première partie première séance du séminaire : Présentation (Robert Descimon) ; Jean-Louis Fournel (SLU) ; Pauline Delage (doctorante, SUD)

Outre la version intégrale, déjà disponible, et afin de rendre la lecture plus aisée, le verbatim de la première séance du séminaire Politiques des Sciences, consacrée aux « Enjeux et futur du mouvement universitaire », est également présenté en trois parties,  celle présentée ici  rassemble les interventions suivantes : Présentation (Robert Descimon) ; Jean-Louis Fournel (SLU) ; Pauline Delage (Doctorante, SUD)

I) Présentation du séminaire et de la séance[1] du 041109 : Enjeux et futur du mouvement universitaire[2], Robert Descimon (EHESS)

Ce séminaire se fixe pour objectif d’être une continuation, sous une forme intellectuelle, du mouvement d’opposition aux réformes engagées dans les années précédentes et qui introduisent des perturbations fondamentales dans le fonctionnement de la recherche et de l’enseignement supérieur, aussi bien des universités que des grands établissements de recherche (Cnrs, Inserm, etc.)


Je dois dire deux choses très brièvement pour commencer. La première est que ce séminaire est un séminaire alternatif qui se place clairement dans une perspective constestatrice. Mais il est aussi un séminaire de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il ouvre la possibilité de validation et de travaux d’étudiants. Ce séminaire est placé sous la responsabilité de trois organisateurs principaux : Michel Agier, anthropologue, Robert Descimon, historien, et Christian Topalov, sociologue.

Nous ne récusons nullement cette perspective, qui est une perspective d’action et de réflexion sur ce qui s’est passé.

Alors, mon expérience personnelle est que nous avons beaucoup de mal à théoriser notre propre expérience dans des termes qui soient simplement acceptables sur le plan scientifique. Cette dimension de compréhension est essentielle et suppose un point de vue d’objectivité. C’est pourquoi ce séminaire compte entendre les divers acteurs et, d’une façon particulièrement précieuse, ceux qui sont des partisans, des acteurs de ces réformes ou s’en accommodent. Donc, s’il y a une visée d’action, dans notre démarche, il n’y a, en revanche, pas de visée partisane.

Nous recevons cinq orateurs. Je propose que Jean Louis Fournel, professeur à Paris-8, parle le premier. Tout d’abord, parce qu’il était l’un des porte-parole de SLU (Sauvons L’Université)[3] l’an dernier et qu’il était donc à la pointe du mouvement. Et d’autre part, parce qu’il est universitaire et que l’université est au centre de ce qui se passe à l’heure actuelle, ainsi qu’au centre de l’activité de recherche et d’enseignement. Et puis ensuite, nous donnerons la parole à Pauline Delage, qui est étudiante, et le rôle des étudiants a été évidemment capital dans ce mouvement. Il y a plusieurs raisons pour donner la parole aux étudiants en priorité, ne seraient-ce que les perspectives d’avenir et les perspectives d’action. Ensuite, je comptais donner la parole à Luc Boltanski. Suivra Isabelle This Saint Jean (SLR- Sauvons La Recherche)[4] et, pour terminer, Marcel Gauchet.

II) Interventions


* Jean-Louis Fournel, SLU

Si je devais donner un titre à mon intervention aujourd’hui ce serait « lancer un appel à la bataille des mots », à laquelle on a renoncé depuis trop longtemps. Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est le mot « débat ». Dans une tribune cosignée par les quatre porte-parole de SLU l’an dernier, au tout début du mouvement, on appelait à un débat national. Ça a été très compliqué d’obtenir cette tribune dans Le Monde[5]. D’abord parce que c’était une tribune collective, ensuite parce que c’était une tribune qui ne plaisait pas au Monde dans son propos. Mais finalement on a pu l’obtenir. Et ce mot de débat national, qui a pu susciter parfois des railleries ou des quolibets, qui a été repris à d’autres moments par les ministres concernés, Pécresse ou Darcos, en s’exclamant à un moment donné : « mais un débat qu’est-ce qu’ils veulent ? De la parlote encore pendant deux ans pour rien faire[6] ». C’est un petit peu ce qui est en jeu aujourd’hui parmi nous. Et un débat qui devrait être fondé sur un certain nombre de questions auxquelles les réponses ne sont pas données ou ne doivent pas être données, car ce sont des questions qui restent en suspens et qui expliquent probablement pourquoi il s’est passé historiquement ce qui s’est passé dans les six derniers mois. Alors, parmi ces questions possibles, j’en retiendrai trois pour mon exposé.

Ces trois questions sont les suivantes :

1/ Pourquoi ce débat contradictoire sur un enjeu d’intérêt national suit l’action politique, suit la réforme et ne l’a pas précédée ?

2/ Pourquoi le mouvement qui a réuni un certain nombre de personnes de janvier à juin a-t-il échoué ? Ou, plus exactement, pourquoi ce mouvement a-t-il l’apparence de l’échec ? Je dis l’apparence d’un échec car il s’agit d’un échec tactique. En revanche, il a peut-être esquissé une situation dans laquelle le débat que l’on attend va devoir se tenir ;

3/ le troisième questionnement est de savoir s’il existe un avenir, à court ou moyen terme, qui ne soit pas purement épistémologique, cognitif, à ce débat ? C’est la chose qui m’intéresse le plus. Il y a des mots, une bataille, la bataille des mots ça suppose de traduire les mots et de remettre la théorie dans la rue. Bref, comment traduire politiquement ce que nous avons essayé collectivement d’appeler la repolitisation du débat dans le texte de l’analyse du mouvement qui a été conduite par SLU en juillet dernier[7] et qui a été édité récemment dans le volume de Claire Brisset, L’université et la recherche en colère[8], aux côtés, comme dans ce séminaire, d’interventions toutes différentes, avec des positions très différentes. Et je trouve que c’est une initiative extrêmement heureuse de mettre en place un débat écrit entre des positions de personnes qui s’intéressent toutes à la même question mais à partir de focalisations et de conclusions qui parfois ne sont pas les mêmes.

Alors, premier point, pourquoi ce débat contradictoire n’a-t-il pas eu lieu plus tôt ? Cette absence de débat depuis vingt ans, vingt-cinq ans, sur ce que cela peut être l’enseignement supérieur et la recherche, donc une absence de débat dont les responsabilités sont multiples et ne sont pas concentrées uniquement dans le gouvernement actuel. Pourquoi cette absence de débat, pourquoi notamment le camp dit progressiste, pourquoi la gauche, en gros, n’a-t-elle pas su mener la bataille sur ce point ? Pourquoi s’est-on contenté de penser aussi bien dans le plan Universités 2000[9] que dans le plan du Troisième millénaire[10] que si on donnait des sous et des mètres carrés aux universitaires on avait réglé la question des universités françaises ? Pourquoi les enjeux politiques n’ont-ils plus été débattus entre la communauté universitaire, la société, et les gouvernants : la nation, pourquoi ça ne s’est pas débattu avec la nation mais ça s’est débattu ailleurs ? Pourquoi un certain nombre de choses qui sont de l’ordre du rédhibitoire, de l’inexorable ont-elles été décidées dans d’autres lieux, à partir d’autres points de focalisation que celui du futur de l’Université ? Je pense notamment à un certain nombre de choses que nous avons laissées passer comme des évidences, comme des points techniques, comme des points relevant du bon sens, parce que justement nous avions oublié que certains mots pesaient du plomb. Pourquoi, en quelque sorte, s’est instaurée une forme de doxa où, nous-mêmes, nous employons des mots qui ne vont pas de soi, où nous-mêmes nous acceptons de parler aussi bien le langage de l’adversaire que notre propre langage revisité par l’adversaire – ce qui est encore pire ?

J’aimerais finir mon intervention par deux listes de mots : la liste des mots dont on doit se réemparer et la liste des mots que l’on doit combattre. Je crois que cela fait partie de notre feuille de route pour les mois à venir.

Je crois qu’il y a une responsabilité écrasante de la gauche française à propos du fait que ce débat n’ait pas eu lieu, une responsabilité écrasante de la gauche qui a cessé de penser l’université et plus généralement le système éducatif et le lien entre le système éducatif et la recherche universitaire et non universitaire comme quelque chose qui était le socle d’une communauté, de notre communauté républicaine. Je crois que c’est un vrai problème et que cela explique la pauvreté insigne des interventions sur ce plan là de la part des gens qui sont nos élus dans les camps de la gauche. Et ça ne veut pas dire qu’ils sont moins intelligents qu’avant. Le fond du problème , c’est qu’on a délaissé un champ, un lieu de la réflexion et que c’est ce champ qu’il faut réoccuper et que s’il y a un intérêt à ce mouvement, c’est qu’il peut éventuellement pousser ceux qui devraient être les représentants d’une bonne partie d’entre nous à reprendre sérieusement en main cette affaire.

Bref, il faut refaire de la politique. Alors c’est devenu grossier, c’est devenu inconvenant. On associe cela à un mot encore plus grossier, l’idéologie. Je crois qu’il faut refaire de l’idéologie, refaire de la politique, parce que ceux d’en face, ils en font. Tout simplement.

C’est pourquoi cette première question, c’est pour moi la chronique d’une défaite annoncée, justifiée par une démission annoncée ; la démission de celles et de ceux qui auraient dû porter ce débat là. La défaite, dans une certaine mesure, c’est aussi la nôtre ; nous avons accepté par exemple que la référence à la professionnalisation, dans le domaine universitaire, aille de soi, nous avons accepté que cela devienne le centre de la réorganisation de l’espace universitaire, jusqu’à changer la dénomination de la direction générale de l’enseignement supérieur. Nous avons accepté, mais par peur, tout simplement, parce que nous avons peur de dire que cela ne va pas de soi, qu’il ne va pas de soi que toute l’université soit entièrement tendue vers la professionnalisation. Nous avons accepté, par exemple, d’abandonner le mot autonomie à nos adversaires. Or l’autonomie est un mot que nous devons reconquérir, justement. Mais l’autonomie, ce n’est pas celle que, eux, veulent. Ce n’est pas celle qu’ils mettent en place ; ce n’est pas celle financière et de gestion. C’est autre chose l’autonomie, pour qu’elle soit productive.

Nous avons aussi accepté de ne pas nous interroger sur un certain nombre de propositions qui avaient des effets à moyen et à long terme importants dans le processus de Bologne. Et c’est un Européen convaincu qui le dit. Je n’ai jamais été « noniste », mais il est clair que je me reproche à moi-même de n’avoir pas vu percer dans ce processus là un certain nombre de choses qui posaient problème et qui ont été après, traduites et théorisées par les réformes en cours.

Nous avons aussi accepté l’idée – qui ne va absolument pas de soi – que ça soit bien de faire des classements, que ça soit bien d’évaluer, de façon à comparer, tel établissement avec tel autre, que ça fait partie en quelque sorte de l’amélioration du système universitaire. Il y a même des gens qui parlent de la catégorie de « benchmarking », de la catégorie de « tuning » – évidemment, en anglais, ça fait mieux parce que ça fait sérieux, ça fait plus chic et que cela permet de s’interroger un peu moins sur l’origine des mots –, qui considèrent que cela va de soi. Et bien non, cela ne va pas de soi et tout d’abord parce que cela appartient à d’autres champs. On devrait s’interroger sur ce que cela devrait dire d’emprunter ces catégories au champ du marketing ? Qu’est-ce que ça veut dire de parler de compétences et de ne plus parler de savoir et de connaissance ? Tout cela fait partie des batailles à reprendre.

Deuxième point, pourquoi avons-nous échoué en partie l’an dernier ? Pourquoi a-t-on échoué sur le plan tactique ? Parce que nous avons conjugué plusieurs incapacités :

– une incapacité à imposer un autre rapport de forces et à trouver des relais politiques au mouvement. Car chaque fois qu’on essayait d’en trouver, on avait en face de nous des gens qui pensaient la même chose que ceux qu’on combattait. Mais ça a changé un petit peu, petit à petit ;

– une incapacité à maintenir durant cinq mois la créativité du mouvement à un niveau élevé de renouvellement. Aucun d’entre nous n’a pensé le 20 janvier ni encore moins le 2 février, jour du vote de l’arrêt de l’université, que cela allait durer jusqu’au mois de juin. Et on a à cet égard totalement sous-estimé la capacité de nos adversaires, leur détermination, et ce, pour une raison très simple, c’est qu’ils n’avaient absolument rien à faire de ceux qui constituaient l’épine dorsale du mouvement. Ça n’était pas un enjeu pour eux, tout simplement. Ça, c’est quelque chose qui intellectuellement est un aspect intéressant à questionner aujourd’hui : pourquoi ça n’était pas un enjeu pour eux ?

Deux autres incapacités encore :

– L’avant-dernière ; je crois qu’on a un problème avec ce qu’on appelle techniquement le répertoire d’action. Quand on réfléchissait là-dessus lors de la traversée du désert avant le déclenchement du mouvement, on se disait, il faut absolument qu’on sorte du binôme : manif/blocage. Or ce mouvement s’est caractérisé par un très petit nombre de blocages. Et lorsqu’ils ont existé, c’était pour permettre une action (ex : blocage le jour d’une manifestation nationale). Mais en même temps on n’a pas réussi à trouver de substitut à ce dont nous avions constaté que ce n’était plus opératoire. On a fait de nombreuses manifestations. Avec une présence seulement marginale et locale des étudiants. C’est aussi ce qui fait l’intérêt et la nouveauté de ce mouvement. C’est la première fois qu’il y a eu un mouvement d’enseignants-chercheurs et de chercheurs de cette importance là, aussi long, aussi déterminé. Ça aussi, je pense, c’est à réfléchir.

– Dernière incapacité sur laquelle je voudrais m’attarder : l’incapacité à faire comprendre une chose fondamentale, qui est la question que des personnes extérieures au milieu universitaire ne cessent de poser, en premier lieu. On nous dit : « comment comptez-vous répondre à la demande sociale ? » Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de la demande sociale ? Qui est-ce qui la détermine ? L’université n’a pas à répondre à la demande sociale, en tout cas n’a pas seulement à répondre à la demande sociale, et pas à une demande sociale formulée à un moment t et qui sera nécessairement radicalement différente de ce qui va se passer au moment t+n.

Dernière chose, faute de pouvoir exposer la troisième partie, j’avancerai qu’on ne s’en sortira pas par la dissociation du mouvement et de la réflexion, par la dissociation de la sphère universitaire et de la sphère publique, bref par la vieille dissociation entre la vie active et la vie contemplative.

* Pauline Delage, doctorante EHESS, SUD

Le discours que je vais adopter est un discours syndical et étudiant, dans la mesure où j’interviens ici, non pas en tant qu’étudiante, mais en qualité de militante qui a participé au mouvement de l’an passé. Donc, pour parler des enjeux et du futur du mouvement universitaire, je vais revenir sur l’histoire de ce qu’on a appelé « le Printemps des universités », c’est à dire la mobilisation de l’an passé. J’essaierai ensuite de dresser une espèce de bilan de ce mouvement pour justement esquisser les enjeux qui se posent à nouveau à l’occasion de cette rentrée universitaire.

Les étapes, thèmes et formes de la mobilisation de 2007 à 2009

Tout d’abord, je voudrais rappeler que le mouvement de la LRU n’a pas débuté en 2009, mais en octobre 2007 puisque les étudiants s’étaient mobilisés à la suite de la promulgation de la LRU, donc la loi sur les Libertés et Responsabilités des Universités, qu’on appelle aussi la loi d’autonomie des universités. Ce mouvement s’était constitué autour de revendications étudiantes et les étudiants dénonçaient alors le fait que, sous la question de l’autonomie on pouvait déjà lire une sorte de mise en concurrence des savoirs et la subordination de la sphère universitaire à une logique marchande, aussi bien au niveau national qu’international[11].

L’an dernier, ce qui a mobilisé la sphère universitaire, ce sont les décrets d’application, en particulier le décret sur le statut des enseignants-chercheurs. A partir de 2009 des assemblées générales se sont constituées dans différents établissements universitaires. Ces universités se sont coordonnées au sein de la coordination nationale universitaire et étudiante à partir de janvier. Le 22 janvier 2009, c’est vraisemblablement le discours de Nicolas Sarkozy, qui était censé apporter une réponse à cette mobilisation, qui a impulsé une mobilisation plus forte étant donné que ce discours a manifesté un fort mépris à l’égard de la communauté universitaire, parlant d’un immobilisme des universités du fait que c’était une institution archaïque. A la suite du discours de Nicolas Sarkozy, la Coordination Nationale des Universités a appelé à rejoindre la manifestation du 29 janvier et a appelé à impulser un mouvement de grève illimitée.

Cette mobilisation a pris diverses formes, tout simplement parce qu’elle était constituée de divers protagonistes, que ce soient les étudiants, de différents niveaux, aussi bien les licences que les doctorants, mais aussi les enseignants-chercheurs et les personnels BIATOSS. Et ces différents protagonistes pouvaient avoir une approche du politique différente. Notamment, du côté des enseignants-chercheurs, le mouvement pouvait se constituer sur une base politique relativement large avec des revendications ciblées pour s’opposer à la promulgation des nouveaux statuts, du système de l’évaluation et de la bibliométrie. Cette politique là a pu mobiliser des universitaires qui sont relativement peu politisés, et je pense là notamment à l’université de Paris-Dauphine, et a permis aussi de s’attirer le soutien de certains présidents d’universités. Mais cette approche du politique a pu poser problème pour radicaliser le mouvement et notamment pour ceux qui voulaient avoir une approche plus globale des réformes et notamment ancrer la LRU dans une logique plus globale des réformes gouvernementales.

L’une des particularités de ce mouvement est que certaines collaborations des professeurs et des enseignants-chercheurs et des étudiants ont pu voir le jour et notamment dans certaines facs comme à Toulouse ou ailleurs. Mais dans d’autres sites universitaires ces collaborations n’ont pas pu se faire et cela a même pu constituer un obstacle à la mobilisation. C’est une mobilisation qui a pris des formes variées et dans les modes d’action également. On a pu voir surgir un discours sur la volonté de faire autrement, c’est à dire de trouver une alternative au mouvement prétendument classique, et notamment au mouvement de grève. Si certaines universités ont impulsé des mouvements de grève où aucun cours ne se tenait, d’autres universités ont eu un discours sur une grève active. Ce discours sur la grève active a permis de s’inscrire dans d’autres actions comme « l’université hors les murs » ou les séminaires alternatifs. Dans ce répertoire d’actions, il y avait d’autres actions comme les occupations et notamment je pense aux occupations du Cnrs. On a vu aussi des actions symboliques comme notamment la « ronde des obstinés » qui a duré plusieurs semaines et la parodie de la soutenance de thèse de Valérie Pécresse ou les funérailles pour célébrer la mort des universités. On a vu aussi des actes de désobéissance et notamment certaines UFR ont refusé de remonter leurs maquettes de masters.

Peu à peu la CNU et les coordinations nationales étudiantes ont poussé les sites universitaires à avoir une approche plus globale des réformes pour avoir des convergences avec d’autres mobilisations. Ces tentatives de convergence ont eu lieu au sein de l’Education nationale et notamment je pense à la manifestation du 11 mars où le mot d’ordre était « De la maternelle à l’université » l’une des revendications était de s’opposer à la mastérisation, étant donné que cela fait le lien entre les attaques gouvernementales qui touchent le primaire mais aussi l’enseignement secondaire, donc tout le secteur de l’Education. Ces tentatives de convergence ont également eu lieu avec les hôpitaux et les services publics en général, étant donné que des parallèles intéressants pouvaient être faits entre la LRU et la loi Bachelot. Enfin, ces tentatives de convergence sortaient du cadre national et allaient même jusqu’à l’échelle européenne ; le pense au contre-sommet de Louvain[12] où justement la LRU était pensée comme s’inscrivant dans le processus de Bologne et la stratégie de Lisbonne et donc il s’agissait de tisser des alliances avec d’autres groupes européens.

Quoi qu’il en soit, à la fin de l’année, c’est probablement le problème des examens et des validations qui a affaibli le mouvement et, a fortiori, sa récupération par les médias et le gouvernement qui se sont emparés de la question des examens pour délégitimer la mobilisation. Mais la CNU a appelé à suspendre la grève, c’est à dire que même si elle a été suspendue lors des vacances scolaires, elle doit reprendre cette année.

Quel bilan peut-on tirer de cette mobilisation ?

D’abord, je vais essayer de voir quelles réponses le gouvernement a apportées. Il semble que le gouvernement a tenté de dépolitiser cette mobilisation en adoptant un discours sur une incompréhension des universitaires. Le gouvernement a essayé de faire croire que cette mobilisation n’était pas de l’ordre du politique ni de l’idéologie, mais qu’il s’agissait d’une crise de confiance de la part des universités. Ce discours on l’a entendu en particulier quand Valérie Pécresse a voulu créer un Haut Conseil en Sciences Humaines et Sociales  [13] et elle a dit qu’il s’agissait de débunkériser les sciences sociales et sciences humaines pour mettre un terme à l’incompréhension et à la méfiance. Donc on voit bien ce discours sur la méfiance et la crise de confiance.

S’agissant des réponses plus concrètes aux revendications, là on peut voir qu’aucune des revendications de l’an dernier n’a été satisfaite et à, part des mesurettes, comme le report de la mastérisation d’un an, en 2010, les revendications n’ont pas obtenu satisfaction.

Maintenant, s’agissant des mobilisations elles-mêmes. Tout d’abord, c’est un mouvement sans précédent. Les enseignants-chercheurs se sont mobilisés largement et c’est une mobilisation qui a duré très longtemps, quatre moins. L’intérêt de cette mobilisation, c’est bien que des universitaires qui sont peu mobilisés ou qui s’étaient peu mobilisés les années précédentes, se soient cette année politisés et qu’ils aient adopté une approche plus globale des réformes.

Les nouvelles formes de mobilisation, et notamment les actions symboliques, ont permis de créer une forme d’unité, en exploitant de nouveaux registres, comme la ronde des obstinés. Mais l’un des biais de cette nouvelle forme de mobilisation, c’est que cela a donné lieu à une lutte fragmentée. On peut se demander jusqu’à quel point la lutte a été inclusive. Il semble que l’un des problèmes de l’an passé, ce soit justement les séminaires alternatifs. Il me semble qu’ils sont devenus une fin en soi, c’est à dire que tout le monde a organisé des séminaires pour participer au mouvement – ce qui est une bonne chose -, mais que ça sortait du cadre collectif de mobilisation. Cela a empêché de coordonner la mobilisation pour créer un réel rapport de force face au gouvernement. Il nous semble donc que ces formes de mobilisation étaient intéressantes, puisque cela a permis d’impliquer les personnes peu mobilisées, mais on peut penser que la grève reste la première condition pour rendre la mobilisation visible et efficace.

Maintenant, voyons quels sont les enjeux pour cette rentrée universitaire

Deux coordinations nationales ont eu lieu depuis la rentrée universitaire : l’une le 30 septembre et l’autre le 27 octobre. Elles suivent l’appel de la coordination nationale au sujet de la formation des enseignants et appellent à deux journées de mobilisation : le 17 novembre et le 24 novembre et elles posent au cœur des débats de cette rentrée le problème de la mastérisation. Pourquoi cela ? Parce que cela tient d’une part au cœur de la conception de l’éducation et la reformulation de l’éducation mais aussi cela touche au démantèlement de l’Education nationale et des services publics.

Au-delà de la question de la mastérisation, l’un des problèmes qui se pose à l’heure actuelle, c’est celui de la professionnalisation. Il semble que cette question soit essentielle dans un contexte de chômage économique puisqu’elle est censée répondre à un besoin de la part des étudiants. On voit bien que le gouvernement s’est emparé de la question de la paupérisation des jeunes et des étudiants et notamment lorsque Nicolas Sarkozy a fait un discours pour agir pour la jeunesse où il a notamment annoncé qu’il étendrait le RSA pour les jeunes de moins de vingt-cinq ans. Mais il semble surtout que cette question de la professionnalisation réponde à un besoin économique en main-d’œuvre et ça touche là à la reformulation des universités et des savoirs ainsi qu’à la place accordée à l’université dans la société puisque l’université serait alors vouée à produire une main d’œuvre. Cette question de la professionnalisation était au cœur de la conception de la LRU puisque l’insertion professionnelle était censée être l’une des quatre missions de l’université et ensuite elle s’est retrouvée dans la création des contrats doctoraux uniques et d’autres réformes. Il semble que cette question touche au statut et aux transformations du statut des universités, mais cela permet de penser aussi aux attaques plus globales de la part du gouvernement et de l’articuler aux attaques contre le service public en général.

Pour conclure, il me semble que l’un des enjeux de cette année est qu’il ne faut pas isoler la question du savoir des autres questions et des autres attaques gouvernementales. Aussi bien, il ne faut pas isoler la question des universités des autres attaques et notamment des attaques contre le service public. Quant aux modes d’action, il semble que les séminaires alternatifs soient une très bonne manière de travailler mais il faut veiller à ce que les analyses qui peuvent être faites dans ce cadre soient diffusées hors de la sphère universitaire et il faut également élargir les cadres d’analyse et se pencher justement sur les autres attaques gouvernementales. Pour répondre au gouvernement, il semble qu’il faille s’organiser globalement et dès maintenant et pour conclure j’appellerai juste à rejoindre la mobilisation du 17/11 et l’appel à la grève du 24/11.


[1] Un résumé de cette séance a été présenté par Sylvestre Huet sur son blog, sciences2 : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2009/11/universit%C3%A9-s%C3%A9minaire-alternatif-%C3%A0-lehess.html#more

[2] Les notes du présent verbatim sont toutes de la rédaction.

[5] « Universités : un débat national s’impose », article publié dans Le Monde du 06 Février 2009, par Mathieu Brunet, Jean-Louis Fournel, Laurence Giavarini, Annelise Nef. http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article1682

[6] « Et d’ailleurs, au fond, que veulent-ils ? Encore deux ans de palabres… » Ou comment Valérie Pécresse évita de voir à Berkeley ce qu’il aurait été utile qu’elle contemplât – Déborah Blocker, Département d’études françaises, Université de Californie, Berkeley, 2 mai 2009, http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2520

[7] « Et si c’était maintenant que ça commençait ? » Réflexions de Sauvons l’Université ! Sur le printemps 2009 des universités (14 juillet 2009), http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2830

[11] Pour un développement éclairé sur ce point, cf. Annie Vinokur, « La loi relative aux libertés et responsabilités des universités : essai de mise en perspective », http://regulation.revues.org/index1783.html#B#; sur la privatisation et financiarisation de l’université, voir Bernard Gensane, « Analyse du cahier des charges de la loi », http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article66

[13] Allocution de Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, à l’occasion de l’installation du Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (2 septembre 2009), http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article2907