Olivier Gosselain : « Slow Science et désexcellence: quelques poches de résistance en Belgique »- 12° séance séminaire_100512

Pour me présenter très rapidement, je suis professeur à l’Université libre de Bruxelles, j’ai une formation d’archéologue, ma spécialisation est plutôt l’ethnographie des techniques et tout particulièrement l’ethnographie de la poterie en Afrique et, jusqu’à il y a très peu de temps, je n’aurais jamais pensé que je me retrouverai ici à parler de politique des sciences. C’est quelque chose qui est tout à fait récent pour moi : je ne suis pas engagé depuis longtemps, comme l’est ma voisine, dans un mouvement ou dans la résistance ; en tout cas pas de manière structurée.

Je viens vous parler aujourd’hui de quelques expériences en Belgique qui tournent autour de la notion de désexcellence et de Slow Science. Je précise que la plus ancienne de ces poches de résistance a émergé il y a moins d’un an. Il s’agit donc de choses tout à fait récentes et j’ai souhaité me focaliser sur l’histoire et la chronologie de l’apparition de ces différentes poches. Je terminerai mon exposé en vous montrant à la fois quelques résultats obtenus en quelques mois, en moins d’un an, qui peuvent être éventuellement encourageants et puis quels sont les problèmes qui se posent maintenant et notamment des problèmes à la fois internes et des problèmes externes.

A propos des « poches de résistance »

Tout d’abord, sur la notion de poches de résistance, je voudrais vous lire un tout petit texte que j’emprunte à un ouvrage de l’historien d’art John Berger intitulé : La forme d’une poche[1], et qui est situé sur la quatrième de couverture. Il dit ceci : « La poche en question est une petite poche de résistance. Une telle poche se forme lorsque deux personnes ou plus se réunissent parce qu’elles sont tombées d’accord. La résistance se fait contre l’inhumanité du nouvel ordre économique mondial. Qui sont ces gens qui se réunissent ? Les lecteurs, moi l’auteur, et ce dont il est question dans ces essais : Rembrandt, les peintres rupestres des cavernes paléolithiques, un paysan roumain, les Égyptiens de l’Antiquité, un expert dans la solitude de certaines chambres d’hôtel, des chiens à la tombée de la nuit et un homme dans un studio de radiodiffusion. Et ce qui est inattendu c’est que nos échanges renforcent chacun d’entre nous dans sa conviction que ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui est mal et que ce qui est dit le plus souvent est un pur mensonge. Je n’ai jamais écrit un livre avec un tel sentiment d’urgence ».

C’est de « poches » dont il va être question, comme dans le texte de John Berger. De personnes qui sont tombées d’accord, de résistance. Si dans son ouvrage John Berger parle du « nouvel ordre économique mondial », dans les poches de résistance qui nous concernent, la lutte se fait contre une idéologie managériale d’inspiration néolibérale.  Quant à l’identité de ces gens qui tombent d’accord et qui rentrent dans la résistance, ce sont avant tout des praticiens, pas des tacticiens. Ce ne sont pas des militants professionnels, mais des membres de la communauté académique, qui vivent dans leurs pratiques quotidiennes une série de problèmes.

Les « réformes-problèmes » de l’université au XXI° s.

Quels sont ces problèmes ? On a d’abord une série de réformes dans les institutions académiques qui ont été mises en place dans le courant des années 1990 et qui trouvent les moyens de leur pleine expression dans les années 2000. L’esprit de ces réformes n’est pas né dans le milieu académique. La forme qu’ont prise ces réformes, leur orientation, ont été développées hors de l’université et hors des secteurs de l’enseignement, par des lobbys et dans toutes sortes de structures, jusqu’à la commission européenne, etc., qui ont finalement généré tout un train de réformes dont l’université a pris le relais.

L’université se trouve dans une situation dramatique depuis le début des années 1970, avec un désinvestissement financier qui suit le choc pétrolier, la massification des étudiants, et une série de problèmes structurels. L’ouverture du marché européen de l’éducation va entraîner une mise en concurrence des universités au tournant du XXIe siècle, avec cette idée que les universités en compétition vont devoir être les meilleures de manière à ne pas disparaître, en tout cas supplanter toutes les autres, en attirant les meilleurs chercheurs, en attirant les meilleurs professeurs, en attirant les meilleurs étudiants. En ce qui concerne les « meilleurs » étudiants, c’est plus de l’ordre de la pétition de principe, parce que le souci des universités est évidemment d’attirer le maximum d’étudiants puisque leurs financements se font au prorata de ce nombre. Et pour cela il faut accroître leur notoriété, accroître leur visibilité, devenir de véritables vitrines. On voit ainsi se mettre en place une obsession pour la communication et, de façon concomitante, une politique managériale qui va sinon renforcer en tout cas permettre, dit-on, à l’université de donner une image extérieure qui soit tout à fait attirante, tout à fait compétitive. C’est dans ce contexte que « l’idéologie de l’excellence » fait son entrée à l’université. Le mot « excellence », qui revient sans arrêt, n’est absolument pas propre au monde académique. Il relève d’une méthode de management qu’on a vu émerger dans le privé au début des années 1980, mais qui a été transférée progressivement dans les services publics d’une façon générale et à l’université en particulier. Elle repose sur une notion d’accroissement constant et illimité de  la qualité (dans un contexte d’hyper-compétition), avec comme corollaire, une évaluation permanente et un souci de gouvernance et de transparence, au nom de la nécessité de rendre des comptes au public – justification numéro un. Une autre idée, que nous vivons de façon très directe, c’est que la recherche et l’enseignement sont au service du développement économique – l’inverse ne semble pas être possible, ni envisageable. Ce qui a de la valeur, c’est ce qui rapporte : c’est évidemment une conception utilitariste de l’université qui se marque aussi par une dérive vers la professionnalisation, manifeste dans les cours et dans les techniques d’enseignement.

Politique managériale et transformation de l’université

Les conséquences de ces transformations s’illustrent parfaitement dans un graffiti que j’avais vu sur un mur et qui figure dans mon article[2]. Il m’a semblé que cette image résumait bien la dérive actuelle du monde académique : « vite », « beaucoup », « mal ». Dans le même ordre d’idée, je reprendrais volontiers la notion « d’erreur radicale et persistante » de Christian Morel, qui dans son ouvrage[3] s’attache à des erreurs techniques, des erreurs de pilotage d’avion, des erreurs de pilotage de bateaux qui conduisent radicalement, et de façon persistante, à l’effet exactement inverse à celui que l’on recherche. Je pense que le monde académique dans ces dernières décennies est rentré dans une erreur radicale et persistante. Je ne crois même pas que ceux qui pilotent toutes les réformes mesurent à quel point ils mettent en place un dispositif qui produit l’inverse exact de ce qu’ils prétendent défendre. On voit se développer une obsession pour les indicateurs d’excellence, au détriment de la production et de la transmission des savoirs. La malhonnêteté scientifique se banalise. Il y a une baisse concrète de la qualité avec, au niveau de la recherche, fraudes, balisage des champs de recherche, formatage des carrières, formatage des profils d’enseignants et de chercheurs, désinvestissement de ce qui ne rapporte pas, ou en tout cas de ce qui ne rapporte pas des résultats immédiats – pour montrer que l’on est un chercheur « de qualité » –, tandis que tout ce qui est implication dans l’université, tout ce qui ne peut pas être médiatisé, tout ce qui ne rapporte pas en termes de CV est fortement désinvesti ou menacé. Dans l’université réelle, on dépense une énergie folle à essayer d’exister et à faire exister une certaine forme d’enseignement et une certaine forme de recherche face à des injonctions managériales, des structures et des politiques de gestion qui sont de plus en plus puissantes et menacent les missions essentielles des universités. De leur côté, « l’université d’excellence », les « centres d’excellence », les « pôles d’excellence », etc., sont des décors de carton-pâte. Comme à Hollywood de la grande époque, on a des machins avec des couleurs chatoyantes, on a des guirlandes qui clignotent, on a des tas de chiffres un peu partout, des colonnes, etc., mais tout cela relève simplement de la communication d’entreprise. Cette vitrine est parfaite pour les sites Web, elle est parfaite pour les prospectus des salons de l’étudiant, et elle est parfaite pour progresser dans les rankings et pour donner l’impression que l’on développe une « bonne gouvernance », mais elle n’a aucun rapport avec la qualité ou les conditions de travail effectives.

Si les réformes faites à travers l’Europe vont majoritairement dans une même direction, elles se sont faites lentement, dans un chaos absolument extraordinaire (pas du tout voulu par le management), et en ordre dispersé. Beaucoup d’universitaires ont mis du temps à prendre la mesure de ce qui était en train de se passer et de ce à quoi conduisaient les transformations. Il y avait d’abord les discours lénifiants qui ont accompagné toutes les réformes – discours qui, je pense, pour beaucoup d’entre eux et pour beaucoup de responsables d’universités, n’étaient pas nécessairement malhonnêtes. Je continue à penser – peut-être suis-je un sombre naïf – que la plupart des présidents d’universités, des « recteurs » comme on dit en Belgique, étaient préoccupés avant tout par la qualité de l’université, par la qualité de vie, par la qualité de ce qui est produit, etc., qu’ils le pensaient vraiment mais que, comme je l’ai dit, ils ont néanmoins contribué à mettre en place une « erreur radicale et persistante. » Les seules voix discordantes que l’on ait entendues lors du lancement des réformes de la fin des années 1990 et du début des années 2000, c’était un peu les voix des « suspects habituels » : certaines factions politiques, certains habitués de la posture critique, à l’intérieur ou hors de l’université, et qu’il était facile de disqualifier. « Le monde était en train de changer, on était face à des défis qu’aucune université n’avait jamais connus par le passé, etc., etc. » Vous connaissez tous ces discours. Il y avait donc des « professionnels de la défiance », des militants qui étaient contre parce qu’ils ont l’habitude d’être « contre » (et c’est bien, ils font jouer à la démocratie, etc.), mais dont les arguments ne pouvaient être entendus face aux nouveaux défis de l’université, plus toutes les personnes incapables de changer parce que « rétives au changement ». Ça c’est le coup habituel : si vous critiquez les transformations qu’on vous impose, c’est que vous êtes incapables de vous transformer ! C’est un discours typiquement emprunté au management.

Les prémices d’une résistance

Pour reprendre une image éculée, nous avons été comme des grenouilles cuites à petit feu dans la casserole et qui ne se rendent pas compte de ce qui se passe. Si on avait été plongé directement dans l’eau bouillante, peut-être que l’on aurait sauté hors de la casserole. Après une décennie de réforme, la mesure concrète de leurs effets a finalement été prise par les acteurs, par les praticiens. Le contexte est mûr. Comme une pinède sèche qui n’attend plus qu’une allumette. Et il y a eu, depuis moins d’un an en Belgique, trois allumettes craquées dans des circonstances différentes, qui ont conduit à un embrasement immédiat. A la  surprise même des personnes qui les craquaient. Et dans des proportions qui dépassaient largement les personnes qui étaient engagées là-dedans.

Alors voilà les trois poches belges, les trois résultats d’un embrasement tout à fait distinct. Ce sont des poches qui, j’insiste, émergent de façon complètement indépendante.

Première poche : « l’affaire Barbara Van Dyck »

Première poche, c’est une affaire qui a été très médiatisée dans la partie néerlandophone du pays, « l’affaire Barbara Van Dyck »[4] comme on l’a appelée, avec assez rapidement l’émergence d’un mouvement Slow Science en Flandre. Le 29 mai 2011, une chercheuse en urbanisme de l’université catholique de Louvain, qui est militante du Field Liberation Movement, qui regroupe des personnes qui militent contre les OGM, participe en tant que citoyenne -c’est un détail important- à une action de destruction d’un champ de patates transgéniques qui appartient à une autre université. Elle-même ne détruit pas le champ, mais parle aux journalistes au bord du champ en expliquant pourquoi il est important qu’il y ait une conscience citoyenne autour de la problématique des OGM. Le 2 juin 2011 elle est licenciée sur-le-champ par son université. Le motif est : destruction brutale de l’outil de recherche d’autrui. Ce qu’on apprend assez rapidement, c’est que le champ de patates transgéniques appartient à la multinationale BASF, que cette multinationale contribue à alimenter une série de laboratoires liés notamment à cette expérience transgénique à l’université de Gand. On a donc des liens assez troublants entre le privé et le public. Et puis il y a cette mise à la porte brutale : mettre quelqu’un à la porte d’une université, sans procédure disciplinaire, est un événement incroyable. Le 6 juin, une pétition est mise en ligne sur le site de ces activistes anti OGM. En quelques jours elle récolte 4000 signatures avec des tas de personnes qui laissent des messages disant : je regrette, je déplore la destruction de la production scientifique d’autrui, je ne suis absolument pas d’accord avec cela, mais je ne suis absolument pas d’accord non plus avec le fait de mettre quelqu’un à la porte d’une université alors que cette personne a participé à une action de contestation politique hors des murs de l’université, en qualité de citoyenne. Qu’est-ce que c’est que cette université qui tout à coup prétend régenter la vie des universitaires hors des murs de l’université ? !

Fin juin 2011, première tentative de déposer la pétition et de défiler devant l’université de Louvain dans ce qu’ils appellent une « procession des toges en colère ». On propose aux académiques de revêtir leurs toges et de prendre part à une manifestation. Mais très habilement, le recteur de l’université de Louvain laisse entendre aux médias belges qu’il n’est pas tout à fait exclu de revenir sur la décision, la procédure ayant été trop rapide puisque le tribunal du travail a été saisi, etc., et qu’ils sont en train d’envisager la réintégration de Barbara Van Dyck dans l’université avec simplement une procédure disciplinaire. La manifestation est suspendue, parce que les gens se disent que cela va être contre-productif. Et les vacances arrivent et bien sûr Barbara Van Dyck reste irrémédiablement mise à la porte avec en plus, cela s’est fait en septembre, un procès maintenant au pénal sous l’imputation d’action de destruction de biens publics en bande organisée. Juste en dessous de la qualification d’actes de terrorisme ! Mais là, cela sort de l’université.

Le 26 septembre 2011 il y a une grosse manifestation qui se passe à Louvain. Dans l’appel à manifester, un message souligne que ce qui est en train de se passer dépasse le cadre individuel. On est là face à une dérive grave de l’université et il faut une mobilisation qui n’est pas simplement autour de cet acte militant contre les OGM, mais qui remet en question l’université, le monde académique en train de se faire sous nos yeux. Ils se structurent, ils ont ce site Internet qui parle de moins en moins d’OGM et plus de questions relatives au fonctionnement du monde académique et ils reçoivent le 13 décembre 2011 la contribution tout à fait notable – et qui va évidemment accroître la visibilité de leurs actions – d’Isabelle Stengers, militante anti-OGM engagée dans ce combat depuis des décennies C’est cet engagement qui fait la connexion avec eux. Mais elle place le débat dans des termes plus larges en faisant un plaidoyer en faveur de la Slow Science[5]. Le 30 mars 2012 ils ont organisé à la Vrij Universiteit Brussel un « workshop Slow Science » qui a réuni plus de 100 personnes, notamment dans une série d’ateliers qui consistait à la fois à essayer de travailler à la rédaction d’un manifeste assez large qui pourrait être signé collectivement et qui en même temps mettait sur la table la question des publications scientifiques et appropriations par des éditeurs privés du produit de la recherche financée par le public et également une réflexion sur la nécessaire implication des universitaires hors de l’université. Actuellement il y a un texte sur Internet, sur lequel tout le monde peut travailler. Voilà une des poches belges, extrêmement active, et essentiellement ancrée dans la partie néerlandophone du pays.

Deuxième poche : La démission d’Annick Stevens

L’autre poche est encore plus proche de nous dans le temps. Fin janvier 2012, une philosophe, qui a un grade équivalent à celui de maître de conférences depuis 2001 à l’université de Liège, donc dans la partie francophone du pays, annonce qu’elle démissionne de l’université. Elle envoie une lettre[6] expliquant ses raisons avec toute une série de constats qui rejoignent ceux que vous avez faits dans ce séminaire, et que nous évoquons ici. Elle poste son texte sur l’intranet de l’université. Tous les membres de la communauté universitaire de l’université de Liège le reçoivent dans leur boîte mail et ils le relayent dans d’autres universités belges et, très vite, hors de Belgique (ce texte va circuler abondamment en France).

Le 4 février 2012 le président de l’université de Liège, sur son propre blog[7], rédige une très longue réponse à Annick Stevens, qui se fait en deux parties. Dans un premier temps il la délégitimise totalement. Il fait une attaque ad hominem, en laissant sous-entendre que si elle n’est plus à l’université c’est peut-être parce qu’elle n’avait pas un profil particulièrement extraordinaire et d’autre part que sa démission, qui semble être un acte très fort, n’en est pas un car c’est pour des convenances familiales qu’elle a choisi d’aller s’installer à Marseille. Elle avait donc le projet de quitter l’université et c’est ce qui lui a servi de prétexte pour écrire cette lettre. La deuxième partie est assez entortillée et peut se résumer ainsi : je ne peux pas dire que tout ce qu’elle dit est faux, mais la manière de le dire est indigne. Et puis ces critiques sont peut-être valables pour d’autres universités, mais chez nous, à l’université de Liège, on a fait ceci, cela etc., et c’est mieux qu’ailleurs.

La transformation de l’affaire en poche de résistance se passe en deux temps. Sur le blog du président d’université, où figure la réponse à Annick Stevens, toute une série de témoignages vont dans son sens : « Merci monsieur le président », « Enfin ! il fallait bien répondre à cette trublionne », « Qu’est-ce qu’elle s’imagine ? » etc. ça, c’est un premier paquet de réactions. Le président annonce d’ailleurs qu’il ne poste pas tous les messages, mais qu’il a reçu des dizaines de messages mail qui vont tous dans le même sens. Et puis il y a d’autres membres de la communauté universitaire qui commencent à ouvrir le débat sur ce blog, à parler de choses dont on n’aime pas parler dans les universités, à mettre en cause certaines des défenses du président : ça devient véritablement une tribune. Deux ou trois jours après, le président annonce qu’il clôture cette discussion parce que ce n’est pas le but de son blog, que c’est son blog et qu’il a encore le droit de décider ce qui est dessus, etc.

Les premières personnes à réagir en faveur d’Annick Stevens sont devenues les chevilles ouvrières d’un mouvement qui se met en place avec l’ouverture d’un blog – cela devient une démarche classique -, intitulé : « Université en débat[8] ». Une série de connexions se font très rapidement avec d’autres mouvements, notamment le mouvement Slow Science qui a déjà émergé à ce moment-là en Flandre et avec le site de Joël Candau sur la Slow Science[9], et puis l’Appel des appels[10]. Ils ont travaillé à la rédaction d’un « Manifeste pour des universités à la hauteur de leurs missions »[11] qui reprend une série d’idées et de critiques qui se trouvent déjà dans la lettre d’Annick Stevens et qui en même temps mettent bien en avant les menaces qui pèsent sur les trois grandes missions de l’université et la manière dont ils envisagent d’y faire face. Ce manifeste a été mis en ligne et a récolté plusieurs milliers de signatures. La volonté clairement affichée dans cette poche de résistance est d’entamer un large mouvement d’actions et de débats autour du futur des universités. Des actions sont prévues pour la rentrée dans plusieurs universités belges.

Troisième poche : les « Désexcellents »

Dernière poche de résistance – plus difficile à évoquer rapidement, puisque j’en fais partie – c’est celle des « désexcellents » de l’Université libre de Bruxelles.[12] Voilà comment ça a émergé. On a eu, entre 2003 et 2009, un projet de recherche transdisciplinaire réunissant sept à huit chercheurs permanents et des étudiants en mémoire ou en doctorat  qui se voyaient pendant toutes ces années à raison d’une à deux fois par mois, sur un mode informel, en discutant de choses et d’autres. C’était une communauté qui était très unie, avec des liens d’amitié entre ses membres. L’expérience a été extrêmement enrichissante. On a eu en même temps, à ce moment-là, le sentiment que ce qu’on faisait n’était plus exactement ce qu’on nous disait de faire. Beaucoup de choses semblaient contre-productives. Et puis, il y a un peu plus de deux ans, le centre de recherche dans lequel je travaille a été soumis, comme tous ceux de la même faculté, à une évaluation externe. Les deux responsables de la commission d’évaluation étaient des hollandais austères, tout droits sortis d’une peinture du XVIIe siècle. Pas le genre de gens aimant rigoler ou valorisant le côté informel des activités de recherche. En préparant cette évaluation, on avait déjà été confrontés à la bêtise incommensurable des choses qu’on nous demandait d’évaluer et des outils d’évaluation. Et puis, lors de la restitution, on a été confronté à une brutalité étonnante dans les échanges. La seule chose qui intéressait les évaluateurs, ce n’était pas le contenu scientifique de nos recherches, c’était leur visibilité. Comment accroître la visibilité ? Il y a eu aussi l’épisode dont je parle dans l’article, lié à une phrase de notre rapport où nous avions dit que, pour notre équipe, l’une des choses essentielles dans la recherche, c’était le « plaisir » et la « créativité ». Cela correspondait tout simplement à l’idée que nous avions de notre activité. Si vous retirez le plaisir et la créativité de la recherche, qu’est-ce qui reste ? Et là, très brutalement, ils nous ont dit : « On vous donne une chance, vous pouvez retirer ces termes. Vous allez en mettre d’autres parce que ceux-ci ne sont pas sérieux ». D’après eux, nous nous moquions d’eux en employant des termes comme cela !

Emergence d’un engagement contre le « management de l’excellence »

J’ai ruminé cet épisode pendant tout un temps. Cela m’a vraiment travaillé. Et dans ce cas qu’est-ce que l’on fait ? On est habitué à écrire, c’est notre métier. Et il se fait qu’un collègue lançait une revue d’ethnologie européenne[13] et m’avait dit : « Cela fait des mois que tu nous bassines avec tes histoires de désexcellence. Ce sont de chouettes idées, pourquoi est-ce que cela reste entre nous ? Fais un texte, publie ça ! » C’est comme ça que je l’ai écrit, en juillet 2011. Je l’ai envoyé à quelques collègues et notamment à des collègues français et puis je suis parti en vacances. Et quand je suis rentré, ma boîte mail était pleine de messages. Des gens, que je ne connaissais absolument pas me disaient des choses formidables, partageaient des expériences qui étaient fortes et parfois vraiment dures, particulièrement dans les sciences exactes, alors que je connaissais moins ce qui se passait dans les autres facultés. Un physicien m’a dit : envoyez ça à Paul Jorion, c’est le genre de choses qu’il publie sur son blog. J’ai donc envoyé ce texte qui a été publié très rapidement, ce qui a entraîné un surcroît de notoriété.

L’exutoire ne pouvait pas rester simplement un exutoire, il y avait beaucoup de questions de collègues proches et moins proches qui disaient : et maintenant ? On est tout à fait d’accord, mais qu’est-ce qu’on fait concrètement ? Une série des membres de l’ancienne équipe de recherches a repris du service : on s’est remis ensemble. Et puis d’autres personnes, avec lesquelles il y avait eu des échanges parfois anciens, sont venues aussi. On s’est dit : on fait un petit groupe comme ça, d’abord pour parler de nos expériences. Au début, on a pratiquement fonctionné comme les Alcooliques anonymes. Chacun disait : « eh bien voilà, j’ai un problème, je reconnais que j’ai un problème, qu’on a un problème, je le mets sur la table. » Et en parler aux autres, cela fait déjà un bien incroyable : « je ne suis pas tout seul, il y en a d’autres qui sont déjà passés par là, il y en a même qui peuvent envisager certains remèdes, ou en tout cas une certaine forme d’aide par rapport à certaines choses concrètes etc. » Cela a été ainsi dans un premier temps et puis deux pistes de réflexion ont émergé. On s’est rendu compte, en suivant les mouvements autour de nous, qu’une bonne partie de la réflexion Slow Science concernait avant tout la recherche : on parlait beaucoup de sciences citoyennes, ce qui est évidemment indispensable, beaucoup de la fabrique de la recherche et de la fabrique du savoir, mais finalement assez peu de l’enseignement, qui restait dans l’angle mort. Il en était question parce qu’on était à l’université, mais la pédagogie, par exemple, n’était pas mise sur la table. La question de savoir comment on transpose dans l’enseignement des idées propres à une recherche de qualité, idées qui sont politiques, comment on fait surgir, dans un cours, quelque chose que l’on s’efforce de faire surgir dans la recherche – tout cela n’apparaissait pas, ou de façon très périphérique, dans les réflexions Slow Science. Ce constat a été une des premières choses qui a vraiment cristallisé nos réflexions et les a orientées. L’autre constat, qui était un des points d’accord de départ entre nous, était de se dire : on ne peut pas simplement regarder ce qui se passe en pensant que la faute revient uniquement à d’autres – les bureaucrates, le management, les présidents d’université, les lobbyistes, etc., – tandis que nous serions tous vertueux, de bons scientifiques, etc. On a une responsabilité collective. Ce n’était certes pas des idées que l’on voulait voir se développer dans l’université mais on a malgré tout participé à leur développement, ne serait-ce que par une attitude passive. On critique des mesures prises par d’autres, très bien. Mais la question est aussi de savoir ce que nous avons fait concrètement pour tenter de les empêcher. C’est l’idée sur laquelle on revient toujours : pour mener cette lutte politique dans l’université, il faut commencer par se transformer soi-même. C’est sur soi qu’il faut agir avant d’envisager une action de transformation collective. S’il n’y a pas une transformation, s’il n’y a pas, d’une certaine manière, mise en danger de soi, on peut continuer à parler pendant peut-être des décennies, mais concrètement rien n’aura bougé. C’est ce qui nous décidé à entreprendre la rédaction d’une charte, qui engage les signataires au-delà du principe de la pétition. C’est sans doute un pis-aller par rapport aux processus de transformation auxquels nous sommes confrontés. On ne pense pas que cela puisse régler tous les problèmes, mais au moins cela offrira un balisage: « voilà une série de choses que, en tant que « désexcellent », adepte de la Slow Science, ou personne simplement préoccupée par la qualité véritable de l’université et de l’enseignement, je m’engage à ne pas faire. Voilà ce à quoi je m’oppose. Voilà par contre ce que je fais pour essayer d’inverser la tendance. » Cette charte doit évidemment être modulable, puisque les statuts sont extrêmement diversifiés dans l’université (ce qui s’oppose d’ailleurs aux actions collectives et syndicales dans l’université). Nous en avons présenté une version martyre lors de notre « 1ère journée de la désexcellence », le 27 avril 2012[14]. La présentation a suscité des discussions extrêmement riches, mais a également soulevé une série de problèmes de contenu. Nous travaillons maintenant à une nouvelle


[1] John Berger, La forme d’une poche, Fage Editions, 2004

[3] Christian Morel, Les Décisions absurdes : Sociologie des erreurs radicales et persistantes, Gallimard, 2002