Une contribution aux Assises nationales de la recherche et de l’Enseignement supérieur _ les Petits Débrouillards

23 octobre 2012
Par

Contribution aux Assises nationales de la recherche et de l’Enseignement supérieur -  SEPTEMBRE 2012

les petits débrouillards

Agir pour la réussite de tous les étudiants

«  Nous sommes l’Université » a-t-il été affirmé par des universitaires à l’occasion du mouvement de 2009, contestant l’idée que les universitaires seraient des employés de l’Université. Or, historiquement, ce qui fonde l’Universitas, l’anthropologie  universitaire  en  quelque sorte, c’est la relation entre une communauté d’étudiants et une communauté d’enseignants.  S’il s’agit dès lors de traiter la question de cette relation, force est de constater qu’il  en  va  différemment  des  élèves  ayant  suivi  une scolarité-amont  satisfaisante  de  celles  et  ceux  pour  qui le  cumul  de  handicaps  antérieurs  (cognitifs,  culturels, sociaux) constitue dans l’enseignement supérieur un frein souvent  irrémédiable,  le  fameux  «  échec  en  Licence  »  : décrochage, détresse psychologique constituent des coûts insoutenables  pour  la  communauté  nationale.  La  santé mentale et psychique des étudiants, et même leur santé tout court (et celle de certains enseignants) relève d’une grande cause nationale. La confiance en soi, le sentiment de l’utilité sociale, économique et citoyenne constituent des  objectifs  stratégiques  pour  les  établissements d’enseignement  supérieur,  tout  aussi  importants que  leurs  capacités  d’innovation.  Il  n’est  de  valeurs économiques durables que si, en parallèle, les conditions psycho-sociales du déploiement de ces potentialités sont, elles aussi, soutenables.

Notre  société  est  constituée,  du  point  de  vue  de  sa population  active,  d’environ  16%  de  cadres.  Quand  30 à  35%  d’une  cohorte  atteint  l’enseignement  supérieur, l’effet mécanique inexorable est celui d’un accroissement des  dynamiques  de  sur-sélection  –  de  sur-exclusion  en fait. Désormais, une majorité des étudiants court le risque de  l’exclusion  des  parcours  professionnels  supérieurs classiques,  indépendamment  de  leurs  capacités intellectuelles et compétences intrinsèques. Élargir la base sociologique de cette course ultra-sélective à une frange toujours plus grande de la population des jeunes de France fait  courir  un  risque  important  de  cohésion  nationale. Nous  devons  prendre  garde,  en  termes  de  cohérence des  politiques  publiques,  à  tracer  des  perspectives socialement  utiles  et  économiquement  viables  pour  les étudiants. Ainsi, le lien éducation/croissance doit-il faire la place  à  un  triptyque  éducation/croissance/soutenabilité (ce  dernier  terme  entendu  sous  ses  acceptions  sociales, écologiques et économiques).

+-------------+

Enjeu n°1 : Promouvoir une stratégie d’Université des savoirs vécus dans tous les champs disciplinaires (sciences de la nature, sciences humaines et sociales et humanités) par des allers retours permanents entre des enseignements formels et les acteurs sociaux dans leur diversité

Enjeu n°2 : Définir un plan-cadre d’excellence sociale des établissements d’enseignement supérieur

Proposition n°1 : Appel à sélection de 5.000 associations labellisées « Compagnonnage Enseignement supérieur », plan gouverné conjointement par la CPU et un conseil représentatif d’associations citoyennes

Proposition n°2 : Mise en place d’un dispositif « Formation hybride », contrat supérieur d’alternance valorisée par des crédits d’enseignement idoines

Proposition n°3 : Programme d’accompagnement des tutorats pair à pair (étudiants/étudiants) dans l’ES

Proposition n°4 : En parallèle, programme de valorisation par crédits de ces tutorats

Proposition n°5 : Par convention-cadre avec le ministère de l’ESS, sur la base des Emplois d’avenir, et en lien structurels avec la proposition n°2, déploiement de 30.000 « Contrats d’avenir étudiants associatifs », à destination notamment des plus défavorisés, contrats liés à un plan de formation-qualification

Proposition n°6 : Favoriser l’utilisation des dispositifs VAP/VAE dans l’ES :

     1) diminution de leur coût financier unitaire de 70% ;

      2) simplification administrative par la mise en place d’un guichet unique VAP/VAE

+-------------+

Donner une nouvelle ambition pour la recherche

Contrairement  à  une  idée  reçue  et  entretenue  à  tort, notre pays n’a jamais, dans son histoire, formé autant de docteurs, ingénieurs et techniciens spécialisés de haut niveau, tant en nombre qu’en pourcentage. Notre pays ne vit donc nullement une « crise des vocations scientifiques et techniques » de la part des jeunes générations dont on parle depuis le milieu des années 1990. En revanche, il est vrai  que  les  problématiques  des  filières  sélectives  dans l’enseignement supérieur recouvrent une grande diversité de situations et ne peuvent être abordées comme un tout. La crise dont il est question est d’abord celle de l’Université française massifiée et du pacte social malmené qui sous-tend ses évolutions futures. Au-delà des enjeux structurels, de  gouvernance,  et  de  management,  nous  souhaitons contribuer à la réflexion de l’évolution du pacte d’éducation supérieure pour notre pays.

 Ainsi,  plusieurs  rapports  récents  évoquent  l’exigence  de positionner  la  France  à  la  «  frontière  technologique  », incitant  à  prioriser  les  investissements  dans  l’ES  et  la recherche,  notamment  au  niveau  des  troisièmes  cycles. Au-delà d’une vision strictement économique, il est patent que  nos  sociétés  ont  des  difficultés  à  dépasser  ce  qu’il est  convenu  d’appeler  désormais  notre  troisième  palier éducatif (après  celui  de  l’éducation  universelle  primaire à  la  fin  du  XIXe  siècle  et  celui  du  secondaire  dans  le deuxième tiers du XXe siècle). Aussi, nous appelons à des politiques publiques tenant compte de l’interdépendance des  facteurs  éducatifs,  du  primaire  au  supérieur.  Nous préconisons  de  nous  inspirer  d’expérimentations  ayant démontré,  dans  des  pays  de  niveau  de  développement comparable,  des  vertus  certaines,  au  premier  rang desquelles des stratégies d’éducation et de formation par la recherche, et ce dès le premier âge.

+-------------+

Enjeu n°3 : Franchir notre 3ème palier éducatif par une action sur toute la chaîne éducative

Proposition n°7 : Lancement d’un appel à projets de l’ANR «Education et formation par la recherche du primaire au supérieur », appel à projet de coopération entre  des acteurs de l’éducation nationale, l’éducation populaire et citoyenne, la recherche (proposition liée aux propositions nos 2 à 7)

Proposition  n°8 : Lancement  d’un  programme  «  1000 sites d’avenir en France » - « Programme Doctorant et Post-Doc/FabLab » par le biais des Investissements d’Avenir

+-------------+

Les effets délétères de la financiarisation de l’économie ne constituent plus un phénomène marginal pour ce qui concerne  la  pérennité  du  système  français  de  recherche et d’innovation (SFRI). En France, entre 2007 et 2009, en pleine  crise  des  subprimes,  les  investissements  dans  les entreprises de biotechnologies ont chuté de 79%. Quant aux  investissements  en  capital-risque  des  entreprises non cotées, ils ont baissé de 27%. Une stratégie univoque centrée sur la « frontière technologique » et de priorisation correspondante des financements et des investissements, comporte  un  haut  niveau  de  risques  économiques  et sociaux en contexte de finance dérégulée. Ces évolutions ont généré des phénomènes inquiétants que des auteurs comme Dominique Boullier ont nommés « les innovations d’opinion », c’est-à-dire des stratégies de pure captation de  flux  financiers  au  profit  d’actionnaires,  sans  que  cela aboutisse  au  développement  concret  d’objets  ou  de process réels, tant il s’agit d’abord et avant tout de jouer dans la sphère médiatique et de la spéculation à seules fins  de  rémunération  des  actionnaires.  En  conséquence, une politique de « biodiversité de la recherche » doit venir en  complément  des  préoccupations  de  l’Etat  quant  aux « Recherches d’exportation » fondées  sur  une  logique de  puissance  et  de  compétitivité  économique.  Il  s’agit d’asseoir  une  vision  complémentaire  qui  s’exprime  en termes d’innovations sociales et socio-économiques, que l’on  pourrait  qualifier  de « Recherches  de  potentialités sociales » qui pourraient aussi bénéficier à la communauté nationale.

Là  encore,  contrairement  à  une  idée  largement  reçue, le  niveau  de  confiance  entre  nos  concitoyens  et  ses institutions de recherche (y compris les Universités) est très élevé. Ce sont elles qui, avec le monde associatif, résistent le mieux à l’érosion généralisée du taux de confiance envers nos  principales  institutions  (partis  politiques,  médias, justice,  syndicats  etc).  Le  syndrome  des  «  scientifiques incompris » envers lesquels un sentiment de défiance se développerait relève de la contre-vérité et d’une mauvaise compréhension  de  la  situation  –  toutes  choses  qui  ont des  effets  néfastes,  car  elles  impliquent  des  stratégies médiatiques  et  institutionnelles  à  rebours  de  ce  qui  est requis. Ainsi, au contraire des stratégies basées sur la vision d’une recherche S&T « assiégée », voire en danger face à un peuple irrationnel, nous devrions plutôt nous appuyer sur le formidable phénomène de coopération entre la société et  ses  institutions  de  recherche.  Ce  phénomène  majeur et porteur d’espoir auquel nous assistons, très largement sous-estimé par les pouvoirs publics, se concrétise par des partenariats, des coopérations et des liens forts entre des organisations  citoyennes  et  des  collectifs  d’habitants  et des équipes de recherche à travers tout le pays.

Le  rapport  coordonné  par  MM  Gilles  Bœuf,  Yves-Marie Allain  et  Michel  Bouvier  intitulé  «  L’apport  des  sciences participatives  dans  la  connaissance  de  la  biodiversité  », rendu  en  janvier  2012  à  Mme  la  Ministre  de  l’Ecologie, distingue  trois  types  de  collaborations  :  les  sciences participatives  (dont  le  programme  de  recherche  est défini  par  une  institution  de  recherche),  les  sciences citoyennes  (dont  le  programme  de  recherche  est  défini par des associations de la société civile non motivée par des logiques de profit) et les sciences coopératives (dont le programme de recherche est co-construit, co-défini, et co-piloté).  En  conséquence,  en  termes  institutionnels,  nous préconisons :

+---------------+

Enjeu n°4 : Développer une stratégie de promotion et de soutien à des « Recherches de potentialités locales » visant à accroître l’autonomie des populations locales et leurs solidarités internes

Enjeu n°5 : Rendre visible, voire institutionnaliser, le continent invisible des recherches participatives, coopératives et citoyennes aux échelles française et européenne.

Proposition  n°9  :  Adaptation  du  dispositif  étasunien  Citizen  Science  Alliance  en  France  au  profit  des  sciences participatives, hébergé par le MNHN

Proposition  n°10  :  Lancement  d’une  étude  cartographique  multi-disciplinaire  des  recherches  coopératives  et citoyennes ; préfiguration d’un Observatoire des recherches coopératives et citoyennes

Proposition n°11 : Soutien à l’organisation d’un colloque sur les recherches coopératives et citoyennes fin 2013

Proposition n°12 : Lancement d’un groupe de préfiguration des modalités d’institutionnalisation citoyenne de ces dispositifs (gouvernance mixte institutions de recherche/associations citoyennes)

Proposition n°13 : Par convention-cadre avec le ministère de l’emploi et celui en charge de la formation professionnelle, lancement d’un dispositif « Congés recherches solidaires et citoyennes » à l’attention des enseignants-chercheurs et chercheurs statutaires (1 année tous les 7 ans) en soutien à des recherches participatives, coopératives ou citoyennes

Proposition n°14 : Création d’un programme de l’ANR spécifique en matière de recherche en innovation sociale et socio-économique

Proposition n°15 : Programme de développement de 20 Incubateurs solidaires dans les établissements d’ES (sur le modèle déployé par le consortium JIX, lauréat des Investissements d’Avenir)

Proposition n°16 : Que la France déploie tous ses efforts diplomatiques à l’échelle européenne pour nourrir, dans le cadre du prochain Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD), un  travail d’institutionnalisation des recherches coopératives et citoyennes à l’échelle européenne.

Proposition n°17 : A l’échelle internationale, par convention-cadre avec le ministère du développement, avec l’appui de l’AFD, soutien à la mise en place de 10 Universités citoyennes internationales, dans une stratégie de consolidation des liens entre laboratoires de recherches francophones et des sociétés civiles francophones

Proposition  n°18  :  Lancement  d’un  appel  à  projet  institutionnel  expérimental  sous  la  direction  de  l’ANR,  visant  à déployer des « Conseils citoyens » dans 10 laboratoires-tests

+---------------+

Contribuer à la définition du nouveau paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche

Le 23 novembre 2010, la CPU signait avec le Medef une convention cadre où la présence souhaitée des représentants d’une partie du patronat était mise en avant. Les autres secteurs d’activités économiques doivent être également reconnus par des relations du même type avec la CPU. En effet, il est à noter que le secteur non marchand, associatif notamment, représente 10% de notre population active et que la croissance de ce secteur fut telle ces 15 dernières années qu’il a créé la majorité des emplois dans notre pays.

+---------------+

Enjeu n°6 : Asseoir et consolider la légitimité territoriale des établissements d’ES et de recherche

Proposition n°19 : Déployer à l’échelle nationale le programme UniverCités lauréat des investissements d’avenir Contribuer à la définition du nouveau paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche

Enjeu n°7 : améliorer la représentativité socio-économique au sein des instances de la gouvernance de l’ES

Proposition n°20 : Que les associations puissent bénéficier du crédit impôt-recherche

Proposition n°21 : Faciliter la signature d’une convention-cadre CPU/entreprises représentatives de l’ESS (économie sociale et solidaire) dans les CA des PRES et établissements de l’ES

Proposition n°22 : Soutien à la mise en place de collectifs régionaux et locaux représentatifs des acteurs de l’économie sociale et solidaire liés au monde de l’ES et de la recherche

Proposition n°23 : Mise en place d’un groupe de travail, sous l’égide du cabinet de Mme la ministre, dans l’optique d’intégrer l’ensemble de ce corpus de propositions comme fondements des prochains CPER

+---------------+

Pour finir, le réseau français des Petits débrouillards est le premier réseau associatif français d’éducation à la science et par la science, touchant chaque année 900.000 enfants, adolescents, jeunes étudiants, travailleurs, chômeurs et décrocheurs. Au gré de nos partenariats associatifs, institutionnels et locaux (avec quelques 3.500 communes), nous avons tissé des liens avec 140 établissements d’enseignement supérieur et de recherche de France, situés dans 16 régions, cumulant 200 projets annuels, impliquant 350 professionnels associatifs et le double de chercheurs et enseignants-chercheurs.

Après une étude nationale effectuée en 2012, nous avons pris conscience que les établissements d’ES et de recherche n’avaient pas de vision globale et partagée quant à ces types de partenariats, de leur utilité sociale et culturelle pour les étudiants, de leur utilité territoriale et économique et de leurs potentialités.

+---------------+

Enjeu n°8 : Capitaliser, valoriser et donner du sens aux partenariats non économiques

Proposition n°24 : Etude nationale de potentialités (impacts, recommandations, propositions)

+---------------+

Eléments bibliographiques

Philippe Aghion et Elie Cohen,  Education et croissance, La Documentation française . Paris, 2004 - ISBN : 2-11-05533-2

Gilles  Bœuf,    Yves-Marie-Allain  et  Michel  Bouvier,  L’apport  des  sciences  participatives  dans  la  connaissance  de  la biodiversité,  Rapport remis à Mme La Ministre de l’Ecologie, janvier 2012

Dominique Plihon, El Mouhoud Mouhoub,  Savoirs et finances, Le savoir et la finance , éd. La Découverte, 2009

Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche , RERS 2011, éd. DEPP, n° ISSN / ISBN 1635-9089 / 978-2-11-097810-3, ministère éducation nationale, jeunesse, vie associative

+---------------+

Association française des petits débrouillards

La Halle aux Cuirs, 2 rue de la Clôture - 75930 Paris cedex 19 – France

www.lespetitsdebrouillards.org

Tél : 01 40 05 75 57

Fax : 01 40 05 79 21

info@lespetitsdebrouillards.org


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Tribune Libre

Les commentaires sont fermés.

Sites pertinents