01- Quel programme pour reconstruire l’ESR (enseignement supérieur et la recherche) ? Questions aux partis politiques (3) : le parti socialiste-Introduction

Isabelle Backouche : Bonjour à tous dans ce séminaire de Politiques des Sciences qui est le troisième d’une série que nous avons initiée depuis janvier qui est tournée vers l’accueil des partis politiques progressistes à qui on demande par une série de questions leur avis, leur point de vue, leur diagnostic sur la politique de l’enseignement supérieur et de la recherche dans la perspective des échéances électorales à venir. Le 12 janvier 2012 nous avons discuté des propositions d’Europe Ecologie-Les Verts[1] et le 23 février il a été question de celles du Front de Gauche[2].

Aujourd’hui nous faisons donc le même exercice avec le Parti Socialiste et je remercie Bertrand Monthubert d’avoir accepté notre invitation. Bertrand Monthubert est mathématicien, professeur à l’université Paul Sabatier de Toulouse et, si rien n’y fait obstacle dans les mois qui viennent, ce sera peut-être la nouvelle université de Toulouse, une Idex de seconde vague, dont disons-le tout de suite la gouvernance invraisemblable défraie la chronique actuellement. Il a été naguère le président de Sauvons La Recherche, 2006-2008, et vous êtes aujourd’hui – c’est une des raisons pour lesquelles nous vous avons invité à Politiques des Sciences- secrétaire national à l’enseignement supérieur et à la recherche du parti socialiste. Vous avez à ce titre participé à l’élaboration du projet du parti socialiste sous la responsabilité de sa première secrétaire, Martine Aubry, et il a résulté de ces travaux un document d’une trentaine de pages intitulé : « construire l’avenir : la recherche et l’enseignement supérieur au cœur du changement[3], », qui avait été présenté à Toulouse le 18 mai 2011.

Les thèmes abordés au cours du débat

Pour le déroulement de la séance, je commencerai par donner la parole à Robert Descimon qui introduira le débat sur une question du diagnostic que vous faites aujourd’hui de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la façon dont vous voyez les réformes qui ont été menées ces dernières années. Avant d’aborder la discussion autour d’éventuels remèdes, c’est-à-dire une discussion qui sera architecturée sur cinq thèmes qui seront introduits par cinq d’entre nous pour que vous nous donniez votre point de vue. On essaiera d’organiser la discussion sur chacun de ces thèmes successivement. Nous ouvrirons le débat avec la salle pour des questions.

Les thèmes dont nous débattrons dans l’ordre où ils seront abordés : le premier thème sera ouvert par Élie Haddad et portera sur la question : quel est le sens de l’autonomie pour vous ? Le second sera présenté par Sophie Desrosiers : politique d’excellence, concurrence, territoire. Le troisième thème, je vous poserai la question de la place des sciences humaines et sociales dans la recherche et dans la société. Le quatrième thème sera introduit par Christian Topalov : les machines à évaluer et enfin Anne Saada vous interrogera sur la question de la précarité et de l’emploi scientifique.

Avant de donner la parole à Robert Descimon, je commencerai par une question préalable. La question est la suivante : d’où parlez-vous ? Cette interrogation pose la question du sens des échanges que nous allons avoir aujourd’hui. Chacun de nos invités avait plusieurs étiquettes, plusieurs participations à plusieurs institutions. Il nous semble donc qu’il est plus clair de savoir au nom de qui ou au nom de quoi vous allez nous parler. J’ai dit que vous étiez secrétaire national du PS. François Hollande est en campagne. Il a prononcé le 5 mars 2012 un discours à Nancy sur l’enseignement supérieur et la recherche[4]. Il nous dit que la jeunesse est une priorité. La question dont on va débattre aujourd’hui est : mais que lui proposer à cette jeunesse ? C’est donc la première question que je vous poserai.

Bertrand Monthubert : Tout d’abord merci de m’avoir invité à ce séminaire dont je suis non pas les travaux, car en tant que toulousain je suis rarement à Paris quand vous faites vos séminaires, mais les travaux : j’ai suivi à peu près ce qui s’est passé et je pense que c’est une très bonne chose que vous ayez mis en place ce séminaire. En plus c’est une très bonne chose parce qu’il y a du temps et vous avez beaucoup de questions, des questions qui je pense sont importantes, nous allons avoir le temps d’en discuter.

Alors, d’où est-ce que je parle ? Question compliquée. J’aurais tendance à vous faire deux réponses : la première c’est que finalement j’essaye toujours d’être dans une cohérence et à ne pas avoir un discours différent lorsque je suis un mathématicien qui s’intéresse aux questions de la politique de la recherche, quand je suis un responsable politique ou quand je suis, comme je le suis actuellement par exemple, candidat à la présidence de mon université. J’essaye d’être dans une cohérence ; est-ce que j’y arrive ? À vous de me le dire, mais en tout cas c’est une volonté de ne pas être dans une schizophrénie. Deuxième chose, il faut quand même que les choses soient claires, ce n’est pas seulement un individu que vous avez en face de vous, j’ai également une fonction de représentation du parti socialiste sur ces questions-là et parallèlement, par rapport à la campagne de François Hollande, Vincent Peillon m’a demandé de représenter la campagne de François Hollande. Donc je représente également la campagne de François Hollande dans ce que je vais dire.  Jusque-là et après le discours que ce dernier a prononcé hier, je pense que je n’aurai pas de difficulté là-dessus à être dans la cohérence avec François Hollande.