06- Quel programme pour reconstruire l’ESR ? Questions aux partis politiques (3) : le parti socialiste-La précarité dans l’ESR

Isabelle Backouche : Brièvement puisqu’il nous reste peu de temps, et en tout cas pas suffisamment pour entendre la question d’Anne Saada, pourriez-vous nous dire ce que vous comptez faire pour résorber le problème de la précarité dans l’emploi scientifique ?

Bertrand Monthubert : Premièrement on a eu une explosion de la précarité. Je ne citerai qu’un exemple : j’étais l’autre jour avec une secrétaire dans un laboratoire, elle avait eu seize contrats en deux ans, c’est quand même un délire ; on ne peut même pas emprunter de l’argent pour acheter une voiture d’occasion quand on a seize contrats en deux ans. Une telle situation est évidemment problématique pour les individus, mais c’est aussi problématique pour les institutions elles-mêmes. C’est problématique car on est en fait empêché de se lancer dans des projets de long terme. C’est très grave pour les jeunes qui sont formés aujourd’hui dans cette culture de court terme. Si on prend les dernières médailles Fields, je prends Laurent Lafforgue qui a mis cinq ou six ans avant de produire le moindre papier scientifique, période pendant laquelle on lui a laissé une paix royale, Cédric Villani qui a été capable d’écrire un livre de 1000 ou 2000 pages, est-ce en allant en même temps chercher des contrats qu’il a pu faire ça ? Évidemment non. La question du temps est cruciale. Donc la question de la précarité est un fléau qui n’est pas que social, c’est un fléau pour l’institution elle-même.

Dans le projet il y a quelque chose qui est clair, c’est que nous allons créer 5000 emplois pour l’enseignement supérieur et la recherche. Alors on peut dire que ce n’est pas assez, et moi je souhaite que ce soit plus et j’espère que derrière on va essayer d’en faire plus. Maintenant je préfère que l’on parte sur 5000 emplois concrets réellement que sur quelque chose qui soit flou. Donc déjà je prends cet engagement comme positif dans un contexte que vous connaissez qui est : haro sur toutes les dépenses budgétaires et surtout sur les postes de fonctionnaires. Au moins on remettra le pied à l’étrier par rapport à une situation qui a quand même été celle au mieux d’une stagnation de l’emploi scientifique titulaire et en fait d’une régression du fait des gels de postes liés aux difficultés budgétaires des universités qui se sont posées ces dernières années. Je voudrais juste donner un élément qui ne ressort quasiment jamais. Si vous regardez la courbe du nombre de postes qui sont ouverts en maîtres de conférences et en professeurs tous les ans, il en ressort que l’on a perdu 30 % de postes en quelques années. On n’y pense pas parce qu’on aborde toujours la question en se demandant si les postes ont été renouvelés. Oui, mais le renouvellement des postes ça donne combien de postes au concours ? Cela dépend du nombre de départs en retraite. Donc s’il y a une baisse du nombre de départs en retraite, baisse que nous avions anticipée d’ailleurs, elle se répercute sur le nombre de postes ouverts au concours. Je me souviens d’avoir alerté Valérie Pécresse il y a quelques années là-dessus puisqu’on avait les données à l’époque, je ne crois pas qu’on les ait encore -puisque à partir du moment où on les a utilisées une fois, on les cache ensuite- et qui montrait justement la démographie et le nombre de départs en retraite domaine par domaine. Il apparaissait clairement une baisse du nombre de départs en retraite discipline par discipline. Là on s’est retrouvé avec 30 % de départs en moins. Ce qui fait que cela a un impact sur l’attractivité de la recherche, sur les débouchés pour les jeunes chercheurs qui est terrible. Car pour eux la question n’est pas simplement de savoir si tous les postes ont été pourvus, c’est tout simplement : combien y aura-t-il de postes qui seront ouverts au concours ? Et donc le fait de réduire le nombre de postes a un effet catastrophique. Le fait de pouvoir rouvrir des postes va être quelque chose d’extrêmement important. Au passage 5000 postes cela fait 1000 postes par an, c’est ce qu’on avait réussi à arracher lors du mouvement de 2004. Je ne suis pas en train de vous dire : c’est merveilleux, les universités vont crouler sous les emplois, etc. Mais enfin reconnaissons qu’il y a là un effort qui me semble déjà important.