Michel Barthélémy - Présentation 10° séance séminaire - "L'université et la recherche en questions" - 220312

10 août 2012
Par

Nous sommes heureux d’accueillir aujourd'hui nos trois invités, dont le modérateur, Jean-François Méla, mathématicien et fin connaisseur des arcanes et des enjeux des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, et les deux intervenants : Michel Blay et Pierre Macherey, autour de la question : « l’université et la recherche en questions », dont leurs ouvrages respectifs constitueront le socle de la discussion que nous allons avoir.

Sans vouloir empiéter excessivement sur les propos de notre modérateur, que je remercie vivement d’avoir accepté cette tâche, qui aura un rôle non seulement de conduite de la séance et de distribution de la parole mais également d’initiateur des thèmes de discussion avec nos intervenants, je voulais préciser un point. Nous avons conçu cette séance un peu à la manière d’une respiration dans le rythme soutenu que l’actualité de l’enseignement supérieur et de la recherche impose à ce séminaire en nous détachant quelque peu de l’immédiat pour mieux considérer les plaques tectoniques sur lesquelles se déroulent les crises, les divergences de vue concernant l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche que le quinquennat finissant a pu exacerber, à travers des réformes qui, ont pu être jugées brutales et peu respectueuses de la collégialité et démocratie censées caractériser le milieu académique sur lequel elles se sont abattues. Il était temps de faire le point sur ces institutions, sur les conceptions qui ont cours au sujet de leurs missions, de leur place dans la société et des exigences qui en découlent quant au service à la nation qui est attendu d’elles, mais aussi sur les conditions que ceux qui en assurent le fonctionnement jugent nécessaires de faire advenir ou de préserver afin d’assurer leurs missions et de réaliser les tâches spécifiques qui sont les leurs. D’où le fait que nous nous intéressions aujourd'hui aux idées qui ont prévalu dans la structuration d’un organisme de recherche majeur qu’est le Cnrs, sans nostalgie aucune, mais pour revivifier l’idée d’une « république de la recherche » comme le mentionne l’auteur de l’ouvrage dont il va être question, et que nous nous penchions également sur l’idée d’université, car ces institutions existent également comme réalité sociale et sujet de préoccupation, et se rendent visibles en tant que tels, à travers la manière dont on en parle, laquelle justifiant ce qu’on en fait, ce qui fait apparaître un certain nombre de problèmes, d’apories, de questions, en effet, et de pistes d’action tendant à ajuster l’idée à la réalité quotidienne des dites institutions.

Je cède immédiatement la parole à Jean-François Méla.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Politiques des Sciences (2010-11)

Les commentaires sont fermés.

Sites pertinents