pas.

* Marcel Gauchet, EHESS

Je vais être très bref, me contentant de faire quelques remarques sur les trois points qui ont été normalement dégagés par les exposés qui précèdent : Où en sommes-nous ? A quoi avons-nous affaire ? Que faire ?

Où en sommes-nous ?

L’Université est une institution étonnamment peu réflexive. Nous venons de connaître depuis 68 une période remarquablement faible du point de vue de la capacité de l’université à réfléchir sur elle-même, sur sa place dans la société. C’est de la recherche d’ailleurs que sont venues toutes les stimulations, l’université elle-même restant fondamentalement inerte. S’il y a une réforme profonde de l’esprit de l’université que ce mouvement a mise en route, c’est la réintroduction d’une capacité de réflexion de l’université sur elle-même. Et de ce point de vue là, quelque chose a commencé, qu’il s’agit de prolonger.

A quoi avons-nous affaire ?

Une remarque sur la manière de prendre le problème. Nous avons affaire à une chose qu’il ne faut surtout pas réduire à la perspective française. Nous avons affaire à un mouvement international, absolument général en Europe, où que vous alliez vous allez trouver des phénomènes équivalents, déjà beaucoup plus engagés dans un certain nombre de cas, moins dans d’autres, avec une inspiration commune dont il est très important de comprendre les tenants et les aboutissants. C’est un mouvement qui vient de loin, il est engagé depuis une quinzaine d’années, dont la généalogie est très intéressante à faire, c’est un travail à mener dans un séminaire de réflexion. Tous les gouvernements, de gauche et de droite, partout en Europe, ont participé de ce mouvement, la situation de la France n’est absolument pas spécifique de ce point de vue. On peut se demander pourquoi et remonter à la source.

En première approximation, l’impulsion, c’est la division Education de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) qui est précisément ciblée et qui descend en cascade via les commissions européennes et d’autres commissions de ce genre. A quoi avons-nous affaire sur le fond ? Je crois que l’un des défis posés au mouvement, c’est de ne pas se tromper de diagnostic. Apparemment, le diagnostic est assez simple ; il se résume en quelques mots : privatisation, marchandisation, utilitarisme. Tous ces mots désignent d’ailleurs des réalités tangibles. Il ne s’agit pas de les contester. Il s’agit de savoir s’ils suffisent. Et je crois précisément qu’ils ne sont pas suffisants. Je crois que nous avons affaire à un mouvement de fond, idéologique en effet, dont il faut comprendre la logique et qui est très puissante car elle s’impose à la droite comme à la gauche, à la gauche de gouvernement en tout cas. Une interprétation étroitement économiciste de cette évolution ne suffit pas à en saisir les ressorts et ne suffit pas en particulier à comprendre l’écho qu’une partie de ces propositions trouvent dans le monde universitaire. Car n’oublions quand même pas qu’une grande partie de nos collègues sont assez convaincus par la philosophie générale des réformes en cours. De bonne foi et des gens qui n’ont rien d’ultralibéraux. C’est quelque chose de beaucoup plus fin dont il s’agit. Donc une interprétation étroitement économiciste est inopportune. Elle conduit à une protestation impuissante, faute de saisir les ressorts véritables de l’entreprise à laquelle nous sommes confrontés. Et en particulier cette interprétation économiciste ne permet pas de comprendre la vulnérabilité du monde universitaire à un modèle libéral que de manière générale il n’aime pas économiquement, mais que beaucoup de ses membres, sans même s’en rendre compte, affectionnent épistémiquement. Car le néolibéralisme, pour désigner le nom de ce phénomène idéologique auquel nous avons affaire, c’est bien davantage qu’une doctrine du fonctionnement de l’économie. Le problème que nous pose le néolibéralisme, ce n’est pas celui de la dictature du marché, entendons : la soumission directe de l’ensemble de l’activité sociale aux impératifs de l’économie. C’est beaucoup plus subtilement la généralisation, dans la vie sociale, du modèle formel développé d’abord dans l’économie de marché et étendu ensuite à tous les domaines. C’est totalement différent et c’est ce qui fait que, à l’abri de cette confusion, l’esprit des réformes pénètre dans la société.

Dernière remarque, sur le que faire ?

Eh bien, je dirai que le problème se résume en peu de mots, même si la formule peut prêter à équivoque : conquérir l’opinion. Après tout, les universitaires sont en théorie des pédagogues, les chercheurs sont soucieux de communiquer leurs recherches, même si c’est dans un autre esprit que celui où le gouvernement veut les inciter à le faire. Ils doivent être capables d’expliquer leur cause et de remporter cette bataille de l’opinion dans laquelle nous sommes engagés.

III) Discussion générale

Salle : Moi je m’interroge sur le cadre du séminaire tel qu’il a été conçu. Je pense que c’est une bonne chose qu’il y ait un cadre de réflexion collective : étudiants, BIATOSS, enseignants. Mais en même temps, il y a quelque chose qui me chiffonne un peu dans tout ça, c’est en gros l’idée : on continue le mouvement sous une autre forme. Alors en général, lorsque dans un mouvement social, les animateurs du mouvement social commencent à dire ça, ça sent le roussi, mais là je crois que le séminaire illustre les contradictions et les faiblesses de la façon dont le mouvement a été mené l’an dernier. Et preuve en est, la profondeur de l’institutionnalisation d’un tel séminaire, qui est quand même un séminaire de contestation, qui fait suite à un mouvement social. On va jusque dans une Ecole de sciences sociales instituer et faire valider un séminaire de contestation avec, cerise sur le gâteau, le cahier de présence pour les étudiants. Je trouve ça assez contradictoire. Mais cela dit, cela renvoie un peu à la manière dont le mouvement a été conçu et mené l’année dernière, parce que, autant effectivement, à un moment donné la question des séminaires alternatifs a été posée comme un moyen de débloquer les choses, de se mettre en débat, autant très rapidement on a compris que dans la tête de certains enseignants, c’était aussi un moyen et une fin. Et je crois que ça aussi ça a été un des soucis qu’on a eus l’an dernier qui doit être mis en rapport avec le débat sur les modalités d’action. Les modalités d’action du mouvement ont été évoquées par certains des intervenants et il y a une chose qui m’a étonné dans ce qui a été dit, c’est de poser le fait qu’il fallait sortir du binôme manif/blocage comme une donnée objective. A partir de quoi peut-on dire cela ? A partir de quoi on dénie au fait de bloquer les universités toute légitimité ? Je crois que cela fait aussi partie des questions auxquelles il faudrait réfléchir.

Dernière chose, sur la fin de l’intervention de M. Gauchet, effectivement par rapport aux questions qui ont été posées au sujet de la façon dont le gouvernement a déroulé ses réformes, la façon dont tout ça prend part à un mouvement plus profond à la fois européen mais qui ne remonte bien sûr pas aux dernières années du gouvernement Sarkozy, c’est comment le néolibéralisme a imposé son hégémonie, comment idéologiquement il a marqué énormément de points, y compris dans la sphère universitaire qui a, depuis les années soixante-dix, perdu une grande part de sa dimension critique et effectivement la question que l’on doit se poser, c’est comment, notamment les sciences sociales mais pas seulement, sortent de leur situation de bunker isolé au sein d’une société néolibérale, pour, participer à la reconquête de l’hégémonie sur des bases complètement différentes de celles que promeut le gouvernement Sarkozy aujourd’hui.

Robert Descimon : Je voudrais répondre sur le premier point, celui du cahier de présence. J’espère que je vais présenter les choses avec suffisamment d’humour. Et je vous dirai quand même que je suis assez satisfait à l’idée d’avoir à amener à faire valider par un certain nombre de nos collègues qui sont à la tête de certaines mentions de masters, qui ne sont pas particulièrement partisans du mouvement de l’an dernier, qui sont même extraordinairement crispés dans leur attitude de refus, eh bien de les amener donc à devoir reconnaître la validité de ce type d’enseignement dans une institution dont la dimension critique me semble consubstantielle à la création même.

Jean-Louis Fournel : Je voudrais rappeler trois choses pour clarifier certains termes. La première chose, c’est que, dans l’université dont je viens, Paris-8, le fait que la pensée critique puisse faire l’objet de séminaires qui eux-mêmes sont comptabilisés dans un cursus honorum d’universitaire, cela va de soi depuis la création de notre université, c’est même consubstantiel à sa création et au déploiement de la pensée critique dans notre université. Donc, ça ne choque pas. Le deuxième point, c’est que quand j’ai parlé du binôme manif/blocage, je n’en ai pas parlé comme d’un axiome, c’est une proposition politique qui vient chez moi ni de la détestation de la manifestation, ni de la détestation du blocage. C’est simplement un constat : c’est que quand on utilise des outils qui ne fonctionnent pas ou qui ne fonctionnent pas suffisamment, voire qui peuvent être pour certains, je pense aux blocages, contre-productifs, on change d’outil. Donc en tout cas, c’est un débat à avoir, de la même façon que c’est un débat important que de considérer que n’allait pas de soi quelque chose que tout le monde a considéré comme allant de soi l’an dernier, à savoir qu’il y a un mouvement d’enseignants-chercheurs et de chercheurs. Jusqu’à présent les enseignants-chercheurs et les chercheurs étaient largement à la remorque des mouvements étudiants. Pour la première fois, nous n’avons pas été à la remorque. Et ça, c’est quelque chose qu’il faut arriver à penser à la fois dans ses contradictions, dans ses échecs et dans ses réussites.

Michel Agier : Juste pour répondre rapidement sur le contenu du séminaire. Il n’y a aucune intention de se substituer à quelque poursuite du mouvement. Bien au contraire, une des idées du séminaire est d’en faire un lieu de veille et où on serait dans l’amphi de toutes les façons entre 17H et 19H, le mercredi. Donc, c’est aussi un lieu de veille de l’actualité qui pourrait se produire dans l’année. L’autre est plus essentielle pour l’idée même de la conception du séminaire. Oui, c’est bien un séminaire de recherche, je voudrais reprendre ce que disait Marcel Gauchet sur l’importance de la réflexion qui a commencé, la réflexivité du monde universitaire et de la recherche par rapport à un silence maintenu pendant de nombreuses années et donc on a un programme de ce séminaire où de nombreux collègues participent à la programmation. On a dégagé un certain nombre de thématiques, toutes voulant approfondir des thèmes qui sont apparus dans le mouvement depuis janvier jusqu’à mai juin de cette année. On les présentera de manière plus systématique dès la prochaine séance. On a une série de débats et de présentations sur les thèmes de l’évaluation, sur celui de la programmation scientifique, sur la dimension internationale des enjeux de ces réformes, sur l’emploi scientifique, etc. Donc l’objectif, c’est d’être un lieu de réflexion en même temps qu’un lieu de veille.

Céline Ruet : J’ai participé d’une manière active à une grève très passive pour ma part, qui n’ai pas fait de séminaire alternatif, mais en revanche je voudrais répondre sur le blocage, car c’est tout à fait essentiel. Pourquoi non au blocage ? Pour une raison d’abord très simple, le fait que je sois convaincue que ce combat ne se gagnera pas sans l’opinion publique et que nous devons absolument convaincre l’opinion. Or nous ne convaincrons pas l’opinion avec des blocages et nous ne convaincrons pas nos collègues non plus, parce que ce qui a fait un des moteurs de ce combat, c’était précisément le refus de l’asservissement des chercheurs, de la mise au pas des chercheurs et symboliquement il faut que les moyens soient adaptés à l’objectif. Je pense que prôner le blocage est tout à fait contre-productif pour notre combat. On doit s’arranger pour trouver – c’est difficile – un mode d’action qui soit en accord avec l’objectif, qui est l’autonomie, la liberté de la recherche, etc., mais certainement pas bloquer. Et puis il y a un autre élément qui est plus gênant dans la tactique du blocage, c’est qu’en réalité ce sont les étudiants qui bloquent simplement, et pas les enseignants-chercheurs. Il y a donc une utilisation des étudiants qui est parfaitement gênante dans ce mode d’action. Et moi, pour ces trois raisons, j’ai été contre ce mode d’action alors que j’étais encore une fois très déterminée et que j’ai été très active dans une grève passive.

Pauline Delage : Cela me semble très problématique d’opposer séminaire alternatif et blocage. Personne n’a parlé de blocage pour le moment. On peut voir le blocage comme un moyen de se mettre en grève et justement d’être en grève active comme vous avez pu l’être et le fait de parler de blocage et de ne pas parler de grève, c’est là se fondre dans la rhétorique du gouvernement et dans celle de la droite. Le fait de parler de blocage, comme ça, comme d’une chose qui bloquerait l’université, qui arrêterait l’université et pas le voir comme un moyen d’action pour permettre au personnel et aux étudiants de se mettre en grève, c’est déjà récupérer des éléments du discours du gouvernement et des médias. Par ailleurs, ces séminaires alternatifs sont relativement problématiques justement parce que la pensée critique est censée être au cœur de l’université et le fait de les considérer comme une alternative à l’université et de faire valider ces séminaires en considérant que c’est une alternative, ça me semble problématique et ça me semble justement aussi s’inscrire dans la rhétorique du gouvernement.

Luc Boltanski : Robert avait proposé que l’on fasse un programme de recherche et je crois qu’on en a vraiment besoin. Je crois qu’il y a un certain nombre de choses qu’il faudrait mieux connaître pour orienter les moyens d’action en tenant compte du fait que ceux qui ont été utilisés étaient largement inopérants. Je ferai trois remarques là-dessus qui sont complètement hypothétiques.

La première c’est que le gouvernement et la « mouvance » – j’appelle ça maintenant la mouvance au pouvoir, c’est assez vague, ça inclut les gens qui ont des grandes firmes -, enfin la mouvance au pouvoir, finalement s’en fichent que les facs soient bloquées parce qu’elle n’a pas ses enfants dans ces facs. D’ailleurs quand ils sont malades, ils ne vont pas à l’hôpital. Quand ils vont au théâtre, ils ont des places, par des copains. Donc finalement, que ça fonctionne mal, ils s’en fichent complètement. Si ça fonctionnait mal à Sciences-Po, à HEC et le plus souvent d’ailleurs dans des facs étrangères, ça serait différent.

Un deuxième point, c’est que, par contre ils ont compris que les papas et les mamans étaient très fâchés quand il y avait des blocages et que les enfants sont à la maison à rien faire au lieu de travailler. Les papas et les mamans, disons, de milieu modeste, ils se donnent du mal pour leurs enfants. Et je crois qu’il y a un troisième point, je pense que les universitaires et les chercheurs se surestiment énormément socialement. Ils se croient encore il y a quarante ans. Ils se croient encore dans une situation où ils bénéficieraient de l’estime sociale, genre Pasteur, grands savants, etc. Parce qu’ils ont fait beaucoup d’études, et que d’habitude, ils travaillent beaucoup. Mais je pense que c’est complètement ignorer le changement des formes de la méritocratie dans la société[19] qui sont des formes tout à fait différentes, elles-mêmes inspirées du management, et qui vont de pair avec : combien d’heures ils travaillent, est-ce qu’ils peuvent être renvoyés, qui en juge, combien ils gagnent, etc.. Le fait de gagner peu n’est quand même pas bon signe qu’on ait de la valeur. Quelqu’un qui a de la valeur gagne beaucoup. Il y a quarante ans, une manif de grands profs : « comment, des grands hommes descendent dans la rue ?! », aujourd’hui tout le monde s’en fout !

Isabelle This Saint-Jean : Dans les raisons de l’échec du mouvement, je crois quand même que l’on a sous-estimé la détermination du pouvoir politique. On s’est fait un peu avoir par certains qui étaient en dialogue avec le ministère et qui passaient leur temps à nous expliquer qu’ils étaient paniqués et qu’ils allaient céder. Je crois qu’ils étaient paniqués au tout début, quand ils ont vu – je ne sais pas si vous vous souvenez de l’opération Fasquelle[20] ? – qu’il y avait dans les rangs de l’UMP, autour des profs de droit, qui ne sont pas franchement à gauche dans le paysage politique, une mobilisation et que cela pouvait être un truc très large et que ça pouvait dans leur électorat, ou chez leurs parlementaires, faire un peu de vagues. Donc à ce moment là, ils ont eu un peu peur. Et assez rapidement, ils se sont rendu compte qu’ils dépassaient ce truc là. Moi, je dois dire que je suis tout à fait admirative de Valérie Pécresse, qui n’a fait aucune erreur tactique, et qui a fait preuve d’une détermination assez étonnante – attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, je parle seulement de l’aspect tactique du personnage politique de Valérie Pécresse, on est bien d’accord. Elle n’a pas cédé. Et une fois qu’elle n’a pas cédé à ce moment là, ils avaient clairement décidé qu’ils ne céderaient pas. Et nous, on a compris quand même peut-être trop tard qu’ils ne cèderaient pas. Et on aurait dû vraisemblablement modifier nos modalités d’action, je ne sais pas comment, je n’ai pas de solution, mais je crois qu’on est resté trop dans la continuité de quelque chose qui avait une validité initialement et que l’on n’a pas réajusté les choses tactiquement. Je pense qu’il y a une cause d’échec là-dedans.

La deuxième chose : conquérir l’opinion. Probablement, et je suis tout à fait d’accord qu’il faut que continue un mouvement, car ce qui me donne un peu d’espoir, c’est qu’on est dans un mouvement de début de bascule idéologique et qu’il faut absolument continuer dans cette direction. Ceci étant dit, ce n’est pas comme ça que, en France, et je suis d’accord que le problème est plus général plus international, mais ça n’est pas simplement en arrivant à convaincre nos concitoyens que l’on changera quoi que ce soit. Car il faut bien comprendre que ce gouvernement ne voit qu’une seule chose, c’est son propre électorat. En fait, il ne s’intéresse pas à l’opinion, il ne s’intéresse qu’à une toute petite partie de l’opinion, il s’intéresse uniquement à l’électorat UMP. Et alors là, comment faire, nous, pour toucher l’électorat UMP ? Il y a une possibilité, un moyen d’action, c’est de jouer sur les intérêts économiques. Bloquer les universités, ça ne change pas franchement grand-chose immédiatement, mais eh bien on va aller bloquer les aéroports ou le périphérique. Est-ce qu’on est prêt à faire ce genre de choses ?

Salle1 : Ah oui

Salle2 : Non non

Salle 1 : Ah mais bien sûr que si ! Moi je retiens la proposition dans les prochains mouvements, on va bloquer l’Ecole polytechnique, HEC et Sciences-Po. C’est une excellente idée. Il faut qu’on arrête de bloquer les facs, effectivement, on ira bloquer là où ça fait mal et on ira occuper les grands centres de décision. Aucun problème.

Isabelle This Saint-Jean : Voilà, donc on ne peut pas, à mon avis, se contenter de : il faut conquérir l’opinion. Il faut réfléchir plus précisément. Qu’est-ce que, comment faire pour que ce gouvernement entende nos revendications. Je crois que c’est à ce niveau là qu’il faut placer les choses, même si évidemment, en tant que chercheurs, enseignants, personnel chercheur et de la recherche et des universités on doit participer à ce travail réflexif sur la compréhension de ce qui se passe en ce moment. Mais en termes d’efficacité politique, on ne peut pas se contenter de ça.

Pauline Delage : Il me semble que l’un des écueils de la mobilisation de l’an dernier a aussi été que, dans les discours, j’ai l’impression que la mobilisation était constituée uniquement d’enseignants-chercheurs. Pour être en nombre, il faut donner aux personnels et aux étudiants les moyens de se mobiliser. Et pour ça la grève reste un moyen d’agir. Et il me semble qu’il faut arriver à se décentrer et arriver à penser au-delà des enseignants-chercheurs. Par ailleurs, je ne pense pas que s’encarter soit une bonne stratégie d’action non plus.

Salle : Moi, je voudrais revenir sur quelque chose qui a été dite et sur quoi je voudrais insister. Il s’est passé à mon sens quelque chose de très important l’an dernier, qui était un mouvement social dans l’université. Et effectivement, cela faisait bien longtemps que ça n’était pas arrivé. Et ceci parce que je pense que notre communauté professionnelle ou nos communautés professionnelles – parce qu’il n’y a pas que des chercheurs et des enseignants-chercheurs, mais également des ITA, etc. -, trop souvent se considèrent au-dessus des choses qui traversent la société. Et que l’on est quand même une communauté un tantinet individualiste. Et donc l’apparition d’un mouvement social dans nos communautés est un fait qui me semble majeur.

Je voudrais revenir sur une autre chose. On parle de ce qui se passe en France, car nous sommes confrontés à l’application sauvage de directives qui sont au minimum européennes, mais cela a été rappelé par certains, la question n’est pas française. Par rapport à tout ça, si nous avons des difficultés, nous avons également des atouts. La fonction sociale de notre communauté, c’est de produire de l’analyse. Donc, on est quand même bien armés pour analyser ce qui arrive. Ce qui nous arrive à nous, mais dans un contexte plus général, internationalement et par rapport à d’autres métiers. Et en ce sens là, nous avons du travail. Nous sommes aussi une communauté de pédagogues. Et je rejoins parfaitement ce qui a été dit, pour convaincre ; et nous avons les armes, par rapport à ça. Et une arme qui n’a pas été mentionnée et qui me semble fondamentale, c’est que nous avons des réseaux internationaux. On n’a pas beaucoup de choses, on n’a pas beaucoup de moyens, mais nous avons des réseaux internationaux et si on arrive à mettre ça ensemble, c’est peut-être quelque chose que l’on peut agglomérer. Je ne sais pas comment le faire, mais je pense qu’il faut avoir conscience de ça. Cela fait partie de nos forces.

Salle : Moi je voudrais revenir sur ce qui s’est dit tout à l’heure sur les moyens d’action et notamment bloquer HEC, etc. Je ne sais pas si c’était sérieux ou quoi que ce soit. Vous avez également évoqué le manque de moyens dans les médias pour faire face à V. Pécresse. Il faudrait éviter des actions qui pourraient être attribuées à une minorité marginale et déconsidérer l’ensemble du mouvement.

Jean-Louis Fournel : Je voudrais dire quelque chose sur les médias parce qu’il est de bon ton de dire que si ça ne marche pas, c’est qu’on est mal relayé par les médias. Moi, mon expérience, ce n’est pas tout à fait celle-ci. Je distinguerai d’abord entre différents types de médias. Personnellement j’estime que la couverture par la presse écrite et la radio a été loin d’être ridicule. Tout au contraire. Idem pour les chaînes de télévision non nationales : i-télé, BFM, à la rigueur France 3. Les quotidiens régionaux aussi. En revanche, il y a un plafond de verre qu’on n’a jamais brisé – et ça c’est extrêmement significatif – et là-dessus on doit vraiment s’interroger, c’est pourquoi on n’a jamais eu en six mois du plus important mouvement social de l’université depuis longtemps, une fois la possibilité de s’exprimer dans un 20H de TF1 ou de France 2 ? Si l’on veut cibler la question des médias, il y a ça. Mais on ne peut pas simplement accuser les médias globalement si le mouvement n’a pas réussi à convaincre le grand public.

Luc Boltanski : Un mot là-dessus. Je me trompe peut-être. Je pense qu’un point important est de revenir à l’automne 2007 et de réfléchir à ce qui s’est passé là. A cette époque, il y a eu des mouvements étudiants qui étaient en marge de l’UNEF relativement importants. Et ces mouvements ont été très violemment écrasés par la police. Il y a eu des blessés. Et très peu de gens dans l’université se sont mobilisés en faveur de ces jeunes gens et les médias n’en ont absolument pas parlé et les universitaires n’ont pas informé les médias. Et alors après ça, quand il y a eu le mouvement de l’année dernière, on s’est tous étonnés : « comment, les étudiants ne sont pas avec nous ? Où est-ce qu’ils sont ? ». Alors les étudiants ça fait un petit peu peur à la mouvance, mais ce qui fait surtout peur à la mouvance, c’est les lycéens. Parce que les lycéens, c’est presque des enfants et si on les cogne, on fait peur aux papas et mamans.

Et donc une des raisons du relatif échec du mouvement de l’année dernière, il tient largement à une très mauvaise évaluation au départ, parce que les universitaires se surévaluent. Ils avaient besoin, non seulement des étudiants, mais aussi de ces pauvres petits lycéens « ridicules ».

Isabelle This Saint-Jean : Il y a quand même eu des tentatives pour essayer d’associer les étudiants. Je pense qu’on a fait une erreur, nous personnel hors étudiants, on n’a pas essayé de porter, dans l’autocritique que je fais, je n’ai pas assez porté les revendications étudiantes. Je n’ai pas assez porté les revendications en termes de conditions de vie étudiante. On l’a porté avant le début du mouvement, et dans le mouvement, on ne l’a pas assez mis en avant. Alors il fallait qu’on rame, parce que souvent les questions des journalistes portaient sur : « alors, les statuts ? », éventuellement « alors, les statuts et la mastérisation ? » Et il fallait expliquer qu’il y avait d’autres thèmes, p.e. l’emploi scientifique ou bien p.e. la question des organismes de recherche ou bien p.e. le pilotage, etc., et c’est vrai que l’on n’a pas dit aussi, et j’aurais dû le dire, et p.e. la question des revendications étudiantes. Et ça je crois qu’on ne l’a pas fait, qu’on ne l’a pas assez fait, assez dit, on ne l’a pas assez porté. Et, du coup, le fait que les étudiants ne se soient pas mobilisés, c’est non seulement le fait qu’ils s’étaient mobilisés avant, quand nous on ne se mobilisait pas, le fait qu’effectivement l’indignation n’a pas été assez forte quand, à la suite des blocages, la police est arrivée dans les universités ; ça aurait dû être le feu et le sang dans les universités. C’était totalement inadmissible ; notre communauté a réagi mollement. Mais je crois aussi que l’on n’a pas assez porté ces revendications et c’est probablement une autre raison de l’échec. Mais on a quand même essayé et notamment via la mastérisation. C’est quand même les lycéens qui sont concernés via la formation de leurs maîtres. Il y avait la possibilité que la jonction se fasse. Elle ne s’est pas faite, en partie à cause de nous, en partie pour des raisons qui nous échappent.

Salle : Je ne veux pas du tout relancer le débat sur le blocage, ce n’est pas le moment. Juste par rapport à cette question que vous posez sur le fait que les étudiants aient assez peu participé, sur les raisons que vous avez avancées tout de suite, il y a là aussi ce refus immédiat de la part de la communauté universitaire, des non étudiants, de l’action du blocage, qui a été depuis le CPE chez les étudiants, un mode d’action très utilisé, qui fait débat : tout le monde n’est pas d’accord, mais ça fait débat parmi les étudiants eux-mêmes. Comment voulez-vous intégrer les étudiants et que les étudiants se sentent concernés par votre lutte si les universitaires se drapent dans une certaine attitude hautaine envers cette question. En refusant ce débat, vous refusez toute une frange des étudiants. Voilà, c’est un débat.

Eliane Daphy : Moi je pense qu’il y a une confusion gênante entre la position militante et l’analyse, soit celle de témoin et celle d’analyste. C’est à dire qu’on ne sait pas très bien qui est « on », qui est « nous », p.e. dans le discours qui est tenu. C’est juste un préambule.

Moi, je pense qu’il y a une manière qui permettrait d’analyser la situation, c’est à dire non seulement le mouvement social de l’année dernière, enfin de cette année, mais son histoire, c’est de l’inscrire dans l’histoire des organismes de travail, que ce soit dans les organismes de recherche ou dans les universités. Je prends quelques exemples au Cnrs, qui est le lieu que je connais le mieux. Les réformes, les changements du Cnrs, c’est depuis l’existence du Cnrs que se mettent en place, petit à petit, un certain nombre de règles, de normes, d’usages, de pratiques. Je préciserai juste que là on dit le mouvement des enseignants-chercheurs, mais globalement si l’on prend les gens qui travaillent dans ce milieu, vu comme un secteur de production, au sens de milieu de travail, il y a beaucoup plus de gens qui ne sont ni enseignants-chercheurs, ni chercheurs. D’autant plus, des gens qui ne sont ni professeurs, ni directeurs de recherche. Donc des gens qui sont dans des situations beaucoup plus dominées, qui n’ont pas droit à la parole publique. Ça, c’est un premier point. Ça ne veut pas dire que ces gens ne pensent pas, n’analysent pas, ne peuvent pas penser. Ça c’est un deuxième point. Il me semble qu’il y a des séparations assez fortes. On est dans un milieu très hiérarchisé, même si quelquefois on a la production d’un beau discours, on a une vision idéale de ce qu’est, p.e., un labo de recherche et puis on a la réalité. Or dans la réalité il s’est installé pour le personnel ITA le système de prime, pour augmenter nos traitements, nous avons des salaires moindres que ceux des chercheurs et des enseignants-chercheurs. Ce qui fait que nous avons beaucoup plus perdu en niveau de vie. En outre, ces systèmes de prime ont transformé les directeurs de labo en chefs de rayons. C’est à dire que je dépends maintenant directement de mon directeur de laboratoire de façon absolument hiérarchique, sans aucune régulation, pour pas loin de 25% de mon traitement annuel. Et ça c’est peut-être une raison qui fait que si en 2004 – j’ai participé aux Etats-Généraux de la recherche – il y avait beaucoup de monde ensemble, aussi bien des précaires que des statutaires, alors que maintenant, dans nos manifestations, on voit beaucoup moins cela se produire -, dans le mouvement de l’année dernière, les personnels se sont dans une très large mesure abstenus de participer. Et ça je me demande comment la recherche et l’université peuvent faire bouger les choses si les gens de la recherche et de l’université ne le font pas.

Robert Descimon : Je crois qu’on va peut-être lever la séance, mais je retiens de la dernière intervention d’Eliane un thème que l’on pourrait traiter qui est celui des nouvelles formes de la division du travail dans la production scientifique. Je pense que c’est depuis longtemps un thème essentiel. C’est effectivement le cas que nous avons des collègues ITA qui produisent des articles scientifiques en nombre et en qualité qui sont bien équivalents à ce que font les chercheurs. Et donc je crois que la hiérarchie de nos professions doit être largement interrogée et repensée.

Jean-Louis Fournel : Je voudrais juste dire une chose extrêmement tranquillement car il y a un point dans ce que tu dis qui concerne le statut des échanges et la forme que prennent les échanges ici. En l’occurrence, personnellement, je n’ai pas été invité en tant que professeur d’université, j’ai été invité en tant que l’un des quatre porte-parole de SLU, les trois autres étant des maîtres de conférence. Deuxième point : sur la confusion entre témoin et analyste, il me semble que l’une des choses à quoi peut servir ce type de réunion, c’est justement de dire que cette confusion, personnellement, mais je la revendique, moi. Le cœur de mon propos aujourd’hui, c’était même de la revendiquer. C’était de dire : il faut mettre la théorie dans la rue et que donc, du même coup, on ne peut pas être uniquement dans une position réflexive, même s’il faut reconquérir une position réflexive. Donc, méfions nous de ne pas stigmatiser cette confusion, car elle est nécessaire. Ce n’est pas de la « confusion », c’est uniquement le fait de refuser les dichotomies débiles entre la théorie et la pratique.


[1] http://www.sauvonsluniversite.com/

[2] http://www.sauvonslarecherche.fr/

[3] « Universités : un débat national s’impose », article publié dans Le Monde du 06 Février 2009, par Mathieu Brunet, Jean-Louis Fournel, Laurence Giavarini, Annelise Nef. http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article1682

[4] « Et d’ailleurs, au fond, que veulent-ils ? Encore deux ans de palabres… » Ou comment Valérie Pécresse évita de voir à Berkeley ce qu’il aurait été utile qu’elle contemplât – Déborah Blocker, Département d’études françaises, Université de Californie, Berkeley, 2 mai 2009, http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2520

[5] « Et si c’était maintenant que ça commençait ? » Réflexions de Sauvons l’Université ! Sur le printemps 2009 des universités (14 juillet 2009), http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2830

[9] Pour un développement éclairé sur ce point, cf. Annie Vinokur, « La loi relative aux libertés et responsabilités des universités : essai de mise en perspective », http://regulation.revues.org/index1783.html#B#; sur la privatisation et financiarisation de l’université, voir Bernard Gensane, « Analyse du cahier des charges de la loi », http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article66

[11] Allocution de Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, à l’occasion de l’installation du Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (2 septembre 2009), http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2907

[12] Albert Ogien, L’esprit gestionnaire, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1995

[13] Luc Boltanski, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, nrf Essais, Gallimard, 2009

[16] On ne saurait oublier de mentionner ici le cas des IUT, http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2009/11/iut-un-an-apres.html

[17] Au titre de formes de résistances possibles, certains universitaires ont des propositions à faire, qui s’expriment soit dans les blogs ou leurs commentaires, ou bien sur les listes de la Coordination nationale des universités. Nous citerons deux d’entre elles. La première est un commentaire de Carole, sur un billet du blog d’Olivier Ertzscheid (http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2009/09/rentree-a-luniversite.html#comments ), et soulevant la question de la grève du zèle, comme façon légale et efficace de faire apparaître le manque de moyens dont souffrent les établissements d’enseignement supérieur. Une autre idée est avancée par Céline Ruet, sur la liste de la Coordination nationale. Elle concerne cette fois la proposition de mise en avant d’un moyen de rétablir l’équilibre entre les deux dimensions de recherche et d’enseignement qui caractérise le métier d’universitaire et la mission de l’université, qui est non seulement de transmettre des connaissances mais également, et avant toute chose de les produire. Ce qui conduit à accroître la part de temps consacrée par les universitaires à leurs travaux de recherche : « nous sommes aussi confrontés à une offensive contre le sens de notre métier et contre la manière dont nous aimons le faire. Il y a plusieurs façons de s’unir. On peut montrer les aspects politiques  globaux (attaque contre l’ensemble des services publics). Mais il y a  aussi une autre manière qui ne doit pas être négligée et qui permet de réunir beaucoup de monde, au-delà des clivages politiques. C’est de parler de notre métier, précisément, et de dire, entre autres,  que la manière dont nous évaluons l’importance d’une idée par exemple, ne peut rien avoir à faire avec les évaluations quantitatives  auxquelles on veut nous soumettre. Que  la liberté de la recherche suppose que la définition de notre temps de travail ne soit pas tributaire d’une évaluation. Que nous voulons avoir du temps pour continuer à exercer effectivement notre métier, nous tenir constamment à jour,  explorer des questions nouvelles, construire un cours qui ne soit pas la répétition d’un savoir figé. Ce qui suppose de revenir à un service statutaire défini par un faible nombre d’heures d’enseignement.  Il ne faudrait pas oublier de maintenir l’exigence de l’abrogation du décret statutaire et de continuer à relier sa contestation avec le sens que nous donnons à notre métier. De dire aussi que ce ne sont pas des enseignants fragilisés, qui auront peur pour eux, et seront avant tout soucieux de remplir des critères quantitatifs, qui seront à même d’aider  les étudiants avec la générosité et l’humanisme inhérents à la transmission du savoir. ». Les « résistances » des universitaires peuvent donc prendre diverses formes.

[18] «Pour une vraie réforme de notre système d’enseignement supérieur et de recherche »,

http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?article2591&var_recherche=Alain%20Trautmann%2C%20Georges%20Debregeas%20et%20Didier%20Chatenay

[19] Cf. à ce sujet Yves Michaud, Qu’est-ce que le mérite ?, Bourin éditeur, 2009

[20] « L’Université française : irréformable ou malade de la réforme ? », Premières rencontres parlementaires, Mardi 16 juin 2009.