Deuxième partie première séance du séminaire : Luc Boltanski

Outre la version intégrale, déjà disponible, et afin de rendre la lecture plus aisée, le verbatim de la première séance du séminaire Politiques des Sciences, consacrée aux « Enjeux et futur du mouvement universitaire », est également présenté en trois parties,  celle présentée ici concerne l’intervention de Luc Boltanski (EHESS).

Je voulais vous lire un texte écrit pour les circonstances et intitulé « La justification des sciences sociales ».

Par rapport aux sciences de la nature, les sciences sociales ont pour spécificité de se donner pour objet les êtres humains saisis, non pas dans leur dimension biologique, mais en tant qu’ils sont capables de réflexivité. Les êtres humains considérés sous ce rapport ne se contentent pas d’agir ou de réagir aux actions des autres, ils reviennent sur leurs propres actions et sur celles des autres pour porter sur elles un jugement souvent indexé à la question du bien et du mal, les jugements moraux. Ils réagissent également aux interprétations que l’on donne de leurs propriétés ou de leurs actions, y compris lorsque ces dernières émanent de disciplines qui, comme c’est le cas de la sociologie, ont à cœur de ne pas rompre le lien qui, dès leur origine, les a placées dans l’orbite des sciences. Mais l’une des conséquences que la nature réflexive de leur objet fait peser sur les sciences sociales a été de rendre la séparation entre donneurs d’ordre, chercheurs et usagers de la recherche beaucoup plus difficile à maintenir que dans le cadre des sciences de la nature. En effet, les recherches sociologiques pourraient être très facilement utilisées par des acteurs occupant des positions de pouvoir pour améliorer leur connaissance de ceux sur qui ils ont autorité et, par là, de mieux les diriger.

Mais les résultats des sciences sociales, à mesure qu’ils se diffusent, notamment par l’intermédiaire des médias, peuvent également être réappropriés par ceux-là mêmes qui ont constitué les objets de la recherche, les êtres humains réflexifs, comme vous et moi. Ces derniers ne reçoivent pas passivement l’information, mais, comme on le voit p.e. dans le cas des sondages, sont enclins à modifier leurs opinions et leurs comportements en fonction de la représentation qui en est donnée. Plus précisément, chacun tend à réagir à la représentation que les enquêtes donnent des autres, soit pour les imiter, soit pour s’en distinguer, processus désormais bien documenté par la sociologie politique. Enfin, les sciences sociales peuvent être instrumentées par les dirigeants de façon plus sophistiquée, comme c’est souvent actuellement le cas. C’est à dire non pas pour intervenir, par l’intermédiaire de mesures décrétées d’en haut, pour les diriger, mais en tirant partie des effets de la réflexivité associés à la diffusion des résultats de la recherche. C’est ainsi que ce que l’on appelle aujourd’hui le benchmarking, technique venue du management, consiste à rendre public le résultat de travaux portant sur l’évaluation d’organisations les plus diverses, p.e. le résultat d’une enquête auprès des usagers. L’effet visé consiste à inciter les responsables de ces organisations à modifier dans le sens voulu leur structure interne et leur output dans une logique qui est celle de la maximisation de l’indicateur.

Le développement des sciences sociales

Dans notre pays mais aussi dans d’autres pays européens, les années qui ont suivi la seconde Guerre mondiale, surtout les années 1950-1970, ont été particulièrement favorables au développement des sciences sociales. Ce développement a surtout été pris en charge par des interventions émanant de l’Etat. Mais le coût des sciences sociales augmentant, ces dernières ont eu besoin à leur tour de forger un arsenal de justifications sociales. Ces justifications ont mis surtout l’accent sur la participation des sciences sociales à l’entreprise de modernisation c’est à dire d’industrialisation, pour l’essentiel, du pays. Sans doute les raisons officiellement proclamées tablaient également sur la contribution que les sciences sociales pourraient apporter à la formation d’un groupe important et influent d’intellectuels ayant rompu avec les tentations politiques extrémistes, le nationalisme et le communisme, au profit d’une approche dite « rationnelle » des problèmes sociaux qui date de la fin du XIX° siècle. Mais ces objectifs n’ont pas eu alors pour résultat un embrigadement des chercheurs qu’il aurait été difficile d’instaurer pour différentes raisons que l’on pourra évoquer dans le cadre de la discussion. Il en est résulté une situation privilégiée dans laquelle les chercheurs étaient salariés, modestement mais régulièrement, tout en étant laissés libres du choix de leurs objets, de l’organisation de leur temps et de leurs procédures d’évaluation. Le mode de financement favorisait cette indépendance parce que les dotations affectées à des grands organismes autonomes avaient un caractère global. Or cette situation s’est progressivement modifiée au cours des vingt ou trente dernières années quand une part toujours croissante des budgets de recherche s’est trouvée finalisée et associée à des projets ou opérations ayant un caractère ponctuel et portant sur des objectifs prédéfinis par des appels d’offres.

La domination du monde économique

Les changements intervenus sous ce rapport depuis vingt ans et surtout au cours des années récentes peuvent être en partie mis sur le compte de l’importance accrue du management et cela de deux façons. D’une part, les spécialistes des disciplines de la gestion, eux-mêmes plus au fait des sciences sociales que ne l’avaient été leurs prédécesseurs, qui étaient formés surtout dans les sciences pour l’ingénieur, ont compris que les sciences sociales, y compris les plus philosophiques ou même les plus critiques d’entre elles, pouvaient apporter à la mise en place des techniques de contrôle et de gestion du personnel. On assiste d’autre part, durant cette période, à un changement profond de l’Etat, de ses modes de fonctionnement, de ses idéaux, et de ses objectifs qui, amorcé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, au milieu des années 1970, a en quelque sorte explosé sous la présidence actuelle de Nicolas Sarkozy. Ce changement est, pour le dire vite, le suivant. Il a consisté à substituer à l’ancien idéal de l’Etat républicain, dont la légitimité était fondée sur le suffrage populaire, puis à celui de l’Etat social, dont la légitimité était fondée sur la capacité de l’Etat à renforcer le bien-être matériel et la sécurité, surtout au travail, de la population des nationaux vivant sur son territoire, un nouvel idéal : celui de l’Etat-entreprise. La guerre économique, supposant une association des plus étroites entre l’Etat et le capitalisme, a progressivement constitué l’une des principales justifications de la souveraineté étatique. Le changement, dont je viens de donner un résumé pour le moins cavalier, est resté associé à de profondes modifications dans les modes de sélection, de contrôle et d’évaluation. Aux anciennes sciences de l’administration ont été substituées de nouvelles sciences de la gestion, c’est à dire le management, transférées des grandes firmes où elles s’étaient développées et profondément enracinées dans les années quatre-vingt-dix jusque dans les instances où s’exerce la puissance publique.

Parler des grandes entreprises veut dire deux choses. Au plus près cela veut dire que l’Etat gère les salariés de l’Etat, les fonctionnaires, comme une firme gère ses personnels. Au plus loin, cela veut dire que l’Etat gère l’ensemble de la population répartie sur le territoire comme une firme gère ses facteurs de production. Une firme a pour principal objectif, tout à fait légitime dans son cas, de dégager des profits. Elle doit associer les facteurs de production, améliorer ses produits face à la concurrence, coordonner les activités de différentes catégories de travailleurs et utiliser à cet effet essentiellement des indicateurs quantitatifs : le tableau de bord de l’entreprise. Une firme doit particulièrement rester maîtresse de ses input et de ses output et notamment de ses entrées et de ses sorties en personnel. On peut d’ailleurs voir dans l’importance politique mise actuellement dans la question des immigrés, avec l’intention de mettre en place une « immigration choisie », et par celle des exclus, ceux qui sont considérés comme inaptes à la production, un signe que l’Etat a intégré à ses objectifs de gestion les normes de production de la firme. Mais ces normes entrent dangereusement en contradiction avec d’autres missions, plus traditionnelles, que l’Etat ne peut pas complètement abandonner sans se déjuger.

Les justifications des sciences sociales dans un « Etat gestionnaire »

Quelles peuvent être les justifications de l’Etat dans un « Etat gestionnaire » (Albert Ogien)[1] ? Il faut, pour esquisser une réponse à cette question, revenir sur les genres de justifications sociales auxquelles les sciences sociales peuvent avoir recours. Je prendrai seulement en considération la situation de la sociologie que je connais un peu. Il serait à mon sens utile qu’une démarche similaire soit engagée pour ce qui est des autres sciences sociales. La sociologie est d’abord une discipline descriptive qui, pour revendiquer le statut de science, doit soumettre ses descriptions à des exigences et des contraintes, celles du laboratoire dont la visée est de faire obstacle au désir, conscient ou inconscient, de celui qui réalise la description. Il s’agit donc d’une exigence de neutralité dont je ne vois pas comment cette discipline pourrait s’affranchir sans se perdre. Et qui pourrait s’intéresser, hormis ceux qui la font, à la description pour la description, comme on dit l’Art pour l’Art ? Pour se donner des justifications sociales, la sociologie doit par conséquent opérer une certaine forme de « collage » entre, d’un côté, les opérations de description visant à la neutralité et, de l’autre, les opérations de jugement, qui ont nécessairement un caractère normatif. Cette association, ce collage, entre description neutre et normativité ne peut jamais être accomplie de façon absolument cohérente ou sans tension ; ce qui constitue un problème qui a accompagné toute l’histoire de la sociologie. J’en parle un petit peu dans le livre que je viens de publier[2] où j’examine quelques-uns des points d’appui normatifs auxquels la sociologie a eu recours. Je n’ai pas le temps de développer ce point, mais, d’un côté, les points d’appui normatifs doivent se distinguer des positions morales ou religieuses, qui sous-tendent les jugements des acteurs sociaux, parce que ces positions sont trop partiales et par là difficilement universalisables, ce qui les rend peu compatibles avec les exigences de neutralité. Qui croirait à une sociologie se réclamant explicitement d’une morale catholique, islamique ou même républicaine ? Mais d’un autre côté les points normatifs de la sociologie doit pouvoir coïncider peu ou prou avec les attentes des acteurs sociaux, ou d’une partie d’entre eux, au moins si cette discipline veut éviter d’être taxée d’irréalisme ou d’ésotérisme, et entend maintenir une interface avec des intérêts externes qui sont aussi ceux des responsables en position de pouvoir, dont elle dépend pour sa survie, ou même à l’inverse d’ailleurs, ceux d’instances légales.

Sciences sociales critiques et sciences sociales d’expertise

On peut dégager finalement deux grandes orientations associant description sociologique et prise de position normative : celles qui vont dans le sens de l’expertise et celles qui vont dans celui de la critique. Il faut, pour clarifier la différence entre ces deux orientations, poser d’une part la question du genre de cadrage que se donne la description sociologique, et d’autre part, celle de la façon dont la normativité est prise en charge. Ce qui caractérise la sociologie de l’expertise, à laquelle on peut rattacher aujourd’hui une grande partie de la production se réclamant de cette discipline, c’est qu’elle accepte de se placer dans un cadre qui n’est pas interrogé en tant que tel. La sociologie de l’expertise se donne pour objectif d’étudier les causes de dysfonctionnements locales d’ordre systémique. On posera à un sociologue-expert p.e. la question de la relation entre les taux de natalité et la proportion de femmes dans l’emploi salarié ou encore entre le chômage, l’alcoolisme ou le divorce, ou tout ce que vous voulez. Ce faisant, le sociologue-expert accepte comme allant de soi le cadre au sein duquel se situent les phénomènes qu’il est censé étudier. Ce cadre constitutif de ce qu’on appelle la réalité est formé par un assemblage de catégories à usage statistique, de droits et de règlements, de formes comptables, etc. Et par la même opération le sociologue accepte aussi de se poser les questions qu’il aborde, de poser la problématique de sa recherche dans la forme même où elle se pose aux gestionnaires qui ont fait appel à lui, qu’il s’agisse de managers de firmes, de hauts fonctionnaires ou d’hommes politiques, cette catégorie étant de plus en plus difficile à distinguer.

Les responsables se présentent habituellement, à juste titre, comme des gens réalistes, pour la simple raison qu’ils opèrent dans le cadre construit de la réalité, au sens suggéré plus haut, cadre qu’ils contribuent d’ailleurs largement à établir et à maintenir. Du même coup, le sociologue assume aussi, parfois à son insu, les positions normatives qu’enferment ces questions et, plus généralement, qui sont sous-jacentes au cadre par rapport auquel elles sont formulées. La réalité, telle qu’elle est et telle qu’elle ne peut être autrement, s’impose d’elle-même.

Adopter une orientation critique, pour la sociologie, c’est se distinguer de l’expertise. Non seulement par le caractère substantiel des positions normatives adoptées, mais surtout pour deux autres raisons qui ont un caractère plus structural. D’une part, une sociologie critique, au moins si elle est consciente des contraintes et des exigences qui s’imposent à elle – ce qui est loin d’être toujours le cas, il faut bien le dire -, doit prendre en charge explicitement et chercher à clarifier ses propres positions normatives. L’adoption d’une posture critique va conduire à s’interroger sur la compatibilité toujours problématique entre description et normativité. D’autre part, une sociologie critique diffère de l’expertise au niveau même de la description. En effet, une sociologie critique prend un parti descriptif particulier qui consiste à se donner pour objet le cadre lui-même ou, si l’on veut, la réalité considérée comme une totalité. Or, cette opération suppose l’adoption d’une posture d’extériorité par rapport à ce cadre. Le fait de prendre un point de vue depuis une position d’extériorité, facilité dans l’anthropologie par la distance géographique et, dans celui de l’histoire, par la distance temporelle, est particulièrement difficile dans le cadre de la sociologie parce que le sociologue participe nécessairement de la société sur laquelle porte sa description et dont il est membre. Il ne peut s’agir en quelque sorte que d’une expérience de pensée. Mais cette expérience de pensée amorce déjà un déplacement critique au niveau même de la description. Car considérer une réalité sociale de l’extérieur, c’est faire comme si elle pouvait être autre qu’elle n’est. C’est donc par là, la relativiser et même mettre en doute l’argument de la réalité qui est aujourd’hui l’un des principaux adjuvants dont se réclament ceux qui exercent le pouvoir. Ne répètent-ils pas sans cesse qu’ils agissent comme ils le font parce qu’ils sont réalistes et qu’ils ne peuvent prendre à rebrousse-poil les tendances sociales profondes et les grandes évolutions, qui sont présentées comme s’il s’agissait d’une loi impérieuse et nécessaire à laquelle il faut absolument se plier. Or pour justifier l’existence de ces nécessités imparables, les responsables invoquent les données que leur ont fournies les experts : économistes, sociologues, psychologues.

Indignation et velléités de révolte dans l’Université

Le changement dans l’environnement des sciences sociales auquel nous assistons actuellement a donc une double dimension. Il s’agit, d’une part, de transformer le plus grand nombre possible de chercheurs en sciences sociales en experts. C’est à dire, d’une façon ou d’une autre, de faire des sciences sociales, une annexe du management. Et il s’agit d’autre part, d’orienter les chercheurs en sciences sociales vers cet objectif en leur appliquant les techniques du management et en les habituant, autant que faire se peut, à considérer ces modes de gestion comme allant de soi. Les velléités de révolte qui se sont manifestées l’hiver dernier dans l’université, mais aussi dans d’autres secteurs plus, ou moins dépendants de l’Etat : médecine, culture, justice, services sociaux, etc., bien mises en lumière par « l’Appel des appels »[3], en février dernier, peuvent être envisagées comme le résultat d’une indignation sourde contre la prééminence donnée au management et, au-delà, contre l’Etat-entreprise. C’est aussi sans doute la raison pour laquelle ces réseaux ont pu mobiliser des acteurs venus d’horizons assez différents, soit, p.e, d’un côté, des acteurs plutôt jeunes, surdiplômés mais plus ou moins précarisés ou menacés par la précarisation, et souvent attirés par l’extrême-gauche, et, de l’autre, par ceux qu’on appelait dans ma jeunesse soixante-huitarde, des mandarins. Ces derniers ont vu dans ce nouveau modèle d’Etat et dans les outils de gestion prenant uniquement appui sur des indicateurs comptables un déni de leur morale professionnelle et aussi un outrage à ce qu’ils respectent et à ce qui fait qu’ils se respectent eux-mêmes. Ils ont intuitivement compris que les changements en cours auraient pour résultat d’affaiblir ce qu’on appelait la bourgeoisie, sans mettre dans ce terme une connotation défavorable. Ils ont pressenti que les transformations actuelles risquaient de les pousser vers le « prolétariat », au moins si on définit le prolétaire dans les termes de Guy Debord, comme étant celui « qui n’a aucun pouvoir sur l’emploi de sa vie et qui le sait ».

Remarquons toutefois, pour finir, que les révoltes actuelles dans l’université et ailleurs, n’ont pas entraîné de larges mobilisations. C’est bien pour cela qu’il convient de parler de velléités de révolte. Elles n’ont pas été relayées par les grands syndicats et par les partis de la gauche institutionnelle, c’est à dire essentiellement aujourd’hui par le parti socialiste. L’une des raisons en est peut-être que ces partis, dans une moindre mesure ces syndicats, sont eux-mêmes réalistes, c’est à dire acquis à la cause managériale. Ils n’ont pas la moindre idée de ce à quoi pourrait ressembler une réalité aux contours différents.


[1] Albert Ogien, L’esprit gestionnaire, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1995

[2] Luc Boltanski, De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, nrf Essais, Gallimard, 2009


Une réflexion sur « Deuxième partie première séance du séminaire : Luc Boltanski »

  1. Merci à Luc Boltanski pour ce texte stimulant, qui nous encourage à utiliser les compétences spécifiques des sciences sociales pour décrire et analyser des transformations d’autant plus difficiles à mettre à distance qu’elles nous touchent plus directement.
    Au-delà, cela invite à s’interroger sur ce que Max Weber appelait la « croyance en la valeur de la vérité scientifique », dont il précisait qu’elle n’est pas nécessairement partagée par tous.
    (Et merci de mettre en ligne cette transcription des séminaires pour ceux qui ne peuvent y assister.)

Les commentaires sont fermés.