4° séance du séminaire PDS 161209_ Barbara Glowczewski

Barbara Glowczewski (section 20)

Je suis au CNU depuis trois ans. C’est la première fois que je participe à cet étrange terrain, si j’ose dire. J’ai beaucoup appris depuis que j’y suis. Et d’abord, j’ai appris assez récemment son existence, alors que cela fait trente ans que je travaille en ethnologie. Je suis rentrée au CNRS en 1991, après douze candidatures, trois livres, une thèse et une thèse d’Etat. Donc, le parcours du combattant. Mais il ne m’était jamais venu à l’idée à l’époque de postuler comme maître de conférences, puisque j’étais obsédée par l’idée que je voulais faire de la recherche, parce que cela supposait de passer beaucoup de temps sur le terrain, en l’occurrence en Australie.

Et il se trouve que je connais beaucoup de jeunes, aujourd’hui encore et au fur et à mesure des années, qui sont plutôt orientés vers la recherche et ne pensent même pas se présenter au CNU. Et donc quand j’ai appris qu’en tant que chercheur au Cnrs, il était possible de se présenter au CNU, en fait j’étais déjà assez avancée dans la carrière de chercheur, et j’ai été surprise de voir, en m’adressant au syndicat, puisque j’étais au Snesup depuis le début de mon activité comme chercheur, qu’en fait il y avait très très peu de gens du Cnrs qui se présentaient et puis très très peu aussi qui étaient sur les listes pour pouvoir voter. Et ça, c’est vraiment un vrai problème, parce que si l’on se pose la question de ces instances, est-ce qu’elles sont ou pas représentatives de nos disciplines et des compétences diverses que l’on a, et de la soi-disante collégialité qui pose d’autres problèmes, je pense que le vrai problème, c’est : qui élit ? Alors, je ne sais pas si ce serait une solution pour la sociologie, mais je crois qu’il faut vraiment passer l’information. Et c’est seulement en proposant ma candidature au Snesup, que j’ai appris justement que je n’étais pas sur les listes. Parce qu’il fallait demander son inscription sur les listes. Mais au moment où on avait les appels à candidatures,  il était déjà trop tard pour un certain nombre de gens pour s’inscrire. Donc, il y a très peu de gens qui votent et il se passe exactement les mêmes choses ici à l’EHESS. Comme vous le savez, il y a plus de six cents séminaires qui sont donnés par des personnes qui sont extérieures aux enseignants de l’EHESS et la majorité d’entre eux ont le droit de voter, mais ne sont pas inscrits sur les listes. C’est intéressant à savoir. J’ai été élue au CA de l’EHESS et rebelote, quand je suis allée au bureau, je n’étais pas sur les listes. Alors que normalement tous les membres des laboratoires de l’EHESS, qui sont des laboratoires mixtes, devraient être listés. Ça c’est une petite parenthèse, mais je pense qu’il y a quelque chose qui dysfonctionne, qui n’est pas la faute de l’institution, pas non plus celle de l’administration, qui est simplement un manque de communication général entre les différents niveaux des personnes impliquées dans la recherche et dans l’enseignement. Donc, ça c’est la première chose.

Maintenant, le jour suivant la tenue des élections générales, les expériences sont partagées avec les autres sections, nous avons voté pour le président de la section. Nous étions vingt-quatre. Or il manquait deux personnes syndiquées et donc, à une voix près, la personne syndiquée n’est pas passée. Ça a créé un gros malaise. Un malaise qui m’a laissée à nouveau avec un sentiment d’exotisme, comme s’il allait de soi, avant le vote, que la personne qui était syndiquée, devait être élue. Tout était nouveau pour moi, donc j’écoutais. Et cette personne a fini par démissionner de ce CNU et a été remplacée par quelqu’un d’autre. Lorsque nous nous sommes retrouvés pour une nouvelle réunion, les choses se sont passées autrement. Entre temps, nous avions tous reçu nos dossiers. En ethnologie, cela dépend des personnes, parce que c’est assez compliqué avec le fait qu’il ne faut pas que ce soient vos thésards, il ne faut pas que ce soit votre laboratoire, votre établissement. Pour vous donner un exemple, je suis au laboratoire d’anthropologie sociale, je suis au CNRS, j’ai deux séminaires à l’EHESS et, à ce titre, je ne peux avoir aucun dossier de l’EHESS. Ceci dit, on a des tas d’étudiants dans les autres universités de France et puis on a aussi beaucoup de dossiers qui viennent d’ailleurs. Je me retrouve quand même avec quarante dossiers, chaque année, puisque je fais aussi les professeurs. Les autres, ça peut être moins, puisqu’il y a les anthropologues d’anthropologie biologique et puis la préhistoire. Et là aussi il y a d’énormes problèmes puisque, comme il n’y a pas beaucoup d’élus dans ces autres matières là, et qu’ils sont spécialistes, ce qui veut dire que normalement il n’y a qu’eux qui peuvent commenter les dossiers qui arrivent, il faut faire appel à des experts extérieurs. Donc, on ne l’a pas fait depuis deux ans, on s’est débrouillé. Les extérieurs, c’étaient p.e. des ethnologues par rapport à des dossiers de préhistoire. On a beau être dans la même section de CNU, en réalité on est extérieurs par rapport à cette discipline. Mais avec les restrictions cette année sur l’ensemble des établissements, on a quelques problèmes. Il va falloir faire appel à des rapporteurs extérieurs.

Pour faire ces rapports, lors de la première réunion on nous a dit, à tous les nouveaux, qu’en fait le CNU précédent avait défini une sorte de formulaire que l’on pouvait utiliser comme grille pour préparer le rapport. Tout le monde joue le jeu, syndiqués, pas syndiqués. Tout le monde arrive avec ses fiches qui sont présentées de manière assez simple. Il y a la thèse, les membres du jury de thèse, le pro et le contre dans la soutenance. Sur ce plan là, cela dépend évidemment des rapporteurs, mais une chose que font la plupart des gens qui sont dans cette commission, c’est que, quand il y a des avis de soutenance qui sont négatifs, on regarde la thèse. Très souvent nous avons eu des discussions très longues où justement on commente le fait que, peut-être, lors de la soutenance, il y a eu des règlements de compte sur le dos du candidat. Et ça nous est arrivé souvent. Mais ce qui nous arrive aussi souvent, c’est de voir de très bons rapports de thèse et des thèses qui tombent des mains. Et ça c’est un autre vrai problème. Je pense que les 50% de qualification des thèses, c’est à peu près ça chez nous aussi. Ce n’est pas un hasard. Il y a des gens qui ont des thèses, dont je trouve que c’est une complète irresponsabilité de la part de leurs directeurs de thèse que d’avoir laissé ces étudiants là présenter leurs thèses en l’état. Soit ils auraient dû leur dire quelque chose avant, soit ils auraient dû mieux les accompagner. Cette histoire des thèses est assez grave. C’est un phénomène assez français. J’ai des expériences d’un certain nombre d’universités dans d’autres pays, les choses n’arrivent jamais aussi loin qu’en France, je veux dire à la fois que les gens ne sachent pas écrire, pas même faire une bibliographie, des thèses dans lesquelles il n’y a aucune recherche, où c’est complètement complaisant. Enfin, c’est terrible pour les gens qui ont passé ces thèses, et pour tous les autres, qui n’ont pas une mauvaise thèse, puisque, en réalité, on oppose sur le marché du travail en général, quelque chose qui s’appelle la thèse et qui n’a pas du tout la même valeur et qui, au bout du compte, dévalorise nos disciplines. C’est vraiment très grave. C’est comme pour le fait d’être inscrit sur les listes d’électeurs, et de se présenter aux élections, on peut toujours tirer sur le gouvernement, ne pas être d’accord avec les décrets, et tout ça, évidemment. D’ailleurs, dans la section 20 du CNU, l’année dernière, on a refusé de publier les résultats et on a fait toute une série de motions de soutien avec un certain nombre d’autres sections. Toutes les sections ne l’ont pas fait. Mais au moment où se déroulait le mouvement pour défendre l’enseignement et la recherche, contre les nouvelles lois et contre le classement des revues de l’AERES, etc., on a été très mobilisés, syndiqués ou pas syndiqués, c’était vraiment unanime. Ceci dit, les votes chez nous sont à bulletins secrets. Mais il y a vraiment beaucoup de dossiers qui peuvent susciter une très longue discussion. Donc le fait est que, quand il y a deux rapporteurs ou positifs ou négatifs, cela peut influer sur le vote, pour qu’il aille plus vite. Mais, avec ce formulaire dont je vous ai parlé, le fait est que ce n’est pas seulement la thèse, le rapport de soutenance, qui comptent, mais c’est aussi les publications, non pas par rapport au classement des revues, mais quand même quel type de publication. Il y a parfois des personnes qui vous envoient dix pages de publications et ce ne sont que des articles dans le même journal de l’association locale de préhistoire ou d’archéologie. Ce n’est pas la même chose, évidemment que dans une revue professionnelle reconnue. Donc nous discutons entre nous, parce qu’il y a trois disciplines, mais même en ethnologie, tout le monde n’a pas les mêmes références selon les régions où l’on travaille, selon les accords que l’on peut avoir aussi avec les partenaires à l’étranger, on n’a pas les mêmes critères d’évaluation. Donc, on les discute. Et moi je ne m’ennuie pas dans les réunions du CNU, je trouve que c’est formidable.

Juste une dernière chose. Cette année, dans le décret, il est question d’instaurer l’évaluation des enseignants-chercheurs des universités à quatre ans. On a entendu un grand ramdam là-dessus. D’après la CPCNU (Commission Permanente de la Conférence Nationale des Universités) qui vient de se réunir, apparemment ce ne sera pas mis en place en 2010, mais par contre, normalement, avant le 15 janvier, toutes les sections sont censées donner leurs critères pour ces évaluations individuelles des enseignants-chercheurs. Or je crois que pour la majorité des sections, en tout cas pour la 20, nous nous réunissons la première semaine de février, parce qu’on vient de recevoir les dossiers et qu’il nous faut un mois pour faire quarante rapports. Par conséquent, on ne peut pas donner les critères, collégialement, puisqu’on ne se réunit pas officiellement avant le 15 janvier. Donc on va essayer de faire quelque chose, je ne sais pas ce que les autres sections vont faire, mais pour essayer d’avoir le droit de participer à cette soi-disante consultation sur les critères d’évaluation à quatre ans. J’aimerais faire un commentaire là-dessus, parce qu’au Cnrs j’ai bien l’habitude des évaluations à quatre ans. Là on a entendu le holà dans les universités : « Comment ? Qu’est-ce que ça veut dire ? ». Nous, on est évalué au Cnrs tous les quatre ans, avec un vrai rapport. Alors, a-t-il ou non des conséquences ? C’est autre chose. Oui, quand même ça compte, mais c’est une affaire sérieuse. Donc on le fait à quatre ans, mais on le fait aussi à deux ans et tous les ans on fait une fiche. Cela me fait penser au débat qu’il y avait eu sur l’évaluation à l’occasion de ce séminaire, il y a deux séances[1], où Richard Rechtman était invité pour parler de l’hôpital et Emmanuel Didier de la police. Et Richard Rechtman disait que l’évaluation se faisait de l’extérieur et que l’on assistait à une dévalorisation de la parole militante et du savoir, où le « sachant » n’existe plus mais le souffrant devient audible. A l’inverse, il y avait l’évaluation dans la police, sur le modèle américain, où là c’est de l’intérieur que les gens s’évaluaient. Nous, qu’est-ce qu’on fait ? On est un petit peu entre les deux. C’est à dire que les coupures d’extérieur existent par rapport aux disciplines, par rapport au fait que l’on ne peut pas être du même laboratoire, etc., mais cette histoire du rapport entre « sachants » et souffrants revient un  petit peu comme un effet boomerang parce que justement on a affaire à des candidats qui se présentent et qui ne sont pas au niveau.


[1] Deuxième séance du séminaire, du 02 décembre 2009, en ligne sur le site « politiques des sciences ».