Premier exposé 3° séance séminaire PDS_ 02/12/09 Hélène Conjeaud

* Hélène Conjeaud (DR CNRS en Physique du vivant, porte-parole de SLU)

Les ‘savants’ des sciences utiles sont-ils encore autonomes? Exemples tirés de la recherche en biologie cellulaire et en immunologie

Aujourd’hui je voulais lancer deux pistes de réflexion qui concernent l’évolution des sciences « utiles » : la première concerne  les effets induits par la transformation de la compétition symbolique en une concurrence généralisée, la deuxième concerne l’influence de cette logique de concurrence sur l’envahissement technologique de ces disciplines et la perte de maîtrise qui en résulte.

Pour illustrer comment la première évolution est intériorisée par la communauté des sciences « utiles » il suffit de relire le début du résumé de la synthèse des Etats Généraux de 2004 (page 4): « la recherche scientifique possède sa logique propre, qui implique un principe d’autonomie garant de la cohérence et de la rationalité de cette activité. Elle doit être soumise à une évaluation rigoureuse. » 2 pages plus loin : « Le niveau du financement d’une structure sera déterminé sur la base d’une évaluation rigoureuse du projet scientifique global de la structure,  de ceux des équipes qui la composent. »

Ce préambule, qui parait découler du bon sens et d’une volonté de faire bon usage des deniers publique me semble en fait fallacieux. Fallacieux parce qu’on comprend initialement que la rigueur s’applique au processus d’évaluation pour s’apercevoir plus loin qu’elle s’applique en fait aux conséquences de l’évaluation. Je ne développerai pas ici les limites d’une évaluation rigoureuse, mais renverrai ceux que cela intéresse au travail de Christophe Dejours publié sous le titre L’évaluation du travail à l’épreuve du réel (édition INRA, 2003). Le coté fallacieux de ce préambule me semble surtout résider dans l’antinomie entre les deux premières phrases. La première exige l’autonomie de la recherche, la deuxième en détruit la possibilité en imposant une compétition/concurrence qui fausse totalement un des piliers de l’autonomie : le processus d’évaluation par les pairs.

Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner l’évolution du système international de publication dans les sciences de la vie qui est soumis depuis de nombreuses années à la compétition/concurrence[1].

La première conséquence de la concurrence est la transformation des grandes revues scientifiques en entreprises commerciales qui cherchent avant tout à maximaliser leur audience et leur facteur d’impact pour augmenter leurs recettes publicitaires. Cela les conduit à préférer la publication de faits spectaculaires, sensationnels, ou controversés.  Cela les conduit aussi à entretenir l’illusion de la qualité de leur sélection, en augmentant artificiellement la pénurie – réduction du nombre d’articles publiés par numéro quand le nombre d’articles soumis est en perpétuelle augmentation.

Mais le plus grave est qu’un système où les chercheurs sont en concurrence permanente, que ce soit pour les crédits de leur laboratoire ou même pour leur salaire (nous y venons avec le système des primes), fausse totalement le système d’évaluation par les pairs, clé de voûte du système de publication international. Evidemment, il reste encore des chercheurs honnêtes. Mais le problème n’est pas de savoir s’ils sont encore nombreux. Le problème est que leur proportion est mécaniquement en diminution. Le problème est que la dynamique du système, instaurée par la transformation de la compétition symbolique, qui a toujours existé dans la recherche, en compétition/concurrence, tend à la destruction de tous les équilibres qui structuraient la démarche scientifique.

La compétition/concurrence transforme le choix des experts évaluateurs en un véritable casse tête. Faut-il choisir la qualité de l’expertise qui impose un spécialiste du même domaine mais le condamne au conflit d’intérêt, ou le contraire ? Le manque de temps, facteur clé de la compétition, encourage les lectures superficielles et par voie de conséquence les prises de décisions arbitraires, ou fondées sur le copinage ou la notoriété du dernier auteur, les conflits d’intérêts favorisent les décisions malhonnêtes. La situation est encore bien pire dans le cas de l’évaluation de projets. Ces problèmes d’expertises sont d’autant plus délétères que la fraude scientifique, au sens large, n’est plus un dérapage exceptionnel dans un système qui fonctionne globalement bien, elle devient une règle de survie, la méthode qui permet de publier dans les grandes revues, pour obtenir des crédits.

Les fraudes les plus courantes et les plus dangereuses ne sont pas les constructions artificielles de faux faits expérimentaux dont la presse à scandale se délecte. Les plus courantes et les plus difficiles à démasquer sont celles qui consistent à écarter de la publication les expériences qui dérangent, celles qui ne collent pas avec ce que l’on veut montrer. Cette pratique qui stérilise totalement la démarche scientifique, amplifie aussi les effets de mode. Sa version la plus extrême, que j’ai vu pratiquée, consiste, pour optimiser le temps et l’argent, à écrire l’article décrivant les effets attendus avant même d’avoir entamer les expériences. Ce type de fraude qui pourrait faire sourire, dénature l’objectivité des connaissances scientifiques en faussant les processus de validation par les pairs. Un autre mode de fraude qui empoisonne les publications consiste à survaloriser les résultats obtenus. Il s’agit souvent d’« oubli » des limites du cadre théorique ou expérimental dans lequel les résultats ont été obtenus. Ce type de fraude, qu’on pourrait qualifier de fraude par omission, est en progression régulière et, en sciences de la vie, souvent liée à une sorte de « naturalisation » de l’interprétation et/ou à une mauvaise maîtrise des techniques utilisées.

L’ensemble de ces dysfonctionnements détruit la spécificité de la construction de la connaissance scientifique. Celle-ci requiert le maintien d’un équilibre entre la démarche de découverte et la démarche critique. La première, qui confère le prestige scientifique fournit la base des nouvelles connaissances, elle a toujours été l’objet d’une ardente compétition mais était tempérée parce qu’elle restait essentiellement symbolique : elle donnait le prestige. La seconde est pourtant indispensable à l’objectivité des connaissances, parce qu’elle seule permet de les valider et d’en circonscrire les limites. L’équilibre entre ces deux démarches était assuré par la collégialité de la communauté scientifique.

Le choix du sensationnel par les revues détruit cet équilibre, Aujourd’hui, les expériences de recherche des limites de validité de travaux déjà publiés sont de moins en moins nombreuses parce que les revues ne les publient plus et que, par voie de conséquence, de moins en moins de chercheurs les entreprennent. Une des conséquences à court terme est l’invalidation des mécanismes d’agrément des nouvelles substances (pharmacologie, alimentation) fondés sur l’analyse statistique des données publiées : les études montrant des effets positifs sont aujourd’hui structurellement beaucoup plus nombreuses que celles démontrant des effets nuls, voire que celles qui en limitent la portée.

Le seul mécanisme qui permet encore de valider/contester les nouvelles connaissances et de faire face à la concurrence est une course sans fin à l’instrumentation de pointe fondée sur les nouvelles technologies. Disposer d’un instrument que les autres ne possèdent pas, c’est assurer une publication originale dans une grande revue, à condition de faire les expériences rapidement, souvent trop rapidement, mais c’est aussi maintenir l’« excellence » dans les mains des plus riches.

Je connais mal les problèmes qui se posent dans ce qu’on appelle la big science. Par contre je sais que, dans les sciences de la vie, l’instrumentation n’est plus développée dans chaque laboratoire, elle est commercialisée par des sociétés privées qui disposent aujourd’hui d’un marché important puisque la plupart des instruments de recherche sont aussi utilisés par les laboratoires d’analyse, les hôpitaux et l’industrie pharmaceutique. Ces instruments mettent en œuvre des techniques issues de disciplines, physique, chimie, mal maîtrisées par les chercheurs qui les achètent et qui se trouvent aussi démunis au moment de les acquérir qu’un consommateur d’électroménager. Poussé par la concurrence, mal informés par des commerciaux peu scrupuleux, les chercheurs en viennent trop souvent à utiliser ces instruments sans en comprendre vraiment les principes. Cela les conduit à publier des résultats sur- ou mal interprétés qui ne peuvent être critiqués par des évaluateurs dans la même position.

Cette course à l’instrumentation technique est encouragée par les grandes revues qui détiennent des contrats publicitaires avec les firmes qui vendent les équipements et par le mode de financement sur contrat qui valorise les grosses demandes et met l’accent sur la « faisabilité » des recherches proposées. Cela conduit parfois à des situations absurdes : les laboratoires n’ayant plus les compétences techniques nécessaires à l’entretien des appareils, ceux-ci tombent donc en désuétude dès que les contrats de maintenance, d’un coût annuel de 10 à 15 % du prix d’achat, ne peuvent plus être assurés.

Alors évidemment, les développements techniques sont, aujourd’hui comme hier, nécessaires aux progrès de la connaissance scientifique, mais ceux-ci ne dépendent pas exclusivement d’un recul permanent des frontières de ce qu’il est possible d’observer. La course à l’instrumentation, dans le contexte actuel de concurrence exacerbée, favorise beaucoup trop la démarche d’observation aux dépens de la démarche de conceptualisation, toujours plus risquée. Au printemps dernier, un professeur du Collège France, qui organisait un colloque pour promouvoir les progrès de l’imagerie en biologie et médecine, l’a intitulé, sans aucune trace d’humour, « voir c’est croire ». Cette anecdote montre comment certains scientifiques « d’excellence » en arrivent à oublier – mais est-ce vraiment un oubli ? – que l’interprétation des nouvelles observations dépend toujours du cadre conceptuel dans lequel elle est faite. Les concepts de rotation de la terre sur elle-même et d’héliocentrisme ne résultent pas de la simple observation, qui au premier abord montre le contraire, mais d’une conceptualisation du mouvement global des astres. Ces oublis du cadre conceptuel, très fréquents dans les sciences de la vie, permettent, en faisant implicitement appel à un « bon sens », reflet de la pensée dominante, de naturaliser des concepts qui, parce qu’ils ne sont pas explicités, ne sont pas contestables et sont donc peu scientifiques.

Pour conclure je citerai Jean Marc Levy Leblond, spécialiste de physique quantique et philosophe[2]: « Les métiers de la science sont devenus de plus en plus techniques, et de moins en moins intellectuels. Actuellement, les jeunes scientifiques sont bien mieux formés dans leurs spécialités que naguère, mais cette évolution se fait au détriment de la possibilité d’un recul critique. (…) Ces deux éléments, celui de la création et de la critique, se sont progressivement séparés au sein de la démarche scientifique dans les sciences de la nature. »


[1] La lecture du livre La science à bout de souffle (Seuil, 2009) par Laurent Ségalat, généticien, est édifiante.

[2] Les scientifiques n’ont plus la maîtrise intellectuelle de leur savoir » site de la revue Alliage
http://www.tribunes.com/tribune/alliage/accueil.htm