Restructurations dans les établissements du supérieur et effets sur les budgets et conditions de travail

Une enquête de l’Association des Sociologues de l’Enseignement Supérieur (ASES)

Quelles sont les conséquences des réformes à l’œuvre depuis plus d’une dizaine d’années sur

le fonctionnement général de l’université et sur les conditions d’emploi et de travail des personnels ?

Et quelles sont les multiples adaptations, reconfigurations, transformations connues par l’établissement

de chacun-e d’entre nous à l’issue du passage aux responsabilités et compétences élargies (RCE)

prévues dans le cadre de la LRU ?

Notre ambition est de tenter de saisir les effets de ces restructurations, à travers la variété de leurs

points d’application et leur intensité.

Les questions financières, budgétaires et comptables feront l’objet d’une attention particulière : quels

sont les processus, variables d’une institution à l’autre, qui participent à l’endettement des universités,

voire à leurs mises sous tutelle ? Quels sont ceux, à l’opposé, qui permettent aujourd’hui à

d’autres universités, parfois aux mêmes, de « tirer leur épingle du jeu » ?

Par ailleurs, nous tenterons de mesurer les effets des restructurations sur la morphologie de

l’institution universitaire, les conditions d’emploi et le travail d’enseignement, de recherche et

administratif (charge de travail, disponibilité vis-à-vis des étudiants, modes de contrôle de

l’activité, rythmes, marges de manœuvre, entraide, ambiance, concurrence entre les

enseignants chercheurs, mais aussi sur la diversification des statuts d’emploi, des formes de

rémunérations, etc. ) et enfin sur les formations offertes (mutualisation des enseignements,

centralisation de certains services, disparition des marquages disciplinaires, contenus des formations

etc.).

L’ASES souhaite recueillir l’ensemble le plus large possible d’expériences et/ou d’analyses, dans le

but d’identifier les grandes configurations et leurs évolutions en cours.

Une journée publique de l’ASES sera organisée pour restituer les résultats de cette enquête (2013).

Ces derniers pourront également être diffusés sous forme d’articles scientifiques « classiques » comme

sous d’autres formats (article de presse, matériel analysé transférable à des organisations « alliées », etc…).

La première partie de l’enquête est consacrée au volet « comptes et budgets universitaires » ; la seconde

(à l’automne 2013) aux conditions de travail (passation d’un questionnaire, entretiens,

analyse documentaire).

Dans un premier temps, nous lançons donc un appel à informations, analyses, documentation,

témoignages concernant le volet « comptes & budgets » des universités. Il s’adresse d’une part à

ceux-celles qui, par leur position d’élu-e-s au sein des conseils centraux des universités, ont accès à

une vision générale des grandes transformations en cours. Il s’adresse également aux collègues (quel

que soit leur statut d’emploi) dont le point de vue est plus localisé (à l‘échelle d’un département,

d’un diplôme, d’un comité d’hygiène et de sécurité, etc.). Nous souhaiterions élargir cet appel à

témoignage aux personnels administratifs qui, par leur position, ont accès à d’autres aspects de la réalité

des restructurations en cours. Merci de nous indiquer des contacts ou de faire suivre sans modération.

Tout-e-s ceux et celles qui se sentent concerné-e-s peuvent nous envoyer informations,

documentations, acceptation d’interviews à cette adresse mail : enquete.ases@gmail.com (celle-ci

est utilisée par celles et ceux d’entre nous en charge directement de cette enquête*) ; n’hésitez pas non

plus à nous transmettre des contacts, nous signaler les blogs consacrés à ces questions, et enfin nous

faire parvenir les documents de tous types (tracts, motions, réflexions locales ou nationales,

analyses syndicales ou scientifiques, etc.).

Fanny Jedlicki (secrétaire de l’ASES)

*Vérène Chevalier, Fanny Darbus, Sandrine Garcia, Odile Henry, Fanny Jedlicki, Natalia La Valle,

Christian Papinot, Nicolas Sembel, Charles Soulié, Maryse Tripier, Laurent Willemez (ce groupe est

ouvert à tous ceux et celles qui souhaitent s’investir dans l’enquête).

Pour infos :

L’ANCMSP lance également un appel à informations sur les gels de postes et suppression

d’heures d’enseignement. « Pour 1000 postes t’as plus rien ». Nous publions dans un autre billet sur

notre site, le dit appel.

Pour voir en ligne l’appel à témoignages (c’était la première phase de l’enquête) c’est ici