Cinquième séance du séminaire Politiques des Sciences : « Le long terme des réformes : l’ESR (enseignement supérieur et la recherche) est-il soluble dans le marché ? » 270314

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES

 

Séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi de 17 h à 21 h

 

 

Séance 5 : 27 mars 2014 (salle M. et D. Lombard, 96 Bd Raspail)

 

« Le long terme des réformes : l’ESR (enseignement supérieur et la recherche) est-il soluble dans le marché ? »

 

Les deux missions que sont la production de nouvelles connaissances par la recherche et leur transmission aux jeunes générations notamment, par l’enseignement, incombent traditionnellement à l’Université. Si celle-ci s’est bâtie dès l’origine sur le principe d’indépendance de l’enseignement et de la recherche à l’égard des pouvoirs, ce principe ne lui a pas en pratique accordé l’autonomie dont elle pouvait espérer bénéficier pour l’accomplissement de ses principales tâches. La mission de formation n’est pas homogène dans son contenu. La transmission des connaissances porte en effet sur des acquis théoriques, sur des compétences spécialisées (au départ : médecine, théologie et droit), ainsi que sur des outils de réflexion sur les fins favorisant l’émancipation des citoyens et des peuples en surmontant ce qui fait obstacle à ce programme sans terme assignable. Ces différents registres peuvent être contradictoires, conflictuels, plus ou moins poursuivis de concert, selon les périodes et les orientations politiques en vigueur. Si la formation de professionnels a dès le début cohabité avec la quête du savoir pour lui-même, la situation de l’université au sein de l’enseignement supérieur et de la recherche connait depuis la fin du XX° siècle une tension accrue en faveur des savoirs appliqués répondant aux besoins du marché. Ce mouvement s’accompagne d’une restructuration profonde du secteur, favorisée par le désengagement financier de l’Etat, sur le mode de ce que certains ont qualifié d’ « université entrepreneuriale » ( https://www.cairn.info/revue-politiques-et-gestion-de-l-enseignement-superieur-2006-3-page-95.htm ) qui bouscule l’Université dans ses principes, son organisation interne et la conception de ses missions.

La présente séance vise à questionner cette orientation au regard du contexte politique et idéologique plus large dans lequel elle s’insère (celui de l’utilitarisme et du « parcellitarisme » (Alain Caillé) ) ainsi qu’au regard du principe d’indépendance de l’enseignement et de la recherche constitutif de l’idée d’Université (Plinio Prado). Nous souhaitons par là-même esquisser le portrait de l’université du XXI° s. en s’interrogeant sur le rôle et la place de l’Université dans son époque.


Organisateurs : Michel Barthélémy, Robert Descimon


Invités :
Alain Caillé, sociologue, professeur émérite de sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

– « Démocratie, totalitarisme et parcellitarisme » https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2005-1-page-95.htm
– « Du parcellitarisme » https://www.cairn.info/revue-la-revue-lacanienne-2008-2-page-13.htm


Plinio Prado, philosophe, université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
–  Le Principe d’Université, Éditions Lignes, Paris, 2009 ; version abrégée en accès libre : http://www.editions-lignes.com/LE-PRINCIPE-D-UNIVERSITE,190.html
– « U comme Université » (Note) : http://moderne.canalblog.com/archives/2013/05/11/27130969.html

Les fichiers audio de la séance sont disponibles sur ce lien : http://tinyurl.com/pbubua7

Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années 2010-11 et 2011-12 sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org