Tribune : Pour le rééquilibrage de la politique de recherche et d’enseignement,promotion des sciences humaines et de l’interculturel

21 octobre 2012
Par

Franc BARDOU, docteur en littérature occitane, écrivain-poète (Toulouse)
Martine BOUDET professeure agrégée de Lettres modernes, spécialiste de didactique et d’anthropologie culturelle (Toulouse)
Thierry BRUGVIN sociologue et auteur d’essais (Besançon)
Gilbert DALGALIAN, psycholinguiste, auteur de “Reconstruire l’éducation ou Le désir d’apprendre” (Syllepse, 2012)- Paris
Sophia MAPPA, historienne et sociologue, chercheure au Largotec-université Paris-Est
Florence SAINT-LUC docteure en sciences de l’éducation, chargée de cours à l’université d’Aix-Marseille

                        —————————————

              Les conclusions de la consultation sur la refondation de l’Ecole portent principalement sur des mesures structurelles, de gestion de l’existant. Si justifiées soient-elles, peuvent-elles suffire à répondre à la demande sociale et juvénile?  Le débat doit se poursuivre: une approche plus globale du dispositif de recherche et d’enseignement est nécessaire, pour traiter la question des rééquilibrages institutionnels et programmatiques.

Les limites du centralisme et de l’individualisme citoyen 

               Progression des violences à l’Ecole, démoralisation croissante des communautés éducatives : ces phénomènes démontrent  les limites d’une organisation trop centralisée et dont le mode d’éducation à la citoyenneté est principalement  individuel. Ce mode de fonctionnement, dont la dérive technocratique est connue, ne parvient plus à gérer l’influx démultiplié des médias sur les publics, souvent au compte des marchés. A l’heure de la mondialisation, l’aspiration à la reconstruction du vivre ensemble et à la mise en œuvre d’une éthique fraternitaire doit être prise en compte ; cela conditionne la transmission des savoirs et le dialogue des cultures. Ainsi, pour rompre l’isolement des enseignant(e)s dans leur exercice professionnel, le Rapport du Sénat sur leur « souffrance ordinaire » préconise de « favoriser l’émergence de collectifs hors des logiques hiérarchiques ». D’une manière générale, une organisation plus décentralisée et participative doit permettre le recours à des stratégies autogérées sous des formes multiples : animation de projets d’établissement ancrés dans les territoires, mise en place de lettres électroniques et de listes d’établissement, nomination de référents et de médiateurs culturels, meilleure intégration du monde associatif et à vocation d’éducation populaire…

        Bilan de l’ «économie de la connaissance»

                Il importe aussi d’évaluer les conséquences de l’orientation privilégiée depuis une décennie, au nom  de la compétitivité internationale et d’une rentabilité immédiate. L’une des dérives de l’ «économie de la connaissance » réside dans l’accroissement des disparités entre les champs disciplinaires. Instrumentalisation des sciences et des techniques, marginalisation des Lettres et sciences humaines et sociales (LSHS): ce déséquilibre a des incidences au plan  des relations de genre, le champ technoscientifique étant majoritairement masculin à la différence de celui des LSHS. Comparée  avec l’ensemble des instituts publics et privés à caractère industriel, commercial et de gestion, la somme des établissements spécialisés dans ce champ est notoirement insuffisante. En université, l’application de la LRU entraine désormais la fermeture de départements  en philosophie, Lettres classiques, langues minoritaires… En lycée, la filière scientifique est développée comme pôle d’élite pendant que décline la filière littéraire, dont l’Inspection générale de l’Education nationale a préconisé la réhabilitation dans un rapport en 2006[1].  Pour remédier à ces déséquilibres, il serait intéressant de créer un système de péréquation, une partie des budgets octroyés par les lobbies industriels ou autres étant à attribuer aux secteurs déficitaires, comme c’est le cas aux USA[2]. Dans ce sens,  la future loi d’orientation doit stipuler le principe de protection des savoirs académiques, à définir comme des « biens immatériels de l’humanité ».

            Respect des cultures  patrimoniales et des équilibres territoriaux

     Dans le bilan de cette orientation productiviste dont la crise de croissance de l’Union européenne manifeste l’échec, un contrôle spécifique est à faire de la gestion des pôles de compétitivité créés en 2005. Leur caractère régional et leur étroite association avec le monde industriel n’ont pas permis jusqu’à présent une évaluation de leur stratégie d’ensemble. En fait, la politique de l’Agence nationale de la recherche (ANR) qui chapeaute le dispositif est trop réductrice: la gestion des traditions artistiques et artisanales, des industries de la connaissance et de la culture participe également d’une démarche industrielle, mais  durable et à l’échelle de l’humain et des collectivités territoriales. La mise en place de quotas en permettrait la préservation de même que la lutte contre la mégalopolisation, source de désertification des campagnes environnantes. D’une manière générale, il importe d’inscrire dans la loi d’orientation le respect par la recherche-développement des équilibres territoriaux et culturels, construits à l’échelle de l’histoire  et des régions.

          Pour la création de pôles de développement humain

 

            D’une manière générale, le rééquilibrage de la politique de recherche et d’enseignement est conditionné à la valorisation de programmes complémentaires. Une concrétisation de ce principe réside dans la création, en contrepoint des pôles de compétitivité et autres pôles dits d’excellence, de « pôles de développement humain ». Ainsi, l’adaptation du système universitaire et éducatif à la mondialisation et à la société des médias nécessite  la création d’instituts à caractère interculturel, dont un Institut des langues de France et  un institut international de la Francophonie. Un dispositif de cette envergure contribuera à freiner l’anglomanie technocratique et à optimiser les partenariats inter-régionaux (dans l’espace européen) et francophones, ces derniers étant souvent cantonnés à la préservation d’intérêts peu compatibles avec la démocratie. L’opinion publique maîtrise-t-elle par exemple les enjeux géo-politiques du récent sommet de la francophonie (Kinshasa, 13-14 octobre 2012) ?
Concernant les personnels-ressources, serait intéressante la création d’un statut de médiateur interculturel dont l’Université -et en particulier ces instituts- garantirait la formation. Un référentiel interdisciplinaire permettrait d’éduquer à une citoyenneté éclairée aux plans communicationnel, psycho-social, anthropologique,  géo-politique, juridique ……. Dans des établissements pilotes, situés dans des zones d’éducation prioritaire (ZEP) et des  secteurs pluri-ethniques, pourrait être mise en place une expérimentation, objet d’expertise et d’amplification. La préconisation du  ministre Vincent Peillon de mettre en place un enseignement de la morale laïque y trouverait là un point d’appui.

                     Les Assises de l’ESR  et la consultation sur l’avenir de l’Ecole permettront-elles des avancées dans ce sens? Le champ des LSHS est peu représenté dans le comité de pilotage des Assises; la perspective proposée concerne uniquement « la recherche technologique, immédiatement transférable dans le tissu industriel, notamment les PME-PMI et ETI ». La consultation sur l’Ecole a mis l’accent sur «  le passage à l’Ecole numérique » et s’est conclue sur l’importance de « la culture scientifique pour favoriser la réussite des élèves ». Il est de la responsabilité des décideurs  de sortir des sentiers battus, pour donner leur vrai sens au mot de « refondation » ainsi qu’aux missions de recherche et d’enseignement.

                      ————————————————————————-

Documents de référence :

-ANCMSP (Association nationale des candidats aux métiers de la science politique) ,
La recherche en SHS : ce que l’État sait déjà (2010)
http://ancmsp.com/La-recherche-en-SHS

En bref, l’État devrait s’estimer déjà bien informé des réelles difficultés posées à la recherche en SHS en France : des infrastructures sous-dotées, une aide insuffisante à l’internationalisation, une évaluation de faible qualité, et des opportunités d’emploi insuffisantes dans le secteur public (enseignement supérieur et recherche, mais aussi haute fonction publique, comme l’avait remarqué le rapport SLR-JC/ANDès/CJC et le rapport Schwartz de l’Académie des Sciences en 2008) comme dans le secteur privé.


-Appel à promouvoir Français, Lettres, Langues, Arts, Philosophie, Sciences Humaines…(2007) http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article150


[1] Rapport de l’Inspection Générale de l’Education nationale (2006), Evaluation des mesures prises pour réévaluer la filière littéraire en lycée (2006) p.7. http://media.education.gouv.fr/file/63/8/3638.pdf
Il s’agit d’élargir le choix des spécialités de cette filière.

[2] Anne Berger, «  la loi dite LRU et le « modèle anglo-saxon » (article, 2007)
http://www.fabula.org/actualites/la-loi-dite-lru-et-le-modele-anglo-saxon-par-anne-berger_21103.php

 

[3] Anne Berger, «  la loi dite LRU et le « modèle anglo-saxon » (article, 2007)
http://www.fabula.org/actualites/la-loi-dite-lru-et-le-modele-anglo-saxon-par-anne-berger_21103.php

La présente tribune est parue dans l’Humanité, édition du 18/10/12. Elle est reproduite ici avec l’accord de Martine Boudet.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Tribune Libre

Les commentaires sont fermés.


Carnets de recherche