Présentation 3° séance séminaire PDS_ 02/12/09 Christian Topalov

* Christian Topalov

Tout d’abord permettez moi de dire à ma manière ce que nous sommes censés faire ici. Pour l’essentiel, il s’agit de montrer que la colère et que les trésors d’intelligence collective qui se sont manifestés l’année dernière sont toujours là. Ils sont disponibles pour produire de nouveaux fruits, du côté du savoir et puis, if weather permits, du côté de l’action. Mais ce n’est pas, évidemment, le premier propos de notre réunion.

Deux pistes, deux directions pour ce travail : d’abord, première idée, ne rien laisser faire, ne rien laisser passer dans le silence. « Politiques des Sciences » va donc essayer de conduire une enquête permanente sur la mise en œuvre concrète des mesures gouvernementales, sur leurs effets, sur leurs raisons, sur leurs outils, sur leurs agents aussi. Et puis je crois que si les institutions semblent plus fortes que nous, c’est qu’elles ont le pouvoir d’imposer, de s’imposer et de nous imposer leurs décisions et puis aussi l’apparence d’être un fait de nature. De plus, les collègues qui collaborent à gérer ces institutions en ce moment ont cet avantage sur nous de s’y consacrer à plein temps, tandis que, pour ce qui nous concerne, nous sommes chacun retournés à nos travaux, parce que c’est ça que nous aimons faire finalement. Mais le fait que les bureaucrates de la science ont retrouvé un peu de leur assurance ne rend pas pour autant légitimes les politiques qu’ils exécutent. Nous croyons qu’en observant ce qu’ils font par une enquête publique et collective, et en publiant ces observations, nous contribuons à rendre plus difficile que l’ordre règne dans l’université enfin modernisée.

Autre piste, qui nous conduit davantage vers la séance d’aujourd’hui : « savants autonomes, sciences utiles ? », on peut dire que la neutralité d’une partie des collègues vis-à-vis du nouveau cours, voire l’adhésion de certains d’entre eux, tient pour une part au fait que l’ancien régime académique était lourd de tensions et de problèmes non résolus. L’an dernier, la bataille pour empêcher le pire nous a distraits, il faut bien le dire,  a pu nous détourner un moment de la réflexion sur ces problèmes et leurs éventuelles solutions. Puisque, volens nolens, nous avons un peu de temps désormais, eh bien affrontons-les. La séance prochaine en sera, je pense, un bel exemple. Nous combattons les notations par expertise et nous préconisons les évaluations collégiales par jugement. Mais les institutions qui sont de nature à produire ce type d’évaluation que nous préférons, ont, aux yeux de beaucoup, des défauts criants, et nous ne pouvons pas nous dispenser d’analyser ces défauts et leurs raisons. D’où la séance du 16 décembre, la prochaine, que j’annonce du même coup, sur les pratiques du CNU (Conseil National des Universités).

Et puis aujourd’hui, c’est un autre problème sur lequel nous souhaitons réfléchir ensemble dans ce séminaire. Un des ressorts les plus profonds du mouvement a été, je crois, la volonté de préserver l’autonomie de la production du savoir vis-à-vis des autorités administratives, des pouvoirs politiques, des intérêts économiques, etc. Autonomie mise en péril, croyons-nous, par un ensemble de mesures extraordinairement convergentes, et qui entrent aujourd’hui, inexorablement semble-t-il, dans les faits. Voilà sans doute un des soucis les plus sérieux de nos mondes savants ou, du moins, d’une partie d’entre eux. C’était une vieille idée de la sociologie de la connaissance ; Robert Merton, en 1942, ça remonte à loin, affirmait que la science n’existe sous ses formes modernes que parce que les communautés savantes ont conquis des formes institutionnalisées d’indépendance vis-à-vis des autorités mondaines de toutes natures. Protection des titres à l’entrée du système, modalités collégiales de recrutement, tenure des emplois, évaluation des résultats de la recherche par les pairs, selon des procédures et des normes collectives spécifiques à ces communautés. Alors peut-être est-il paradoxal que cette représentation, que je viens de rappeler à grands traits, du monde savant, ait pris consistance précisément au moment où les modalités universitaires de la production et transmission du savoir, stabilisées à la fin du XIX° siècle, commençaient à faire place, avec la Seconde Guerre Mondiale et dans de très nombreux domaines, à un nouveau régime, celui qui domine aujourd’hui, où le scientifique dépend de vastes administrations, de projets collectifs insérés dans des programmes globaux, généralement liés à de grands équipements et souvent à de grandes entreprises industrielles. Les sciences humaines et sociales n’ont pas entièrement échappé à ce mouvement, loin de là, mais, si vous le voulez bien, elles ne seront pas au centre de notre réflexion aujourd’hui.

Ces transformations laissent une place plus grande que par le passé, c’est bien clair, aux intrusions des pouvoirs de toutes sortes dans le champ clos des savants. A moins que ce champ n’ait jamais été tout à fait clos et que la description de Merton n’ait été au fond que performative ? C’est une des questions que l’on peut se poser. Une évidente tension en tous cas est à l’œuvre entre la revendication d’autonomie des savants et la propension des pouvoirs à leur dicter ce qu’ils doivent faire. Et c’est cette question ancienne que la politique sarkozyste actualise de façon particulièrement dramatique, c’est à cette question ancienne que nos communautés, nos communautés réelles ou imaginées, réelles et imaginées sans doute, donnent des réponses diverses, avec des conséquences politiques tout aussi diverses aussi.

Pour réfléchir à ce thème et pour en discuter, trois chercheurs ont bien voulu intervenir aujourd’hui. Hélène Conjeaud, qui est Directrice de recherches au Cnrs, en sciences physiques du vivant, dans une UMR de l’université Paris Diderot, Paris-VII, et qui est membre du Conseil d’Administration de Sauvons l’Université et récemment élue porte-parole de ce mouvement ; Dominique Pestre, Directeur d’Etude à l’EHESS, au Centre Alexandre Koyré, historien des sciences, particulièrement du monde des physiciens au XX° siècle. Il travaille en ce moment sur les formes de gouvernement des sciences et, par les sciences, nous sommes au cœur du sujet. Francis Chateauraynaud, Directeur d’Etude à l’EHESS, sociologue des alertes et des controverses, qui a créé et qui dirige le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive.