4° séance du séminaire PDS 161209_ Stéphane Beaud

Stéphane Beaud (section 19)

Je représente la section qui fait débat aujourd’hui, en tout cas, qui fait parler d’elle[1], la section 19 (sociologie et démographie). Comme Philippe Boutry, j’indiquerai d’abord d’où je vais parler. Je ne suis plus au CNU, j’y ai été quatre ans, entre 1999 et 2003. En tant que Maître de conférences à l’université de Nantes, j’étais vice-président, c’est à dire que je participais au bureau. Donc je vais me livrer à une présentation critique pour essayer de voir, avec un léger recul, ce qui se passe aujourd’hui, au CNU en sociologie. La crise de ce CNU se manifeste notamment par le fait qu’il ne reste aujourd’hui que douze membres qui ne veulent pas démissionner. Il y a eu six cent signataires sociologues, dont moi, pour appeler à la démission de ce CNU et à son renouvellement.

On était alors un certain nombre de « jeunes » maîtres de conférences qui avaient été très frappés par leurs conditions de recrutement quand on a passé le concours de maître de conférences. On avait fait un texte, publié dans Genèses, dont le titre est assez éloquent : « Le recrutement de maîtres de conférences en sociologie : chronique d’une procédure bâclée et opaque ». Genèses avait publié cet article en 1996, article anonyme mais vingt-cinq signataires (dont j’étais) pour dénoncer le recrutement à l’université dans des conditions kafkaïennes, extrêmement peu respectueuses des candidats – des gens dans les commissions qui parlent, qui s’en vont, qui vont prendre un café, qui reviennent. D’où une sorte de sentiment d’étrangeté assez grande, notamment pour ceux qui avaient passé des concours, comme moi, d’agrégation du secondaire, on se disait : c’est tout sauf un concours. On était un peu surpris et meurtri par cette façon de fonctionner, par ce « localisme décomplexé ».

A la suite de cette petite protestation, les anciens nous ont dit : « mais oui, vous avez tout à fait raison ». Nous avons donc été contactés, les uns et les autres, par différentes listes, pour participer, en nous disant : « finalement vous critiquez de l’extérieur, c’est bien beau, participez de l’intérieur ». Donc, moi j’ai été contacté par le Snesup, j’étais sur la liste sans être syndiqué Snesup. Je me suis retrouvé en position de tête de  liste d’une liste de maîtres de conférences. En 1999. Pendant quatre ans j’ai suivi les affaires, parce que, au bureau, on voit beaucoup de choses, notamment tous les dossiers.  Alors, un point important qui mérite d’être précisé pour ceux qui ne connaissent pas bien le fonctionnement du CNU, c’est celui qui a trait à la nomination par le gouvernement, par le ministère. A l’époque, c’est encore Allègre qui est ministre. Pour vous donner des noms, les « nommés », les professeurs de rang A, sont par exemple François Dubet, François de Singly, Claude Dubar, Bernard Lahire, il y a donc des gens qui, d’un point de vue scientifique, font autorité dans le milieu. Le Snesup parvient à élire un président, Jean-Yves Trepos, professeur d’université à Metz. Il gagne la présidence contre Jean-Michel Berthelot, alors professeur de sociologie à Paris-IV. Il y avait encore un poids des listes syndicales, mais qui, me semble-t-il, s’atténuait relativement.

Je vais insister sur deux points : l’organisation du travail de la section, tout d’abord, et ensuite je parlerai du travail d’évaluation a minima que l’on fait au CNU. Je pense qu’il est important de revenir sur ces questions concrètes de travail. Le rôle du bureau est décisif. Il choisit les deux rapporteurs. Je vais me centrer sur la qualification des MC, celle que j’ai le mieux connu. On a à peu près une vingtaine de dossiers à traiter pour les maîtres de conférences. Les membres du bureau répartissaient les dossiers sur le mode de choix disciplinaires – si l’on vient de la sociologie de l’éducation, il vaut mieux être évalué par quelqu’un qui appartient à la même discipline.

La deuxième chose importante, c’est que l’on a eu quelques petites conquêtes (de haute lutte) comme l’établissement d’un tableau Excel résumant les 350 dossiers (CV, publications, etc.) et permettant un minimum de transparence. L’essentiel à noter malgré tout, c’est le travail en urgence. Pour les MC on travaille quatre journées d’affilée. On est trente-six autour d’une table. En sociologie, c’est encore une particularité, parfois les gens ne viennent pas un jour ou s’absentent en séance. Il n’y avait pas toujours de présence régulière. Les rapporteurs rapportent, on doit mettre des notes (A, B, C) et ensuite on débat. Mais ce qui me semble le plus important, c’est ce travail en urgence qui fait que le choix des rapporteurs sera décisif, parce qu’il est très difficile d’inverser deux votes positifs ou deux votes négatifs. Le poids des rapporteurs est donc énorme. Il est très dur d’aller contre un avis unanime des deux rapporteurs. Ce qui fait qu’effectivement la plupart de ce qui se passe en réunion plénière est assez frustrant car, finalement, on avalise beaucoup de choses qui ont été faites par les rapporteurs.

Sur le travail du rapport en lui-même, trois choses m’ont frappé. A l’époque il y avait encore l’envoi des thèses, des rapports de thèse et le cv. La thèse, je pense pouvoir dire que la majorité des collègues ne la regardaient pas ou très peu, la feuilletaient. Donc, l’essentiel, c’est le cv et le rapport de thèse. On va éplucher les rapports de thèse, pour ou contre, et on va prélever dans le rapport de thèse ce qui plaide pour le candidat, ou ce qui peut l’enfoncer. Et très peu de discussions sur le fond. Dans le travail concret, soit on n’a pas le temps, soit on ne le prend pas. Quand on a vingt dossiers et des thèses de quatre cents pages, on ne peut pas tout regarder. Il y avait un ancien qui m’avait recruté, qui m’avait dit : « ce n’est pas compliqué, tu fais trois tas : le tas des très bons dossiers, le tas des mauvais dossiers, et le tas des dossiers intermédiaires. Et ton boulot, c’est de travailler les dossiers intermédiaires ». Les bons dossiers passent, de toutes façons, et les mauvais se signalent comme mauvais parce que la thèse est accordée sans les félicitations du jury, etc. Donc, j’avais écouté les conseils de cet ancien et faisais de la sorte.

Deuxième chose importante. Au niveau des rapporteurs, il y avait d’énormes différences selon les rapporteurs. Je pense à deux collègues qui faisaient des rapports que j’appellerai impeccables et puis d’autres qui faisaient des rapports très succincts, de deux lignes, où on voyait bien qu’ils n’avaient fait que survoler le dossier. Il y a donc une diversité extrêmement grande d’appréciations et d’implication.

Et un troisième point. Une particularité peut-être post-soixante-huitarde de la sociologie, est que les votes se faisaient alors à main levée. Ce qui permet de savoir qui a voté quoi. Et dans le CNU de sociologie, tel que je l’ai vécu, il y avait un certain nombre de MC qui candidataient à la qualification professeur pendant ce CNU. Par conséquent ils jugeaient et étaient jugés sous le regard de leurs évaluateurs du vendredi, la dernière journée de la réunion du CNU consacrée aux professeurs, qui allaient évaluer leurs collègues qu’ils avaient vu à l’œuvre pendant quatre jours. Nous étions un petit groupe de MCF, souvent formés à l’EHESS d’ailleurs, qui étions les contestataires, les protestataires. On levait souvent la main pour dire non à la qualification, ça a assez vite fait ricaner ceux qui, blanchis sous le harnais, nous percevaient un peu comme des purs et durs, des naïfs, etc. On a vu, c’était sociologiquement intéressant, ce petit manège de votes stratégiques s’opérer sous nos yeux, on a bien vu comment ce vote à main levée avait des effets importants sur ensuite les qualifications de professeurs et bien évidemment comment des attitudes très prudentes de certains pouvaient être récompensées par la suite.

Ce qui était peut-être plus important, à l’époque, c’était la question : quels sont les critères ? On avait décidé au moins deux critères : qualité scientifique de la thèse, avec un support empirique et, deuxième critère, un minimum d’enseignement. Publications ? Ça variait car la différence des supports n’était pas prise en compte. Et on s’est aperçu, pendant quatre ans, que les critères ont bien sûr flotté très fortement. Il y a eu un moment historique quand l’un des rapporteurs d’une thèse en histoire des idées a contribué à la non qualification d’un candidat dont la thèse avait été dirigée par un membre du CNU, assez connu et légitime dans le champ. Cela a soulevé un grand esclandre. Le lendemain, on est revenu sur le vote car ce n’était pas possible de ne pas qualifier un étudiant de ce membre du CNU sur un critère aussi futile que celui que le rapporteur avait soulevé : il n’y a pas de travail empirique. Donc on était encore dans ce conflit là. Et je pense avec le recul et avec ce que j’ai entendu dire du CNU d’aujourd’hui que le CNU auquel j’ai participé ne fonctionnait malgré tout pas si mal, parce qu’il y avait ces débats là qui ont existé dans un premier temps et parce qu’il y avait ces enseignants de rang A qui pouvaient quand même imposer leur marque.

Et puis, dernier point, sur le travail d’évaluation. Le CNU de sociologie a une particularité très liée à la discipline, sociologie et démographie. Les démographes sont très faibles, très peu présents, mais surtout on a presque cinquante pour cent des dossiers de thèses qui viennent des autres disciplines. La sociologie est une discipline « accueillante ». On accueille cinquante-cinq pour cent de sociologues et démographes ; le reste, c’est : sciences politiques, sciences de l’éducation, ethnologie, STAPS et un peu, parfois, économie. Charles Soulié et Maria Vasconcellos, dans un travail disponible sur le net[2], ont fait un travail quantitatif sur l’origine disciplinaire de ceux et celles que l’on qualifie en sociologie. On s’aperçoit que l’on a un taux de qualification moyen qui peut sembler relativement correct, qui est de 54% de qualifications. Mais si on raffine la statistique et que l’on fait par discipline d’origine, on s’aperçoit que l’on a près de 75%, trois-quarts de qualifications en sociologie. Donc, ne sont pas qualifiés en sociologie les thèses sans mention, les thèses qui ont cinq ans, dix ans d’âge. Donc grosso modo on a un très fort taux de qualifications à l’intérieur de la discipline qui est la sociologie. En revanche, en ce qui concerne les sciences politiques, j’avais beaucoup milité, parce que à Genèses et ailleurs, j’ai pu apprécier la grande qualité moyenne des thèses dans ce domaine (qualité objectivement très supérieure à celle en sociologie) qui sont des thèses de sociologie politique, on avait réussi à monter à 50% de qualification, mais très peu 30% en sciences de l’éducation, 20% d’anthropologues sont qualifiés en sociologie. Donc, le travail principal des tenants de la « sociologie-sociologie » consistait à faire ce qu’on appelait entre nous, la « police aux frontières ». L’essentiel du « boulot » pour pas mal d’entre eux, c’était de qualifier des « sociologues », d’écarter ceux qui prétendaient à la qualification en sociologie et qui venaient d’une autre discipline. Ce repli sur la discipline m’a souvent effaré car, par exemple, la différence de qualité entre les thèses de science politique et de sociologie sautait aux yeux, il suffisait d’ouvrir les thèses.

Alors, qu’est-ce qui a fait basculer aujourd’hui le CNU vers le spectacle assez pitoyable qu’il donne aujourd’hui ?  Il y a bien sûr ce qui est sorti à l’extérieur (l’auto-promotion massive de professeurs du CNU) mais aussi, à l’intérieur, un dérèglement grave dans l’établissement des critères de qualification : un exemple parmi bien d’autres, un candidat à la qualification de professeur, avec un très solide dossier de publications, qui se voit refuser la qualification du fait d’un avis négatif d’un des deux rapporteurs pour « manque d’expérience pédagogique ». Or il est agrégé de sciences sociales et a enseigné trente ans en lycée ! Ce qui relève de la totale mauvaise foi. Je pense qu’il faut revenir sur cette question lancée au début par Nicolas Dodier, sur la logique d’évaluation de pairs. Le fait qu’il y ait un tiers de nommés a joué un rôle majeur dans le CNU de sociologie parce que le ministre a sciemment nommé massivement des sociologues (Professeurs et MCF) qui appartiennent à un courant non seulement très marginal dans la discipline (le courant « maffesolien) mais un courant aussi totalement discrédité aux yeux de la majorité des sociologues depuis l’« affaire Teissier » (du nom de cette astrologue médiatique promue docteur en sociologie de la Sorbonne, avec une « thèse » sous la direction de Maffesoli). Sans compter que face à cela, il y a eu un tas de dysfonctionnements au sein des listes syndicalistes, notamment au SNESUP qui, pour une fois, a perdu la présidence de la 19e section. Ce qui fait que l’on s’est retrouvé avec des alliances totalement improbables et avec un « ventre mou » qui l’a emporté sur des critères très peu scientifiques, sur des critères qui vont contre la discipline : à quoi bon des critères ? A quoi bon une objectivité ? A quoi bon tout ce travail là puisque la sociologie  aujourd’hui doit être post-postmoderne ? Donc on est là face à une évolution propre à la discipline mais qui est aussi très liée à une phase de l’histoire de la discipline, parce que la plupart de ces enseignants vont partir à la retraite. Il y a un renouvellement des générations qui ont été formées très différemment, avec des thèses très différentes. On sent chez cette jeune génération, on voit ça sur la liste « sociologie groupe », une exaspération grandissante par rapport à ce laisser-aller institutionnel et par rapport à ce qui paraît scandaleux, à savoir : l’attitude du ministère, qui fait comme si de rien n’était, alors qu’on est aujourd’hui avec un CNU croupion et que l’on n’a toujours pas de CNU pour les prochaines qualifications. Voilà, il y a donc du travail à faire par les nouvelles générations de sociologues pour changer la donne.


[1] Pour un rappel des faits, on pourra consulter notamment le papier suivant : http://agora.hypotheses.org/2009/09/25/auto-promotions-au-sein-de-la-19eme-section-du-cnu-les-faits/

[2] Charles Soulié et Maria Vasconcellos, Bilan des qualifications aux fonctions de maître de conférences et de professeur, 2006 www.afs-socio.fr/CNU/2006bilanCNU19.pdf