Journée d’études 16/12/16 – Qualifier la contestation : Insurrection, violence politique, manifestations en 2016

Journée d’études organisée par le Laboratoire Théories du Politique
(LabTop- UMR CRESPPA) et le Centre d’Etudes Sociologiques et
Politiques Raymond Aron (UMR CESPRA)

Qualifier la contestation :
Insurrection, violence politique, manifestations en
2016

Vendredi 16 décembre 2016 (9h-18h)
EHESS – Amphithéâtre François Furet
Entrée au 105 boulevard Raspail (Paris 06)

A chaque époque ses soubresauts, ses ébranlements et ses critiques : zones à défendre, désobéissance civile,  cortège  de  tête  des  manifestations  contre  la  Loi  Travail,  Nuit  debout,  hacktivisme,  dissidence, insurrection,  etc.  Autant  d’objets  actuels  et  souvent  récents,  qui  ouvrent  des  questions  irrésolues  par  les sciences  sociales,  en  ce  qui  concerne  l’articulation  entre  social  et  politique  dans  ces  luttes,  ou  encore  le projet de transformation sociale qui y est énoncé. Ce sont les registres multiples de la contestation, et depuis des  prises  parfois  contradictoires  (entre  le  réalisme  et  l’impossible),  dont  il  s’agit  de  fournir  un  aperçu cartographique à travers cette journée d’étude. Ce faisant, il s’agira de préserver ouverte une double tension :
tension entre qualifications scientifiques et qualifications ordinaires ; et tension entre l’ambition taxinomique du sociologue et la résistance que les matériaux de son enquête opposent à toute entreprise taxinomique.
De  nombreuses  lignes  de  clivage,  de  nombreux  linéaments  traversent  l’espace  français  des mouvements  sociaux,  mais  une  attention  particulière  sera  accordée  aux  éléments  suivants  durant  toute  la journée :  la  configuration  actuelle  des  scènes  protestataires,  et  les  transformations  catégorielles  des contestations,  de  leurs  acteurs,  reprenant  ou  non  des  traditions  critiques  et  politiques  ;  la  polarisation violence / non-violence, mais également « citoyennisme » / insurrection  dans les grammaires contestataires, étant  entendu  que  ces  pôles  constituent  des  idéaux-types  entre  lesquels  se  dessine  une  vaste  palette  de nuances intermédiaires ; l’agir contestataire, déployant des formes d’action directe, d’occupations, de récits et  une  relation  spécifique  aux  ordres  politiques ;  la  mise  à  l’épreuve  de  l’Etat,  la  relation  aux  ordres judiciaires et politiques qu’induisent ces contestations.
Cette  journée  d’études  est  conçue  comme  un  espace  d’échange  où  sont  présentés  des  outils conceptuels  et  méthodologiques  pour  appréhender  des  enjeux  spécifiques  qui  font  l’objet  de  travaux  en cours portant sur les mouvements récents (contestations, occupations, assemblées, Zad). Elle est ouverte à tous les doctorants et chercheurs intéressés par cet objet.

Contacts :

Sylvaine Bulle (sbulle@club-internet)
Manuel Cervera-Marzal (manuelcerveramarzal@gmail.com)

Programme
8h45-9h :  Accueil  des  participants :  Sylvaine  Bulle  (LabTop-CRESPPA)  et  Manuel  Cervera-Marzal  (CESPRA-

EHESS)
–  Presidence :  Laurent  Jeanpierre  (LabTop-CRESPPA).  Discutante :  Paula  Vásquez  Lezama  (CESPRA-
EHESS)

9h-10h15 : Trajectoires, linéaments de la contestation et publics

– Julie Le Mazier (CESSP-Paris 1) : « Les militants étudiants sont-ils des jeunes comme les autres ? Regards
sur la mobilisation contre la loi travail à partir d’une sociologie des syndicalistes étudiants à la fin des années 2000 »
– Cyprien Tasset (IRIS-EHESS) : « Les investissements politiques du précariat culturel »
– Alexandra Bidet (CMH-CNRS) et Carole Gayet-Viaud (CESDIP-CNRS) : « Enquêter sur Nuit debout »
Enquête réalisée avec Stéphane Bacchioci, Pierre Blavier, Erwan Le Méner

10h15-11h30 : Réalités et ambiguïté de la démocratie radicale en 2016

– Albert Ogien (CEMS-EHESS) : « La démocratie radicale et ses ennemis »
– Michel Kokoreff (GTM-CRESPPA): « Des émeutes de 2005 à Nuit debout : continuités et discontinuités »
– Federico Tarragoni (LCSP-Paris 7) : « Nuit debout est-il un mouvement (véritablement) populaire ? »

11h30-11h50 : Pause
11h50-13h : Echanges animés par Laurent Jeanpierre et Paula Vasquez-Lezama

14-18h :  Présidence : Olivier Remaud (CESPRA-EHESS). Discutant : Lilian Mathieu (CMW-Lyon2-ENS)
14h-15h15 : Registres de traitement de la contestation et pensée de l’Etat
– Alessio Motta (CESSP-Paris 1) : « L’inévitable émeute. La violence collective comme institution »
– Pierre Douillard-Lefevre ( Université Nantes) : « Prendre la rue : réflexion sur la militarisation de l’ordre et
l’écologie de la résistance »
– Anthony Pregnolato (Centre Marc Bloch, ISP-Université Paris-Ouest) : « Les enjeux de la qualification de la
« violence  policière »  dans  le  mouvement  contre  la  loi  travail  :  conflits  et  alliances  contre  les  déviances  policières
violentes »

15h15-15h30 : Pause
15h30-16h45 : Ecologie sociale des luttes
– Emmanuel Ruzé (CRISSEA-Université de Picardie) : « Etude exploratoire du mouvement Nuit Debout »
–  Clement  Mabi  (COSTECH-Université  de  Compiègne) :  « Contester  par  Internet.  Radicalité  politique  et
circulation des discours autour du cas de l’opposition à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes »
– Bruno Frère (Université de Liège) : « Faire émerger la critique dans le monde »

16h45-17h45 : Echanges animés par Olivier Remaud et Lilian Mathieu
Pot final