Michel Blay - Genèse du CNRS- L"université et la recherche en questions"- 10° séance du séminaire-220312

10 août 2012
Par

Tout a été dit si je puis dire sur l'université, donc je ne parlerai absolument pas de l'université, mais je parlerai essentiellement d’un organisme, le CNRS, qui souvent n'est pas très bien connu y compris dans l'histoire de sa genèse[1]. Or celle-ci reflète des politiques et des politiques que l'on retrouve encore aujourd'hui. Un chiffre pour commencer : le CNRS représente 30 000 personnes dont 15 000 chercheurs et 15 000 ingénieurs et techniciens. C'est donc une grosse maison avec un nombre considérable de laboratoires, pour l'essentiel les laboratoires du pays sont des laboratoires du CNRS. Il s'agit maintenant de laboratoires mixtes avec l'université mais ils ne l'ont pas toujours été et cela aussi c'est l'histoire d'une politique.

Le CNRS est le résultat d'une politique de la recherche, ce n'est pas quelque chose qui va de soi ni qui s'est mis en place simplement. Aujourd'hui on parle de politique de la recherche et on pense que c'est une évidence : il faut une politique de la recherche. On a passé des décennies sans qu'il y ait la moindre politique de la recherche. À la fin du XVIIe siècle, Fontenelle, le président de l'Académie royale des sciences, dans son texte de présentation du premier volume de l'académie publié en 1702 souhaitait que l'État s'occupe enfin de la recherche. Il n’employait pas le mot « recherche », mais il demandait que l'on puisse faire collectivement des travaux, enfin que l'on s'y mette ! Alors les choses ont traîné un peu et je vais essayer d'historiser cette histoire de la recherche qui permet d'avoir une perspective sur des débats d'aujourd'hui, parce que sans cela on n’en perçoit pas toujours bien la portée. Les débats d'aujourd'hui sont fortement politisés parce qu'ils sont inscrits aussi dans la politique des pouvoirs en place, et le CNRS a à voir avec les pouvoirs en place beaucoup plus souvent que nécessaire à mon avis, mais c'est comme cela.

Pour vous donner une petite idée je vais vous indiquer quelques dates et vous verrez que l'histoire de la politique de la recherche est compliquée et pourquoi aujourd'hui la mettre en cause est quelque chose d'assez grave.

Genèse d’une politique de la recherche en France

Les « caisses » de la recherche

La première fois que l'on s'est intéressé à la politique de la recherche en France, c'est en 1901. On a créé une fondation qui s'appelait la caisse des recherches scientifiques. Il faut faire très attention aux mots : il s'agit d'une « caisse » pas d'un centre. Une caisse, c'est-à-dire que l'on va chercher de l'argent à la caisse, c'est donc un distributeur d'argent. Cette caisse a été fabriquée à l'initiative d'un sénateur, Jean-Honoré Audiffred, qui a eu de grandes difficultés à réaliser ce projet qui concernait essentiellement la recherche médicale et biologique, les laboratoires n'avaient pas d'intérêt là-dedans. C’est une première institution. Cette caisse fonctionnera jusqu'en 1935. L'argent que l'on pouvait récupérer auprès d'elle était très maigre.

En septembre 1930, on crée de nouvelles institutions : la caisse nationale des lettres, qui sera supprimée en 1935, ainsi que la caisse nationale des sciences, destinées à encourager les travaux littéraires et scientifiques. Ces caisses sont pourvues de l'autonomie financière et ont toujours très peu d'argent, mais il y a quelque chose de très important, c'est que l'on crée simultanément une caisse nationale des lettres et une caisse nationale des sciences. Il faut bien voir que d'entrée de jeu, dans la politique de recherche que l'on essaye de mettre en place, il y a toujours la considération des lettres ou des humanités ou des sciences humaines conjointement aux autres sciences. C'est-à-dire qu'il n'y a pas l'un ou l'autre, les deux marchent ensemble. On n'a pas l'idée de privilégier absolument un côté plutôt que l'autre. C'est une affaire importante à signaler. À partir des années 30 c'est à ce moment que Jean Perrin, qui va jouer un rôle très important dans toutes ces affaires, va développer une activité nationale tout à fait importante pour développer la recherche. Il est vrai qu'à cette époque-là la recherche, en particulier en physique, rencontre des difficultés par rapport à ce qui se passe en Allemagne et il serait temps de faire quelque chose, c'est-à-dire de faire en sorte que les savants ne vivent pas nécessairement dans la misère. Et la première chose à laquelle il arrive c'est, par un décret du 21 janvier 1933, la création d'un conseil supérieur de la recherche. C'est une sorte de structure archéologique, parce que ce conseil supérieur de la recherche, qui comprend peu de chercheurs mais est composé de huit sections : six de sciences et deux de sciences humaines, compte à peu près 120 membres. Cela ressemble plus à ce qu'on appellera plus tard le comité national de la recherche scientifique. Mais pour le moment, et ce qui est aussi très intéressant à remarquer, c'est que nous sommes en 1933, et il va de soi que les membres de ce conseil doivent être élus ou nommés. Ce que je pense, c'est qu'un des vrais problèmes de la recherche c’est : comment se débarrasser des élus ? Et vous verrez que l'histoire est conditionnée par cela. Aujourd'hui on y parvient de mieux en mieux d'ailleurs, mais cela a été un effort continuel et l'image de la recherche a tourné autour de ces questions qui sont des questions à mon avis tout à fait essentielles.

Les prémisses d’une politique de la recherche

Par un décret du 30 octobre 1935 on rassemble en une seule unité la caisse des recherches scientifiques et la caisse nationale des sciences, ces deux caisses qui avaient été créées en cours de route, et on obtient un seul établissement qui s'appelle la caisse nationale de la recherche scientifique, dont l'acronyme est CNRS mais qui n'a rien à voir avec le CNRS puisque c'est une caisse. Disons que c'est ce qu'on appellerait aujourd'hui une agence de moyens. C'est le retour du même. Cette caisse commence à avoir un rôle plus important puisqu'elle a des crédits spécifiques qu'elle va donner aux laboratoires. C'est-à-dire que simultanément se met en place l’idée qu'il pourrait y avoir une politique de la recherche autre que d'aller toucher un peu d'argent à droite et à gauche. C'est le décret du 29 mai 1936 qui provoque un premier virage parce que cette caisse nationale de la recherche scientifique se voit pourvue d'un certain nombre d'attributions. C'est la première fois qu'un organisme se préoccupe de recherche, l'université n'est pas du tout concernée par toutes ces affaires-là. Du reste ce processus est engagé parce que les pouvoirs publics considèrent qu'il n'y a pas de recherche à l'université. Le but de cette caisse est de stimuler la recherche et le progrès des connaissances. Cela change déjà de perspective : délivrer des bourses et des allocations personnelles, participer aux frais des travaux et des bâtiments en particulier, aider au développement des laboratoires-on va donner de l'argent pour favoriser des recherches : on voit apparaître à ce moment-là les premiers laboratoires et en particulier le laboratoire de Joliot. La caisse va fournir des subventions pour les missions, pour les publications permettant de développer une véritable politique de publication, et puis aussi des subventions pour aider les savants et leurs familles dans le besoin. C'est un point qui va être récurrent : le savant est dans le besoin.

Cette extension de la politique de la recherche coïncide avec les deux ministères de Léon Blum et la création d'un sous-secrétariat à la recherche. On voit bien se dessine une politique de la recherche quand l'État, comme le disait déjà Fontenelle, le souhaite, quand il veut quelque chose et quand en même temps il introduit un peu de démocratie dans la constitution des organismes. Le premier ministère Blum a duré du 5 juin 1936 au 23 juin 1937, et les sous-secrétaires d'État successifs ont été dans l'ordre : Irène Joliot-Curie et Jean Perrin. Pour le deuxième ministère Blum, du 14 mars au 11 avril 1938, c'est Jean Perrin qui a occupé la fonction de sous-secrétaire d'État à la recherche. On a deux savants de renom international qui sont sous-secrétaires d'État et qui mettent en place la politique de la recherche. À ce moment là on voit une augmentation considérable des crédits et en même temps une augmentation de ces crédits qui coïncide avec une politique de grands travaux pour résorber le chômage. On peut constater que ce sont toujours les mêmes politiques qui reviennent, à cette nuance près que dans ce cas l'argent était vraiment versé, ce qui fait une différence.

Cette idée de construire une recherche était liée aussi à une idée de formation et de culture scientifique au sens le plus noble du terme et y compris de conservation d'un patrimoine scientifique, c'est-à-dire qu'en 1937 on crée dans le cadre de l'exposition internationale le palais de la découverte, c'est Jean Perrin qui en est l'instigateur. C'est une politique complète, c'est-à-dire que les gens qui suivent des cours et qui ne peuvent pas continuer vont au palais de la découverte où ils vont pouvoir y obtenir une formation. Le palais de la découverte n'est pas un lieu de divertissement comme la Cité des Sciences maintenant et La Villette, c'est un lieu où l'on fait de la science.

Toute cette partie là concerne ce qu'on appelait à l'époque la science pure, et ce qu'on appellerait plutôt aujourd'hui la science fondamentale ou la science libre et non fléchée. Corrélativement se sont développées les sciences appliquées. En 1922 on crée l'Office national des recherches scientifiques et industrielles et inventions. Il est dirigé par un certain Breton. Il va se trouver situé à Meudon-Bellevue sur un lieu qui avait été précédemment occupé par un grand restaurant avec vue sur Paris puis ensuite qui a été un château occupé par Isadora Duncan. Ce château va disparaître et laisser la place aux premiers grands groupes des laboratoires du CNRS. Ce qu'il est toujours. Et en particulier se trouvera là le fameux gros aimant d’Aimé Cotton qui permettra tous les développements de la physique à cette époque-là. La démarche de recherche de cet office des recherches scientifiques s'apparentait un peu au concours Lépine au sens où elle avait assez peu à voir avec la recherche telle qu'on l'entend, c'est-à-dire que l'on travaillait sur la machine à laver et sur d'autres recherches du même genre. C'est pour cela que jusqu'en 1980 le CNRS a eu partie liée avec les arts ménagers ! Et cela finançait une partie des recherches. On a publié un ouvrage sur le sujet intitulé rêve de savants.

Naissance du CNRS

À l'automne 1939 il y a donc deux organismes qui existent : le service central de la recherche scientifique ou la caisse nationale de la recherche scientifique pour les sciences dites pures et d'autre part le centre national de la recherche scientifique et appliquée, c'est-à-dire les laboratoires de Bellevue. Ce sont ces deux organismes que l'on rassemble et que l'on fait fusionner en un seul en octobre 1939 pour fabriquer le centre national de la recherche scientifique. À ce moment-là le centre national de la recherche scientifique a deux directeurs, l'un pour les sciences pures, qui est Henri Laugier, et un autre pour les sciences appliquées, qui est Henri Lonchambong. Les fonctions du CNRS sont précisément définies, elles resteront jusqu'à aujourd'hui les mêmes ou à peu de choses près :

- faciliter la recherche scientifique par l'octroi d'allocations aux personnes, par le recrutement et la rémunération des aides techniques et des chercheurs : c'est-à-dire que l'on forme un centre, un centre qui n'est plus une caisse, c'est un centre qui recrute du personnel. Toutes les politiques que nous connaissons actuellement qui consistent depuis au moins les deux dernières décennies à transformer le centre en agence de moyens, signifient un retour à la caisse d'avant 1936, ni plus ni moins. C'est simplement un recul. On peut appeler cela une « modernisation », en fait c'est ce que l'on avait avant ;

- créer ou étendre certains laboratoires publics ou privés de recherche scientifique pure ou appliquée : d'entrée de jeu le CNRS créé est aussi bien du côté du public que du côté du privé, avec des réserves, mais il participe à l'ensemble de la politique de recherche française en donnant de l'argent ;

- provoquer, encourager et coordonner les recherches spécialement pour la défense et l’économie nationale : nous sommes en octobre 1939, la guerre a commencé ;

-aider les savants et les familles en position difficile ;

- préparer la mobilisation scientifique et donner des subventions pour les missions, les séjours, les publications etc.

Et ainsi, le CNRS est créé qui comprend plusieurs laboratoires.

Que va-t-il se passer après ?

Deux moments importants sont à distinguer. D'abord celui de la guerre et puis le moment de la libération. Alors effectivement j'ai publié un petit livre : Quand la recherche était une république[2]. C'est le moment de la Libération. Mais avant la Libération le CNRS était là puisqu'il date de 1939. Que s'est-il passé entre 1940 et 1944 ? Je traiterai de cette question dans le prochain livre qui paraîtra à l'automne 2012. J'ai fait ce choix parce que le premier ouvrage permettait de dire ce que pourrait être la recherche : une république, parce qu'elle a existé, elle a fonctionné, elle a construit la science d'après-guerre. Mais pourquoi était-il nécessaire d'avoir une politique de la recherche sous forme de république ? Qu'est-ce que ça signifie ? Ça signifie qu'en juillet 1940 c'est le gouvernement de Pétain, le 10 juillet 1940, c'est l'État français qui commence. Alors quid du CNRS là-dedans ? Tous ces gens et en particulier les universitaires détestaient le CNRS au-delà du raisonnable. Avant même que le CNRS soit créé, les universitaires s'y opposaient de façon absolument radicale. Violemment. Après il a toujours été considéré comme un foyer de gauche. En fait les deux pères fondateurs sont Jean Perrin d'un côté et, de l’autre, Jean Zay, le ministre de l'éducation nationale de Blum, qui a été assassiné par la milice en 1944.

Le CNRS dans la guerre

En juillet 1940, Pétain choisit Charles Jacob pour prendre la direction du CNRS. C'est un ennemi farouche de Jean Perrin. Il est opposé aussi à tous les « débats qui ne servent à rien », à toutes ces assemblées, à tous les comités  « inutiles » et qui ne font que retarder l'exercice du pouvoir. La question que l'on se pose est de savoir si la raison de sa nomination n'était pas de lui confier la tâche de supprimer le CNRS. C'est toujours pareil : la droite arrive, va-t-elle ou pas supprimer le CNRS ? C'est régulier, tous les 10 ans à peu près c'est la même logique. Eh bien non, pour deux raisons : d'une part parce qu'il fait un rapport extraordinaire sur l'état de la recherche en France, un excellent rapport, c'est un vrai technocrate. Il pense donc qu'il faut garder le CNRS, qu'il est tout de même très utile. D'autre part ça va lui servir de tremplin pour lui permettre de devenir ministre parce qu'il avait envie de remplacer Laval. Ce qui est intéressant c'est la manière dont il va organiser le CNRS. Sa principale activité va consister à supprimer tous les conseillers, tous les chargés de mission, tout absolument tout ce qui a vocation démocratique et il va les remplacer par de « vraies commissions », comme il le dit si bien, c'est-à-dire des commissions nommées par le ministre. Il ne reste plus au CNRS qu'un conseil d'administration nommé par le ministre, sans aucun élu, sans aucun représentant des personnels. Ce conseil d'administration était composé par toutes les sections disciplinaires qui comprenaient en général entre 15 et 20 membres chacune. Jacob les réduit à cinq membres tous nommés aussi par le ministre. Lui-même pense qu'il doit siéger dans toutes les commissions pour être sûr que tout va se passer convenablement. Je pense que là c'est un modèle qui nous rapproche d'un certain nombre de choses que l'on a créées récemment. D'un certain point de vue, on est sur la bonne voie ! L'ANR ne comprend aucun élu, l'AERES non plus et dans les fameux Idex il n'y aura pas d'élus non plus puisqu'il y aura un tel filtre pour arriver en haut qu'il n'y en aura pas. On retrouve là une structure qui a été très pertinente, qui a duré quatre ans. À l'occasion de la première réunion du conseil d'administration du CNRS l'un des objets importants a été de remarquer que, enfin, il n'y avait ni juif ni membre de sociétés secrètes dans l'organisation du CNRS ! On constate aussi qu'il n’y a pas un mot de sciences dans ce conseil d'administration. On ne parlait que des choses importantes !

Le CNRS à la Libération… et au-delà

Que va-t-il se passer en 1944 ? Le jeu est toujours le même, c'est-à-dire que dès le 20 août 1944 Joliot est nommé à la direction du CNRS. À cette date Paris est à feu et à sang. Charles Jacob est démis de ses fonctions. Se met en place immédiatement une politique opposée à celle qui a eu lieu précédemment. C'est-à-dire que comme le dit fort bien dans l'un des débats Joliot : « M. Jacob avait tendance à penser que la science et la recherche se faisaient en allant du haut vers le bas, je pense qu'il faut aller du bas vers le haut ». À partir de ce moment il rassemble tous les chercheurs qui sont là à l'époque, et on fait des réunions continuelles pendant lesquelles on débat. Cela donne l'idée de ce que des savants rassemblés, lorsqu'on leur laisse la liberté de parole, ont comme idée pour organiser la recherche. Je dois dire que ça, c'est absolument fascinant. On peut les comparer à des Assises, d'un certain point de vue, mais qui ont duré un an puisque le décret final de constitution du CNRS est pris au mois de novembre 1945 ; c'est le décret définitif de constitution du CNRS.

Mais ce décret constitue un CNRS qui a assez peu à voir avec celui d'aujourd'hui si l’on considère en particulier ce qui est l'un des débats essentiels qui nourrit en général la vie du CNRS, et qui concerne le statut de ce qu'on appelle le comité national de la recherche scientifique. Aujourd'hui, il constitue un comité que je dirais rétréci dans ses fonctions. Ce qui s’est opéré d'année en année, et sur 50 ans on est arrivé tout de même à les diminuer considérablement, pour n'en faire plus qu'une espèce de lieu d'évaluation des chercheurs, puisque même les équipes ne sont plus évaluées par le comité national mais par l'AERES. Or ce comité national avait vocation à superviser l'ensemble de la recherche française, y compris la recherche universitaire. Cette assemblée de personnes qui au début ont été cooptées parce que, à la Libération, il était difficile qu’y prennent part des gens qui auraient pu être négativement marqués par leur activité sous le régime précédent. Dès 1946, ils seront élus. Ce comité est une assemblée de 350 personnes délibérantes, c'est-à-dire que c’est la communauté des chercheurs - que l'on appelait alors des travailleurs de la science  - et des enseignants qui est réunie et qui définit une politique de la recherche. Cette assemblée élit le conseil d'administration et ce conseil élit un président qui est le président du CNRS. C'est pour ça que dans ces fameux débats un chimiste dit un moment à Joliot : « mais vous nous mettez en république ! » Et Joliot de répondre : « mais oui c'est évidemment comme ça que l'on doit fonctionner » parce que ce que pense Joliot c'est que cela ne peut être que comme ça que la science, y compris les humanités, conservera toute sa dignité. Nous ne sommes pas là pour aller quémander de l'argent, nous sommes là pour proposer du travail à faire, ce qui est complètement différent. C'est-à-dire la volonté de dignité de ce qu'est un professeur, de ce qu'est un enseignant, de ce qu'est un chercheur, est absolument centrale et je trouve qu'aujourd'hui cette dignité et un peu réduite et pas prise au sérieux. D'ailleurs, dans ces textes, il y a un passage tout à fait intéressant de Joliot où il dit : « écoutez, comprenez-moi bien, nous sommes tous réunis ici, on est en septembre 1940. Si une bombe tombait à cet endroit, ce serait une catastrophe, nous serions tous morts. Si elle tombait sur le gouvernement, ça n'a pas d'importance, on les remplacerait ». Je ne pense pas qu'aujourd'hui on dirait la même chose, or je pense qu'il n'avait pas absolument tort. Et surtout il disait : vous êtes là, c'est vous la force de reconstruction de la France, c'est vous qui ferez de la France qu'elle ne soit pas une « colonie ». Par conséquent il met l’accent sur l'indépendance nationale, ce qu'il appelle la force de recherche scientifique, la dignité et en même temps il s’efforce d’instaurer une chose qui ne se fera pas ou très difficilement, à savoir : la nécessité d'un enseignement donné par la nouvelle structure du CNRS, c'est-à-dire un enseignement post-licence (les études à l'université allaient alors jusqu'à la licence) pour préparer les gens à travailler dans des laboratoires de recherche.

Donc toute cette structure se met en place, c'est une structure qui va globalement perdurer. Les laboratoires sont créés. À partir des années 70 ces laboratoires seront mixés avec des laboratoires universitaires, il y aura un rapprochement parce que, à l'époque, on souhaite l'absolue autonomie du CNRS, ce sont des fonctions et des missions différentes. Après on rapproche les laboratoires, je trouve que c'est plutôt une bonne chose, l'affaire continue, mais ce qui disparait c’est évidemment le pouvoir délibérant d'une assemblée de savants de toutes les disciplines susceptibles de vraiment dire ce qu'il en est de la politique scientifique. J'ai même vu disparaître ce qu'on appelait au CNRS les rapports de conjoncture, c'est-à-dire là où les chercheurs disaient : voilà ce qu'il faut développer et de quelle manière il faut le développer. Maintenant, cela n'a plus d'intérêt, le ministère dit tout ce qu'il faut faire. De ce fait, il ne se fera bientôt plus rien.


[1] Cette transcription n’a pu être révisée par l’auteur.

[2] Armand Colin, 2011


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Politiques des Sciences (2010-11)

Les commentaires sont fermés.

Sites pertinents


Carnets de recherche