Séminaire — L’industrie de la culture. Significations, actualisations et implications pratiques

Séminaire — L’industrie de la culture. Significations, actualisations et implications pratiques

Séminaire du CEMTI dans le cadre de l’école doctorale « Sciences sociales » de l’université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis,
 animé par Alexander NEUMANN et Jacob MATTHEWS.

 

Le concept critique initial forgé par Adorno et Horkheimer à partir de 1942 se base sur une analyse critique de l’industrie hollywoodienne, sa production de masse marchande, le fétichisme propre à la consommation de produits culturels. La standardisation fordiste de la culture est mise en lumière à travers une sociologie critique de la stéréotypie, l’analyse de la psychologie de masse, une philosophie dialectique et une esthétique de la bonne vie. Le concept d’industrie de la culture mobilise ainsi les vastes ressources de la recherche sociale de l’Ecole de Francfort : enquêtes sur la personnalité autoritaire et le sujet autonome ; essais sur la perception pratique de mass médias, la radio, le cinéma et les feuilletons télévisés US; puis les recherches sur les potentiels de démocratisation dans l’après guerre et sur l’audiovisuel en Allemagne de l’Ouest après 1968 (Negt/Kluge). L’approche francfortoise, souvent déclarée « pessimiste », comporte une dimension « optimiste » ou agissante, qui apparaît à travers des mots comme « personnalité autonome », « résistance », « autonomie », « méfiance », « expérience non-règlementée », « subjectivité rebelle » (Eigensinn)…
L’objectif de ce séminaire est d’explorer la pertinence théorique et pratique du concept de Kulturindustrie pour différents travailleurs intellectuels (chercheurs, enseignants, artistes, psychanalystes, essayistes…) qui reconnaissent leur affiliation avec la position critique et qui ont incorporé cet arrière-fond dans leur pratique, en la conceptualisent parfois. Il s’agit par ailleurs de confronter des travaux plus récents qui se sont inspirés de cet héritage, alors que d’autres ont au contraire tenté de décrire les « industries créatives » en dehors de ce vaste cadre critique. L’occasion se présente aujourd’hui de saisir ce champ contrasté.

NB : Les séances auront lieu à l’Université Paris 8, salle D 143 (sauf le 27 novembre 2015).

 

PROGRAMME DES SÉANCES :

 

Séance 1 — 19 novembre 2015, 14h :

Martha Rösler, artiste (New York City)
From gentrification to occupation

 

Séance 2 — 27 novembre 2015, 10h :

Oskar Negt, professeur émérite (Hanovre)
Industrie culturelle ou espace public oppositionnel

NB : Attention cette séance a lieu exceptionnellement en amphi B 106

 

Séance 3 — 12 février 2016, 10h :

Pierre Eyguissier, psychanalyste (Paris)
À propos de la psychanalyse négative

 

Séance 4 — 5 février 2016, 10h :

Jean Bigot, Rouge productions (Paris)
De la production indépendante à la programmation de la fiction, aller-retour

 

Séance 5 — 26 février 2016, 10h :

Pascal Nicolas Le Strat, professeur des universités (Paris 8)
Artistes et sociologues, complices en recherche

 

Séance 6 — 20 mai 2016, 10h :

Brice Nixon, professeur (La Verne University, E.-U.)
From theorizing digital labor to digital class struggle : applications of critical research on the communication and culture industries

 

Séance 7 — 10 juin 2016, 10h :

Brice Nixon, professeur
The culture industry after ‘the googlization of everything’ – Séance de conclusion