Michel Barthélémy : « Regards croisés sur l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche »- présentation 13° séance-240512

La dernière séance du séminaire « politiques des sciences » de l’année universitaire est consacrée au thème de l’évaluation dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Lorsque nous avions programmé cette séance, nous ne savions évidemment pas qu’elle rencontrerait une actualité incarnée par la première Coordination nationale des établissements universitaires et scientifiques (CNESU-1) qui s’est tenue le 21 mai dernier[1]. En effet, l’un des points en discussion porte précisément sur la mise en cause du bien–fondé de l’évaluation quadriennale des enseignants-chercheurs décidée par le gouvernement précédent. Cette mesure est considérée comme une atteinte potentielle à la liberté académique et à l’autonomie professionnelle des universitaires. Ladite évaluation a été conçue comme un élément permettant la modulation de service des universitaires. Rappelons que cette dernière, laissée à l’entière discrétion du président d’université, lui donnait en principe toute latitude pour moduler le temps consacré par les enseignants-chercheurs à l’enseignement et notamment à la hausse pour ceux dont le résultat de l’évaluation aurait montré un engagement jugé insuffisant dans les activités de recherche. La logique qui prévaut à l’instauration de vases communicants entre activités d’enseignement et de recherche a été et demeure l’objet de nombreuses critiques. Dans certains cas, ce peut-être le principe de l’évaluation systématisée des personnes qui en est la cible, à travers la suspicion généralisée – de ne pas faire son travail ou de ne pas le faire correctement – qu’elle érigerait en règle. Ce qui aurait pour conséquence de déresponsabiliser les professionnels en mettant en cause leur capacité à s’autoréguler et à s’organiser localement et au quotidien selon des manières appropriées aux caractéristiques, besoins et fins des activités qui sont les leurs. C’est un point défendu par l’ouvrage collectif intitulé La folie Evaluation[2]  et dont le point 2 de l’Appel du 23 février[3] 2012 sur les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche du précédent quinquennat tire la conclusion en réclamant la suppression de la réforme instituée par le décret du 23 avril 2009, modifiant le décret statutaire.

Pour ce qui concerne le présent séminaire, et pour s’en tenir à cet exemple particulier, l’instauration de la modulation de service des universitaires sinon comme résultant nécessairement d’une évaluation censément objective mais du moins comme semblant être suffisamment justifiée par elle lorsqu’elle se produit, soulève plus largement l’attention sur la manière dont des dispositifs de contrôle sont utilisés pour servir d’appui à des mesures de sanction. Qu’elle soit dite positive ou négative, elle n’en affecte pas moins les conditions d’exercice de l’activité de membres d’une communauté professionnelle : une évaluation positive pouvant conduire à une décharge d’enseignement, une évaluation négative légitimer un accroissement de celle-ci.

La question de l’évaluation quantitative et celle du rapport entre évaluation et autonomie professionnelle seront abordées au cours des deux interventions de cette séance. La première examinera le dispositif duel d’évaluation des universitaires tel qu’il se met progressivement en place en Italie, tantôt qualitatif tantôt quantitatif, selon un critère disciplinaire – Sciences dures ou SHS – ou territorial – échelon local ou national. La seconde adoptera une perspective qui envisage l’évaluation non pas comme la simple transposition dans des domaines liés au service public (la recherche, l’enseignement, l’hôpital, etc…) de logiques managériales associées à l’idéologie néolibérale, mais comme la conséquence de la montée progressive dans nos sociétés d’une posture de méfiance à l’égard des experts et spécialistes de toutes sortes ; une attitude pouvant favoriser la mise en place de dispositifs de contrôle social susceptibles de porter atteinte à leur autonomie professionnelle en ignorant ce que leurs activités peuvent avoir de spécifique.

Il me reste à présenter nos invités. Massimo Vallerani, est médiéviste à l’université de Turin et actuellement invité par Simona Cerutti et Jacques Chiffoleau au Centre Interuniversitaire d’Histoire et d’Archéologie Médiévales de l’EHESS. Il interviendra sur le thème « Évaluation et financement de la recherche universitaire en Italie, entre critères quantitatifs et jugements arbitraires » – il a du reste publié récemment dans la revue L’indice des bilans critiques autour de la mise en place de l’évaluation dans les universités italiennes. Notre deuxième invité, Florent Champy, est sociologue des professions au Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron à l’EHESS. Outre la 2° édition de son manuel La Sociologie des professions, paru aux PUF en 2011, il a publié la même année chez le même éditeur un ouvrage intitulé Nouvelle théorie sociologique des professions et également un chapitre d’ouvrage : « Pourquoi il faut défendre l’autonomie professionnelle, et comment », in Mas Bertrand, Pierru Frédéric, Smolski Nicole et Torrielli Richard (ed.), L’hôpital en réanimation, Paris, Editions du Croquant, coll. « Savoir/agir », 2011, p. 259-268. Il traitera de la question de l’articulation entre « évaluation et autonomie professionnelle », en prêtant une attention particulière aux professions à forte teneur intellectuelle et à pratique prudentielle, selon ses termes, dont font notamment partie les métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche.


[2] Alain Abelhauser, Roland Gori, Marie-Jean Sauret (sous la direction de), La folie Evaluation, Editions Mille et une nuits, 2011.