séance spéciale du séminaire : « Commun, salaire à vie, anticapitalisme… : Les sciences sociales, témoin et ressource de la démocratie directe en train de se faire ? » 130616

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Séance spéciale du

Séminaire Politiques des Sciences

Séance du 13 juin 2016, #105 mars, 17h-21h

Amphi F. Furet, 105 Bd Raspail, Paris

Les fichiers audio de la séance sont accessibles via ce lien : http://tinyurl.com/z2vs983

Commun, salaire à vie, anticapitalisme… : Les sciences sociales, témoin et ressource de la démocratie directe en train de se faire ?

 

Dans une actualité nationale et au-delà, marquée par une nouvelle « trahison des clercs » que mesurent l’accroissement des inégalités sociales, la perte de sens au travail, la financiarisation de l’économie, de fréquentes révélations sur des faits de corruption des gouvernants, une évasion fiscale de grande ampleur de la part des entreprises et des classes sociales privilégiées, etc., des initiatives sont engagées pour faciliter le retour d’un acteur central mais à la visibilité publique sporadique sur la scène politique : le peuple. Avec lui surgit la problématique de la souveraineté au sein de systèmes politiques fondés sur la démocratie représentative par laquelle le registre du politique est redessiné pour être essentiellement l’affaire de professionnels. Né officiellement le 31 mars 2016 (https://www.convergence-des-luttes.org/communiques-de-presse/communique-31-mars-2016/ ), le mouvement « Nuit Debout » (https://nuitdebout.fr/) est la plus récente incarnation d’une telle mobilisation à l’initiative de membres de la société civile.

Afin d’interroger ce que l’irruption de ce mouvement réflexif sur ce que « faire société » veut dire, le séminaire Politiques des sciences propose de faire se rejoindre, dans le cadre d’une séance spéciale, le temps de l’action avec celui de la réflexion que la première impulse et que la seconde soutient. L’occasion est offerte d’examiner et de questionner des travaux des sciences sociales dans la perspective d’en dégager des chemins envisageables sur lesquels l’action publique démocratique originairement initiée place de la République à Paris pourrait s’engager. A cette fin nous avons fait appel à des chercheurs et des travaux qui sont porteurs d’un regard original et potentiellement transformateur de l’ordre social dominé par les impératifs capitalistes vers une forme d’organisation sociale davantage orientée vers la recherche d’une plus grande autonomie et solidarité. Cette séance vise à examiner si et de quelle manière la Nuit Debout pourrait s’approprier un certain nombre de perspectives, d’outils de pensée, de moyens et de ressources propices à favoriser des changements majeurs pour inscrire son action transformatrice de l’existant dans la durée. Ce qui implique d’impulser, en collaboration avec d’autres formations et groupes sociaux, la mise en œuvre d’un nouveau contrat social, qui mette en avant la primauté de la propriété sociale par rapport à la propriété lucrative, du commun et du droit d’usage sur la propriété privée ou publique, comme condition de cette transformation sociale concrète. En bref, il s’agit d’examiner les conditions d’émergence du peuple comme acteur politique majeur aux côtés d’autres qui, dans le système actuel, monopolisent les prérogatives, les tâches et les fonctions s’y référant.

Dans cette perspective, il s’agira plus particulièrement d’examiner si et à quelles conditions le rapprochement de ces deux notions que sont le droit au salaire et la propriété sociale, condition d’institution du commun, pourrait s’avérer fécond dans une perspective d’émancipation sociale. Afin de débattre de la manière dont ce rapprochement du politique et de l’économique pourrait renforcer la faisabilité du pari du mouvement citoyen en cours ici et là, et, au-delà de l’incarnation singulière et contingente d’une communauté politique citoyenne instituante d’elle-même, celle d’une activité constituante d’un ordre social et politique démocratique d’un nouveau genre auquel ce mouvement s’efforce précisément de donner vie, nous avons invité :

Bernard Friot, sociologue, Université Paris-X, Réseau Salariat ( http://www.reseau-salariat.info/?lang=fr ) interviendra sur le thème : Le droit politique au salaire comme pilier de l’auto-gouvernement. Dans cette approche, le salaire est envisagé en tant que source d’émancipation des travailleurs envers le rapport de subordination qui les lie à l’employeur et à l’actionnaire dans le système existant, mettant en avant la propriété sociale pour l’opposer à la propriété lucrative ;

Mathieu Grégoire, sociologue, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, auteur de Les intermittents du spectacle : enjeux d’un siècle de lutte, pour évoquer le statut des intermittents : un statut régulièrement décrié du fait de son régime d’indemnisation particulier peut-il être cependant un modèle viable pour une expérience émancipatrice généralisable du travail ?

Pierre Dardot, philosophe, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, et Christian Laval, sociologue, université de Paris Ouest Nanterre La Défense, qui dans leur avant-dernier ouvrage paru, Commun : essai sur la révolution au XXI° siècle, esquissent une conception de l’organisation des échelons locaux, nationaux et internationaux, fondée sur le commun (une ressource et une organisation sociale dédiée à sa préservation, se voulant horizontale quant à la nature de son gouvernement réalisé sous le régime de la coactivité et conçu dans la perspective de la poursuite de l’intérêt collectif prévenant toute appropriation individuelle).

Modération : Michel Barthélémy, sociologue, CNRS, CEMS-IMM, co-organisateur du séminaire.

Bibliographie indicative (librement accessible en ligne) :

– Pierre Dardot, Christian Laval, « Le principe du commun, principe d’un nouveau droit d’usage », Les Possibles, N°5, hiver 2015 https://france.attac.org/nos-publications/les-possibles/numero-5-hiver-2015/dossier-les-biens-communs/article/le-principe-du-commun-principe-d ; Voir également le site : http://www.questionmarx.typepad.fr ; comment sortir de la nuit néolibérale : https://www.youtube.com/watch?v=3dTUM6uIyp

– Au sujet des travaux de Bernard Friot, voir : Comprendre facilement le travail de Bernard Friot en 10minutes. – YouTube ; Conférence Bernard Friot et Usul à Science-Po Rennes. | Vidéo | Réseau Salariat ; http://www.ies-salariat.org/lemploi-est-mort-vive-le-travail-seminaire-lemploi-a-tout-prix-bernard-friot-et-bernard-stiegler/

– au sujet de l’ouvrage de Mathieu Grégoire, lire : Didier Bastide, « Mathieu Grégoire, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 mars 2014, consulté le 11 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/13913 ; voir également l’entretien : http://www.humanite.fr/mathieu-gregoire-sur-les-intermittents-il-existe-un-modele-alternatif-plus-juste-et-moins-couteux

Cette séance se tiendra le 13 juin 2016, #105 mars, de 17h à 21h, à l’EHESS, amphithéâtre François Furet, 105 Bd Raspail, Paris.

Le séminaire est ouvert à toutes les personnes intéressées.

Les interventions des différentes séances sont accessibles à partir de ce lien : http://pds.hypotheses.org/