Séance du 7 janvier 2016 – Anthropocène, ou Capitalocène ?

Séminaire Politiques des sciences

Séance du 7/01/2016

18h-21h

Salle Lombard, 96, Bd Raspail, Paris

Anthropocène, ou Capitalocène ?

-0-

L’enregistrement audio de l’introduction de la séance par Armel Campagne et de l’intervention d’Anselm Jappe est disponible en suivant ce lien : http://tinyurl.com/jrr6ws2

L’enregistrement vidéo de l’intervention de Christophe Bonneuil et d’Armel Campagne est disponible à partir de ce lien : http://tinyurl.com/zosw375

–0–

Nous sommes entrés dans l’Anthropocène , nous sommes responsables d’un dérèglement climatique accéléré, d’une extinction massive des espèces et d’une destruction des environnements considérable, cela ne fait désormais plus de doute sérieux. Mais peut-on pour autant incriminer un Anthropos indifférencié, anhistorique, et en appeler à un « bon Anthropocène » techno-scientifique piloté en mode « business-as-usual » ? Et s’il s’agissait plutôt, comme l’affirment Jason Moore , John Bellamy Foster et des auteurs issus du courant dit de « critique de la valeur » , d’un Capitalocène, d’une dynamique socio-historiquement spécifique aux conséquences climatiques et environnementales également spécifiques ?

Les intervenants :

Christophe Bonneuil, « Anthropocène, ou Capitalocène ? Les récits de l’Anthropocène »
Armel Campagne, « Le Capitalocène comme dynamique historique du capitalisme fossile »
Anselm Jappe, « Crise écologique et critique de la valeur »

Modération : Armel Campagne
—–
Christophe Bonneuil est historien des sciences, chargé de recherche CNRS au Centre Koyré (EHESS), directeur de collection au Seuil (collection « L’Anthropocène ») et auteur notamment de L’événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous (Seuil, 2013) et Une autre histoire des ‘Trente glorieuses’. Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre (La Découverte, 2013). Il a récemment co-dirigé Histoire des sciences et des savoirs. Le siècle des technosciences (Seuil, 2015).

Anselm Jappe est docteur en philosophie, chargé de cours à l’Université de Sassari, et anime un séminaire au Collège International de Philosophie. C’est un membre historique du courant de « critique de la valeur », auteur notamment de Guy Debord (Denoël, 2001), Les aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur (Denoël, 2003), Crédit à mort, La décomposition du capitalisme et ses critiques (Lignes, 2011). Il a récemment publié avec Serge Latouche Pour en finir avec l’économie. Décroissance et critique de la valeur (Éditions Libre et solidaire, 2015).

Armel Campagne est étudiant du Master d’Histoire des sciences, technologies et sociétés de l’EHESS (Centre Koyré). Il participe depuis plusieurs années au courant dit de « critique de la valeur » et effectue des recherches sur le « Capitalocène » dans une perspective historique.