Verbatim de la 11° séance : « Formation des enseignants-éducation : bilan et perspectives » 01- Présentation – Laurence De Cock

Tout d’abord permettez-moi de me présenter : je suis enseignante en histoire-géographie et plutôt historienne que géographe. Avant d’introduire la thématique, je vais vous dire à la fois pourquoi je suis légitime et en même temps peut-être pas non plus totalement pour animer cette table ronde. J’étais déjà intervenue dans le cadre de ce séminaire il y a deux ans si mes souvenirs sont bons où j’avais travaillé la question, cette fois en tant qu’intervenante, de l’articulation entre les savoirs scolaires et les savoirs académiques. J’avais essayé de décrypter un petit peu ce que l’on pouvait aujourd’hui appeler un savoir scolaire et comment les savoirs scolaires véhiculaient d’autres types de connaissances, de postures et de finalités surtout par rapport à d’autres types de savoir académique.

J’ai été moi-même durant quelques années formatrice à l’UFR de Versailles, c’est aussi pour ça que je suis là, et j’ai fait le choix de démissionner lorsque la réforme est arrivée et que j’ai bien compris que rester formatrice dans ce cadre, en tout cas en services partagés c’est-à-dire dans la croyance que l’alternance était quelque chose de positif, à un moment où s’opérait le démantèlement de la formation des enseignants, n’avait strictement plus aucun sens, sauf pour une sorte de valorisation un peu narcissique mais qui ne m’a jamais vraiment intéressée. Par conséquent je suis retournée dans mon établissement et j’ai repris mon service tout en restant évidemment très sensible à cette question de la formation. J’ai donc décidé de faire un petit pas de côté et de m’atteler à cette question en dehors du cadre institutionnel en fondant un collectif qui s’appelle : pour un aggiornamento de l’enseignement de l’histoire-géographie. Ce collectif, comme son nom l’indique, est un peu une tentative de mise à nu de ce qui fait les caractéristiques de notre discipline et de son enseignement, de sorte à pouvoir mettre des mots sur ce qui fonde sa spécificité et de sorte à fournir finalement un support de réflexion sur ce qui fonderait la légitimité d’une formation dans ce domaine. Donc l’aggiornamento est un blog hypotheses.org[1], c’est un carnet de recherche sur lequel il y a de nombreuses contributions qui émanent, c’est notre souhait, à la fois de chercheurs et d’enseignants, comme une sorte de stratégie de reprise en main de notre outil de travail pour montrer qu’il y a sans doute un dialogue à réinventer entre le monde de la recherche et le monde du secondaire et que ce dialogue ne peut être réinventé que horizontalement et non pas verticalement, comme s’il fallait que les enseignants du secondaire s’emparent d’un savoir qui leur serait donné par la recherche. C’est donc un blog dont la finalité est de décrypter ce qui relève de la légitimité d’une formation.

Voilà donc à quel titre je suis ici, mais je n’interviendrai pas véritablement sur la question puisque je vais laisser la parole à mes collègues : d’abord Martine Boudet qui est docteur en littérature et qui interviendra sur le thème des « enjeux culturels, programmatiques et interdisciplinaires de la formation dans le contexte de la mondialisation » ; Emmanuel Brassat ensuite, qui traitera de la problématique de l’école dans le cadre de l’économie de la connaissance. Ce qui est une chose qui nous touche beaucoup en tant qu’enseignant en histoire-géographie, notamment à travers le socle commun des connaissances et des compétences, et la problématique de la manière dont les compétences sont aujourd’hui instrumentalisées à des fins néolibérales ; enfin, je donnerai la parole à Marie Albane de Suremain qui abordera plus spécifiquement la question de la formation des enseignants, à travers l’examen de ses enjeux et perspectives.