4° séance du séminaire PDS 161209_ Philippe Boutry

Philippe Boutry (section 22)

Je voudrais commencer par une question que je me pose à moi-même qui est la question redoutable des belles années 1970 de ma rouge jeunesse, à savoir : « d’où parlez-vous ? ». Question à laquelle il faut répondre, je crois, lorsque l’on parle du CNU, parce que chacun est évaluateur ou susceptible de l’être, et évalué, ou susceptible de l’être. Je voudrais rappeler, comme il vient d’être dit, que le CNU, malgré certaines limites, est la seule instance représentative de l’enseignement supérieur, et, en ce sens, elle correspond bien à un mode d’évaluation collégial, même si, vous le savez, les deux-tiers des membres du CNU sont des élus, et un tiers sont des nommés, et nommés par le ministère.

Il y a d’autre part une représentation inégale des collègues du supérieur, du monde de l’enseignement et de la recherche, puisque ce sont essentiellement des universitaires, c’est à dire des enseignants-chercheurs qui siègent au CNU. Les établissements tels que l’Ecole des Hautes Etudes – je suis directeur d’étude cumulant, donc je me permets de le dire -, s’abstenant d’une manière tout à fait déplorable de participer à ces élections sous prétexte que ce n’est pas le CNU qui joue un rôle dans les carrières des directeurs d’étude. Or, le CNU joue un rôle absolument éminent dans l’évaluation des thèses des doctorants des Hautes Etudes. C’est aussi le cas de l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes Etudes). Actuellement, dans la 22° section du CNU, c’est à dire histoire moderne et contemporaine, histoire de l’art moderne et contemporaine, histoire de la musique moderne et contemporaine, il y a un représentant à plein temps de l’EPHE, et un « demi », si l’on peut dire, représentant de l’EHESS, en ma personne.

D’autre part, on ne devient pas président d’une section CNU par hasard. Il y a des élections, et il y a ensuite des élections internes. Pour ce qui concerne la 22° section, les élections générales se passent entre des listes syndicales et des listes indépendantes. Ce qui, pour être précis, correspond à trois listes syndicales : le Snesup, le Sgen et le syndicat Autonome, et deux listes indépendantes : Qualité de la science et liste dite Indépendance, qui est la mienne, pour que les choses soient claires, et qui s’était retrouvée en tête à l’occasion de l’élection générale. Ensuite, il y a une élection interne, qui donne lieu à des discussions complexes. En ce qui concerne la 22° section, je dois mon élection au fait que les membres nommés ont été nommés par le ministère dans un seul contexte de listes syndicales, le syndicat Autonome, pour être clair. Ce qui a fait que les quatre autres listes se sont liguées pour ne pas se laisser imposer le choix du ministère. Ce qui fait que le chef de file de la liste placée en tête, votre serviteur, s’est retrouvé président. Je tiens à préciser tout cela parce que tout cela n’est pas neutre dans le fonctionnement d’une section du CNU et qu’il convient de savoir d’où je vais tenir les propos que je vais tenir.

On m’a demandé de développer trois points : le fonctionnement interne, les dérives possibles et le travail critique que la section peut faire sur elle-même. Je vais essayer d’aller vite.

Sur le fonctionnement interne, comme vous le savez, le CNU a deux fonctions essentielles : l’une qui se déroule en hiver, qui consiste à qualifier les candidats aux postes de maîtres de conférence et de professeurs, par un examen des dossiers de thèse, d’une part, pour les candidats à la maîtrise de conférences, et d’HDR (thèse d’Habilitation à Diriger des Recherches), pour les candidats à un poste de professeur. La seconde de ses tâches, c’est la promotion à la première classe ou à la classe exceptionnelle, ou à la hors-classe des maîtres de conférences, des collègues de la section. Et cela se passe au printemps.

Pour ce qui concerne le premier point, dans la 22° section, mais je sais que les choses sont assez différentes d’une section à l’autre, cela se passe depuis une dizaine d’années en ce qu’on appelle un « bureau élargi », c’est à dire que chacune des listes, il y en a cinq dans la 22° section, envoie un représentant professeur et un représentant maître de conférences et le bureau élargi attribue à deux rapporteurs chacun des dossiers selon évidemment leur type de candidature : collège A, collège B. Cela aboutit à ce qu’il n’y pas de discussion ni de remise en cause de l’attribution des dossiers, ce qui est un point essentiel de pacification des débats et, je crois, de démocratie relative dans le choix. Il faut savoir qu’il y a des règles strictes : aucun rapporteur ne doit faire partie de l’université à laquelle appartient le candidat pour ce qui concerne le collège A. Aucun rapporteur ne doit faire partie de l’université dans laquelle a été soutenue la thèse. D’autre part, les deux rapporteurs ne doivent pas appartenir à la même liste ni à la même université : c’est une garantie supplémentaire d’objectivité. Et puis enfin, une dernière règle veut que les deux rapporteurs de l’année précédente ne peuvent pas être nommés rapporteurs sur le même dossier l’année suivante, dans le but évident de permettre une évaluation différente.

Là-dessus se passe un travail important, car la section 22 est l’une des plus importantes du CNU. Ça veut dire une trentaine de dossiers pour les modernistes, et quarante-cinq à cinquante dossiers à examiner pour ce qui concerne l’histoire contemporaine. C’est donc un assez gros travail qui se fait aux mois de décembre et de janvier. La session ayant généralement lieu fin janvier ou début février.

L’examen se fait de la manière suivante : une lettre est tirée au sort. Ensuite les rapporteurs sont invités à prendre la parole. Un premier rapporteur prend la parole. Si les deux rapporteurs sont du même avis, la cause est entendue. Si leurs avis divergent, il y a discussion pour voir si l’un des rapporteurs cèdera aux arguments de l’autre. S’il ne cède pas, il y a vote. Voilà quelle est la procédure pour les discussions. Je tiens à préciser un aspect du fonctionnement de la section 22, par lequel elle se distingue de la 21 (histoire ancienne et médiévale) : seuls les critères scientifiques sont pris en compte, étant donné que nous avons de très nombreuses disciplines où il n’y a pas de concours et où la question de l’enseignement, notamment dans les aires culturelles, ne se pose pas. Dans la 21° section, il y a une exigence d’un minimum de cours accomplis, pour pouvoir qualifier un collègue dans telle ou telle discipline. Ce n’est pas le cas dans la 22° qui estime que c’est le rôle des comités de sélection ou des anciennes commissions de spécialistes. La seconde opération a lieu au printemps. C’est l’opération qui généralement suscite le plus de nervosité. C’est celle des promotions. Là aussi, les opérations se font en deux temps. Un certain nombre de dossiers sont présélectionnés en bureau élargi, donc avec les cinq listes représentées. C’est environ deux à trois fois plus de dossiers qu’il y a de postes disponibles pour les promotions que retiennent les maîtres de conférences, qui sont libres de leurs choix en ce qui concerne les dossiers de maîtres de conférences, et les professeurs pour les dossiers de candidature au poste de professeur. Ceci aboutit bien-sûr à un volant de possibilités de promotions qui ne correspond pas à toutes les candidatures, parce qu’il serait absolument impossible d’examiner toutes les candidatures. Cette opération se fait donc dans le cadre de ce bureau élargi, qui devrait permettre en effet d’atteindre un certain consensus. Il y a aussi des règles externes, puisqu’il faut attendre huit ans pour être promu en première classe par le CNU et huit ans encore pour être promu en classe exceptionnelle. Cela tient au volant assez considérable des promotions possibles. Cela veut dire aussi que les promotions au CNU sont relativement lentes par rapport à une carrière universitaire. L’autre type de promotions, les promotions universitaires, étant beaucoup plus rapide. Et ensuite la session plénière, selon les collèges, choisit à travers les dossiers qui ont été proposés, après une brève présentation qui est faite par le délégué des maîtres de conférences  pour ce qui concerne le collège B, et le président du CNU pour le collège A ; des présentations extrêmement neutres. Et ensuite, il y a vote. Parfois, un certain nombre de dossiers passent par consensus. Voilà quels sont les points essentiels du fonctionnement.

Alors, un mot sur les dérives possibles. Il y en a une qui est d’ordre disciplinaire et qui nous pose beaucoup de problèmes. C’est la question de la musicologie où nous n’avons qu’un seul collègue nommé en maîtres de conférences, nous n’avons pas de musicologues patentés en ce qui concerne les professeurs. Et comme il faut deux rapporteurs, nous faisons appel à des rapporteurs extérieurs. Et à ce moment là, je demande au président de la 18° section, qui est un musicologue, de désigner des rapporteurs extérieurs, étant donné mon incompétence totale dans ce domaine. Ça nous a semblé la façon la plus légitime de procéder.

Le deuxième cas est très délicat, il concerne l’autopromotion des membres du CNU. C’est une question qui est très souvent soulevée, qui fait partie de la légende noire des sections du CNU. Les autopromotions ne sont pas si importantes qu’on veut bien le dire. Néanmoins elles existent. Il y a un certain nombre de collègues, dont je fais partie, qui décident de ne pas demander de promotion pendant qu’ils siègent au CNU. Il y en a d’autres qui, légitimement, souhaitent le faire. A ce moment là, on prend quelques dispositions, dont la principale est l’abstention totale du candidat le jour de la réunion. Il ne doit même pas être présent et même pas dans le couloir. Nous essayons, en effet, de limiter ces autopromotions qui donnent une mauvaise image du CNU, même si, parfois, elles sont justifiées et parfois d’ailleurs acceptées par les collègues.

Travail critique. La 22° section du CNU est extrêmement critique à l’idée d’être évaluée par l’AERES. Cela lui semble amoral. Pourquoi ? Non pas en raison de la qualité des membres de l’AERES, mais parce qu’il nous paraît difficile qu’une instance qui est très largement élue soit évaluée par une instance qui ne l’est pas. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas une évaluation du travail du CNU. Elle se fait, bien évidemment, par l’opinion publique des collègues. Vous me direz : ça ne mange pas de pain. Elle se fait aussi, d’une façon plus importante, me semble-t-il, par la publication des résultats et par l’ensemble des éléments qui sont sur le site de la section. Mais je reste assez défiant, pour ma part, à l’égard d’une évaluation d’une instance élue par une instance non élue.