Deuxième séance du séminaire Politiques des sciences 2014-15 : « Quelle(s) place(s) pour la critique à l’Ecole et à l’Université ? » 041214

 

Quelle(s) place(s) pour la critique à l’Ecole et à l’Université ?

Faut-il brûler les sciences humaines et sociales ?


Deuxième séance du séminaire « Politiques des sciences »

Jeudi 4 décembre 2014, 17-21 heures

Les fichiers audio de la séance sont accessibles par ce lien : http://tinyurl.com/qcq6r5w

EHESS, salle Maurice et Denys Lombard, 96 boulevard Raspail, Paris VIe

« Faut-il brûler les Humanités et les Sciences humaines et sociales » ? Telle fut libellée la question à laquelle l’université de Montpellier consacra un colloque en juin 2012 avant d’en publier les actes l’année suivante. Interdisciplinaire, le colloque explorait les ravages du néolibéralisme et de la culture managériale à l’Université qui, telle une lame de fond, ne cesse encore d’acculer à des politiques d’économie budgétaire et de dégraissage ; s’attaquant, en premier lieu, aux champs disciplinaires non directement utiles. La question ne concerne pas uniquement les Universités. Elle touche l’ensemble du système éducatif. Les politiques de déconcentrations et de rationalisations, les « pilotages » en tout genre, et plus spécifiquement « par l’évaluation » sont autant de procédés qui, sous couvert d’harmonisation européenne et de quête d’efficacité, dénaturent la vocation critique des enseignements, notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales. Face à des dispositifs de plus en plus contraignants, voire coercitifs, les lieux de la critique se raréfient, favorisant ainsi le maintien d’un ordre social dominant qu’il devient parfois difficile de contester. Quels sont donc les lieux et les formes d’une critique possibles dans les SHS dont on préfèrerait les braises aux cendres ?

 

Nous recevons:

 

Frédéric Rousseau, Professeur d’Histoire contemporaine, Centre de recherches interdisciplinaires en SHS, Université Paul Valéry, directeur de la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier.

 « Faut-il brûler les humanités et les Sciences humaines et sociales ? »*

 

Marc Conesa, Maître de conférences en histoire moderne, laboratoire CRISES (Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Sociales), Université Paul Valéry, Montpellier :

« Ce que les économies font aux SHS, petit voyage au pays de la LRU »

 

Laurence De Cock,* professeure agrégée en lycée, laboratoire ECP (Education, cultures et politique), Université Lyon 2:

« Esprit critique, es-tu là ? Réflexion sur une injonction paradoxale dans l’Ecole»

 

Julien Théry ,Professeur d’histoire médiévale à l’Université Paul-Valéry de Montpellier, laboratoire CEMM Centre d’études médiévales de Montpellier :

« Les historiens et le mood anti-critique : retour sur la polémique autour de l’inauguration des Rendez-vous de l’histoire de Blois (août-novembre 2014) »

 

Annie Lacroix-Riz, Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université Paris 7-Denis Diderot

« Peut-on faire à l’Université l’histoire du capital financier français ? »

 

Modérateur : Michel Barthélémy, CR CNRS

* http://aggiornamento.hypotheses.org/2235

Des compte-rendu et des fichiers audio des séances des années précédentes sont disponibles à l’adresse suivante : http://pds.hypotheses.org

 

 

Isabelle Backouche, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Michel Barthélémy, chargé de recherche au CNRS

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS (TH)

Cecilia d’Ercole, directrice d’études à l’EHESS (TH)

Sophie Desrosiers, maître de conférences à l’EHESS

Mary Picone, maîtresse de conférences à l’EHESS

Christian Topalov, directeur d’études à l’EHESS(*)